Ubuntu Phone : du buzz et rien d’autre pour le moment ?

Un nouvel arrivant dans le monde des OS pour smartphones. Outre les géants Android et iOS (Apple), on peut penser à Windows Phone, SailfishOS (dérivé de Meego), ou le projet de la Fondation Mozilla, FirefoxOS qui doit pointer le bout de son nez cette année.

Notre ami Canonical propose son Ubuntu Phone.

C’est un OS pour téléphone, proposant l’interface Unity déjà prosposée sur ubuntu. La page officielle est assez sèche coté détails, spécialement sur sa base technique. Base androïd ? Faite maison ?

On sait que les applications seront soit en HTML5 (coucou FirefoxOS) ou avec le toolkit QML.

Coté disponibilité ? C’est le flou. Quel appareil ? Flou idem.

L’article sur OMG Ubuntu qui reprend l’annonce officielle n’apporte pas grand chose de plus. Le point le plus inquiétant, c’est la date prévue avec des modèles prééquipés : la fin de l’année 2013. Je cite :

So when can you get one? Sadly not just yet. Although talks are taking place no major vendor has yet signed up to ship the device.

But there is hope.

Canonical are ‘confident’ a major manufacturer will ship Ubuntu for Android this year; that will be the first step. But the first pure Ubuntu Phone devices will appear towards the end of the year.

Donc, en gros, on nous annonce un OS dont personne ou presque n’a été capable de voir en fonctionnement, apparemment ce serait pour le CES 2013 pour le voir en vrai. Et dont la disponibilité pour le grand public est minimum dans un an…

Pas que je sois dubitatif, mais comment un OS qui est annoncé pour sortir dans un an en prééquipement – quelle proportion des utilisateurs de mobiles « roote » son téléphone pour le mettre à jour avec des OS non officiels du genre cyanogen mod ? – je ne donne pas cher de sa capacité à s’imposer sur le marché.

Celui-ci est déjà phagocyté par le duo Android / iOS. Windows Phone ramasse les miettes, et FirefoxOS, même s’il n’est pas sorti, va souffrir sûrement pour se faire une place au soleil.

Donc au lieu de m’exciter comme une puce saoûle sur ce projet, j’attends pour voir ce que sera vraiment cet OS en réel. Mais je ne suis pas très optimiste sur sa capacité à se faire une place au soleil.

J’espère cependant me tromper. Mais un tel départ n’augure rien de bon.

Une petite mise au point sur mes articles de présentations de distributions GNU/Linux.

Depuis des années, je présente et teste rapidement les distributions GNU/Linux qui me passent sous la souris. Et souvent, certaines personnes me font les mêmes remarques du genre : pourquoi pas d’installation en dur ? Pourquoi ne passes-tu pas plus de temps sur les distributions en question ?

J’ai donc décidé de faire un article qui tient de la mise au point et aussi du coup de gueule, car j’en ai marre de me justifier à chaque fois. C’est la première et dernière fois que je rédige ce genre d’articles.

Premier point : pourquoi utiliser Qemu / VirtualBox et pas une installation en dur ?

Réponse courte : parce que.

Réponse plus longue : car c’est plus souple, plus simple et largement plus rapide et pratique à mettre en oeuvre.

Qemu et VirtualBox propose des machines type, avec du matériel standardisé, et donc plus passe partout que le matériel réel qui équipe parfois les machines. Sans oublier, qu’en cas de problème – fausse manipulation au niveau de l’installation par exemple – je peux virer l’image disque et recommencer à zéro sans avoir à craindre pour mon vrai matériel. Car c’est étrange, mais je considère que les données de mon disque dur sont précieuses.

C’est certain, c’est moins rapide que sur une machine réelle. Mais, c’est tellement plus pratique. Sur une machine réelle, on fait comment pour enregistrer une vidéo depuis le démarrage ? Ma machine principale, je n’ai pas envie de la foirer car une distribution mal embouchée aura maltraité mon grub. Et dans ce domaine, les distributions mal embouchées, ça existe 😉

Continuer la lecture de « Une petite mise au point sur mes articles de présentations de distributions GNU/Linux. »

Quand notre prof de maths préféré se lance dans la quête du Graal linuxienne…

En oubliant que par définition, c’est une quête sans fin… Dans un article, il nous parlait du retard à l’allumage (à cause de son âge avancé ?) de Richard Matthew Stallman et ce qu’il considère être comme un espiogiciel (spyware) dans la distribution de Canonical.

Dans un deuxième article, Cyrille commence sa quête du Graal, en excluant volontairement les dérivées d’Ubuntu et en restant communautaire, je cite Cyrille sur le cahier des charges, mettant en emphase les morceaux primordiaux :

* Une bonne distribution Linux pour les Noobs est une distribution qui ne s’appuie pas sur Ubuntu ce qui bannit tous ses forks. En effet on sait que Xubuntu ou Lubuntu sont des distributions de qualité, mais si Ubuntu s’effondre, elle emportera avec elle ses forks dans son sillage.
* Comme on n’a plus envie de reproduire le même schéma de l’entreprise qui tire les ficelles, qui fait faillite un matin ou met des pages de pub, des adware, vous veut du mal, on visera essentiellement une distribution communautaire.
* Une distribution pour les noobs c’est par principe une distribution facile à de nombreux niveaux et on ne tolérera que peu d’excentricités dans la ligne de commande. On veut du live CD, de l’installation facile et le minimum de paramétrages.
* Quelles que soient les qualités de la distribution, on veillera à ce qu’elle propose une communauté attractive et une forte documentation.

Continuer la lecture de « Quand notre prof de maths préféré se lance dans la quête du Graal linuxienne… »

Pour vouloir lire un classique de George Orwell, j’ai du devenir, à mon grand regret, un « tipiak »

L’approche de Noël m’a donné envie de vous raconter une mésaventure récente. J’ai eu envie de lire la « Ferme des Animaux » de George Orwell. La première étape, cela a été de tenter ma chance à ma bibliothèque municipale. Premier chou blanc : seul 1984 est disponible.

Je tente alors Amazon. Voulant limiter l’attente au maximum, et ayant une Kindle d’Amazon, je tente ma chance dans les livres électronique. Deuxième chou blanc. La seule réponse est une fiche de lecture… à 4 € !

D’ailleurs, comme la plupart des liseuses ont une boutique de livres électroniques dédiée, la démarche aurait la même avec une Kobo ou une Bookeen, modulo la boutique en question.

La seule réponse positive de la Fnac ? Une version au format Adobe DRM, donc en clair, vérouillée numériquement, et en anglais. J’arrive à lire l’anglais dans le texte, mais les DRMs ? Dans la cuvette et on tire la chasse. Plusieurs fois. C’est résistant ces sales bêtes.

D’ailleurs, concernant les menottes numériques sur les livres, de l’intégriste libriste Richard M. Stallman qui risque d’avoir vu juste, le texte « Le droit de lire« .

Et Google Books douche mes derniers espoirs : aucun livre numérique officiellement disponible !

Il ne me restait plus qu’une solution : passer dans le côté obscur de l’offre. Et j’ai pu trouvé un ePub que Calibre m’a converti.  Et devoir en arriver à l’utilisation de l’offre non légale, ça m’a franchement facilité le transit intestinal. Oui, j’avoue que je n’étais plus constipé par la suite 🙁

Continuer la lecture de « Pour vouloir lire un classique de George Orwell, j’ai du devenir, à mon grand regret, un « tipiak » »

Téléphone mobiles : 2013, année terrible pour les MVNOs ?

Hier, Free Mobile a, encore une fois, jeté un pavé dans la mare, en améliorant son forfait d’entrée de gamme à 2 €. Il est passé d’une à deux heures de communication, et surtout, de 60 SMS à des SMS illimités. Oui, 2 heures et SMS illimités pour deux euros mensuel.

Un euro symbolique de plus, et les MMS illimités avec 20 Mo de données (on a connu mieux) sont disponibles. Il est clair que la clientèle visée ici est toujours et encore les petits consommateurs, et le public adolescent qui abuse des SMS.

Et comme tous les jours, ou presque, un MVNO sort une nouvelle offre qui s’avère moyennement intéressante. Je n’ai pas envie de détailler cette 128 ou 129e offre (environ), mais c’est toujours de l’arnaque au niveau de la consommation de données.

D’ailleurs, « Tous les forfaits » listera mieux l’offre que je ne pourrais le faire.

128 offres de téléphonie mobile

Continuer la lecture de « Téléphone mobiles : 2013, année terrible pour les MVNOs ? »

Un mûrissement du marché des distributions GNU/Linux dérivées en route ?

Dans le petit monde de GNU/Linux et de ses distributions, il y a toujours eu des distributions dérivées d’autre, dont la plus célèbre au niveau du grand public est aussi une dérivée. Sans la Debian GNU/Linux, Ubuntu n’irait pas très loin.

Jusqu’il y a quelques mois, il ne se passait pas une semaine sans que l’on entende parler d’une nouvelle distribution dérivée d’Ubuntu. Au point, que Distrowatch aurait pu faire une section « La distribution dérivée d’Ubuntu de la semaine » dans sa gazette Distrowatch Weekly.

J’ai remarqué la montée en puissance progressive de distributions dérivées qui prennent une autre base que Ubuntu. Si on prend sur les dernières semaines, on pourrait citer, et je suis désolé pour les oublis :

Sans oublier des distributions dérivées plus anciennes, comme la Chakra Linux (basée à l’origine sur ArchLinux), Fuduntu (basée à l’origine sur la Fedora Linux) pour ne citer que les premières qui me viennent à l’esprit.

De part leur nombre important, les distributions dérivées d’Ubuntu, la Linux Mint en première, monopolisent l’actualité. Mais cela fait plaisir de voir que d’autres bases sont proposées, car ce serait dommage de limiter le monde des distributions GNU/Linux à Ubuntu et ses innombrables versions dérivées.

Ce ne serait pas rendre service des projets comme la SalixOS, la Siduction, ou encore la Manjaro Linux, pour n’en citer que trois.

Maintenant, c’est vous qui voyez, mais il faudra me dire où se trouve l’intérêt de certaines versions dérivées d’ubuntu qui ne propose qu’un fond d’écran alternatif, des dépots tiers activés, bref des choses faisables en 3 clics sous la distribution d’origine.

Seulement le plaisir de se dire en flattant son égo : super, j’ai sorti une distribution ?

Serais-je en train de devenir un « blogueur influent » ?

Il est vrai que mon blog avec en moyenne – et en dehors des coupures liées à des vagues des spams un peu forte, comme celle qui a rendue injoignable le blog durant une douzaine d’heures – tourne à 1000 – 1200 pages vues par jour, ce qui en fait un blog très influent.

Excusez-moi, je reviens, le temps de calmer un fou rire nerveux.

Donc, j’ai reçu hier dans la journée un petit courrier électronique dont déjà l’intitulé m’a fait tiquer. « Article sponsorisé pour le [nom d’un service de téléphonie] »

Et l’introduction m’a carrément horripilé, au sens étymologique du terme, à savoir : herrisser les poils. Je cite le morceau de choix, dans le chapeau du courrier électronique.

Nous sommes opérateur de téléphonie fixe et mobile, et proposons nos services à partir de la France Métropole et DOM. Nous serions intéressés par la publication au mois de novembre ou décembre d’un article sur votre blog, pour notre service [nom du service en question]

Ma réponse a été cinglante, mais très enrobée de sucre :

Je tiens à vous remercier de l’attention que vous avez  apporté à mon petit blog – dont j’ignore comment vous avez entendu parler.

Je tenais aussi à vous préciser que je ne suis pas interessé par la moindre « propagande » commerciale qui puisse exister. Après avoir lu votre laïus, j’ai fait quelques recherches qui m’ont informé du coté caché de l’offre.

 

De plus, par principe, je me refuse à proposer tout billet sponsorisé, car ce serait pour moi une violation de la confiance que m’exprime les quelques lecteurs et lectrices régulières de mon humble blog.

 

Vous comprendrez donc que vous recevrez de ma part une fin de non-recevoir pour rédiger un article qui serait de la publicité déguisée.

Pour faire court : je ne suis pas à vendre, même si vous m’offrez le dernier AilPhone en date. Je ne touche pas le moindre centime avec mon blog, et je n’ai pas l’intention de devenir un photocopieur de communiqué de presse.

Il y a une chose étrange qui s’appelle intégrité et qui motivent la rédaction de mes billets.

Alors, mesdames et messieurs les annonceurs, j’espère que vous comprendrez mon petit coup de gueule.

Dans le cas contraire, je risquerais de devenir comme Linus Torvalds avec Nvidia, tout en restant largement plus sociable dans mes propos et mes gestes.

Les forfaits de téléphonie mobile en voie de SFRisation avancée ?

Par SFRisation, je pense surtout à la boutade du maintenant « bouc émissaire pour tout et n’importe quoi dans la téléphonie mobile » de Xavier Niel quand il a présenté en janvier 2012 ses deux forfaits via son offre Free Mobile.

Il avait montré un catalogue SFR de l’époque qui montrait une palanquée de forfaits qui segmentaient à mort l’offre, histoire de rendre incomparable les différentes offres qui permettent une chose : communiquer.

Et plus je lis les annonces sur les forfaits de téléphonies mobiles, que ce soit pour les MVNOs (à quand le premier à disparaître dans ce domaine de faux-nez de l’ancien triumvirat ?), c’est encore et toujours plus illisibles.

Sans jouer le fanboy de Free Mobile, ce sont surement les forfaits les plus lisibles qui existent. Prenons le dernier MVNOs, Joe Mobile qui a quelques ratés aux démarrage, et qui nous sort encore une nouvelle version de ses forfaits, encore moins lisible qu’auparavant.

J’avoue que c’est plus complexe que des offres du style : voix + SMS / MMS illimités pour tant par mois (et non par période de 30 jours, car dans ce cas on se fait avoir pour Janvier, Mars, Mai, Juillet, Aout, Octobre et Décembre d’une journée), ou X minutes de voix + X sms pour tant par mois.

Qui arrive à déchiffrer ce genre d’offres sans faire un bac + 14 en maths ?

On va dire que j’ai une dent contre SFR, mais quid de Bouygues et de son offre B&You ? Uniquement 3 offres, c’est déjà mieux. Et c’est surtout assez simple à lire.

Sosh ? La SFRisation est en route. Il suffit de voir les grilles comparatives des 3 offres en question. Ce que j’aime, c’est le forfait le plus cher, avec ses 3 Go d’internet (version orange, bien entendue), et surtout le H+… Comme si tous les téléphones portables en profitait par défaut, et que tout le monde avait accès à cette génération de connexion…

Je passe sur les opérateurs du genre Zéro Forfait ou Prixtel, c’est complètement illisible.

D’ailleurs, il suffit de voir un site comme touslesforfaits pour se demander si Xavier Niel n’avait pas raison en critiquant les offres pléthoriques qui ne font qu’une chose : perdre le consommateur et le faire payer plus que de raison.

Si en plus de la baisse des prix – et donc des gonades en or de l’ancien triumvirat – un effet collatéral pouvait être la simplication des forfaits proposés, ce serait la moindre des choses… Allez, une dernière pique, jettez un oeil aux offres officielles de SFR, c’est mal de crâne assuré. Entre les forfaits bloqués, les non-bloqués, et les formules Red, j’en ai dénombré… 12 !

Quand Tom’s Guide joue le sensationnalisme et désinforme involontairement.

C’est officiel : il n’y a plus de version 64 bits pour le navigateur Mozilla Firefox, dixit un article de Tom’s Guide, au titre suffisamment clair : « Mozilla abandonne Firefox 64-bit »

Or, l’article est trompeur à plusieurs titres. Car nulle part, il n’est précisé que cela ne concerne que la version pour Microsoft Windows qui est concernée, nullement celle pour les distributions GNU/Linux ou encore MacOS-X qui depuis sa version 10.4 alias Tiger ou 10.5 alias Leopard est purement 64 bits.

En effet, l’article se base sur un fil initié par Benjamin Smedberg dont le titre est clair pour qui sait lire : « Turning off win64 builds », qu’on peut traduire : « Arrêt des compilations win64 ». Nulle autre architecture n’est concernée.

Les justifications sont l’absence de greffons en 64 bits, plantage plus fréquent, bugs difficilement reproductibles, bref ce qui a ralenti l’adoption des OS 64 bits depuis des années.  Même si j’avais constaté du progrès comme résumé en décembre dernier.

Pour faire un résumé rapide : oui, il n’y aura pas pour le moment de version 64 bits de Mozilla Firefox pour la plateforme Microsoft Windows. Et uniquement elle !

Tom’s Guide a donc volontairement oublié 12% du marché de l’informatique, à savoir l’univers du Mac (qui a du matériel proche du PC au final), et les péquins libristes qui peuvent avoir une version 64 bits du navigateur de la Fondation Mozilla.

Puisque l’ambiance est à l’insécurité…

Rafraichissons-nous la mémoire. Après les attaques d’un groupe proche des mouvements les plus durs de la droite actuelle contre un groupe de femmes qui n’ont fait que défiler seins nus pour montrer l’hypocrisie et le décalage entre la société et le groupe  sur certaines problématiques, il est fort à parier que les débats sur l’insécurité vont ressurgir.

Il est donc temps de se rafraichir la mémoire, et de se souvenir du matraquage médiatique de janvier à mai 2002, avec ce documentaire sur l’affaire Paul Voise.

Mais avant tout, une petite statistique tirée de l’introduction du documentaire :

« Sur 65 médias étudiés, de janvier à mai 2002, 18766 sujets sur l’insécurité -> 987 par semaine » (Sofres)

987 / 7 = 141 par jour… Pas mal coté ambiance. Donc, en gros, 5,87 sujets par heure. Environ toutes les 10 minutes sur 4 mois…

Il ne fallait pas nier l’insécurité, mais matraquer ainsi les informations, et finir par entretenir une suspicion croissante et gonfler artificiellement l’insécurité en la mettant où elle n’existait peu ou pas devrait nous servir de leçons, non ?


Paul Voise, Faits divers, Politique et Insecurite

Enfin, je dis cela, hein, mais je dis rien !

Les pleureuses sont de sortie : il n’y aura pas de mode fallback dans Gnome 3.8

Un article sur OSNews révèle un secret de polichinelle : Il n’y aura pas de mode fallback dans Gnome 3.8 qui sortira au printemps prochain.

Le mode fallback, c’est celui qui ressemble à l’interface de Gnome 2. Mais depuis plusieurs versions, les développeurs de Gnome 3 se plaignent de maintenir ce code pour plusieurs raisons : pas assez testé, peu de retours, bref, un enfer à maintenir.

Un courrier sur la liste de publication de Gnome annonce cette nouvelle que l’on pouvait attendre depuis quelques versions : plus de mode fallback.

Et les pleureuses dans les commentaires d’annoncer la mort de Gnome 3, en oubliant un point précis : Gnome Shell n’est pas l’unique interface disponible pour Gnome.

L’acharnement thérapeutique de Gnome 2, Mate continue son bonhomme de chemin, il y a toujours Cinnamon qui reprend le code de Gnome Shell pour proposer une interface plus « classique ».

Et faut-il oublier des environnements comme Xfce ? Ou pour les fans de clinquant le projet Unity ?

Alors, oui, Gnome 3.8 n’aura plus de mode « classique », mais c’était prévisible non ? Les pleureuses qui s’expriment me font penser à ce qui s’est passé avec l’annonce de la mise à mort de Mozilla Thunderbird en juillet dernier.

Les pleureuses chialent, et le logiciel libre continue son chemin. Que du classique, donc…

En vrac’ plus ou moins libre

Un petit florilège de liens pour ce jeudi, à la fois dans le domaine du libre et de la vie réelle..

C’est tout pour aujourd’hui. Bonne fin de journée.

Même si Microsoft Windows 8 se révèle être un fiasco, c’est du 100% gagnant pour Microsoft.

Derrière ce titre un peu tapageur se cache une vérité : Microsoft sait parfaitement qu’il peut se planter avec Microsoft Windows 8. Et pour au moins deux raisons.

La première ? Elle concerne la fin du support étendu des Microsoft Windows XP SP3, Vista SP2 et 7 SP1. Les dates sont intéressantes à regarder.

2014 : en avril, c’est la fin du support étendu pour l’honorable MS Windows XP. Donc sur les machines trop vieilles ou pas assez puissante pour faire fonctionne un de ses successeurs, Microsoft Windows XP sera utilisable, même s’il ne recevra plus le moindre correctif de sécurité.

2017 : en avril, c’est au tour du peu aimé Windows Vista. Mais nombre d’utilisateurs sont passés à Microsoft Windows 7 lors de sa sortie. Même s’ils restent des irréductibles, le peu aimé Microsoft Windows Vista restera utilisable pendant près de 5 ans.

2020 : en janvier, c’est au tour du pas trop mauvais Microsoft Windows 7 de tirer sa révérence.

Donc, jusqu’en 2020, et sauf coup dur, Microsoft pourra proposer des Microsoft Windows de plus ou moins bonne qualité. Il y aura toujours le matelas de sécurité qu’est Microsoft Windows 7 (ou 9 si la « logique » d’un Microsoft Windows sur deux qui n’est pas à garder trop longtemps sur le disque dur est conservée).

La deuxième raison ? Le précédent de 2007 avec la sortie de Microsoft Windows Vista.

Au lieu d’aller vers des solutions libres de qualité croissante, mais d’obésité croissante aussi, l’utilisateur restera dans un écosystème logiciel qu’il connait. Sur 100 déçus d’une version, 80 mettront ou se feront remettre la version précédente, 10 resteront malgré tout, 5 à 8 économiseront pour s’équiper d’une machine à la pomme, et le restant découvrira l’informatique à base de logiciel libre.

C’est encore plus vrai en entreprises qui ont souvent des migrations qui se font sur le long terme. Les opportunités pour le logiciel libre sont très faibles. Cela me fait rire de voir des « évangélistes libristes zélés » (houla, un double pléonasme !) promouvoir à corps et à cri des techniques dont la plupart des utilisateurs se contrefichent.

La Free Software Foundation, qui mène souvent des combats justes, est tombé dans sa caricature avec l’article sur Microsoft Windows 8, traduit sur ce site.

L’idée de départ est bonne, les arguments sont vrais, mais il faut le dire au haut parleur : l’utilisateur lambda, il s’en contrefout comme de sa première couche-culotte ou de sa première layette pour les plus agés, des arguments avancés. Il veut utiliser sa machine au mieux, point barre.

Même si le logiciel libre a envahi les réseaux et de nombreux outils que nous utilisons quotidiennement, la duopole Microsoft-Apple ne le laissera jamais s’imposer.

D’ailleurs, en dehors des guerres intestines qui traversent le logiciel libre, il restera durant encore longtemps, et ce malgré des distributions de qualité croissante un épiphénomène.

Un épiphénomène d’utilisateurs à la pilosité envahissante, avec des logiciels aux noms imprononçables, à la limite de la secte, avec une adoration pour des notions étranges comme le respect de l’utilisateur, de la confidentialité des données, et surtout, avec des logiciels qui sont libres et surtout gratuits, en notre époque commerciale où le gratuit signifie illégal.

A tous les pisse-froids et autres serrés du fion…

Je voudrais dédier ce court article. Mon précédent article m’a valu une volée de bois vert dans les commentaires.

Modulo le fait que je ne fais pas de tests sérieux, certaines personnes considèrent qu’une distribution ne se teste que sur du vrai matériel, alors, il faudra m’expliquer le pourquoi de l’image ci-dessous, qu’est-ce qui vous gène donc ?

liste des machines virtuelles disponibles

Je ne prétends ni être journaliste, ni vouloir faire des thèses sur chaque distribution présentée, testée. Au contraire.

Continuer la lecture de « A tous les pisse-froids et autres serrés du fion… »

Le suicide collectif, c’est à la mode ?

Avec l’approche du 21 décembre 2012, je donne d’ailleurs rendez-vous aux fanatiques de l’apocalypse le 22 décembre pour les voir se déféquer dessus de honte, le suicide collectif semble être à la mode.

Quelques exemples récents. Les MVNOs, cache-sexe des opérateurs historiques multiplient les erreurs de communications, continuant de prendre leurs utilisateurs pour des moutons à tondre.

NRJ Mobile a fait fort récemment
. Tellement fort que j’ai du aller me soulager la vessie tellement que j’avais un fou rire.

En gros, déjà faut se lier poings et pieds à un opérateur durant un ou deux ans. Mais le plus marrant, c’est le forfait « libre consommation », digne des débuts d’internet en France, l’époque du RTC, où on déboursait une somme fixe pour payer l’accès au réseau, avec les communications en plus. Et qui avait chamboulé tout cela en 1998 ? Allez, un indice, janvier 2012, téléphonie mobile 🙂

Prenons le cas d’une personne qui consommerait 15 minutes par mois et une dizaine de SMS, avec un engagement de deux ans. Cela lui reviendrait mensuellement, hors portable à :

5 € + (15*0.38 €) + (15*0.10 €) = 12,20 € soit sur deux ans : 292,8 €

Et avec un engagement d’un an ? Mensuellement :

7 € + (15*0.38 €) + (15*0.10 €) = 14,20 € soit au bout d’un an : 170,40 €

Ce qui fait quand même un peu cher.

Et si on prend le forfait Free Mobile à 2 €, à savoir 1 h + 60 SMS, et même en rajoutant les 40 SMS supplémentaires, on arrive à 2,40 € par mois, sans abonnement. NRJ Mobile le propose à ses clients, mais pour 14,99 € avec deux années d’engagement.

Et que dire des forfaits Joe Mobile ?

10 € par mois pour 2 heures et SMS, MMS illimités ? Voyons, reprenons ce bon vieux Free Mobile : 1 heure de hors forfait voix, 3 €. Et il faudrait consommer 500 SMS en hors forfait pour arriver à 10 € par mois, non ?

On va dire que je suis un fanboy de Free Mobile, mais à ses personnes je dirais : jeter un oeil au coût de vos forfaits jusqu’en décembre 2011.

Autre suicide dans les grandes largeurs, celui de la presse papier qui veut taxer le grand méchant Google. Après le retrait volontaire de la presse brésilienne de l’outil d’actualités du moteur de recherche c’est une union sacrée entre les journaux français, italien, allemands de vouloir faire cracher au bassinet Google pour une reprise d’article, donc d’utilisations de lien avec un chapeau, comme jadis l’avait tenté la presse belge.

Non seulement, c’est suicidaire au vu de la puissance de frappe de Google, mais c’est le monde à l’envers. Si les sites officiels des journaux ont des visites, ce n’est pas, en grosse partie, grâce à des moteurs de recherches comme Google, Bing ou encore Yahoo ?

La presse française est en train de mordre la main qui la nourrit sur le plan numérique. Je pense que la réplique de Google sera simple : plus aucun lien. Et quand les sites en question verront leur audience s’effronder, et donc les recette publicitaires liées, ils n’auront plus qu’un choix ; la queue entre les pattes, ils devront aller à Canossa et devront demander à Google de revenir sur la suppression du référencement.

Ca risque d’être marrant à voir, tiens !

Bon vendredi.