La non-viabilité de la location de musique prouvée ?

Dans un article publié sur Presence-PC (reprenant cette dépêche de Reuters, Napster (historiquement connu pour avoir été le premier logiciel de P2P musical) se plaint de ne pas pouvoir tailler des croupières à Apple et son iTunes Music Store.

« Notre activité repose sur le logiciel de gestion des droits d’auteurs (DRM) de Microsoft et notre modèle économique repose également sur l’écosystème des constructeurs de baladeurs autour de Microsoft », a-t-il ajouté.

Microsoft doit négocier avec un grand nombre d’éditeurs de services musicaux et de fabricants de baladeurs, a reconnu Craig Gorog. « C’est beaucoup plus difficile à organiser correctement que de concevoir un baladeur et un service comme Apple l’a fait », a-t-il déclaré.

Cette contre-performance s’explique par deux points : une dépendance envers un format précis sur une seule plateforme, le WMA et donc Windows Media Player.

Apple, bien qu’il se soit lancé en premier a décidé de ne pas rester sur son OS et de proposer un logiciel qui tourne aussi bien sous Windows que sous Linux. Allez donc trouver une version récente de Windows Media Player pour MacOS-X… La dernière est la version 9, sortie en novembre 2003 !!!

Un autre point : la location de la musique.

Autant je peux comprendre la location d’un film, autant la location de musique, cela me fait drôle. De plus, je n’en ai rien à faire d’avoir accès à 1,5 million de titres si au bout de six mois, en ayant assez de payer, je me retrouve avec des morceaux inaudibles.

Il est étrange de noter qu’il n’y a en France, sauf erreur de ma part que des services de vente de musique, aucun service de location n’ayant traversé l’Atlantique.

Enfin, seul l’avenir nous dira si la location de musique est une idée viable ou complètement débile…

Le principal mensonge des majors du disque détruit !

En lisant cet article du Nouvel Observateur, on s’aperçoit que les revenus des majors (Universal, Sony-BMG, EMI, etc…) ont augmenté, et ce, malgré un piratage qui fait – selon les majors – baisser leurs revenus…

La SCPP (Société Civile des Producteurs Phonographiques) a reversé près de 8% de plus de droits d’auteurs qu’en 2004 !

« […]En 2005, la SCPP a réparti 48,8 millions d’euros à ses ayants droit, soit une progression de 7,4% par rapport à 2004. »

Et on entendra une minorité d’artistes riches à millions se plaindre…

Décidément, la vie est trop injuste…

Madonna, plagieuse ?

Oui, je parle de Louise Veronica Ciccone, 47 ans en 2005. Etant donné que les radios de djeunz (et de moins djeunz) nous ont bombardé avec son tube « Hung Up », je me suis aperçu que la mélodie n’est autre que celle d’un groupe des années 1970, ayant décroché l’Eurovision en 1974.

Je parle en effet du groupe ABBA, dont la mélodie de « Gimme, Gimme, Gimme » a été repris par Louise Veronica Ciccone, légèrement accélérée sur l’original.

Plagiat volontaire ou pas ?

En tout cas, le plagiat est quasiment sûr…

Modification à 20 h 32 :

Après quelques recherches, je suis tombé sur cette page, qui m’a fait bien rire…

Madonna a été contrainte de se mettre à genoux devant Abba afin de demander la permission d’utiliser un échantillon de « Gimme Gimme Gimme » dans le premier simple de son album « Confessions on a Dance Floor », « Hung Up ». Le groupe suédois permet rarement cette pratique. Seuls les Fugees avaient réussi à les convaincre dans le passé.[…]

Comme quoi, le plagiat, il faut le demander les genoux à terre 😉

Ce sont toujours ceux qui ont les poches pleines qui se plaignent…

Lu sur un journal hébergé par « Da Linux French Page » par rapport à une licence globale pour télécharger de la musique via le p2p :

« – « C’est un recul par rapport à Beaumarchais », créateur du droit d’auteur en 1791 (Maxime Le Forestier).

– « Si ma musique devient gratuite, alors je demande aux représentants de l’Etat qui travaillent pour le bien public de le faire gratuitement » (Michel Sardou).

– « Cet amendement nous renvoie à une époque ancienne que je croyais ne plus devoir exister, où les auteurs et les artistes étaient dépossédés de leurs droits contre une rémunération symbolique dérisoire » (Roberto Alagna).

– « Cet amendement est la négation de la valeur de la culture » (Francis Cabrel).

– « Le peer reste à venir » (Pascal Obispo).

– « Tout travail mérite salaire sauf le travail artistique, des millions de rmistes dans cinq ans, merci messieurs les députés » (Philippe Lavil).

– « Je suis pour l’exception pour la copie privée, mais contre le pillage de mon travail pour deux kopeks » (Joey Starr).

– « Cette loi est irresponsable et démagogique, en prétendant défendre les artistes et en prenant la parole en leur nom, on organise leur mise à mort » (Alain Chamfort). »

Continuer la lecture de « Ce sont toujours ceux qui ont les poches pleines qui se plaignent… »

Il faut boycotter Sony-BMG pour leur donner une leçon.

La major qui flique ses acheteurs, aussi bien les utilisateurs de Windows que les utilisateurs de MacOS-X, provoquant la naissance de véroles pour Windows qui utilisent les fichiers du mouchard installé en catimini par Sony-BMG, promets d’arrêter de produire ce genre de protection.

Cependant, Sony-BMG mérite de se prendre un petit boycott de ses produits pour avoir ainsi traité ses acheteurs de la sorte.

Il y a un blog anglophone qui est assez clair sur ce point : « Boycott Sony »

Continuer la lecture de « Il faut boycotter Sony-BMG pour leur donner une leçon. »

Les majors du disque ont le droit de fliquer les acheteurs maintenant ?

Du moins, c’est ce qu’on pourrait penser en lisant la découverte faite par Marc Russinovitch et posté sur son blog. Il s’est aperçu qu’un programme espion s’installait en douce avec l’utilisation de CD audio produit par la multinationale Sony BMG.

Groupe qui rassemble (liste non exhaustive ?) :

  • Arista Records
  • BMG Classics
  • BMG Heritage
  • BMG International Companies
  • Columbia Records
  • Epic Records
  • J Records
  • Jive Records
  • LaFace Records
  • Legacy Recordings
  • Provident Music Group
  • RCA Records
  • RCA Victor Group
  • RLG – Nashville
  • Sony Classical
  • Sony Music International
  • Sony Music Nashville
  • Sony Wonder
  • Sony Urban Music
  • So So Def Records
  • Verity Records

Non seulement un espion s’installe, mais il vous flique à intervalle régulier, et il est quasiment impossible de mettre fin à ses oeuvres malfaisantes sous peine de ne plus pouvoir accéder au CD légalement acheté 🙁

Donc méfiance si vous acheté un CD audio Sony déclaré comme « Copy Controlled », vous avez de fortes chances d’être fliqué par la major…

D’où découle 3 possibilités de réactions :

  1. Eviter comme la peste les albums de cette major ou
  2. Virer Windows pour l’écoute des CD audio
  3. Acheter les albums sous formes électroniques uniquement et graver les albums achetés pour éviter les DRMs qui empoisonnent la vie des consommateurs et qui ont fait depuis longtemps preuve de leur inutilité s’ils sont trop stricts.

Car les DRMs ne protège qu’une chose : les revenus monstrueux des majors et nullement le droit d’auteur

Plus d’infos sur le site « Eucd.info »

Merci à Tristan Nitot pour l’info et aussi à Generation-nt qui m’ont aidé à rédiger cette note.

Charles Aznavour, 30 années d’avance ?

Ecoutant en ce moment « Comme ils disent » de Charles Aznavour, je m’aperçois que ce texte chanté en 1973, est terriblement d’actualité.

Si vous ne connaissez pas ce texte, il est assez osé pour l’époque. Il faut se souvenir qu’en 1973, Georges Pompidou est encore président de la République, que la majorité légale est encore à 21 ans, que la télévision et la radio sont encore très réglementée, et qu’on décapite au nom de la République à tout va.

Oser dire alors que Sheila nous bassine avec ses Gondoles à Venise :

« […]
Vers les trois heures du matin
On va manger entre copains de tous les sexes
Dans un quelconque bar-tabac
Et là on s’en donne à cœur joie et sans complexe
On déballe des vérités
Sur des gens qu’on a dans le nez, on les lapide.
Mais on fait ça avec humour
Enrobé dans des calembours mouillés d’acide
On rencontre des attardés
Qui pour épater leurs tablées marchent et ondulent
Singeant ce qu’ils croient être nous
Et se couvrent, les pauvres fous, de ridicule
Ça gesticule et parle fort.
Ça joue les divas, les ténors de la bêtise.
Moi les lazzi, les quolibets
Me laissent froid puisque c’est vrai.
Je suis un homo comme ils disent.[…] »

D’ailleurs, je préfère largement Charles Aznavour quand il chante Venise.

Un clin d’oeil à une amie qui habite la région de Venise et qui se reconnaîtra 😉

Merci Jamendo ;o)

C’est un service qui propose de la musique « libre », et distribuée selon les licenses de publications « Creative Commons ».

Voici quelques albums que j’ai apprécié depuis que je connais et que je fréquente le site, soit en gros, six semaines.

Musique électronique :

Ne serait que pour le reposant et planant « Zen Garden », et le léger « Dry Rain », ou encore le très oriental « serpent »

On sent des origines « jarresques », et un peu de Vangelis. Reposant et agréables, surtout « L’exil des arbres »

J’ai accroché dès le début, cela me faisant un peu penser à JM Jarre de la grande époque. j’ai bien aimé l’adaptation de ce qui semble être l’adaggio d’Albinoni. Excellente surprise, même si les 2 ou 3 derniers morceaux ne m’ont pas emballés.

Musique pop-rock :

  • Boris et Maxime – Zylone :

Un court album, agréable à écouter, surtout le dernier morceau, un peu à part du reste de l’album, mais reposant et sympa à écouter. Aucune guitare surajoutée, aucune lourdeur, du très agréable à écouter.

Bien que la chanteuse ait une voix à la Mylène Farmer, l’ensemble est agréable à écouter.

Musique « acoustique » :

Ce n’est pas l’album acoustique du siècle, mais j’avoue bien aimé les guitares de ces titres, assez légères, pas un machin bourrin à la « White Stripes ».

Evidemment, ce n’est pas grand chose sur les près de 300 albums disponibles et consultables ; cependant, par goût, j’ai évité tout ce qui est musique techno, car je n’aime pas ce genre musical.

Maintenant, à vous de voir si vous pouvez avoir des coups de coeur sur Jamendo 😉

Et si la baisse des ventes d’albums étaient du à un manque de renouvellement des artistes ?

Après le mensonge éhonté des majors – et si facilement démontable – qui associe partage de fichiers musicaux et baisse du nombre de ventes d’albums – on peut se demander si la baisse des ventes ne serait pas du à un vieillissement des artistes et d’un manque de renouvellement des générations de créateurs de contenus musicaux ?

Prenons les grands (gros vendeurs) noms de la production musicale et leur âge :

A) Sur le plan international :

Moyenne d’age : 52 ans…

B) Sur le plan purement franco-français :

Moyenne d’age : 50,6 ans…

Et ce n’est pas des chanteurs / chanteuses issus des émissions de télé-réalité qui risque de changer la donne à court terme.

Car mis à part Chimène Badi et Jennifer, quels sont les chanteurs et chanteuses qui ont tirés leur épingles du jeu après être passé par la case « télé-réalité » ?

Peut-on justifier des albums audio à 17 euros voire plus ?

Etant allé cet après-midi dans l’hypermarché le plus proche de chez moi (3 kilomètres à pied), j’ai pu observer comme d’habitude un rayon CD toujours aussi peu dévalisé. Quand on voit le CD audio protégé contre la copie (mouuuuuuuuahhhhhhh, désolé, c’est nerveux) à une moyenne de 16 ou 17 euros, on comprend que les clients jettent un oeil avant de les reposer après avoir vu le prix.

Tout le monde n’a pas accès à l’internet, et donc le « piratage » dû au réseau p2p ne tient pas longtemps quand on voit le prix pratiqué.

Car, si on compare un album acheté dans le commerce et le même sur un site de vente en ligne (Itunes ou autre), la différence est souvent de 6 à 7 euros… Un album sur Itunes, c’est 9,90 euros – pour un album simple CD, et c’est aussi le prix – sauf erreur de ma part – sur d’autres magasins en ligne.

Donc, reste à justifier les 6-7 euros restants. Un cd vierge ? J’ai acheté un paquet de 25 cd vierges pour 19,99 euros, soit 0,80 euro le CD. Et encore, on peut le trouver encore moins cher, si on achète en quantité plus importante. Et il serait étonnant que les majors qui font presser un album ne fasse pas des grosses économies sur le support 😉

Donc, un album que l’on grave après l’avoir acheté en ligne, c’est 10,70 euros. La reste serait donc justifié par le boitier en plastique et le beau manuel à l’intérieur ?

Difficile à croire, non ? La TVA, c’est – en arrondissant – 1/5ième du prix d’un album, soit 3,40 euros…

A croire que les magasins en ligne sont plus avantageux que l’achat d’un album en bonne et due forme sur certains plans, ne serait-ce que financièrement parlant.

Enfin, chacun trouve midi à sa porte, et personnellement, le contenant ne m’importe pas outre mesure. Quand j’achète un album, c’est pour sa musique, pas pour l’emballage autour.