Archlive-iso : une archlinux installable facilement ;)

Ayant entendu parler souvent sur les canaux identi.ca d’archlive-iso , j’ai décidé d’y jeter un coup d’oeil. J’ai donc récupéré l’image iso via wget :

fred ~/download $ wget -c http://arch-live.isawsome.net/iso/archiso/20090612/archiso-live-2009-06-12.iso
--2009-06-16 09:14:02-- http://arch-live.isawsome.net/iso/archiso/20090612/archiso-live-2009-06-12.iso
Résolution de arch-live.isawsome.net... 208.113.155.77
Connexion vers arch-live.isawsome.net|208.113.155.77|:80...connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse...200 OK
Longueur: 694157312 (662M) [application/octet-stream]
Saving to: `archiso-live-2009-06-12.iso'

100%[======================================>] 694 157 312 312K/s in 39m 33s

2009-06-16 09:53:36 (286 KB/s) - « archiso-live-2009-06-12.iso » sauvegardé [694157312/694157312]

Continuer la lecture de « Archlive-iso : une archlinux installable facilement 😉 »

Y a pas à dire, c’est du rapide.

10 juin 2009 : annonce du noyau linux 2.6.30.

12 juin 2009 : le noyau linux 2.6.30 est disponible sur le dépot testing d’ArchLinux.

La preuve en images :

Noyau Linux 2.6.30 dans testing d'Archlinux

Et en bonus, une nouvelle version du pilote nvidia :

Noyau Linux 2.6.30 et nouvelle version du pilote nvidia dans Archlinux

La cerise sur le gâteau ?

La (ré)activation de la diode indicatrice d’activité  de mon circuit wifi. Cela fait tout drôle étant donné que je ne l’ai jamais vu fonctionné depuis février 2008, date de l’achat de mon portable (le acer du wiki du site Archlinux francophone).

VLC 1.0.0rc3 sous Archlinux.

Le 28 mai dernier, j’annonçais la disponibilité d’un paquet pour VLC 1.0.0rc2 pour Archlinux. Etant allé ce matin sur le site de VLC, j’ai constaté la présence du code pour la version 1.0.0rc3 de VLC. J’ai donc profité de l’occasion pour mettre à jour le paquet que j’avais mis au point en partant du paquet officiel.

Pour compiler cette version, il suffit d’entre la commande suivante :

yaourt -S vlc-dev

Et pour changer un peu, je me suis basé sur une capture d’écran de l’épisode « Hammer Into Anvil » (Le Marteau et L’enclume) de l’excellente série « Le Prisonnier ».

vlc 1.0.0rc3 sous Archlinux

Chromium et midori, suite.

Dans un précédent article, j’avais installé Chromium et Midori dans une machine virtuelle. Dans ma machine réelle, les résultats sont les suivants :

  • Midori : 1267 points
  • Chromium : 1673 points

Soit une différence de 32,04% en faveur de Chromium. Ce qui est plus important, mais ce qui montre aussi que le moteur javascript de Webkit n’est finalement pas si à la traîne que cela 😉

Chromium, soit. Mais quid de Midori ?

Midori – en dehors de devenir le navigateur de l’environnement Xfce – partage le même coeur de rendu de pages Web, à savoir webkit. En dehors du fait que Chromium n’existe qu’en version 32 bits (pas de version native 64 bits), j’ai voulu voir les différences… Et si Chromium est finalement si intéressant que cela.

Dans ce but, j’ai installé dans une ArchLinux 64 bits dans une machine virtuelle kvm un environnement Xfce 4.6.1 avec la dernière version en date de Midori, la 0.1.7.

En dehors du fait de passer sans aucun problème Acid3, le score obtenu par Midori sur la 4ième version du test de rapidité du moteur V8 de Google Chrome. En effet, le score obtenu est de 871 points.

Chromium, une fois toutes les dépendances 32 bits installées, obtient un score de… 1025 points seulement… 17,68% plus rapide. Le moteur de JS v8 ne serait donc pas rapide que cela ?

D’ailleurs, le test acid3 est passé par Chrome, mais de manière imparfaite. Donc, on peut faire tout un tapage sur Chromium, mais il risque de fermer sa bouche bientôt sur Linux par rapport à Midori…

Maintenant, il est sûr que la puissance de frappe commerciale de Google est largement supérieure à celle de Midori et de ses développeurs…

Comment reproduire à la main Chakra Linux en 64 bits.

Chakra Linux, c’est une ArchLinux avec KDE en version liveCD, avec un installateur facile. Par manque de chance, la version alpha2 n’est pas disponible en 64 bits 🙁

Voici comment faire. Un peu long, mais le résultat est à peu près identique à celui du liveCD. Il nous faudra :

  • kvm
  • une image FTP de la ArchLinux 2009.02

De la patience et savoir lire les wikis 😉

Chakra Linux 64 bits

Continuer la lecture de « Comment reproduire à la main Chakra Linux en 64 bits. »

En direct de mon Archlinux 64 bits.

Sacré dimanche. Suite à un message sur identi.ca de devil505, j’ai récupéré le PKGBUILD de Rhythmbox et je l’ai modifié pour la version 0.12.2 du logiciel de musique : en clair la ligne pkgver et la ligne md5sum pour que tout colle. Et voici le résultat 😉

Rhythmbox 0.12.2 sur ArchLinux

La liste des changements de Rhythmbox 0.12.2 est présente ici à cette adresse : http://ftp.gnome.org/pub/GNOME/sources/rhythmbox/0.12/rhythmbox-0.12.2.news

Autre nouveauté intéressante : l’arrivée des xz-utils sur le répertoire testing en lieu et place des lzma-utils. En gros, cela permet d’utiliser l’option -J de gnutar 1.22.

xz-utils sur archlinux

Pour donner un ordre d’idée, voici la différence de taille entre le code source de Mozilla Firefox 3.0.10. En appliquant la compression maximale de xz en ligne de commande :

fred ~/download/source $ xz -9 firefox-3.0.10-source.tar

Et une fois le traitement fini :

fred ~/download/source $ ls -alh
total 65M
drwxr-xr-x 2 fred users 4,0K mai 31 18:53 .
drwxr-xr-x 3 fred users 4,0K mai 31 18:45 ..
-rw-r--r-- 1 fred users 36M mai 31 18:44 firefox-3.0.10-source.tar.bz2
-rw-r--r-- 1 fred users 29M mai 31 18:44 firefox-3.0.10-source.tar.xz

Soit un gain de taille de 7 MiO, ou 24,13% de moins… On comprend mieux le pourquoi du passage pour la Slackware linux de paquets du format tar.gz au format tar + xz…

VLC 1.0.0rc2 sous Archlinux.

Dans un précédent billet que j’ai effacé pour des raisons pratiques, j’avais parlé de l’adaptation du paquet officiel de VLC 1.0.0rc1 en me basant sur la version officielle 0.9.9 proposée par Archlinux.

Depuis quelques jours, la compilation de la version de développement de VLC dont j’ai parlé dans un précédent billet est impossible.

Or, la version RC2 sera bientôt disponible. En effet, depuis le 27 mai, un répertoire 1.0.0-rc2 est disponible sur le serveur FTP de Videolan.

J’ai donc repris le PKGBUILD officiel et je l’ai adapté pour proposer une version 1.0.0rc2 du logiciel.

Pour compiler cette version, il suffit d’entre la commande suivante :

yaourt -S vlc-dev

Et de patienter. Voici le résultat avec le DVD1 du montage de Palmer666 du concert de Nine Inch Nails à Victoria en décembre 2008.

VLC 1.0.0rc2 dans Archlinux lisant un DVD

D’ici quelques jours, l’annonce officielle pour VLC ?

Installer une préversion de VLC 1.0 sous Archlinux.

Archlinux, même si c’est une distribution qui se vante d’avoir des versions récentes n’est pas toujours à la pointe. VLC dans sa version 0.9.9 souffre d’un bug assez ennuyeux : deux fenêtres au lieu d’une seule.

Et comme la version proposée par le dépôt testing est toujours en 0.9.9, il faut utiliser yaourt et le paquet vlc-git pour avoir une version plus récente.

Rien de plus simple : il suffit d’entrer dans un terminal la commande :

yaourt -S vlc-git.

Attention ! Un bug subsiste : il faut ajouter l’option (sans les guillemets) « –disable-zvbi » dans la ligne configure du PKGBUILD lorsqu’on yaourt demande si on veut modifier le PKGBUILD.

Il suffit ensuite de patienter. Et à vous les joies d’un VLC pré-1.0 fonctionnel.

vlc 1.0pre dans Archlinux

NB : pour certains DVDs, il est nécessaire – soupir ! – d’installer le paquet libdvdcss… Quoique le jeu en vaut la chandelle 😉

NetBSD 5.0 : impossible à tester dans un émulateur ?

NetBSD 5.0 est sorti il y a environ 15 jours. C’est le BSD libre le plus porté (une cinquantaine d’architectures matérielles sont supportés)… Sauf les émulateurs comme qemu / Kvm et VirtualBox.

Ma première tentative a été avec Qemu 0.10.4 (dont la version pour archlinux contient l’émulation KVM), ce qui donne en ligne de commande :

fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 nb5.img 32G
Formatting 'nb5.img', fmt=qcow2, size=33554432 kB

Lancement :

fred ~/download $ qemu --enable-kvm -m 1024 -soundhw all -k fr -localtime -hda nb5.img -cdrom amd64cd-5.0.iso -boot d &

Et le démarrage plante toujours au même moment, quelque soit l’option prise avec cet écran laconique…

plantage de NetBSD 5.0 dans Qemu/Kvm

Pour VirtualBox ? Pas mieux. Une machine virtuelle avec 768 Mo dédié à un NetBSD se plante au tout début du démarrage…

plantage de NetBSD 5.0 dans VirtualBox

Noyau linux 2.6.29.3 : aussitôt annoncé, aussitôt disponible pour testing d’Archlinux

Les distributions « rolling releases », c’est bien même si parfois être trop « bleeding-edge », cela a des désavantages avec des logiciels parfois un peu trop « frais ».

Hier, le noyau 2.6.29.3 est sorti. Aujourd’hui, il est disponible dans le dépot testing d’Archlinux.

En faisant mon bi-quotidien :yaourt -Suy j’ai eu droit à la mise à jour du noyau 2.6.29.3. Ok, avec le dépot kernel-mainline d’Ubuntu Linux, on a la même fraicheur de noyau. Ou presque 😉

Et une capture d’écran de mon beau bureau au passage :

Arrivée du noyau linux 2.6.29.3 sur Archlinux

De retour sur Archlinux…

En mars 2008, je quittais la distribution ArchLinux pour revenir à mon premier « amour » linuxien, la distribution Ubuntu Linux. Cependant, l’obligation d’ajouter un PPA pour Gwibber, un deuxième pour VLC, un troisième Liferea, un quatrième pour Deluge Torrent m’ont fait remarquer que retourner sur Archlinux serait plus simple.

J’ai donc pris une image ISO pour une clé USB, et j’ai installé une archlinux. Je me suis basé sur les différents tutoriels disponible via le wiki d’archlinux.fr pour me concocter en quelques heures un environnement plus léger (pas de Mozilla Firefox installé par défaut) et qui correspond à mes besoins.

J’ai cependant activé le dépot testing pour profiter de gcc 4.4.0. Le seul point ennuyeux a été d’installer Gwibber. J’ai utilisé via yaourt le paquet gwibber-bzr qui me donne un gwibber fonctionnel sans céphalocapture excessive.

Maintenant la question est : combien de temps resterai-je avec cette installation d’Archlinux ?

Un rapide tour du propriétaire pour la distribution ArchLinux 2008.06 alias Overlord.

Archlinux est une excellente distribution qui m’avait donné beaucoup de plaisir durant deux mois. C’est donc avec la sortie de sa version 2008.06 que j’en profite pour l’installer dans une machine virtuelle KVM.

La dite machine suivant mon protocole classique : clavier français, disque virtuel de 32 Go, 768 Mo de mémoire vive et un circuit son es1370. Donc les classiques commandes dans un terminal :

fred@fred-laptop:~/download$ qemu-img create -f qcow2 arch.img 32G
Formatting 'arch.img', fmt=qcow2, size=33554432 kB
fred@fred-laptop:~/download$ kvm -m 768 -k fr -localtime -hda arch.img -cdrom archlinux-2008.06-core-x86_64.iso -soundhw es1370 -boot d &

L’installateur a été refondu. D’ailleurs, si on fouille dans les options du menu de démarrage, on peut trouver un clone d’un célèbre jeu vidéo. Pour y accéder ? Menu Tools / Space Invaders !

Accès à Space Invaders avec l'Archlinux.

Le début de la partie...

Fin de partie

L’installation se fait comme d’habitude. Après le premier démarrage, j’ai ajouter au fichier /etc/pacman.conf le serveur d’Archlinux.fr pour avoir accès à Yaourt. Donc, j’ai rajouté le dépot situé à l’adresse http://repo.archlinux.fr/x86_64/.

# pacman -S yaourt
# yaourt -S libx86 xorg hwd

Configuration de Xorg :

# hwd -u : hwd -xa

Ajout de Gnome ; je me suis basé sur l’article que j’avais jadis rédigé sur le wiki d’Archlinux.fr.

# yaourt -S gnome gnome-extra gnome-system-tools

Pour le support du gvfs, il suffit d’ajouter le module « fuse » à la ligne qui va bien dans le fichier /etc/rc.conf

Ajout du serveur Pulse-Audio, en se basant sur cet autre article que j’avais traduit depuis le wiki d’Archlinux.org.

Ensuite, j’ai crée un compte utilisateur en lui donnant les droits d’accès sur : wheel, audio, storage, optical, stb-admin et pulse-access.

J’ai utilisé GDM pour lancer le Gnome 2.22.2 installé.

Gnome 2.22.2 sous Archlinux

Pour finir, j’ai voulu voir s’il était facile de compiler Shiretoko.

J’ai ensuite utilisé le tarball du code source que j’utilise sur mon Ubuntu, et j’ai lancé la recompilation de Shiretoko avec le .mozconfig suivant :

. $topsrcdir/browser/config/mozconfig

# Options for ‘configure’ (same as command-line options).
ac_add_options –enable-optimize= »-Os -march=native -w -pipe »
ac_add_options –disable-debug
ac_add_options –disable-tests
ac_add_options –enable-default-toolkit=cairo-gtk2
ac_add_options –enable-strip

40 petites minutes d’attente, et voici un Shiretoko qui nous donne un aperçu du test Acid3.

Shiretoko sous Archlinux.

Que dire de plus ? Qu’Archlinux est toujours une aussi bonne distribution, mais que devoir parfois trifouiller les tripes de l’OS est lassant 🙁

Pourquoi je suis retourné sous Ubuntu Gutsy Gibbon…

Il y a quelques jours, j’ai quitté mon Archlinux et j’ai installé sur mon portable Acer 5520G (basé sur un AMD Athlon 64 X2 TK55) une Ubuntu Gutsy Gibbon, alias 7.10 en lieu et place de mon Archlinux.

Pourquoi ? Pour deux raisons principales :

  1. J’en avais assez de devoir trifouiller pour configurer la moindre option dans ma distribution linux
  2. Une envie de passer moins de temps à administrer ma distro et plus à l’utiliser 😉

Pour des raisons d’ordre pratique, j’ai été obligé d’installer une version 32 bits de la distribution en lieu et place d’une version 64 bits : l’installation de la connexion avec le circuit Wifi (un pourrissime circuit Atheros 5007eg) n’ayant un pilote natif qu’en 32 bits), et l’envie de ne plus utiliser un pilote windows 64 bits via ndiswrapper.

Je n’attends qu’une chose : un support en natif du pilote 64 bits pour utiliser enfin mon PC à sa pleine puissance !

Il est vrai que je perds environ 3% de vitesse pure et que les deux coeurs de mes processeurs ne sont pas employés dans leur totalité, mais au moins, je peux passer plus de temps à utiliser mon ordinateur sans trifouiller dans ses tripes.

Cerise sur le gateau ? Une gestion plus fine des fréquences des deux coeurs du CPU AMD m’a permis de passer de 1 h 45 à près de 3 heures d’autonomie hors secteur… Comme quoi, j’avais mal réglé les fréquences de mon ordinateur 🙁

De mes deux mois sous Archlinux, j’ai acquis plus de connaissances sur les tripes d’un linux. Mais j’ai aussi vu que ce n’était finalement pas la distribution ultime pour mes besoins. Il est vrai que que la non-sortie à la date de ce billet de Gnome 2.22.0 – soit 10 jours déjà depuis la publication – pour une distribution comme l’ArchLinux qui se veut à la pointe des versions, cela est un peu étrange 😉

Je tiens à remercier toute la fine équipe d’Archlinux.fr pour la bonne ambiance et leur conseil. Il est vrai qu’ayant du mettre une machine sous Linux pour une association auprès de laquelle je suis bénévole, mon choix a été une Ubuntu 7.10. Et ayant pu évaluer une version de test de la future Ubuntu Hardy Heron (alias 8.04 LTS) m’a donné envie de revenir dans le monde Ubuntuesque.

So long, Archlinux ! Et bon vent pour la suite !

Comment gagner quelques dizaines de Mo sur le disque sans prise de tête.

Sur mon Archlinux 64 bits, la partition /usr commençait à être un peu trop rempli : il est vrai qu’avec Gnome, OpenOffice.org, Gimp, Liferea et d’autres petites joyeusetés de ce style, on atteint rapidement 3 à 4 Go de données 😉

J’ai donc pris le taureau par les cornes, et j’ai utilisé LocalePurge, un petit script qui virent les traductions inutilisées sur le disque.

Un petit :

yaourt -S localepurge

Puis l’édition sous vi du fichier /etc/locale.nopurge en ne gardant que les fichiers francophones ont eu un effet canon… 324708 Ko récupéré, soit un peu plus de 317 Mo, soit environ 4,22% des 7500 Mo de ma partition /usr ! 🙂

L'effet LocalePurge !

Même sur les 120 Go du disque dur de mon ordinateur portable, ce n’est pas quantité négligeable 😉