Pour une fois, une édition remastérisée qui a de l’intérêt !

J’ai tendance à me méfier des versions « remastérisées » des albums déjà sorti sous format CDs, car souvent, ce n’est qu’une copie reprise et un peu dépoussiérée des versions précédentes. La remastérisation des albums des Beatles est un peu une exception, car les livrets fournis avec sont d’excellentes qualités.

Un autre contre exemple, c’est l’édition remastérisée de « Everyone Is Everybody Else » des Barclay James Harvest.

L’album sorti en 1974 – très bonne année, n’est-ce pas 😉 – avait à l’origine neuf pistes. Sur l’édition que j’ai achetée sur Amazon.fr, c’est 14 pistes qui attendent l’auditeur.

En effet, deux versions alternatives de la sublime ballade « Child Of The Universe » sont proposées, ainsi que des versions alternatives de « The Great 1974 Mining Disaster » et de « Negative Earth », sans oublier une piste intitulée « Maestoso (A Hymn In The Roof Of The World) »

Pour une fois, je suis content d’une version remastérisée d’un album 😉

Une ballade des Barclay James Harvest pour bien commencer la semaine.

J’ai eu envie de commencer la semaine en partageant un de mes titres préférés des Barclay James Harvest, « Child Of The Universe », sorti sur leur album « Everyone Is Everybody Else » (1974), bien que le titre soit aussi présent sur la version rééditée de « Time Honored Ghosts » en tant que piste bonus.

La vidéo est tirée du concert gratuit mis en place par le groupe à Berlin en 1982.

Bonne écoute 🙂

Réhabilitons les albums de remix mal aimé ; deuxième partie « Fixed »

Avec « Things Falling Apart« , « Fixed », le remix de l’excellent « Broken » est le moins aimé des albums de remix de Nine Inch Nails.

Comme je considérais que « Things Falling Apart » était une grosse daube commerciale,  je pensais que « Fixed » était une version électro mal ficelée de Broken.

Même si la piste « Gave Up » sent le remix électro un peu trop rapide, la version de « Wish » qui suit reprend toute la puissance de la version d’origine. Ce qui est assez « jouissif », surtout quand on connait la prestation scenique d’un Wish, cf par exemple la version du concert de Las Vegas, montage fait par le collectif « This One Is On Us » (qui n’a toujours pas sorti officiellement le DVD et les autres formats téléchargeables ! )

Du moins au moment où je rédige cet article 🙂

« Happiness in slavery » est la piste qui suit. On sent que toute la puissance du titre original a été tranféré dans des cris. Pas le meilleur remix imaginable, mais cela se laisse encore écouter 😉

« Throw this away », c’est « Last » revisité. Et je dois dire qu’avec la version remixée de « Wish », c’est un des meilleurs morceaux de l’album.

« Fist Fuck » nous plonge dans un univers un peu « carceral ». La dernière piste, je n’ai jamais pu l’écouter jusqu’au bout 🙁

Bref, un album qui vaut le coup, au moins pour les 4 premières pistes, même si l’original, « Broken » est largement meilleur 😉

Réhabilitons les albums de remix mal aimé ; première partie « Things Falling Apart »

« Things Falling Apart », c’est l’album de remix du double album « The Fragile », sorti en l’an 2000. L’album « The Fragile » est souvent considéré comme un jalon dans la carrière des Nine Inch Nails. L’album de remix qui en a été tiré a été souvent considérée comme une grosse daube commerciale.

C’était aussi mon opinion, jusqu’à ce que je l’écoute. Sur les 10 pistes, tout n’est pas à jeter loin de là. « Slipping away » qui ouvre l’album est une réinterpréation intéressante de « Into The Void ». J’avoue que j’aime la version d’origine du duo « The Frail / The Wretched », et même si la version remixée de « The Wretched » perd une partie de sa force, l’interprétation orchestrale de « The Frail » est excellente.

Quant à l’hommage à Gary Numan, avec la reprise de Metal, c’est du pur sucre. Le seul gros hic, ce sont les 3 versions de « Starfuckers Inc », dont seule la première version est à la hauteur de l’originale. En gros, il y a les deux dernières versions de « Starfuckers Inc » qui sont largement évitable sans grosse perte au niveau intérêt d’écoute.

On est loin de l’excellent « Further Down The Spiral » ou de « Y3ARZ3R0R3M1X3D ». Mais ce n’est pas autant à jeter complètement 😉

La Fondation d’Isaac Asimov. Bilan de la lecture des trois tomes centraux du cycle.

J’avoue que je n’ai jamais été un grand fan d’Isaac Asimov, n’ayant pas encore réussi à finir « Les robots ».

C’est donc avec un peu de curiosité que j’ai attaqué vendredi dernier le tome 1 du cycle, à savoir « Fondation ».

Continuer la lecture de « La Fondation d’Isaac Asimov. Bilan de la lecture des trois tomes centraux du cycle. »

Quelques films vu récemment.

Voici quelques films que j’ai vu récemment, dans le désordre le plus complet 😉

L’âge de Cristal (Logan’s Run). C’est un film de 1976 de Michaël Anderson. Dans un futur tout à fait dystopique, l’humanité vit dans un monde, « la cité » où l’on ne vit pas plus de 30 ans. L’age de chaque personne est donné par un cristal implanté dans la main. Le jour du 30ième anniversaire, a lieu la cérémonie du Carroussel, où les personnes sont « mises à mort » pour renaître.

Logan, joué par Michaël York, est un limier, un chasseur / tueur de fugitif (un peu comme Deckard dans Blade Runner). Les autorités lui donne l’ordre de trouver le lieu où les fugitifs ayant réussi à s’enfuir survivent en dehors de la cité, « Le sanctuaire ».

Les effets spéciaux ont très mal vieilli (spécialement la vue de la cité qui montre clairement que ce sont des maquettes qui sont utilisées), mais l’intrigue est prenante. Même si la fin est un peu trop… Mais non, je n’en dirais pas plus 😉

A noter la présente de Farah Fawcett dans le film.

Deuxième film : « The Phantom of the paradise ». Dans ce film de 1974, Brian de Palma revisite un célèbre mythe en le transposant le monde musical. Sur fond de musique volée, on voit comment la vengeance peut devenir destructrice.

Et c’est aussi une sacrée critique de l’industrie musicale de l’époque, qui passe allègrement du mouvement « hippie » (avec les « Juicy Fruits ») au début du film à Beef, qui symbolise le Hard Rock de cette époque).

A voir ne serait-ce que pour la prestation de William Finley.

Troisième film : « Tron ». Tourné en 1982, ce film de science fiction de Walt Disney nous plonge dans un monde assez spécial. Celui d’un ordinateur. Avec des effets spéciaux qui ont horriblement mal vieilli (pire que les effets spéciaux du premier opus de Star Wars sorti 5 ans auparavant).

Ultra connu pour la course des véhicules lumineux, ce film est franchement kitsch.

Et c’est ce qui en fait une référence. Cependant, le scénario qui se résume encore à une trahison et une vengeance est un peu rapide pour le dénouement. Les effets 3D en fil de fer, les personnages vétus de combinaisons qui font penser à des circuits imprimés, et les allusions à certains langages de programmation en font cependant un bon moment à passer… Histoire de voir à quel point l’informatique a évolué en une trentaine d’années.

Il semblerait qu’une suite soit prévue pour l’année prochaine.

C’est tout pour aujourd’hui ! 🙂

Bilan culturel personnel pour 2009.

Alors que l’année 2009 meurt lentement – pas trop tôt ! – j’ai voulu faire un petit bilan culturel personnel.

En dehors de la bagarre pour savoir qui a sorti la phrase « Quand j’entends culture, je sors mon révolver » (Göring, Baldur Von Schirach ?), je considère que la culture n’est pas une insulte, surtout vu les perles sorties cette année ne serait-ce qu’Hadopi


Quand j'entends le mot culture, je sors mon… par hublera

Bref, voici mon bilan culturel : j’ai vraiment découvert Pink Floyd sur le conseil d’un ami et artiste – qui a décidé de m’initier à Deep Purple ! – ainsi que Portishead, Tarnation, Gary Moore, The XX (sur les conseils d’une amie et collègue très branchée musique), Joy Division, et The The.

Pas d’artistes français, car actuellement, hein…

Sur le plan littéraire ? J’ai découvert Brett Easton Ellis, Haruki Murakami, Shalom Auslander et la dernière mais pas des moindres, Yoko Ogawa.

Sur le plan cinématographique : toujours grace à mon amie et collègue, j’ai découvert des films dont j’ignorais l’existence où j’avais vaguement entendu parler : « Dark City » (Alex Pryas), « Mysterious Skin », « Donnie Darko », ainsi que la série anglaise de la BBC avec Rowan Atkinson « Black Adder ».

Bref, une bonne année sur le plan culturel. L’année prochaine ? Je compte me finir ma collection entamée des Pink Floyd, me procurer « Third » de Portishead, lire encore plus, et surtout ne pas acheter la daube des marchands de galettes plastifiés.

Ah, Hope Sandoval… Quel bonheur.

Normalement, je devais parler dans cet article d’un truc de g33k, mais ayant reçu le dernier Hope Sandoval & The Warm Inventions, j’en profite pour faire une rapide note sur celui-ci.

Hope Sandoval, c’est la chanteuse du duo Mazzy Star, dont j’avais parlé dans un billet sur mon autre blog, il y a environ un an.

Comme pour l’album « So Tonight That I Might See » (sorti il y a 16 ans !), Hope Sandoval nous propose un album tout en douceur, jazzy, lascif – mais pas lassant.  Quand on commence à l’écouter, on se repose, et on laisse l’esprit vagabonder dans un monde de douceur. Et on s’étonne que presqu’une heure est passée quand l’album se termine.

A découvrir pour changer un peu de la daube avariée actuelle !

Quels sont les CDs que j’ai acheté cette année ?

Lisant le livre « La Bataille Hadopi« , le mensonge mis en avant par les majors du disque – qui représentent à elles seules environ 72% de la musique commercialisée en 2004 – est que les ventes de CDs n’arrêtent pas de baisser.

Il est vrai que la qualité du remplissage des galettes plastifiées n’est pas en cause…

En me basant sur mes achats de 2009 (et comme l’année est presque finie c’est déjà intéressant) voici ce que j’ai acheté, 95% du temps à prix cassés, car payer 17 € un album de 12 titres alors qu’en 1989 j’ai acheté une compilation de 16 titres environ 130 francs (soit environ 20 € actuels), très peu pour moi désormais.

Continuer la lecture de « Quels sont les CDs que j’ai acheté cette année ? »

Les livres qu’on entame et qu’on ne finit jamais.

Il arrive qu’on emprunte ou qu’on achète des livres qu’on  ne finit jamais.

Actuellement, j’ai trois livres qui rentre dans cette catégorie.

Et vous ?