Critiquer Ubuntu, c’est donc interdit ?

Sur mon article précédent, je disais ce que je pensais de la voie prise par Ubuntu. Mal m’en a pris, car j’ai pu voir comment certaines personnes sont devenues des « idolatres » de la distribution reine actuelle.

Cela m’a fait – et la culture semble ne pas être le point fort de certaines personnes  – penser à l’idolatrie qu’avait un certain Aragon pour Staline. Ou comment il niait les crimes de Staline, en parlant de Margarete Buber-Neumann, qui a connu le goulag puis le camp de Ravensbrück :

« Les trotskistes du type Neumann sont des agents de la Gestapo, quoique leurs veuves puissent après coup venir raconter sur les hommes qui sont ceux de Stalingrad. […] Ce n’est pas en tant que communiste que je ne peux le pardonner : c’est en tant que Français. »

Ce qui est vraiment criticable, c’est de ne pas admettre que cette distribution – si elle a permit à de nombreuses personnes – de passer à Linux n’est pas l’idéal.

Que des personnes qui ont l’esprit aussi étroit qu’Aragon sur Margarete Buber-Neumann ne puisse pas l’admettre et me traite de trolls, tant mieux pour elles. Mais je considère que le temps d’ubuntu est maintenant passé. Et que d’ici un an ou deux, une autre distribution aura pris sa place.

Ainsi en est-il dans le monde du logiciel libre.

Signé : un ancien utilisateur d’Ubuntu et qui ne regrette pas son passé.

Fin de la polémique en ce qui me concerne.

PS : Article de Philippe Scoffoni assez intéressant : http://philippe.scoffoni.net/ubuntu-software-store-canonical-assume-son-statut-dediteur-commercial/

Les commentaires le sont tout autant.

Ubuntu Linux : le Microsoft du monde linux en se « bling bling »-isant ?

Aux personnes qui penseraient que cet article est du « ubuntu-bashing », elles se trompent. Cet article est écrit par une personne qui a utilisé durant près de 3 ans la distribution de Canonical.

Cependant, je ne peux que être critique – même si « La critique est facile, mais l’art difficile » – envers les directions prises par Ubuntu.

Déjà, la tendance lourde à la « bling-bling »-isation de la distribution. Dans un précédent article, je parlais de l’installateur qui se proposait de faire de l’information – ou plutôt de la publicité – lors de la copie des logiciels.

Mais le « bling-bling » ne s’arrête pas là. Il faut voir l’effet de démarrage de la distribution… Du plus pur « bling bling ». Il est vrai qu’une simple barre de progression, c’est trop strict, et cela n’attire pas l’utilisateur.

L’effet de lumière qui se présente au démarrage avec un logo ubuntu au dessus, cela me fait un peu penser à des séries de science fiction de la fin des années 1970…

Autre tendance qui me donne des boutons : le langage mono et les outils en mono dans la distribution. Loin de vouloir faire un troll, pour moi, ce langage est une erreur monstrueuse sur le plan judiciaire. Car il est connu que Microsoft est une entreprise philantropique (cf l’histoire d’OS/2, Netscape, GEM, Lotus…).

Même si Microsoft a promis de ne pas attaquer les personnes qui implémente le langage .Net pour d’autres plateformes autres que MS Windows, je n’en crois rien.

Si on enlève les paquets liés à mono sur une ubuntu fraichement installé en utilisant la commande :

sudo aptitude remove mono-runtime

Le gain est de 47 Mo environ. Ce n’est pas grand chose, mais si cela peut libérer autant sur le disque d’installation…

Ce n’est pas grand chose, mais c’est toujours cela de pris en ce qui concerne la tranquillité sur le plan légal.

Dernier point que je souhaite aborder : c’est l' »Application Store », un peu à l’image de l’appstore pour iPhone.

Quel intérêt de vouloir s’approprier ainsi les logiciels ? Est-ce que Fedora Linux, Slackware, Mandriva, Archlinux ou encore Frugalware (pour ne citer que les premières distributions qui me viennent à l’esprit) veulent s’approprier ainsi les logiciels ?

Pour le moment, l’ancienne interface est encore disponible, mais pourquoi vouloir ainsi tout « ubuntu »-iser ?

A trop vouloir simplifier et cacher le coté mécanique de l’informatique, on finit par trop simplifier et infantiliser l’utilisateur au lieu de le responsabiliser. Simple avis personnel, bien entendu.

C’est c** d’avoir raison trop tôt.

En septembre 2007, j’annonçais que SpiralFrog était un service qui était mort-né dans le principe. En jettant un oeil sur la feuille de chou webzine Generation-NT, je viens de voir que SpiralFrog mettait la clé sous la porte.

Y a pas à dire, c’est quand même c** d’avoir raison trop tôt…

Ah, le zèle des nouveaux convertis à l’informatique libre.

Quand il y a quatre ans j’ai viré Windows pour de bon de mon PC, mon premier but était de dépasser les deux mois qui avait été mon précédent record. Et je me souviens d’avoir été une personne assez « prosélyte », pire que maintenant, ce qui est pire que maintenant.

Continuer la lecture de « Ah, le zèle des nouveaux convertis à l’informatique libre. »

5000 morts par jour… A cause de l’eau insalubre.

En gros, chaque jour, l’équivalent du nombre de victimes des attentats du 11 septembre 2001 (dont on va célébrer les 7 ans bientôt) est atteint chaque jour par des personnes décédant par la consommation d’eau insalubre. Et qui en parle ? Personne.

Qui a entendu parler de la semaine mondiale de l’Eau qui s’est ouverte lundi à Stockholm ? Personne. Je cite l’article de Yahoo :

Un tiers des habitants de la planète ne dispose pas d’installations sanitaires Un constat concret et un danger vital pour ces populations. 5000 enfants meurent chaque jour de diarrhée à cause du manque d’hygiène et de toilettes décentes.

Hygiène et assainissement, ce sont donc les thèmes principaux sur lesquels plancheront les 2500 scientifiques invités de la 18ème semaine internationale de l’eau qui débute ce lundi à Stockholm.

Il vaut mieux se passionner pour les dopés Jeux Olympiques ou encore pour le conflit russo-géorgien…

Les 3 niveaux de la blogosphère.

Cet article me trotte dans la tête depuis quelques temps. Fréquentant la blogosphère depuis environ 3 ans – ce blog fêtera ses 3 ans en septembre prochain, loin des 6 ans du Standblog de Tristan Nitot – je me suis aperçu de l’existence de 3 niveaux de blogs. En schématisant, bien sûr.

Le niveau 0 : le skyblog.

C’est le genre de blog remplis de fautes d’orthographe, souvent en langage SMS, de délires pro-anorexie, de photos prises avec des téléphones portables, et qui n’ont aucun intérêt intrinsèque. Bref, un défouloir pour adolescent(e)s boutonneux(ses).

Le niveau 1 : les blogs qui ressemblent un peu à la presse gratuite.

De la copie pure et simple d’articles, parfois sans même un minimum de recherches pour vérifier la véracité des infos proposées. Un blogueur n’est pas journaliste, même si l’inverse peut être vrai – mais un minimum d’honnêteté et de recherche ne tue jamais.

Le niveau 2 : les blogueurs qui font un travail digne d’un journaliste – du moins les bases – sans avoir de carte de presse : recherche d’infos, croisement des sources disponibles. Bref, ce qui manque au blogueur de niveau 1.

En clair des personnes qui ont compris que si l’on parle de quelque chose, il faut s’appuyer sur un minimum d’argumentation pour appuyer ses dires.

C’est la grande majorité des blogs thématiques, entretenu par des personnes passionnées, au sens noble du terme. Liste très loin d’être exhaustive : standblog, Kagou, Glazblog, Firefox Extension Guru BlogSckyzO, JyBlog, etc…

J’attends vos commentaires avec impatience, même si j’aurais un accès assez aléatoire à l’internet durant la semaine qui arrive 🙁

Juste une mise au point…

Sur un billet que j’ai décidé de détruire car les commentaires tournaient – par moment – purement et simplement au lynchage, j’annonçais que j’arrêterais de parler du logiciel libre.

Plusieurs heures de réflexion, des remarques sensées – entre autres – d’un certain Sébastien, mainteneur d’un certain planet m’ont fait réfléchir et décider de pousser ce coup de gueule qui sera aussi une mise au point.

Tout avait commencé sur le test dans une machine virtuelle – hérésie pour certaines personnes, outil bien pratique pour d’autres personnes – d’une distribution linux qui souffrait d’un bogue majeur et franchement critique : l’installateur sensé simplifier la tache des personnes voulant découvrir cette distribution aux bases assez intéressantes se vautrait malencontreusement.

Certaines personnes me tombèrent alors dessus, prétendant que le bogue venait de l’interface clavier / chaise – en clair l’utilisateur – et non du logiciel comme cela fut prouver quelques heures plus tard par la sortie d’une image ISO corrigée.

Certains « pontes » de la communauté du logiciel libre se mirent alors à augmenter des critiques sur des billets différents, qui se basait sur des données vérifiables, bien que l’intérêt des dits-billets ne fut pas transcendant, ce que j’admets sans aucun problème avec le recul.

Si une distro est mal fagotée, il faut le dire, et ne pas s’enfoncer la tête dans le sable telle une autruche en attendant que la tempête soit passée.

Autre point : j’avais pour politique une modération minimale des commentaires, voulant prévilégier la liberté d’expression. Désormais, je compte faire une modération plus forte, même si cela m’emmerde prodigieusement. Car cela a valu des « flamewars » sur les commentaires.

Troisième point : mon site est un blog, pas un webzine. Je ne suis pas un journaliste, mais un blogueur. Donc, si j’ai envie de dire une chose, je la dirais. Si j’ai envie de dire : tel logiciel plante à mort, je le dirais.

Parler d’un logiciel ce n’est pas lui « lécher le cul ».

Bien que je n’ai jamais lu l’Hebdogiciel, je revendique l’esprit de cette époque. Celui qui voulait une informatique à visage humain, avec des gueulantes quand cela était nécessaire. Bref, un article ne se résume pas à une recopie « bête et méchante » de communiqué de presse.

D’ailleurs, mes premières lectures informatiques sont celle d’un certain « Amstrad 100% » qui n’hésitait pas à descendre en flamme un jeu pourri quand il était testé.

Quatrième point : cela fait des années que je suis un passionné – au sens noble du terme – du logiciel libre, n’hésitant pas à critiquer des logiciels libres quand c’était nécessaire. Le libre, comme le logiciel propriétaire – même si certains préfère le terme privateur – n’est pas parfait.

C’est un fait indéniable. Autant l’admettre. Les personnes – devrait-on dire – les prosélytes du logiciel libre vont en dénaturer l’esprit.
Pour moi, ces personnes veulent faire de l’informatique basée sur du logiciel libre un monde de « costard-cravates », le petit doigt sur la braguette, les cheveux coupés en brosse.

Désolé, mais quand je vois les principaux membres actifs de la communauté du libre, que ce soit Saint Ignucius, Linus Benedict Torvalds, John Maddog Hall, Bruce Perrens, c’est souvent en chemisette ou en tee-shirt, les cheveux dans le vent.

L’informatique libre, telle que je l’aime et que je veux la voir continuer d’exister, c’est une informatique à visage humain, qui admet ses erreurs. Pas une qui la nie.

Pour finir cette gueulante, je tiens à remercier – liste non exhaustive, désolé pour les oublis !!! : Ricard, Afby, The_Glu, utodeb, Shaffe, Costalfy, Moloko, Ghost of Kendo, Marco, 3po, Antistress, Prometee, Insomniaque, Djib et  Thierry Andriamirado pour leurs commentaires constructifs qui m’ont permis de réfléchir à la rédaction de ce billet.

J’ai tellement donné au libre – traductions, rédaction de pages wiki, rapports de bogue, évangélisme et il m’a tellement donné en retour qu’un départ à la cloche de bois aurait été stupide.

Pour les personnes qui ne peuvent pas supporter mes billets : la toile est assez grande pour trouver des billets uniquement « laudateur » sur le logiciel libre sans que vous veniez me faciliter le transit intestinal.

Certaines personnes considèreront cette remarque comme une forme d’insulte, je dirais simplement que c’est mon franc-parler.

Car comme a dit Prometee sur son commentaire :

« Enfin, je rappelle à tout ceux qui critique ouvertement et avec rage les billets de ce blog que avoir un esprit libre c’est aussi accepter la différence. »

Maintenant, retour aux choses sérieuses 😉