Sabayon 5.5 : de gros progrès pour cette gentoo « civilisée »

J’ai pu lire sur Distrowatch l’arrivée de la nouvelle version de la Sabayon 5.5. Après avoir récupéré longuement l’image ISO de la version Gnome en 64 bits, j’ai lancé la machine virtuelle habituelle, en utilisant l’habituel :


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Sabayon_Linux_5.5_amd64_G.iso -boot cd &

Après un démarrage assez rapide, j’ai été accueilli dans un environnement Gnome 2.32.

Continuer la lecture de « Sabayon 5.5 : de gros progrès pour cette gentoo « civilisée » »

Mon pari fou de fin 2010 : installer une LFS 6.7 dans une machine virtuelle kvm ;) – Partie 3…

Dans le précédent article de la série, j’étais resté bloqué car gcc était absent des programmes fournis sur le CD live utilisé.

J’ai donc récupéré le SystemRescueCD, et j’ai relancé l’installation dans la machine virtuelle dont j’avais conservé l’image disque, en recréant après le lancement les partitions par soucis de partir sur une base propre.

kvm64 -hda disk.img -cdrom systemrescuecd-x86-1.6.4.iso -boot d &

Tout s’est bien déroulé, sauf que cette fois, je suis bloqué et je n’arrive pas à trouver la solution. En effet, lors de la deuxième compilation des binutils, ceux-ci m’envoient paître, à cause de makeinfo manquant. Hors, ayant suivi au pied de la lettre les instructions, la première compilations des binutils – et de gcc et de la glibc – s’étaient très bien passé.

erreur de compilation des binutils

Ce qui est dommage. A croire que je ne dois pas avoir un bon « feeling » avec les distributions sources 🙁

Et j’ai la conscience tranquille, car au moins, j’ai essayé !

Mon pari fou de fin 2010 : installer une LFS 6.7 dans une machine virtuelle kvm ;) – Partie 2…

Dans le précédent article, j’avais récupéré les paquets sources.

Après avoir créé l’utilisateur lfs, j’ai demandé que les options de compilations soient :

export MAKEFLAGS='-s -j4'

  • -s = silencieux, c’est à dire uniquement le nom du fichier compilé
  • -j4 = 4 opérations en parallèle

Je suis ensuite allé dans $LFS/sources pour commencer la compilation des paquets.

Pour chaque paquet : tar xvfj (pour les tar.bz2), tar xfvz (pour les tar.gz). Et comme indiqué au point 5.3, j’ai enlevé le répertoire de compilation à chaque fois. Mais je ne suis pas allé très loin… J’avais oublié de vérifier la présence de gcc sur le système live…

Donc, je recommencerais plus tard. Si vous avez un liveCD avec gcc intégré à me proposer, je suis preneur !

Mon pari fou de fin 2010 : installer une LFS 6.7 dans une machine virtuelle kvm ;) – Partie 1…

J’aime par moment me lancer dans des paris un peu fou. Celui-ci ? Installer une distribution Linux From Scratch 6.7 dans une machine virtuelle KVM.

Si je parviens à finir la première étape – à savoir un système qui démarre – je passerais à la deuxième étape : installer Xorg 🙂

Mais commençons par créer un disque virtuel d’une taille de 32 GiO.


[fred@fredo-arch download]$ dd if=/dev/zero of=disk.img count=32768 bs=1M
32768+0 enregistrements lus
32768+0 enregistrements écrits
34359738368 octets (34 GB) copiés, 411,05 s, 83,6 MB/s

Pour avoir un LiveCD léger et fonctionnel, j’ai utilisé un LiveCD Gentoo datant du 9 décembre… Pour la première partie, j’ai fait chargé le noyau gentoo-nofb.


[fred@fredo-arch download]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom lfslivecd-x86_64-6.3-r2145-min.iso -boot d &

20 h 20 : le live a démarré. Début de la première partie de l’installation 😉

Je lance le partitionnement : cfdisk /dev/sda

Pour aller au plus simple, j’ai pris deux partitions : / de 30 Go, en ext3, 2 GiO pour swap.

Je sais, j’aurais pu créer des partitions pour /boot et /home, mais j’ai eu la flemme… Et comme c’est une de mes premières tentatives avec une LFS, j’ai eu envie de me simplifier la tache au maximum… Même si c’est très mal de ne pas avoir de /boot et /home séparé. Le ferais plus, promis, juré, craché ! 😉

Pour le formatage :


mke2fs -jv /dev/sda1
mkswap /dev/sda2
swapon /dev/sda2

Pour récupérer les paquets, j’ai utilisé la liste pour wget, en la copiant dans $LFS/sources, puis avec un petit :


wget -i wget-list

Récupération des paquets pour installer une LFS 6.7

Début à 20 h 33, fini vers 20 h 50.

Ce sera tout pour ce soir, je continuerais le lendemain avec la compilation des outils. J’ai pu vérifier que le montage de la partition avec les codes sources se fait bien. Donc, la suite au petit matin, histoire d’être complètement attentif 😉

Encore une fois, j’ai vu juste un peu trop tôt ?

Plusieur fois sur ce blog, j’ai déclaré que selon moi, un avenir possible des distributions linux était le rolling release (bien que ce ne soit viable qu’avec des connexions assez grosses, style ADSL minimum).

Premier article en novembre 2009, deuxième article en janvier 2010. Et chaque fois, on m’a opposé des réponses identiques : rolling release pas adapté à la machine de travail, trop d’instabilité liée à une constante mise à jour, etc…

Autant pour un serveur, je conçois qu’il faille utiliser des logiciels éprouvés et fiabilisés (donc pas franchement les dernières versions), autant sur le bureau, c’est pas plus mal… Spécialement dans le cas des navigateurs internet / client courrier où le cycle de 6 mois est souvent malmené… Cf Google Chrome et ses versions majeures toutes les 6 semaines 😉

Le nombre de distributions rolling-release – et de projets en relation avec ce concept – augmente. En plus des distributions historiques (ArchLinux, Frugalware Linux, Gentoo Linux et leur dérivés), on trouve des projets comme Debian Cut, ou encore Linux Mint Debian Edition.

Et voila que Mark Shuttleworth lance un pavé dans la mare…  Il semblerait que la version bureau d’Ubuntu tendrait vers un modèle Rolling Release… Au moins pour la distribution version bureau. Dixit ces articles de OStatic et de The Register.

En gros, cela voudrait dire que le modèle d’une version tous les 6 mois serait chamboulé, et la distribution serait mise à jour en temps réel… Autant dire que ce serait une sacrée révolution dans le petit monde des distributions GNU/linux 😉

Sabayon Linux 5.3 édition Xfce : tout en légèreté ;)

J’avais déjà parlé (et pas qu’en bien) de la version 5.1 de la Sabayon Linux édition Gnome.

Ayant lu sur distrowatch qu’une édition avec Xfce était disponible pour Sabayon, je l’ai téléchargé.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c ftp://ftp.nluug.nl/pub/os/Linux/distr/sabayonlinux/iso/Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso
–2010-07-21 07:39:27– ftp://ftp.nluug.nl/pub/os/Linux/distr/sabayonlinux/iso/Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso
=> «Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso»
Résolution de ftp.nluug.nl… 192.87.102.42, 192.87.102.43, 2001:610:1:80aa:192:87:102:43, …
Connexion vers ftp.nluug.nl|192.87.102.42|:21…connecté.
Ouverture de session en anonymous…Session établie!
==> SYST … complété. ==> PWD … complété.
==> TYPE I … complété. ==> CWD (1) /pub/os/Linux/distr/sabayonlinux/iso … complété.
==> SIZE Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso … 695560192
==> PASV … complété. ==> RETR Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso … complété.
Longueur: 695560192 (663M) (non certifiée)

100%[======================================>] 695 560 192 535K/s ds 18m 2s

2010-07-21 07:57:30 (628 KB/s) – «Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso» sauvegardé [695560192]

La distribution tient sur un CD. Autant dire qu’elle doit être assez légère sur le plan des logiciels installés. J’ai donc lancé l’installation dans la machine virtuelle habituelle :


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f raw disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=raw size=34359738368
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Sabayon_Linux_5.3_amd64_XFCE.iso -boot d &

Pour mémoire, kvm64 correspond à :


alias kvm64='qemu-system-x86_64 -enable-kvm -localtime -soundhw all -k fr -m 1500 -net user -net nic,model=rtl8139'

L’outil d’installation n’est autre qu’Anaconda, autant dire que l’installation se fait « nasodigitalement » 😉

Continuer la lecture de « Sabayon Linux 5.3 édition Xfce : tout en légèreté 😉 »

Un en vrac’ rapide et libre pour commencer la semaine.

J’avais envie de faire un petit en vrac’ rapide et libre pour commencer la semaine. Allons-y gaiement.

C’est tout pour commencer cette semaine, faut pas pousser non plus 😉

VLOS 2.0 béta 1 : pas encore très véloce… :)

Désolé pour le jeu de mots à 0,02 €… C’était trop tentant 😉

C’est une gentoo matinée de sabayon. En clair, une méta-distribution pour être humain.

Le 7 janvier, la version 2.0 béta 1 est sortie.

NB : Je sais que certaines personnes me diront qu’une distribution à la gentoo n’a aucun intérêt dans une machine virtuelle. Très bien. Si on veut se faire la main sur une gentoo pour sa culture générale, et que l’on a pas envie de se prendre la tête avec une vraie machine, on fait comment ? C’est quand même une solution souple, qui permet de se familiariser sans trop de problème avec ce genre de distribution.

Tout comme la Sabayon Linux, elle utilise l’outil anaconda pour être installée. Enfin, il faudrait préciser qu’elle utilise funtoo comme base, funtoo étant une version dérivée de la gentoo linux, dérivée mise au point par Daniel Robbins (lui même créateur de la gentoo linux en 1999) pour améliorer la gentoo linux.

Bref, pour simplifier : VLOS = funtoo (dérivée de gentoo) + anaconda + outils de la sabayon linux.

VLOS 2.0 Beta 1

J’ai donc récupéré l’image iso de la version 2.0 béta 1 de la VLOS. Ensuite, j’ai utilisé qemu pour créer une image disque de 32 Go et lancer l’émulation.


fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 vlos.img 32G
Formatting 'vlos.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred ~/download $ kvm -hda vlos.img -cdrom Vidalinux_2.0_beta1_amd64.iso -boot d &

Continuer la lecture de « VLOS 2.0 béta 1 : pas encore très véloce… 🙂 »

Sabayon Linux 5.1 Gnome… Une distribution qui sucre trop ?

Sabayon Linux, c’est une version simplifiée de la Gentoo Linux qui démarre en tant que liveCD / liveDVD pour permettre l’installation d’un système complet en quelques minutes – au lieu de quelques heures avec une Gentoo Linux classique. Au menu de cette version 5.1 ? Entre autres, un noyau linux 2.6.31 et Gnome 2.28.0, Mozilla Firefox 3.5.5, OpenOffice.org 3.1.1 et plein de petites choses en plus 😉

Sabayon Linux 5.1 version Gnome

J’ai commencé par récupérer l’iso via l’outil wget.

fred ~/download $ wget -c http://ftp2.cz.freebsd.org/pub/sabayon/Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso
–2009-12-13 09:26:56– http://ftp2.cz.freebsd.org/pub/sabayon/Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso
Résolution de ftp2.cz.freebsd.org… 86.49.49.49
Connexion vers ftp2.cz.freebsd.org|86.49.49.49|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 1973790720 (1,8G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso»

100%[====================================>] 1 973 790 720 739K/s ds 43m 37s

2009-12-13 10:10:33 (737 KB/s) – «Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso» sauvegardé [1973790720/1973790720]

Puis j’ai lancé la machine habituelle de test.

fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 sab51.img 32G
Formatting 'sab51.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred ~/download $ qemu-kvm -hda sab51.img -cdrom Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso -boot d &

La deuxième commande vous paraît un peu courte ? En effet, c’est un alias, un raccourci que j’ai rajouté dans mon fichier ~/.bashrc qui est en réalité :


alias qemu-kvm='qemu-system-x86_64 --enable-kvm --soundhw all -localtime -k fr -m 1024'

Continuer la lecture de « Sabayon Linux 5.1 Gnome… Une distribution qui sucre trop ? »

Ah, le zèle des nouveaux convertis à l’informatique libre.

Quand il y a quatre ans j’ai viré Windows pour de bon de mon PC, mon premier but était de dépasser les deux mois qui avait été mon précédent record. Et je me souviens d’avoir été une personne assez « prosélyte », pire que maintenant, ce qui est pire que maintenant.

Continuer la lecture de « Ah, le zèle des nouveaux convertis à l’informatique libre. »