Test de la Chakra Linux Alpha 3.

La Chakra Linux, c’est le duo Archlinux + KDE en live CD installable à la mode « ubuntu ».

Chakra Linux Alpha 3 – 64 bits

J’ai donc récupéré l’image de l’alpha3 pour AMD64 bits, puis j’ai lancé la machine virtuelle de test habituelle.

fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 disk.img 32GFormatting 'disk.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred ~/download $ qemu-kvm -k fr -localtime -soundhw all -m 1024 -hda disk.img -cdrom chakra-minimal-x86_64-090930-alpha3-test.iso -boot d &

Continuer la lecture de « Test de la Chakra Linux Alpha 3. »

Sortie de distributions en vrac’

Un petit article pour parler des dernières sorties. Non, je ne veux pas concurrencer Distrowatch, mais parler des distributions dont on parle moins dans les médias spécialisés.

Je sais, ce n’est pas grand chose, mais cela change un peu de l’avalanche d’annonces sur certaines distributions qui font de l’ombre à d’autres distributions.

Pour tout dire, j’attends avec impatience de pouvoir jeter un oeil sur la version alpha de la Fedora 12 😉

Test de KahelOS, un dérivé d’Archlinux.

KahelOS est une distribution dérivée d’Archlinux pour i686 et x86_64, bien que l’image iso pour x86_64 soit introuvable pour le moment. Ce dérivé utilise Gnome.

KahelOS

Continuer la lecture de « Test de KahelOS, un dérivé d’Archlinux. »

Compiler Amarok 2.2 rc1 sur Archlinux.

Comme le paquet pour Amarok 2.2rc1 n’est pas encore disponible au moment où je rédige cet article, voici le chemin à suivre.

La compilation d’Amarok 2.2rc1 nécessite la recompilation de deux paquets en plus, taglib en version 1.6 pour supporter les fichiers mp4 (joie) et asf (sans commentaires). Et de son corollaire, taglib-extras.

Pour les PKGBUILD ci-dessous, tous ont été modifiés dans leur ligne pkgver et md5sums. Le PKGBUILD concernant taglib a vu sa ligne cmake modifié pour des raisons expliquées par la suite.

# $Id: PKGBUILD 356 2008-04-18 22:56:27Z aaron $
# Maintainer: Tobias Powalowski

pkgname=taglib
pkgver=1.6
pkgrel=1
pkgdesc= »library for reading and editing the meta-data of several popular audio formats. »
arch=(‘i686’ ‘x86_64’)
url= »http://ktown.kde.org/~wheeler/taglib.html »
license=(‘GPL2’)
depends=(‘zlib’ ‘gcc-libs’)
makedepends=(‘cmake’ ‘pkgconfig’)
# svn snapshot: svn co svn://anonsvn.kde.org/home/kde/trunk/kdesupport/taglib
source=(http://ktown.kde.org/~wheeler/files/src/taglib-$pkgver.tar.gz
#ftp://ftp.archlinux.org/other/kde/$pkgname-$pkgver.tar.bz2
#http://belnet.dl.sourceforge.net/sourceforge/soprano/soprano-1.97.1-beta4.tar.bz2
)
options=(!libtool)

build() {
# start building
cd $startdir/src/$pkgname-$pkgver

cmake -DCMAKE_INSTALL_PREFIX=/usr -DCMAKE_BUILD_TYPE=Release -DWITH_MP4=ON -DWITH_ASF=ON
make VERBOSE=1 || return 1
make DESTDIR=$startdir/pkg install || return 1
}

md5sums=(‘5ecad0816e586a954bd676a86237d054’)

Pour taglib-extras :

# $Id$
# Maintainer: Tobias Powalowski

pkgname=taglib-extras
pkgver=1.0.1
pkgrel=1
pkgdesc= »Additional taglib plugins for KDE »
arch=(« i686 » « x86_64 »)
url= »http://developer.kde.org/~wheeler/taglib.html »
license=(‘LGPL’)
depends=(‘taglib>=1.5’)
makedepends=(‘pkgconfig’ ‘cmake’ ‘automoc4’)
source=(http://www.kollide.net/~jefferai/${pkgname}-${pkgver}.tar.gz)

build() {
cd $srcdir/$pkgname-$pkgver
mkdir build
cd build
cmake ../ -DCMAKE_INSTALL_PREFIX=/usr -DCMAKE_SKIP_RPATH=ON || return 1
make || return 1
make DESTDIR=$pkgdir install
}
md5sums=(‘e973ca609b18e2c03c147ff9fd9e6eb8’)

Et enfin Amarok :

# $Id: PKGBUILD 52359 2009-09-18 19:49:27Z giovanni $
# Contributor: damir

pkgname=amarok
replaces=(‘amarok-base’ ‘amarok-engine-xine’ ‘amarok-base-mysqlfree’)
pkgver=2.1.90
pkgrel=1
pkgdesc= »A media player for KDE »
arch=(« i686 » « x86_64 »)
url= »http://amarok.kde.org »
license=(‘GPL2’ ‘LGPL2’ ‘FDL’)
depends=(‘mysql>=5.1.37’ ‘kdebase-runtime>=4.3’ ‘libmtp>=0.3.7’ ‘libgpod>=0.7.2’
‘libmp4v2’ ‘qtscriptgenerator>=0.1.0’ ‘taglib-extras>=0.1.7’
‘liblastfm>=0.3.0’ ‘loudmouth>=1.4.3’ ‘hicolor-icon-theme’)
makedepends=(‘pkgconfig’ ‘automoc4’ ‘cmake’)
install=amarok.install
source=(« http://download.kde.org/unstable/${pkgname}/${pkgver}/src/${pkgname}-${pkgver}.tar.bz2 »)
md5sums=(‘ec727ed72c5d371fb659ce0c3c1e6136’)

build() {
cd ${srcdir}
mkdir build
cd build
cmake ../${pkgname}-${pkgver} \
-DCMAKE_BUILD_TYPE=Release \
-DCMAKE_SKIP_RPATH=ON \
-DCMAKE_{SHARED,MODULE,EXE}_LINKER_FLAGS=’-Wl,–no-undefined -Wl,–as-needed’ \
-DCMAKE_INSTALL_PREFIX=/usr
make || return 1
make DESTDIR=${pkgdir} install || return 1
}

Chaque paquet a eu droit au duo :

makepkg

Puis :

yaourt -U nom du paquet

Après une compilation assez longue – ah la rapidité de compilation du code C++ – j’ai pu installé le nouvel http://amarok.kde.org/ fraichement compilé. Et enfin, le lancer.

Ecran de démarrage d'Amarok 2.2rc1

Amarok 2.2 rc1 en action

Nouvel écran d’accueil, plus souple, plus interactif, du genre : page wikipedia qui apparait quand la musique s’arrête, et paroles qui prennent le dessus dans le cas inverse. Bref, un grand cru pour Amarok !

Choqok 1.0alpha1 : enfin un Choqok en français ;)

Choqok 0.9.1 alias 1.0alpha1 est sorti récemment. Outre le fait que maintenant, on peut utiliser des greffons (si j’en crois les notes de publications), le logiciel en enfin disponible en français. Le seul hic, c’est qu’il m’a fallu reconfigurer mon compte identi.ca pour accéder au logiciel.

Coté installation ? J’ai récupéré le fichier PKGBUILD et le fichier d’installation, en modifiant le PKGBUILD ainsi :

# $Id: PKGBUILD 1872 2009-09-05 20:14:04Z ibiru $
# Maintainer: Andrea Scarpino
# Contributor: Emanuele Rossi
# Contributor: Bram Schoenmakers

pkgname=choqok
pkgver=0.9.1
pkgrel=1
pkgdesc= »A Twitter/identi.ca/laconica client for KDE 4. »
url= »http://choqok.gnufolks.org/ »
license=(‘GPL’)
arch=(‘i686’ ‘x86_64’)
depends=(‘kdebase-runtime’ ‘hicolor-icon-theme’)
makedepends=(‘cmake’ ‘automoc4’)
install=choqok.install
source=(« http://d10xg45o6p6dbl.cloudfront.net/projects/c/choqok/choqok-0.9.1.tar.bz2 »)
md5sums=(‘c6ba8daaff373ef41580139f3914e9f0′)

build() {
cd ${srcdir}
mkdir build
cd build
cmake ../${pkgname}-${pkgver} \
-DCMAKE_SKIP_RPATH=ON \
-DCMAKE_{SHARED,MODULE,EXE}_LINKER_FLAGS=’-Wl,–no-undefined -Wl,–as-needed’ \
-DCMAKE_INSTALL_PREFIX=/usr
make || return 1
make DESTDIR=${pkgdir} install
}

La compilation du paquet :

makepkg

L’installation ?

yaourt -U choqok-0.9.1-1-x86_64.pkg.tar.gz

Et le résultat en image :

choqok 1.0alpha 1

Panneau de configuration de Choqok 1.0alpha1

Sortie d’Amarok 2.2 béta 1.

Amarok 2.1.80 (alias la 2.2 béta 1) vient juste de pointer le bout de ses octets. Au moment où j’écris cet article, la version pour Archlinux en 64 bits étant indisponible pour le dépot « testing », j’ai récupéré les fichiers nécessaire à la création du paquet.

Après avoir récupérer le PKGBUILD et le fichier d’installation, j’ai rajouté les dépendances à savoir :

  • liblastfm
  • loudmouth

Une fois les dépendances installés, j’ai tapé un petit :

makepkg

Et après avoir attendu une petite demi-heure environ – il faut dire qu’un Mozilla Firefox se compilait en parallèle… – un paquet contenant la version 2.1.80 d’Amarok était enfin disponible.

x

L’installation s’est ensuite résumée à un simple yaourt -U yaourt -U amarok-2.1.80-1-x86_64.pkg.tar.gz.

Après un premier démarrage un peu long – réindexation de la collection musicale – j’ai pu utiliser Amarok.

La recherche de couverture de CDs est de nouveau fonctionnelle, et l’import de CDs dès leur insertion est une nouveauté assez plaisante. A moins que cette fonctionnalité existait déjà dans Amarok 2.1.1 ?!

Bien que ce ne soit qu’une béta 1, cette version d’Amarok risque d’être intéressante. Elle est bourrée de nouveauté (comme la modification à volonté de l’interface) et sera surement une version majeure d’importance pour cet excellent logiciel musical.

KDE 4.3.1 sous Archlinux. Mise à jour presque sans problème…

KDE 4.3.1 est disponible sous archlinux, mais il faut faire le sacrifice de K3B… En effet, la version compatible n’est pas encore disponible… Du moins au moment où j’avais lancé la mise à jour 😉

Sinon, la mise à jour a été simplissime ; il m’a suffit d’appliquer un petit :

yaourt -Syu --aur

Mise à jour vers KDE 4.3.1 sous Archlinux

Après la récupération des quelques 318 Mo, et leur installation, il m’a suffit de fermer ma session KDE et de l’ouvrir à nouveau pour avoir un KDE 4.3.1 tout frais à l’emploi 😉

konqueror 4.3.1 sous Archlinux

En vrac’ rapide et libre.

Une liste rapide des nouveautés du monde libre en ce samedi 8 août 2009.

C’est tout pour aujourd’hui. Bon week-end.

3 mois sous Archlinux… Et une migration vers KDE 4.3…

Depuis plus de 3 mois maintenant, j’utilise ArchLinux. Il y a une dizaine de jours environ, je testais par curiosité KDE 4.3rc3 qui venait juste d’être annoncé dans une machine virtuelle Kvm. Et j’avoue que cela a été le choc.

J’avais déjà été impressionné par la qualité de la version Rc1 de KDE 4.3. Pour tout dire, j’ai eu un coup de coeur pour cette version de KDE 4, qui est pour moi, l’une des premières vraiment utilisable. K3b et Amarok sont enfin disponible en version native KDE 4.x, et c’est bien.

KDE 4.3rc3 avec le fond "plage" sous Archlinux 64 bits

Continuer la lecture de « 3 mois sous Archlinux… Et une migration vers KDE 4.3… »

Comparons l’occupation mémoire et disque de la Fedora 11 et de la ArchLinux.

Dans cet article à la c**, j’ai voulu « comparer » d’une Fedora 11 (installée depuis un live CD) et d’une ArchLinux. Toute deux à jour au moment de la rédaction de cet article.

Pour les deux, j’ai utilisé localepurge, histoire de virer les traductions inutiles. Même si pour la Fedora, l’outil localepurge ne semble pas exister en natif et demande une manipulation un peu ennuyeuse.

Pour les deux, j’ai aussi vidé les caches.

Pour les deux, j’ai utilisé KVM (1 GiO de mémoire vive dédié, disque de 32 GiO pour chacune).

Donc, pour la Fedora 11 :

fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred ~/download $ qemu-kvm -m 1024 -k fr -localtime -hda disk.img -soundhw all -cdrom Fedora-11-x86_64-Live.iso -boot d &

Et pour la ArchLinux :

fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 disk2.img 32G
Formatting 'disk2.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred ~/download $ qemu-kvm -m 1024 -k fr -localtime -hda disk2.img -soundhw all -cdrom archlinux-2009.08-alpha-core-x86_64.iso -boot d &

Pour reproduire autant que possible à l’identique l’environnement installé par la version live de la Fedora 11, j’ai rajouté sur le Gnome fraichement installé :

  • Abiword
  • Pidgin
  • Cheese
  • openJDK6
  • Brasero
  • Rhythmbox
  • Transmission
  • Outils m17n via l’installation des paquets ibus + ibus-anthy + ibus-m17n + ibus-chewing + ibus-pinyin + ibus-table
  • Mozilla Firefox
  • pulse-audio
  • gThumb
  • soundjuicer
  • gnome-system-tools
  • system-config-printer

Et j’ai enlevé :

  • les jeux gnome
  • les outils d’accessibilité
  • ekiga
  • mono et les outils en mono

Si les deux distributions se ressemblent franchement coté équipement logiciel (noyau 2.6.29.5 pour la Fedora 11, noyau 2.6.30.2 pour la ArchLinux), la Fedora prend le dessus en ce qui concerne l’occupation disque : 2 GiO seulement.

Consommation espace disque de la Archlinux

Consommation espace disque de la Fedora 11

Mais si on regarde la mémoire vive prise, c’est la ArchLinux qui prend le dessus : 190 MiO contre environ 250 MiO pour la Fedora 11…

Consommation mémoire de la ArchLinux

Consommation mémoire de la Fedora 11

Fedora a un avantage : elle s’installe rapidement, même si parfois on a plusieurs dizaines de MiO de mise à jour à effectuer.

ArchLinux est plus longue à configurer, mais son empreinte mémoire est moins prononcée…

Et un mélange des deux mondes, c’est possible ? 😉

Lxde 0.4.2 dans ArchLinux

Lxde est l’environnement qui a le vent dans le dos actuellement. J’ai donc décidé de voir l’état d’avancement de cet environnement, qui est actuellement en version 0.4.x, du moins avec ArchLinux :

fred ~ $ yaourt -Ss lxde | more
extra/lxde-common 0.4.2-1 (lxde)
Common files of the LXDE Desktop
extra/lxde-settings-daemon 0.4.1-2 (lxde)
XSettings daemon of the LXDE Desktop
extra/lxmenu-data 0.1.1-1 (lxde)
freedesktop.org desktop menus for LXDE
extra/lxpanel 0.4.1-1 (lxde)
Panel of the LXDE Desktop
extra/lxsession-lite 0.3.8-1 (lxde)
Session manager of the LXDE Desktop (light version)
extra/pcmanfm 0.5.1-2 (lxde)
File manager of the LXDE Desktop
community/gpicview 0.2.0-2 (lxde)
Picture viewer of the LXDE Desktop
community/lxappearance 0.2-3 (lxde)
GTK+ theme switcher of the LXDE Desktop (manages icons and fonts)
community/lxlauncher 0.2-1 (lxde)
Launcher for Asus EeePC (part of LXDE)
community/lxrandr 0.1-1 (lxde)
Monitor configuration tool (part of LXDE)
community/lxtask 0.1-1 (lxde)
Task manager of the LXDE Desktop
community/lxterminal 0.1.5-1 (lxde)

Continuer la lecture de « Lxde 0.4.2 dans ArchLinux »

Un aperçu de la nouvelle version de l’installateur d’Archlinux.

Archlinux est une distribution qu’on réinstalle rarement… Sauf en cas de coup dur (changement de disque ou d’ordinateur), une fois installé, Archlinux n’a pas besoin d’être réinstallé.

Jetant un oeil sur la liste de publication concernant le développement des images d’installation d’ArchLinux, j’ai pu lire ce message, concernant la version alpha1 de l’image 2009.08.

ArchLinux Installer 2009.08 alpha1

Cette version utilise un noyau 2.6.30, l’outil « ArchLinux Installation Framework » à la place de l’ancien outil.

L’installation est toujours aussi simple, même si on peut rencontrer quelques bugs, comme l’obligation d’insérer à la main la « timezone » dans le fichier /etc/rc.conf. Surement lié au bug 13196

Les captures d’écran de l’album montre les différentes étapes de l’installation en mode réseau, en utilisant l’image 64 bits. Et tout roule 😉

Une partie appréciable est qu’on peut personnaliser le fichier /etc/pacman.conf, histoire de pouvoir rajouter les dépots dès le départ…

Comme le dépot d’Archlinux.fr pour avoir accès à yaourt facilement.

Ce qui est le principal, non ? 🙂

La nostalgie ludique du dimanche 12 juillet : Quake 2 et ses deux extensions officielles.

Je vais essayer – chaque dimanche de cet été – de parler de vieux jeux – aussi bien sur PC que sur d’autres plateformes – qui ont marqué ma mémoire de geek.

Pour commencer sur les chapeaux de roues, parlons de Quake 2 et de ses deux extensions officielles, « The Reckoning » et « Ground Zero« . Sorti en 1997 – 1998.

Pour tout dire, j’ai eu envie de faire cet article suite à l’empaquetage pour Archlinux du code source corrigé par Yamagi de Quake 2, de « The Reckoning » et de « Ground Zero » que j’ai effectué. Si vous utilisez ArchLinux, il vous suffira d’utiliser yaourt pour récupérer les paquets en question.

Mais trève de digression, revenons au sujet principal.

Continuer la lecture de « La nostalgie ludique du dimanche 12 juillet : Quake 2 et ses deux extensions officielles. »

VLC 1.0.0 est enfin sorti.

Après 4 versions de validation, VLC 1.0.0 est enfin sorti. La version 1.0.0 est disponible pour Archlinux, il faudra juste patienter le temps que le logiciel soit compilé et propagé sur les divers mirroirs. Ou lancer la compilation à la main, comme je l’ai fait pour la capture d’écran ci-dessous.

vlc 1.0.0 sur Archlinux 64 bits.

Pour les utilisateurs d’autres distributions, faut voir avec les dépots disponibles. Par exemple ce PPA pour les utilisateurs d’Ubuntu : https://launchpad.net/~c-korn/+archive/vlc

Une excellente nouvelle pour ce logiciel qui montre qu’on peut faire un lecteur de vidéo et d’audio sans avoir besoin de rajouter un paquets invraisemblables de codecs plus ou moins variés.

<a href= »http://www.flickr.com/photos/fredbezies/3697152531/ » title= »vlc 1.0.0 sur Archlinux 64 bits. de fredbezies, sur Flickr »><img src= »http://farm4.static.flickr.com/3470/3697152531_882fa97881.jpg » width= »500″ height= »313″ alt= »vlc 1.0.0 sur Archlinux 64 bits. » /></a>

Une idée reçue : les logiciels en mono sont plus lourd que leur équivalent en C/C++.

Dans mon billet précédent, je disais que les logiciels en mono était parfois jusqu’à trois fois plus lourd… Je faisais erreur. Je m’explique.

En effet, j’avais pu voir dans une machine virtuelle contenant une Ubuntu Jaunty que Tomboy prenait 24 ou 25 MiO au démarrage… J’ai donc voulu voir ce que donnait des versions récentes de Mono, en utilisant comme outil Tomboy et Banshee, tout en comparant avec leur équivalent en C/C++ que sont gNote et Rhythmbox.

Cet article n’est pas à visée scientifique – et il n’en a pas la prétention – mais j’ai envie de tordre le cou à une idée reçue. Il aurait fallu tester deux ou trois autres logiciels, mais je me suis limité aux logiciels existant aussi bien en mono qu’en langage C/C++.

Continuer la lecture de « Une idée reçue : les logiciels en mono sont plus lourd que leur équivalent en C/C++. »