Mothership : enfin une bonne compilation ;)

Bien que je ne sois pas trop friand des « meilleurs de », des compilations de groupe, j’avoue que cette fois, j’ai été agréablement surpris par le double CD « Mothership » regroupant les 24 meilleurs titres du groupe anglais Led Zeppelin.

Le premier CD est vraiment la meilleure partie de la compilation, car regroupant les 4 meilleurs (car premiers ?) albums du groupe anglais.

Sur les 13 titres du premier CDs, rien que 4 titres (soit un tiers du CD) sont tirés de l’album sans nom de Led Zeppelin, connu aussi sous le nom du Led Zeppelin IV.

Les albums I, II et III étant représenté à égalité, dont les magnifiques « Whole Lotta Love », « Heartbreaker » et « Ramble On » du Led Zeppelin II.

Quand au deuxième CD, il commence avec « The song remains the same » (que je n’avais jamais écouter en entier). J’avoue humblement que je n’avais jamais écouter des titres du groupe sorti sur les albums après le « Led Zeppelin IV »…

Peut-être car je pense que la meilleure période du groupe se trouve dans les albums I à IV ? En tout cas, je découvre des pépites comme « Kashmir » que j’écoute en rédigeant cette note.

C’est une compilation que je ne regrette pas d’avoir acheter, et c’est mon 4ième achat de CD depuis le début de l’année, les 3 autres étant l’album « Rose » de Rose (!!) et les deux albums II et IV de Led Zeppelin. Pas mal, coté achat de CDs sur l’espace d’une année, non ? 😉

Mais encore heureux que Jamendo existe pour se faire une musicothèque variée et de qualité assez facilement et de manière légale 🙂

Adieu Fred !

Je parle de Fred Chichin, le guitariste du duo « Rita Mitsouko ».

Fred Chichin, le guitariste du duo rock français les Rita Mitsouko, est décédé mercredi matin à l’âge de 53 ans, des suites d’un cancer fulgurant, ont annoncé la maison de disques Because et l’organisateur de concerts Corida.

Cette maladie a emporté le guitariste en deux mois, ont indiqué Because et Corida dans un communiqué.

Un cancer qui balaie une personne en deux mois, c’est assez radical… C’est une partie de mon enfance qui vient de partir avec la mort de Fred Chichin 🙁

Encore un exemple qui prouve que les DRM (MTP de la loi DADVSI), c’est de la merde !!!!!

Lu sur Ratatium ce lundi : Virgin Digital emporte dans sa tombe tous ses titres vendus

Et le texte de l’article est assez intéressant :

Virgin – le groupe, pas la chaîne de magasins – vient d’annoncer la fermeture de son alternative à iTunes, Virgin Digital. Si les abonnés auront encore accès à leur collection pendant un mois, leurs morceaux ne seront plus lisibles après sa fermeture officielle le 28 septembre, grâce à cette magie technologique nommée DRM.

Dans le mail adressé aux clients, le groupe n’avance aucun pretexte à cette fermeture, l’abonné ayant juste droit aux excuses de rigueur et un mois d’accès gratuit à son nouveau service de musique en streaming. C’est donc deux ans d’existence qui s’achèvent sous le poids écrasant de la supériorité iTunienne, celle là même qui avait déjà eu raison de Sony Connect quelques mois auparavant.

Pour ceux qui auraient acheté des morceaux sur la plateforme, il existe des outils sur le Net permettant de supprimer les DRM, à l’instar de FairUse4WM. Ceci devrait permettre de continuer de profiter des titres acquis sur Virgin Digital après sa fermeture.

Rappellons qu’il est illégal d’enlever les DRM / MTP sous peine d’amende comme expliqué dans cet excellent et long de Maitre Eolas sur son blog.

Spiral Frog ? Un échec dans le concept même !

Spiral Frog est un service de musique en ligne gratuite contre publicité obligatoire. Jusque là, pas trop de problème, surtout que le but est de combattre le copie illégale effectuée via le P2P (comme celle de la grande époque de la cassette stéréo).

Mais cela se gate quand on connait les fichiers proposés dixit PcInpact :

  1. WMA 128 Kbits… Que dire ?
  2. DRM empéchant la gravure du morceau récupéré.

Donc ce site mets à la poubelle le support d’un des principaux lecteurs numériques (vous savez, ce que qui commence par iP…), envoie les utilisateurs de linux, de Mac et les personnes voulant de la musique d’une minimum de qualité…

Autant dire que ce site sera surement un sacré fiasco, et ce pour une raison : on prend l’utilisateur final pour un voleur en puissance et pour un con de première catégorie.

Gérér un baladeur Samsung YP-U3 sous Linux avec Gnomad2 2.9.0

Pour remplacer mon vieux baladeur mp3 j’avais envie d’investir dans un modèle qui lise le format ogg, surtout à moins 75 €… Autant dire que le choix était plus que limité, et j’ai fini par trouvé mon bonheur avec le Samsung YP-U3. Seul limite, il ne semblait bien fonctionner qu’avec Windows.

Hors, un tutoriel assez simple et assez sympa à suivre permet de contourner cette « limitation ». Reste la gestion des musiques.

Seul hic, il faut utiliser Amarok pour gérer le lecteur, mais certaines versions récentes du dit logiciel ont des problèmes pour transférer les titres avec lettres accentuées… Ce qui est franchement ennuyeux.

Reste donc l’option Gnomad2. La version fournie avec ma Ubuntu Feisty a un problème de gestion des titres / artistes, et il faut modifier les fichiers une fois transférés.

Hors, allant sur le site de Gnomad2 , une nouvelle version, la 2.9.0 permet apparemment cette gestion sans problème. Voici donc comment compiler Gnomad 2.9.0 avec une Ubuntu Feisty AMD64.

1ière étape : les prérequis de base :

Dans un terminal :

$ sudo aptitude install build-essential
$ sudo apt-get build-dep gnomad2

Les deux premières étapes installent les outils de compilations, et les dépendances connus pour le paquet fourni par défaut avec la distribution. Hors, il faut en rajouter d’autres :

$ sudo aptitude install libid3tag0 libid3tag0-dev
$ sudo aptitude install libtag*

Ou encore passer par synaptic pour cette deuxième opération 😉

2ième étape : on récupère le code source depuis le site.

3ième étape : on décompresse et on lance la compilation :

$ tar xvfz gnomad*.tar.gz
$ cd gnomad2-2.9.0
$ ./configure ; make
$ sudo make install

Je sais, j’aurais pu faire un paquet deb, mais je ne suis pas très fort dans ce domaine 🙂

Et voici à quoi ressemble le résultat fini :

transfert de données via gnomad2 2.9.0

« Starway to Heaven », un bon moyen de découvrir Led Zeppelin ?

Voulant écouter du rock de qualité – en clair, pas la merde actuelle – je voudrais découvrir – avec pas mal de retard – l’oeuvre de Led Zeppelin.

Je voudrais savoir si selon vous, le meilleur morceau pour aborder Led Zeppelin, c’est « Starway to Heaven » (dans l’album Led Zeppelin IV) ou encore « Whole Lotta Love » (dans l’album Led Zeppelin II) ?

J’avoue avoir un faible pour la première…

Encore une artiste que les majors ne voudront jamais produire…

Il s’agit d’Allison Crowe, une canadienne qui se fait connaitre via jamendo et d’autres sites de musique libre.

Elle mélange le jazz, le folk, la soul, le tout accompagné de piano… Un peu comme Norah Jones a ses débuts.

Un coup de coeur, tout comme Rob Costlow dans le domaine piano…

Merci à Jamendo pour nous sortir de la soupe habituelle des radios et des majors (EMI, Universal, Sony, etc…).

Ah, le chef d’oeuvre de Mary Shelley…

Vous ne connaissez pas Mary Wollstonecraft Shelley ? Si je vous dit : « Frankenstein ou le moderne Prométhée » ?

Je viens de finir le texte en version originale, via une édition chez Penguin Popular Classics, et je dois avouer que je m’attendais à quelque chose de plus violent que le texte. Victor Frankenstein est le parfait exemple de l’apprenti sorcier.

Je ne voudrais pas spolier le plaisir des personnes voulant découvrir le texte, aussi bien en langue originale (l’anglais) que dans une version traduite.

Le texte se lit très facilement, et bien que la fin soit sur certains plans prévisibles, on peut être étonné par le coté moderne et encore d’actualité du texte…

Book Depository : une bonne boutique pour les livres en anglais

Je tenais à faire un petit billet sur une excellente boite auprès de laquelle je me procure la série des « Harry Potter » dans la langue d’origine, Book Depository.

C’est une boite qui travaille en partie avec Amazon et permets d’avoir en l’espace d’une grosse semaine des livres qui pourraient demander jusqu’à un mois de délai ailleurs.

Je prends comme exemple le livre « Harry Potter and the Goblet of Fire » (796 pages au format poche, dit édition adulte, en comparaison des 756 pages de la version française).

J’ai passé commande samedi dernier en début d’après-midi et je l’ai reçu aujourd’hui même. Ce qui n’est pas excessivement long, surtout si la commande a été traitée en début de semaine 🙂

Et payer 10,20 € pour le livre en VO, ce n’est pas non plus excessif. Autant dire que le blog risque de tourner au ralenti durant les 3-4 jours qui arrivent 😉

Y a pas à dire, la version traduite des « Harry Potter » sont adoucies.

J’ai fini hier soir les 366 pages de la version poche du volume 2 des aventures d’Harry Potter, « Harry Potter and the Chamber of Secrets ».

En attendant l’arrivée du volume 3 « Harry Potter and the Prisonner of Azkaban » et ses 468 pages, je me plongerais dans « Les bienveillantes » dont je suis arrivé à la moitié environ.

Pour en revenir à la traduction, le traducteur a surement bien fait d’édulcorer certains termes. Le chapitre 7  » Sang-de-bourbe et drole de voix » est en VF « mudblood and murmurs ».

mud = boue, blood = sang. Donc le terme discriminatoire des Malefoys et autre mangemorts est en réalité « Sang de boue »…

Agréable, non ?!

Lorsque j’ai lu la saga en français, je trouvais que le premier tome vraiment « adulte » était le tome 4, « Harry Potter et la coupe de feu », mais déjà, le tome 2 offre un bon aperçu du monde des sorciers, qui ressemble étrangement à celui dans lequel nous vivons.

Après tout, l’histoire commence en 1991, car on apprend dans le tome 2, lors de l’anniversaire de mort de Nick Quasi-sans-tête que cela fait 500 ans qu’il a été tué, sa mort datant du 31 octobre 1492… Donc :

  • Harry Potter and the philosopher’s stone (L’école des sorciers) : en 1991-1992
  • Harry Potter and the chambers of secret (La chambre des secrets) : en 1992-1993
  • Harry Potter and the prisonner of Azkaban (Le prisonnier d’Azkaban) : en 1993-1994
  • Harry Potter and the goblet of fire (La coupe de feu) : en 1994-1995
  • Harry Potter and the order of the Phoenix (L’ordre du Phénix) : en 1995-1996
  • Harry Potter and the half-blood prince (Le prince de Sang mélé) : en 1996-1997
  • Harry Potter and the deathly hollows : en 1997-1998 ?!

Une manière de critiquer certains penchants de la société actuelle ?

En tout cas, une excellente saga, encore meilleur quand on la lit dans la langue de Shakespeare.

Les versions françaises d’Harry Potter seraient-elles adoucies ?

Dans le but de pouvoir lire sans trop de difficulté l’ultime opus des aventures d’Harry Potter, j’ai commencé à me procurer la série des volumes des aventures du héros de JK Rowling en version originale.

Même si je souffre pas mal par moment, je dois dire que j’arrive à m’en sortir pas trop mal sur le plan de la compréhension générale. Cependant, j’ai noté que la version française un brin adoucie.

Exemples ?

Outre l’étrange traduction du titre d’origine « Harry Potter and the Philosopher’s Stone » devenu « Harry Potter à l’école des sorciers » (?!), voici quelques traductions changeantes.

Dans le chapitre 5, « Diagon Alley » devenu « Le chemin de traverse », quand Harry et Hagrid sont chez Gringotts, Hagrid demande au gobelin :

« […]Can you go more slowly please ?
One speed only, said Griphook »

En gros : « […]Pouvez-vous aller plus lentement ?
Une seule vitesse dit Griphook »

La réplique du gobelin est devenue :

« Désolé, Monsieur, répondit le gobelin, la vitesse des wagonnets n’est pas réglable ».

Après qu’Harry ait vaincu pour la première fois Lord Voldemort et son support, le bégayant professeur Quirrel, le professeur Dumbledore parle avec Harry des dragées surprises de Berthie Crochue :

« I was unfortunate enough in my youth to come to a vomit-flavoured one » => une dragée ayant le goût de vomi. Bon appétit.

En français ?

« […]J’en ai trouvé une qui avait le goût de poubelle »…

Je vais attaquer le volume deux, « Harry Potter and the Chamber of Secrets » ce soir, et comparer histoire de voir les différences entre les deux versions 😉

Alexandre le Bienheureux nous a quitté.

L’acteur Philippe Noiret est décédé des suites d’un cancer.

Source :

http://tf1.lci.fr/infos/culture/cinema/0,,3359295,00-philippe-noiret-est-decede-.html

Ce grand acteur nous a quitté. Encore un grand nom du cinéma qui s’en va et qui sera surement regretté. Si j’ai pensé à Alexandre Le Bienheureux, c’est surtout pour les rôles de grands gueules auxquels il était abonné. Comme celui du commissaire dans les Ripoux, et de l’inspecteur dans « Tendre Poulet » et « On a volé la cuisse de Jupiter ».

76 ans, c’est encore jeune de nos jours. Reposez en paix, et chapeau bas pour votre carrière, monsieur Noiret.

Ah les modes musicales…

Vous vous souvenez ce qui était considéré comme hyper à la mode il y a 10 ans ? Quels étaient les groupes phare ?

Allez, n’ayez pas honte de vous souvenir de titres inoubliables comme « Wannabe » ou encore « Partir un jour »…

Oui, je parle de la période des groupes de garçons comme les 2Be3, les Alliage, l’anglophone Take That (dont s’est sorti un certain Robbie Williams) ou des groupes de filles, et pour ne citer que le plus célèbres, les Spice Girls (dont sont issue l’épouse de David Beckham et une certaine rousse !)

De nombreuses femmes agées d’environ 24 – 25 ans doivent se souvenir des posters de ces garçons à la plastique un peu trop parfaite 😛

Il est vrai qu’on ne faisait que descendre une marche plus que le mouvement musical qui avait quasiment monopolisé le monde musical entre 1990 et 1995, je parle de l’enfant honteux du Disco, la Dance Music 😛

Quoique depuis on a hérité du R’n’B, qui est encore pire que la Dance Music sur certains plans… Et comme cela fait pas loin de 10 ans que le R’n’B a tendance à monopoliser les ondes, une nouvelle mode va apparaître et envoyer le R’n’B au musée des tendances musicales 😛

Ben ouais, je regrette l’époque des grands albums comme « A night at the Opera » de Queen… Comment cela, vieux con ?!

Les majors du disque américaines prises la main dans le pot de confiture. A quand le tour des européennes ?

En attendant que les majors européennes subissent le même sort… En effet, les ventes sont au plus bas au pays de la bannière étoilée. La semaine du 23 juillet 2006 a été la plus mauvaise en 10 ans ! Moins de 9 millions d’albums vendus pour un pays de 300 millions d’habitants, c’est pas grand chose…

Et si on prend le top 10 des meilleures ventes, le premier titre ne fait que 207 000 ventes, le numéro 2, à peine 67 000 ! Ce qui s’appelle une baffe… Ou simplement le juste retour du bâton : musique formatée, compilation insipide, artistes jetables, cd illisibles, hors de prix, etc…

On pourrait accuser les réseaux d’échanges de fichiers de « pair-à-pair », mais vu la multiplication des procès de la RIAA, on ne peut plus accuser que la baisse des ventes soient liées à un piratage forcené… Avec 14800 procès sur la période 2003-2005, l’effet dissuasif joue même de manière marginale.

Pour donner un ordre d’idée, en 2005 en France, il y a eu 83 millions d’albums vendus, soit en gros 1,5 millions de ventes hebdomadaires.

D’ailleurs, une information qui est passée quasiment inaperçu montre à quel point les majors du disque – au moins en France – semble prendre conscience que le CD est un support vieillissant…

En effet, le seuil pour recevoir une « récompense » (disque d’argent, or, platine et diamant) baisse en moyenne de… 25% !

  • Pour une vente déclarée disque d’argent : 35 000 au lieu de 50 000 = -30%
  • Pour une vente déclarée disque d’or : 75 000 au lieu de 100 000 = -25%
  • Pour une vente déclarée disque de platine : 200 000 au lieu de 300 000 = -33%
  • Pour une vente déclarée disque de diamant : 750 000 au lieu de 1 000 000 = -33%

Les ventes tendent à baisser (sinon, pourquoi abaisser le niveau de consécration ?) et on ne peut plus accuser le méchant p2p ? Dommage 😀

Et quand on voit la répartition, aussi bien pour la musique numérique qu’en dur… On se dit que les artistes se font bien élargir l’orifice anal par les majors et les magasins de musique en ligne…

15% en moyenne pour les interprètes, 62% pour les maisons de disques…

Mouahahahahaha ;)

C’est la crise de rire que j’ai poussé quand j’ai vu le navet… euh, le film tiré du jeu vidéo « Doom ». Hier, j’avais pu voir que le film était sorti en DVD dans les hypermarchés, et j’ai donc décidé de me fendre d’un euro et des poussières chez mon loueur de vidéos au lieu de dépenser plus d’une vingtaine d’euros dans l’achat du DVD… Le résultat ?

Continuer la lecture de « Mouahahahahaha 😉 »