Film vu cette semaine.

Cette semaine, je n’ai pu voir qu’un seul film, et j’avoue que c’est du lourd. « Dracula » par Francis Ford Coppola.

J’avoue que je n’ai jamais été très friand des films de vampires. Mais cette adaptation, à ce que j’ai pu lire la plus proche du roman de Bram Stocker vaut largement le détour. Après une rapide traduction historique (on comprend comment l’homme chute pour devenir un vampyre), on est plongé dans un Londres de la fin du 19ième siècle, celui de Jack l’Eventreur et de Sherlock Holmes.

Sorti en 1992, ce film a des effets spéciaux qui ne mangent pas l’histoire, mais au contraire la serve au mieux. On y retrouve Keeanu Reeves, Wynona Ryder et un Anthony Hopkins encore plus déjanté que dans le « Silence des Agneaux« .

Je pense qu’après avoir fini « American Psycho » (que j’ai commencé à lire en début d’année, puis mis en pause durant 3 mois), « Dracula » de Bram Stocker sera mon prochain livre de chevet.

Quelques films vu récemment… Le retour :)

Depuis 3 mois, je n’avais pas fait de billets sur les films que j’avais vu récemment. Voici donc le retour de cette chronique que je vais essayer de rendre plus régulière.

Premier film : « Le plus beau métier du monde ».

Dans ce film de 1996, Gerard Depardieu joue le rôle d’un professeur d’histoire-géographie qui après avoir récemment divorcé, se fait muter d’un lycée d’Annecy en banlieue parisienne pour continuer à voir ses enfants.


Muté dans le collège « Serge Gainsbourg », il tombe sur la classe la plus calamiteuse, la « 4ième techno ». Entre son appartement à la cité des Muriers, où un caïd mène sa loi, un voisin (Daniel Prevost) qui se résume à un oeil dans l’entrebaillement d’une porte, son ex-femme (Michèle Laroque) et un principal dépassé par les évènements (Guy Marchand), on a droit à une succulente comédie, qui montrait des aspects bien sombre de l’enseignement en zone sensible.

Sur certains plans, on pourrait penser que le film a été tourné aux alentours des années 2004-2005…

Ce film fait rire, mais aussi réfléchir à la dure vie des professeurs, le plus beau métier du monde, selon le réalisateur du film.

Deuxième film, largement plus sombre : « La Chute »

Ce récit des dernières semaines de la vie d’Adolf Hitler dans son bunker de Berlin est impressionnant par le jeu d’acteur des différents personnages historique.

Bruno Ganz qui incarne Hitler nous montre un homme qui veut emporter dans sa folie destructrice le peuple allemand qui l’a amené au pouvoir 12 ans plus tôt.

On voit aussi l’enfermement idéologique des dignitaires du régime, comme l’empoisonnement des 6 enfants de Magda et Joseph Goebbels.

Un film très dur, mais aussi très intéressant pour le côté réalité historique de l’ensemble.

La semaine prochaine – ou la prochaine chronique – sera un peu moins sinistre 😉

Films vus cette semaine, deuxième édition ;)

Pour continuer dans la tradition instaurée par ce billet, voici les films vu cette semaine avec une spéciale comédie et parodie.

Les mariés de l’An II.

Dans ce film de 1971, Nicolas Philibert (Jean-Paul Belmondo) débarque en 1787 en Amérique du Nord, passager clandestin dans un navire de commerce. 5 ans plus tard, ayant grimpé tous les échelons, il est sur le point d’épouser une héritière, mais il ne peut pas. Il est déjà marié…

Il doit alors retourné en France, en pleine période révolutionnaire pour retrouver son épouse, Charlotte (Marlène Jobert), pour obtenir le divorce… Et le voila plonger dans les troubles menés par les chouans.

Comédie romantique, qui a le bon goût de ne pas trop dénaturer l’histoire, elle montre des révolutionnaires un peu frappadingue, des contre-révolutionnaires un peu caricaturaux mais tellement vrai.

Une heure et demie de plaisir, passé à rire.

La folle histoire de l’espace.

Dans ce film parodie de Mel Brooks, sorti en 1987, on a droit à une parodie des grands standards de la science fiction, spécialement la première trilogie de Star Wars (Episode 4, 5 et 6).

Les personnages sont truculents, et les clins d’oeil énormes. Citons au passage :

  • Dark Vador qui devient Casque Noir
  • Ian Solo qui devient Yop Solo
  • Yoda qui devient Yaourt

Sans oublier des clins d’oeil aux appellations fantaisistes, spécialement le passage en « vitesse démesurée » qui vaut son pesant de rigolade.

Comme toujours avec Mel Brooks, cela vole en dessous de la ceinture, les allusions sexuelles sont nombreuses et truculentes.

Peut-être la meilleure parodie des années 1980.

Pas grand chose cette semaine, il faut dire que je suis en train de lire le cycle de « La Fondation » d’Isaac Asimov et que cela est passionnant 😉

Films vus cette semaine, première édition ;)

J’ai décidé de faire un article hebdomadaire – ou à tendance hebdomadaire – sur les films que j’aurais vu. Deux à trois films par semaine, cela n’est pas si mal que cela, surtout sur une année.

Cette semaine, trois films.

1) P.R.O.F.S

Avant que Patrick Bruel n’explose dans la chanson, il a été acteur, et un de ses meilleurs rôles fut dans la comédie P.R.O.F.S de 1985.

Jeune prof de français, entouré d’une bande de joyeux lurons, il intègre un lycée aux profs plus caricaturaux les uns que les autres. Charles Max (qui ressemble à Marx), un prof de maths sorti du giron militaire, une prof de chimie violente et limite nostalgique des années 1930, une documentaliste un peu coincée, bref, une sacrée galerie de portraits.

Avec sa bande de profs déjantés, le film montre des profs qui sont parfois plus mômes que les élèves. Surtout quand la bande des profs déjantés décident de faire « la loi »…

Un film dont on a du mal à se lasser, pour passer une heure et demie de franche rigolade. Et dans lequel on apprend une figure de rhétorique, l‘épanadiplose.

2) District 9

Afrique du Sud. Depuis 20 ans, un vaisseau extra-terrestre flotte au dessus de la ville de Johannesbourg. Les extra-terrestres – surnommé mollusques – sont expulsés par une multinationale, la MNU. Le film joue sur le coté « embarqué » de l’expédition qui finit par mal tourner… Le tout sur un mode documentaire qui rend l’histoire encore plus envoutante.

Avec des extra-terrestres faisant pensé à certains monstres du jeu Half-Life, on pourrait se croire dans un navet de série Z de science-fiction. Ce qui est loin d’être le cas. Et nous fait poser des questions sur la tolérance, la différence, et jusqu’où l’appat du gain peut aller.

Une agréable surprise, car je m’attendais à un sacré navet, autant le dire ainsi ! En espérant que la suite qui semble être logique ne soit pas purement commerciale !

3) Capricorn 1 :

Dernier mais non des moindres, ce film sorti en 1978, reprend une thèse – fumeuse ? – des complotistes, comme quoi la mission Apollo 11 n’a jamais alunie. En déplaçant la cible de la Lune vers Mars, ce thriller montre une mise en scène d’une arrivée sur Mars tournée en studio.

Thriller haletant, sûrement un des meilleurs dans son genre, il vaut le coup d’être vu, même si certaines longueurs sont parfois notables. J’ai bien aimé, ayant gardé le souvenir d’un passage à la télévision il y a une grosse dizaine d’années. Sur certains aspect, cela fait même penser à « North by Northwest », plus connu sous le nom de « La mort aux trousses » d’Alfred Hitchcock.

Quelques films vu récemment, deuxième édition.

Il y a une quizaine de jours, j’avais fait un billet de ce style dans la catégorie « cinéma », donc je récidive.

Premier film : « Le viager » de Pierre Tchernia, sorti en 1972

J’avoue que c’est un de mes films d’humour préféré, même j’oserais employer le terme de film culte dans ce domaine, même si le terme de « film culte » a été dévoyé.

Avec une équipe d’acteurs impéccables (Michel Serrault, Michel Galabru, Odette Laure, Rosy Varte, Jean Pierre Darras et Noël Roquevert dans son dernier film), 40 années de l’histoire récente sont balayés en une heure et quarante minutes environ.

Entre la méchanceté génétique des Gallipeau qui s’acharne à vouloir faire disparaître le sieur Martinet, jeune retraité qui a acheté une masure dans un village de pécheurs, Saint Tropez en 1930, et la litanie des disparitions les unes les plus absurdes que les autres, le « Faites-moi confiance » prononcé une vingtaine de fois par Michel Galabru (qui se plante à chaque fois ou presque), on ne peut qu’éclater de rire à chaque fois.

Affiche du viager

Deuxième film : « Soleil Vert » avec Charlton Heston, sorti en 1973.

Dans ce film dystopique, l’action se situe dans une New York de 40 millions d’habitants, en 2022, rongée par la pollution, qui ne se nourrit plus que de nourriture synthétique, comme le Soleil Vert, dont la fabrication serait basée sur du plancton.

L’inspecteur Thorn, joué par Charlton Heston, enquête sur le meurtre d’un des cadres dirigeants de la Solyent Corporation qui fabrique le Soleil Vert, justement… Et faitdes découvertes plus que macabre…

C’est un film très dur, qui montre des femmes dites « mobiliers » (des prostituées de luxe), un monde rongé par la pollution, la misère et le chomage endémique, la corruption.

Bref, un chef d’oeuvre dans ce domaine précis.

Dernier film : « Alexandre le Bienheureux », avec Philippe Noiret, sorti en 1967.

Alexandre Gartempe est un colosse campagnard, dont sa femme « La Grande » le traite comme un esclave, ne lui laissant jamais le temps de souffler. A coup de claquements de doigts, de tintement de cloches, et même via le biais d’un talkie walkie, il est harcelé, incapable de pouvoir rêvasser, car c’est un homme qui aime vivre et aime prendre le temps de vivre.

Après la mort accidentelle de sa femme, il prend sa revanche, et paresse au lit…

A voir pour la prestation de Philippe Noiret, mais aussi pour le tout jeune Pierre Richard.

J’avoue que le meilleur endroit pour regarder le film, c’est allongé sur un bon fauteuil 🙂

C’est tout pour ce billet. A la prochaine fois 🙂

Quelques films vu récemment.

Voici quelques films que j’ai vu récemment, dans le désordre le plus complet 😉

L’âge de Cristal (Logan’s Run). C’est un film de 1976 de Michaël Anderson. Dans un futur tout à fait dystopique, l’humanité vit dans un monde, « la cité » où l’on ne vit pas plus de 30 ans. L’age de chaque personne est donné par un cristal implanté dans la main. Le jour du 30ième anniversaire, a lieu la cérémonie du Carroussel, où les personnes sont « mises à mort » pour renaître.

Logan, joué par Michaël York, est un limier, un chasseur / tueur de fugitif (un peu comme Deckard dans Blade Runner). Les autorités lui donne l’ordre de trouver le lieu où les fugitifs ayant réussi à s’enfuir survivent en dehors de la cité, « Le sanctuaire ».

Les effets spéciaux ont très mal vieilli (spécialement la vue de la cité qui montre clairement que ce sont des maquettes qui sont utilisées), mais l’intrigue est prenante. Même si la fin est un peu trop… Mais non, je n’en dirais pas plus 😉

A noter la présente de Farah Fawcett dans le film.

Deuxième film : « The Phantom of the paradise ». Dans ce film de 1974, Brian de Palma revisite un célèbre mythe en le transposant le monde musical. Sur fond de musique volée, on voit comment la vengeance peut devenir destructrice.

Et c’est aussi une sacrée critique de l’industrie musicale de l’époque, qui passe allègrement du mouvement « hippie » (avec les « Juicy Fruits ») au début du film à Beef, qui symbolise le Hard Rock de cette époque).

A voir ne serait-ce que pour la prestation de William Finley.

Troisième film : « Tron ». Tourné en 1982, ce film de science fiction de Walt Disney nous plonge dans un monde assez spécial. Celui d’un ordinateur. Avec des effets spéciaux qui ont horriblement mal vieilli (pire que les effets spéciaux du premier opus de Star Wars sorti 5 ans auparavant).

Ultra connu pour la course des véhicules lumineux, ce film est franchement kitsch.

Et c’est ce qui en fait une référence. Cependant, le scénario qui se résume encore à une trahison et une vengeance est un peu rapide pour le dénouement. Les effets 3D en fil de fer, les personnages vétus de combinaisons qui font penser à des circuits imprimés, et les allusions à certains langages de programmation en font cependant un bon moment à passer… Histoire de voir à quel point l’informatique a évolué en une trentaine d’années.

Il semblerait qu’une suite soit prévue pour l’année prochaine.

C’est tout pour aujourd’hui ! 🙂

La dystopie dans les films et les livres… Mes préférés.

On appelle « Dystopie » : « un récit de fiction peignant une société imaginaire, organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur, et contre l’avènement de laquelle l’auteur entend mettre en garde le lecteur. »

J’avoue que j’ai toujours aimé ce genre. Voici donc mes préférés dans ce domaine. En commençant par les livres :

  • 1984 de George Orwell.
  • Le meilleur des mondes (Brave New World) d’Aldous Huxley
  • Farenheit 451 de Ray Bradbury
  • La saga des Tripodes de John Christopher
  • Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick

Sur grand écran :

  • Blade Runner (tiré du livre de Philip K. Dick)
  • Soleil Vert avec Charlton Heston
  • L’age de Cristal
  • Dark City (Alex Pryas)
  • Gattaca
  • Orange Mécanique d’après le livre d’Anthony Burgess

C’est déjà une sacrée liste, non ?

De l’absence de culture flagrante des dirigeants de vendeurs de galettes.

Ayant lu – en diagonale – le rapport Zelnick – alias Hadopi 3 – en dehors du rejet idiot de la licence globale (qui est selon moi une des voies à explorer pour une rémunération plus juste des auteurs), et en dehors de la mise sous perfusion des intermédiaires que la révolution numérique rend obsolète, il m’est revenu une citation célèbre d’un certain Maximilien de Robespierre.

« Louis doit mourir parce qu’il faut que la patrie vive. »

Le Louis en question est Louis XVI, et cette phrase a été prononcée lors du procès de Louis XVI début 1793.

Et si on remplace « Louis » par « L’industrie du disque » et « patrie » par « musique », on comprend à quel point cette phrase est prémonitoire.

La musique a vécu avant qu’elle soit matérialisée dans du vynil, puis du plastique, elle vivra après le vynil et le plastique. Les mouvements luddistes se sont toujours cassés les dents, et l’industrie du disque dans son combat luddiste contre l’internet fera de même.

« L’échange » : un film à déconseiller aux âmes sensibles…

Ce petit bijou avec Angelina Jolie, John Malkovitch et Jeffrey Donovan (l’inspecteur de police qu’on a envie de transformer en hachis parmentier) se base sur un fait divers, de la fin des années 1920, les meurtres de Wineville.

En dehors du fait divers qui est assez sordide, le film montre comment la police de Los Angeles de l’époque avait tout fait pour masquer son incompétence.

C’est un film très dur, mais aussi magnifique. J’avoue que je ne suis pas sorti indemne du visionnage du film. C’est avec Gran Torino un des meilleurs films que j’ai vu cette année.

« The Wicker Man » : un film envoutant…

En 1973, sort un film avec Christopher Lee et Edward Woodward : « The Wicker Man. »

Conseillé par une de mes collègues de travail – qui a une culture cinématographique qui m’étonne toujours – j’ai été accroché de la première à la dernière minute. Mais rien ne vaut le résumé du film :

Sur une île de la Manche où d’ordinaire rien ne se passe, des disparitions d’enfants finissent par alerter la police. L’enquête met au jour des évènements étranges. La population semble se livrer à des cérémonies d’un autre âge.

J’ai été envouté par le film, et durant tout le film, on ne sait sur quel pied danser. Avec un jeune Christopher Lee (débarrassé de son rôle de Dracula) et un Edward Woodward qui joue un policier au raisonnement froid, on est pris entre deux feux.

Qu’est-ce qui est vrai ? Qu’est-ce qui est faux ? Et qui est donc cet homme d’osier (traduction littérale de « Wicker Man »).

A voir pour se changer un peu des daubes actuelles produites par brouettes entières.

Alexandre le Bienheureux nous a quitté.

L’acteur Philippe Noiret est décédé des suites d’un cancer.

Source :

http://tf1.lci.fr/infos/culture/cinema/0,,3359295,00-philippe-noiret-est-decede-.html

Ce grand acteur nous a quitté. Encore un grand nom du cinéma qui s’en va et qui sera surement regretté. Si j’ai pensé à Alexandre Le Bienheureux, c’est surtout pour les rôles de grands gueules auxquels il était abonné. Comme celui du commissaire dans les Ripoux, et de l’inspecteur dans « Tendre Poulet » et « On a volé la cuisse de Jupiter ».

76 ans, c’est encore jeune de nos jours. Reposez en paix, et chapeau bas pour votre carrière, monsieur Noiret.

Mouahahahahaha ;)

C’est la crise de rire que j’ai poussé quand j’ai vu le navet… euh, le film tiré du jeu vidéo « Doom ». Hier, j’avais pu voir que le film était sorti en DVD dans les hypermarchés, et j’ai donc décidé de me fendre d’un euro et des poussières chez mon loueur de vidéos au lieu de dépenser plus d’une vingtaine d’euros dans l’achat du DVD… Le résultat ?

Continuer la lecture de « Mouahahahahaha 😉 »

Coluche et « Hair » de Milos Forman, possible de nos jours ?

Après avoir vu l’émission hommage à Coluche il y a quelques jours, et revu récemment le film « Hair » de Milos Forman (1979), tirée de la comédie musicale du même nom, je me demande si on pourrait encore avoir de nos jours des sketchs aussi acide que lorsque Coluche se foutait de la publicité, ou des textes chantés comme celui-ci, au début de ce chef d’oeuvre de Milos Forman.

Inutile de traduire l’anglais, il est assez explicite :

« Sodomy, Fellatio, Cunnilingus, Pederasty,
Father, Why do these words sound so nasty ?
Masturbation can be fun
Join the holy orgy
Kama Sutra, Everyone »

Allez, je le traduis pour les personnes fachées avec l’anglais :

Sodomie, Fellation, Cunnilingus, Pédérastie,
Père, pourquoi ces mots sont ils si vilains ?
La masturbation peut être amusante
Rejoint l’orgie sainte
Kama Sutra, tout le monde »

Ah, la bonne époque…

Putain de camion… 20 ans déjà :(

Il y a bientôt 20 ans, le 19 juin prochain, Michel Colucci mourait dans un accident (?!) et le meilleur des enfoirés nous quittait tristement.

Ecoutant Europe1, cette journée est consacrée à Coluche, et sa carrière. Comment ne pas penser à Coluche, et à son oeuvre posthume…

Moi, je file un rancard
A ceux qui n’ont plus rien
Sans idéologie, discours ou baratin
On vous promettra pas
Les toujours du grand soir
Mais juste pour l’hiver
A manger et à boire
A tous les recalés de l’âge et du chômage
Les privés du gâteau, les exclus du partage
Si nous pensons à vous, c’est en fait egoïste
Demain, nos noms, peut-être grossiront la liste

Aujourd’hui, on n’a plus le droit
Ni d’avoir faim, ni d’avoir froid
Dépassé le chacun pour soi
Quand je pense à toi, je pense à moi
Je te promets pas le grand soir
Mais juste à manger et à boire
Un peu de pain et de chaleur
Dans les restos, les restos du cœur

Autrefois on gardait toujours une place à table
Une soupe, une chaise, un coin dans l’étable
Aujourd’hui nos paupières et nos portes sont closes
Les autres sont toujours, toujours en overdose

J’ai pas mauvaise conscience
Ça m’empêche pas d’dormir
Mais pour tout dire, ça gâche un peu le goût d’mes plaisirs
C’est pas vraiment ma faute si y’en a qui ont faim
Mais ça le deviendrait, si on n’y change rien

J’ai pas de solution pour te changer la vie
Mais si je peux t’aider quelques heures, allons-y
Y a bien d’autres misères, trop pour un inventaire
Mais ça se passe ici, ici et aujourd’hui

Putain 20 ans déjà… 🙁