Spécial dédicace aux personnes qui…

…ont leur claque des chansons douces pour Noël et qui ont passé un Noël à …

Tiré de la bande originale du film « Natural Born Killers » (« Tueurs nés » en français) où Nine Inch Nails a deux autres titres, « Something I Can Never Have » (tiré de l’album Halo 2, « Pretty Hate Machine ») et « A Warm Place » (un instrumental tiré de l’album Halo 8, « The Downward Spiral »)

Bon Noël 😀

Quelques séries qui ont bercées mon enfance dans les années 1980.

Ce ne sont pas les séries les plus longues qui marquent forcément le plus. Voici celles qui m’ont laissés de sacrés souvenirs.

« Street Hawk » alias « Tonnerre Mécanique« . 13 épisodes.

« Manimal« . 8 épisodes avec l’acteur Simon McCorkindale.

« Whiz Kids » alias « Les petits génies« , la série qui m’a branché à l’informatique et m’a donné cette passion dévorante depuis. 18 épisodes

« The Wizard » alias « Le Magicien« . Avec David Rappaport qui s’est suicidé il y a plus de 20 ans déjà. 19 épisodes.

« Blue Thunder » alias « Tonnerre de feu« . Concurrent malheureux d’Airwolf alias Supercopter. 11 épisodes

Même si certains génériques ont mal vieillis, ça fait parfois du bien de se replonger 25 à 30 ans en arrière 😉

Bilan culturel de l’année 2011.

J’ai toujours été un passionné de musique. Et sur les 280 albums de ma musicothèque, voici ce que j’ai acheté cette année, une partie que je n’aurais jamais surement daigné écouté voire acheter sans le prêt d’amis, l’écoute en flux ou de manière moins avouable 😉

rhythmbox - près de 3000 morceaux !

Collection 2011

Sans oublier de nombreux artistes et groupes qui publient sous licence art libre ou creative commons comme Garmish, Goodbye Kumiko, Bats On A Swing, et tout ceux dont j’ai parlé en cette année 2011. Et je tiens à remercier « Au Bout Du Fil » et « @diffuser.net » pour certaines découvertes.

Continuer la lecture de « Bilan culturel de l’année 2011. »

Dédicace spéciale aux dirigeants des SACEM, SABAM, RIAA, Vivendi Universal et autre Sony-BMG…

A toutes les personnes qui disent que « copier, c’est voler », niant méconnaissant le contenu de l’article 311-1 du Code Pénal :

Le vol est la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui.

Je tiens à dédier ce titre de Nine Inch Nails, 4ième piste de leur chef d’oeuvre de 1994, « The Downward Spiral ».

Et de citer le dernier couplet qui s’applique particulièrement aux dirigeants des industries de copistes de galettes plastifiées qui se font de parties génitales en or en vendant une énième remastérisation de l’intégrale des Pink Floyd, groupe qui s’est séparé en 1994…

All the pigs are all lined up
I give you all that you want
Take the skin and peel it back
Now doesn’t that make you feel better?
The pigs have won tonight
Now they can all sleep soundly
And everything is all right

Bonne soirée 🙂

En vrac’ culturel plus ou moins libre ;)

Pour finir cette semaine, un « en vrac' » culturel plus ou moins libre 🙂

Allez, bon week-end, je vais me replonger dans « La Cybériade » et ensuite relire le premier tome de Millenium ! 😉

Merci la BBC pour cette excellente adaptation.

J’avais il y a quelques années lu en anglais, puis en français l’un des romans principaux de Jane Austen « Orgueil & Préjugés ».

Ce roman dépeignant de manière crue le milieu de la bourgeoisie anglaise de la fin du 18ième montrait un milieu de rentier, obsédé par l’argent, les mariages, et la peur du déshonneur.

J’avais pu voir et j’avais été énormément déçu par la version où joue Keira Knightley. J’ai pu hier acheté le double Blue Ray (ben oui, j’ai une freebox revolution et une TV HD, autant en profiter) de la version réalisée pour la BBC en 1995. Et c’est une claque monstrueuse.

Le duo Colin Firth – Jennifer Ehle rend tout le piquant et l’acidité du roman de Jane Austen. Même si l’ensemble dure plus de 5 h 30, on est passionné d’un bout à l’autre. J’avoue que j’ai du hier soir me limiter au premier disque, et que ce matin, je me suis régalé avec le second.

Si vous voulez voir une adaptation de qualité, n’hésitez pas !

Un petit fantôme pour finir la semaine ?

Ghosts I-IV, c’est le premier album de Nine Inch Nails que j’ai acheté. Après avoir récupéré légalement à l’époque le premier quart de l’album, j’avais acheté la version complète.

J’ai par la suite acheté la quasi-totalité de la discographique du groupe, légèrement différente de Ghosts I-IV. Ne me manque plus que l’ultra rare triple CD qui constitue le Halo 15, Ghosts I-IV étant le Halo 26.

Mais en cette fin de journée pluvieuse, j’ai pensé que la piste I Ghost I s’imposait.

Bonne soirée !

Des morceaux moins connus de l’Opéra Rock « Starmania ».

J’ai pu mettre la main récemment sur le double vinyl original de l’Opéra Rock « Starmania ou la passion de Johnny Rockfort selon les Evangiles Télévisés ».

Dès qu’on dit « Starmania », tout de suite on pense à « Ziggy » ou encore « Le monde est stone », deux titres interprétés par Fabienne Thibeault (et massacré par Céline Dion). Sans oublier « Le blues du businessman ».

Continuer la lecture de « Des morceaux moins connus de l’Opéra Rock « Starmania ». »

Doit-on être « imPUR » pour se cultiver cinématographiquement parlant ?

Une amie m’a donné récemment un paquet de vinyls. Parmi ceux-ci, j’ai pu trouver deux bande-originales : « Diva » et « Flashdance ». Ce qui m’a permis de compléter ma collection de bande originale au format vinyl : j’avais déjà « Hair » (un double vinyl) et « Midnight Express ».

Vinyls de bande originale

Je me suis dit, je vais surement pouvoir trouver ces vieux films (qui date de 1978 à 1983). Quand même, des films qui ont une trentaine d’années en moyenne, ça doit se trouver sur des plateformes légales.

Donc, j’ai voulu rester dans la légalité, et décidé de voir les plateformes recommandées. J’ai décidé de rajouter à ma liste le film culte « Blade Runner » (1982), et un autre plus ancien mais tout aussi culte, « La Grande Evasion » (1963).

Partons sur la page consacré à la vidéo sur le site http://www.pur.fr/

Continuer la lecture de « Doit-on être « imPUR » pour se cultiver cinématographiquement parlant ? »

Botany Bay : quand un groupe allemand sort un album inclassable de qualité… Et c’est aussi bien ainsi !

J’ai reçu ce matin le dernier LP en date du groupe Botany Bay, « No Excuse ». Je l’ai commandé sur la page Bandcamp du groupe.

Bien qu’il publie leur création sous licence Creative Commons, j’ai payé mon obole après avoir pu écouté l’album, grace au lecteur sur la page de l’album. Car j’ai vraiment eu un coup de coeur.

Coffret dédicacé de l'EP "No excuse" de Botany Bay

Le groupe se présente tout seul lui même, je copie-colle donc le premier paragraphe ici :

Emotional and intensive pop songs, influenced by Pink Floyd and Coldplay up to Massive Attack… sometimes richly instrumented, then again reduced to the essential; sometimes electric and next time a little more acoustic…

Ce qui donne traduit :

Des chansons émotionnelles et intensives, influencées par Pink Floyd et Coldplay jusqu’à Massive Attack… Parfois enrichie d’instruments, et puis réduite à l’essentiel ; parfois électrique et après un peu plus acoustique…

Le titre éponyme emporte l’auditeur dès le départ. Suit le titre « A better way » plus doux, plus dansant que le premier. C’est l’un des meilleurs titres de la galette.

Le titre « How Am I To Know ? », est plus électro dans la composition, tout en restant écoutable, car ce n’est pas du bête « je mets la boite à rythme à fond sur des paroles passe-partout »…

Le titre qui suit « Oh, robbie » est beaucoup plus « classique », et nous offre des sonorités type piano, et une balade qui s’en suit. Sortez vos mouchoirs 😀

Suit l’acoustique et relative joyeux « Your diary ». Par moment, le titre a quelques influences avec les travaux d’un groupe du nom de Portishead.

Suit le titre « How much can you take », avec toujours des petites touches à la Portishead.

L’album se termine avec 5 remix de « A better way ». Je ne suis pas super fan des Remix, donc je n’en parlerais pas ici.

Pour finir cet article, sachez qu’il existe un autre album, un EP sorti l’année dernière, plus sombre que cet album, « Stupid Summer Dreams« .

La discographie d’Ehma entièrement (ou presque) disponible sur AlterMusique.

Ehma… Un artiste que j’écoute depuis de nombreuses années, l’ayant découvert vers 2005 ou 2006 sur Jamendo. Cependant, à l’époque, les formats proposés n’étaient pas extraordinairement joyeux (mp3 192 si mes souvenirs sont bons). Donc, je n’avais fait qu’une copie numérique.

L’année dernière, Ehma avait publié son dernier album « L’Air du temps » sur Altermusique, en flac, ce qui m’avait donné l’envie de le graver sur CD pour l’avoir en souvenir.

Etant passé récemment sur Altermusique, j’ai vu qu’Ehma a proposé sur sa page la totalité de ses créations. J’en ai donc profité pour récupérer les albums « Les temps modernes » (2003), « La plage de Blâne-Est » (2004), « Opus Solemnis » (2005).

D’ailleurs, son titre « Jeux de plage », extrait de « La plage de Blâne-Est » est à l’origine d’un titre de Tryad, l’éponyme « Listen » en 2006.

Albums d'Ehma

Si vous aimez les pianos, les rythmes classiques cependant matinés de quelques surprises, n’hésitez pas à découvrir Ehma.

C’est bien connu, Stallman est un c*****d, mais terriblement visionnaire.

Stallman est connu pour ses propos acerbes, parfois mal interprété par des fanboys qui ne comprennent pas que tout le monde ne succombe pas au culte de la personnalité de certains génies du commerce.

Cependant, un article sur Numerama nous fait part d’un projet de notre ancienne ministre de la Culture, celle qui avait porté la loi Hadopi à bout de bras. Sa dernière idée en date : faire payer un droit de lecture pour lire des livres électroniques

Je cite l’article de Numerama :

Et bien pouvoir aller dans une librairie, acheter un bouquin, et que le libraire vous dise, je ne sais pas, que pour trois euros de plus « vous pouvez avoir la version numérique, et puis cet auteur a fait un autre bouquin que l’on ne trouve qu’en numérique, vous pouvez aussi le trouver sur cette borne… ». Sachant que finalement vous achetez un droit de lecture, France Télécom Orange étant un tiers de confiance, étant celui qui va gérer votre droit de lecture, vous retrouvez beaucoup de vocations de France Télécom Orange : la capacité d’innovation, la sécurité, la pérennité,… et là je trouve que l’opérateur est complètement dans son rôle.

Cela me fait me souvenir d’un texte paru en anglais en 1997, du c*****d (pour reprendre les termes de commentaires de personnes très tolérantes sur un certain site dont j’ai parlé dans un autre billet), « Le Droit de Lire ».

Continuer la lecture de « C’est bien connu, Stallman est un c*****d, mais terriblement visionnaire. »

Pour finir le week-end en douceur…

L’hommage des Pink Floyd à leur fondateur Syd Barret (1946-2006), tiré de l’album « Wish You Were Here » (1975), la superbe ballade « Shine On You Crazy Diamond », en live.

Ca change quand même un peu de la soupe froide qui monopolise les radios et les télévisions, non ?

Big Black Delta : le premier LP est disponible.

J’ai des (dé)goûts très variés en musique : des chanteuses Jazz comme Billie Holiday, à Nine Inch Nails, en passant par Dead Can Dance, Pink Floyd, les Beatles, les Doors, SonoIo, ou encore Deep Purple.

En parlant de SonoIo, je tiens à dire que j’ai pu découvrir grâce à ses conseils éclairés Big Black Delta, qui n’est autre que le projet solo de Jonathan Bates, bassiste de Mellowdrone.

Recevant hier un courrier électronique dans ma boite, j’ai eu la bonne surprise de lire que le premier LP était enfin disponible sur le site officiel de Big Black Delta.

Comme il était librement téléchargeable, j’ai sauté sur l’occasion, et j’ai eu une claque. De l’électro-rock de très bonne qualité.

Comme j’aime bien les travaux d’Alessandro Cortini (alias SonoIo), j’ai de suite accroché à Big Black Delta.

L’album commence par le très rock « Put the Gun On The Floor ». Le deuxième titre, « Capsize » se la joue très début des années 1980, titre lent qui calme le jeu.

« Huggin and Kissin » joue essentiellement sur les percussions, tout en évitant de tomber dans le « tac-tac poum-poum » de la techno. Cela me fait un peu penser à Orchestral Manoeuvres in the Dark.

Continuer la lecture de « Big Black Delta : le premier LP est disponible. »