Swfdec 0.5.5 : enfin un flash libre potable ?

Au moins, pour visionner les sites de vidéos en ligne comme Dailymotion ou encore youtube. Contrairement à l’usine à gaz qu’est devenu Gnash, Swfdec fonctionne avec Dailymotion. Enfin, ne plus avoir besoin de NsPluginWrapper sur les linux 64 bits 😉

Pour installer le greffon dans Firefox ou Epiphany sous Archlinux :

sudo pacman -S swfdec-mozilla

Ensuite, il suffit de lancer Firefox ou Epiphany, et de voir le résultat :

Swfdec en action avec Epiphany sous ArchLinux 64 bits.

Le seul gros problème est qu’il faut lancer manuellement les vidéos via un clic droit puis « play ».

Si NsPluginWrapper – donc distribution en 64 bits – avait été installé auparavant, il suffit d’enlever les dépendances, en utilisant yaourt :


$ yaourt -R nspluginwrapper-flash
$ yaourt -R lib32

La deuxième ligne virant les paquets lib32 (32 bits) s’ils ne sont pas utilisé par d’autres logiciels ayant des dépendances comme Wine par exemple.

Aider une communauté d’utilisateurs via un wiki ?

Fraichement converti – et avec grand plaisir – à la distribution ArchLinux, j’ai décidé d’aider la communauté.

Ne sachant pas coder – ni même faire un simple « hello world ! » en langage C – je cherchais à apporter ma pierre à l’édifice. Une remarque d’Afby sur une précédente note m’a donné l’idée magique.

Participer au Wiki d’Archlinux.fr pour améliorer la documentation qui fait peine à voir en comparaison de celle d’un site comme ubuntu-fr.org.

J’ai donc rédiger des pages concernant l’installation de Gnome et une autre sur l’installation de fluxbox. Même si c’est l’adaptation des pages anglophones, c’est déjà un bon point de départ.

Et c’est un moyen d’aider au développement du logiciel libre, après tout 😉

Retrouver sudo sous ArchLinux.

A vrai dire, une chose me manquait : le sudo qui me permettait d’avoir un accès à root.

Je n’aime pas outre mesure avoir accès à root de manière complète pour les opérations touchant aux tripes du système. L’approche d’ubuntu dans ce domaine me plait particulièrement.

En jetant un oeil sur le wiki anglophone d’Archlinux, j’ai pu trouver cette page qui explique la méthode à appliquer.

Voici une traduction rapide.

D’abord, en utilisant pacman (ou encore l’excellent yaourt) en mode root, dans une console.

pacman -S sudo

Et ensuite, il suffit d’ajouter l’utilisateur courant au fichier /etc/sudoers. Il suffit d’utiliser la commande visudo.

Et d’ajouter la ligne :

USER_NAME ALL=(ALL) ALL

En remplaçant USER_NAME par son nom d’utilisateur.

Une autre option est d’ajouter le groupe wheel à l’utilisateur courant :

gpasswd -a USER_NAME wheel

Et de décommenter la ligne suivante via visudo :

%wheel ALL=(ALL) SETENV: ALL

Fermez le terminal en cours, et ouvrez-en un nouveau 😉

Adieu Ubuntu, mon vrai premier amour linuxien…

Depuis hier soir, je suis un utilisateur comblé et heureux d’ArchLinux 64 bits. Même s’il m’a fallu près de 4 heures entre le début de l’installation et le lancement d’un firefox 3.0 pré-béta3 compilé maison.

Hier, vers 17 h 50, j’ai inséré le CD « core » (150 Mo environ) contenant l’image de démarrage et d’installation de la Arch Linux.

18 h 05 : l’installation – assez simple – se termine. 12 minutes, et la mise à jour préliminaire est terminée. Mais il reste encore pas mal de chose à installer : Xorg, le pilote propriétaire Nvidia, Gnome, OpenOffice.org, Gimp pour ne citer que les premiers qui me viennent à l’esprit.

18 h 50 : j’ai pu installé Xorg, le pilote Nvidia et Gnome, sans oublier les outils pour gérer mon imprimante HP Photosmart C3180.

Pour cela, il faut installer Hplip. Et pour le scanner ?

Deux étapes. Après avoir entrer :

# pacman -S hplip pyqt

  1. Entrer echo « hpaio » >> /etc/sane.d/dll.conf
  2. Ajouter le groupe lp à l’utilisateur : # gpassword -a nom utilisateur lp

Pour l’installation de Gnome : http://wiki.archlinux.org/index.php/GNOME

19 h 45 : après avoir installé les derniers outils manquant, j’ai galéré environ 45 minutes pour me configurer Compiz-Fusion…

En effet, il faut entrer les lignes :

Option "AddARGBVisuals" "True"
Option "TripleBuffer" "true"
Option "AddARGBGLXVisuals" "True"

Dans la section « device » du fichier /etc/X11/xorg.conf

Et surtout, ne pas oublier de rajouter :

Section "Extensions"
Option "Composite" "Enable"
EndSection

à la fin du même fichier. En quittant la session de travail, on tue Xorg avec la combinaison ctrl + alt + retour arrière.

Cependant, il manquait les outils de gestion de l’heure, des droits utilisateurs – entre autre – de Gnome. Bien qu’un paquet tout prêt fut disponible sur le dépot « community », ce n’était que pour la version i686 de la Arch Linux et non pour ma version 64 bits 🙁

J’ai alors été récupérer les fichiers nécessaires, à savoir System-tools-backends et Gnome-system-tools

J’ai lancé ensuite la compilation / installation en root des deux avec la commande makepkg -i.

Un redemarrage plus tard, les outils étaient fonctionnels.

Coté taille ? A vrai dire, comme la arch est assez « mécano », on installe ce qu’on veut. A partir des 125 Mo de l’installation de base, sur les 7500 Mo de la partition root, il me reste :

[fred@fredo-arch ~]$ df -h
Sys. de fich. Tail. Occ. Disp. %Occ. Monté sur
/dev/sda3 7,3G 2,9G 4,0G 42% /
none 754M 0 754M 0% /dev/shm
/dev/sda1 251M 12M 227M 5% /boot
/dev/sda4 136G 13G 117G 10% /home

Il ne faut pas oublier que j’ai installé sur la base en question :

Ce qui est quand même pas si mal que cela. Coté vélocité ? Du bip à l’écran de connexion : 30 secondes environ. De l’écran de connexion au bureau gnome utilisable : 25 secondes, car il faut lancer Compiz-Fusion…

Et dire qu’il faut compter pas loin de 45 secondes pour la première étape sous Ubuntu 7.10… Et près de 70 secondes avec une Fedora 8… Maintenant, je ne cracherais pas sur la Ubuntu qui m’a permis – et aussi à de nombreuses autres personnes – d’avoir un linux à visage humain… Et fonctionnant directement.

Arch Linux me permet de combler deux besoins : une distribution stable et assez à jour coté versions de logiciels… Sans avoir à passer 8 jours à tout recompiler.

Ajout à 14 h 30 : l’indispensable capture d’écran 😉

Gnome avec Archlinux

Les deux points qui ont bloqué ma migration vers la Arch Linux

Deux points génants, mais franchement bloquants.

  • L’impossibilité de faire reconnaitre et fonctionner le scanner de mon Imprimante HP Photosmart C3180, alors que j’ai bien ajouté le groupe scanner à mon utilisateur
  • ‘impossibilité de faire reconnaitre et fonctionner mon baladeur numérique Samsung YP-U3 🙁

Si quelqu’un peut m’aider à trouver les solutions pour ses deux points précis, qu’il / elle me le dise…

Vers la migration ? Suite.

Bon, l’installation est faite, et j’ai réussi à faire fonctionner le son, mais impossible de débloquer la « sourdine » de Gnome au démarrage.

Parmis les premiers points positifs :

  • Légèreté de l’ensemble
  • La quasi-totalité de l’environnement de compilation d’un logiciel comme mozilla est disponible presque « out-of-the-box »
  • Le noyau 2.6.23.9 après avoir effectué la mise à jour
  • Flash installé sans trop de prise de tête avec nsPluginWrapper

Points négatifs :

  • Pas d’outils de gestions des groupes de l’utilisateur 🙁
  • L’outil de gestion d’imprimante semble absent (?)
  • La « nouvelle hiérarchie » des dossiers (Documents, Musique, etc…) semble être absente de la version Gnome d’Arch Linux.
  • La corbeille directement sur le bureau !
  • Pas d’interface graphique pour l’outil « Pacman »

Je suis en train de faire recompiler un firefox 3.0 pré-béta3 dans la machine virtuelle sous Arch Linux. Si la compilation passe, un grand pas sera fait vers une potentielle migration…

Vers l’installation d’une Arch Linux ?

Bien qu’aimant la distribution Ubuntu Linux, je suis en train d’envisager une potentielle migration vers la distribution Arch Linux.

Il est vrai que l’installation est assez rapide, et que la base technique (en comptant les fichiers de développement) ne prennent que 150 Mo environ, bien qu’on se retrouve avec un système assez basique en ligne de commande.

L’approche « mécano » de la distribution Arch Linux m’intéresse aussi beaucoup.

Je vais voir avec une machine virtuelle VMWare Server pour savoir si les logiciels que j’utilise quotidiennement sont disponible et / ou compilable facilement.

Des conseils pour une potentielle migration ? Merci !