Les distributions GNU/Linux « qui se méritent », est-ce un mal ?

Je suis un amoureux de GNU/Linux, inutile de le cacher. Et surtout de la diversité de ce petit monde.

Certains esprits chagrins critiquent le fait qu’il existe quelque chose comme 300 distributions GNU/Linux (en comptant une bonne cinquantaine soixantaine de dérivées de la distribution de Canonical).

Dans un excellent fil sur le forum Terre-des-tux, Cyrille Borne, en bon sadique, euh je veux dire prof de maths – ah le pouvoir des souvenirs de lycée – parle d’ArchLinux (et de Gentoo) d’une manière assez claire pour justifier son choix de ne pas l’inclure dans son projet d’Annuaire Libre. J’ai mis en gras les points importants.

Je mettrai Arch Linux le jour où ils prendront la peine de mettre un installateur graphique.
Je peux mettre aussi Gentoo, Olivier alias Billl est le dernier utilisateur Français et te dira qu’il lui arrive de gagner 10 ms par compilations.
On va certainement considérer que je suis ridicule avec mes histoires d’installateur graphique mais ça reste quelque chose qui me dépasse. Je vise depuis des années à la vulgarisation de Linux, toutes les distributions Linux ont fait l’effort de proposer des moyens de faciliter, Arch maintient le niveau et j’entrevois pour ma part la raison.
Il faut quand même imaginer que des gens ont forker Arch pour en faire quelque chose d’utilisable par le commun des mortels. Si je devais mettre une rolling release basée sur Arch ce serait Manjaro pour faire plaisir à Frédéric, mais quel intérêt d’aller placer une rolling release de plus où un beau matin tu as la joie de retrouver ton PC en morceau suite à l’upgrade qu’il ne fallait pas quand j’ai déjà placé Frugalware qui maintenant je viens de l’apprendre est totalement « insecure » ? (Amis de Frugalware je crois que tnut vous cherche un peu :D). Car mine de rien, se projeter sur ce genre de distributions faut quand même avoir un peu de bouteille derrière.

Continuer la lecture de « Les distributions GNU/Linux « qui se méritent », est-ce un mal ? »

Amanda Fucking Palmer, une artiste qui met les pieds dans le plat ?

J’avoue que j’aime beaucoup ce que fait cette artiste, même si je ne l’ai vraiment découvert qu’à la fin des années 2000, quand une ancienne collègue m’a fait découvrir les Dresden Dolls. Puis, je l’avais mise de coté, et quand j’ai pu écouter « Theatre Is Evil« , j’ai plongé tête la première dans sa discographie au point de l’avoir d’une manière assez complète.

Dans une vidéo enregistrée sur le site TED, elle revient sur sa carrière et raconte comment elle a débuté dans le milieu artistique en jouant l’automate de rue.

Elle raconte aussi comment avec son groupe, « The Dresden Dolls« , la major qui les produisait considérait que 25 000 exemplaires de son album en quelques semaines était un échec (vers 7 minutes 30 de la vidéo). Soit selon les standards français un demi-disque d’or (depuis 2009) et 20 fois moins selon les standards aux Etats-unis.

Continuer la lecture de « Amanda Fucking Palmer, une artiste qui met les pieds dans le plat ? »

En vrac’ culturel, enfin si on veut.

Un petit en vrac’ en relation avec la culture dans son sens le plus large.

C’est tout pour aujourd’hui, j’ai des projets à travailler sur le feu 😉

Sabayon Linux 11, édition Gnome : pas très digeste, malheureusement :(

J’avais déjà abordé la version 10 de la Gentoo Linux pour être humain en septembre dernier. Et j’avais du batailler pour lancer Gnome Shell à l’époque, ce qui m’avait un brin refroidi, en dehors d’une lenteur rédhibitoire pour certaines actions.

La sortie de la version 11 avec un sacré panel de nouveautés m’a attiré et j’ai donc décidé de voir si elle est toujours autant problématique à l’utilisation.

Au menu des nouveautés : un noyau linux 3.7, Gnome 3.6.2, KDE SC 4.9.5, Xfce 4.10, LibreOffice 3.6.3, Mate, le support des machines avec le SecureBoot. De quoi mettre l’eau à la bouche.

Après avoir récupéré l’iso 64 bits de la Sabayon Linux 11 Gnome, j’ai lancé une machine VirtualBox (en utilisant un modèle type Gentoo) pour pouvoir émuler le système.

A noter que l’installateur utilise l’ancienne génération d’Anaconda, l’outil utilisé par la Fedora Linux.

Dès le départ, il est possible de demander la récupération des paquets linguistiques complémentaires.

J’ai gardé les options par défaut, même si je trouve excessif de consacré la moitié du disque dur à la partition /.

Continuer la lecture de « Sabayon Linux 11, édition Gnome : pas très digeste, malheureusement 🙁 »

Vers une monoculture des moteurs de rendus dans les navigateurs internet ? Welcome back, 2002 !

L’annonce est officielle sur le blog des relations publiques d’Opera, le petit navigateur scandinave : Webkit sera bientôt le moteur de rendu officiel de la gamme des navigateurs proposés.

La raison principale invoquée pour le changement de moteur, c’est que celui-ci est le moteur idéal quand le projet Opera a été lancé, et que les innovations introduites au fil des années par le projet sont maintenant reprises partout, dixit l’article :

The WebKit project now has the kind of standards support that we could only dream of when our work began. Instead of tying up resources duplicating what’s already implemented in WebKit, we can focus on innovation to make a better browser. Opera innovations such as tabbed browsing, Speed Dial and data-saving compression that speeds up page-load, have been widely copied and improved the web for all.

Même si je n’ai pas toujours eu des relations très détendues avec Opera, je me demandais quand Opera passerait à l’opensource. Je pensais bien entendu à l’ouverture de Presto, pas à un passage vers WebKit qui est un moteur de rendu libre, sauf erreur grossière de ma part.

Continuer la lecture de « Vers une monoculture des moteurs de rendus dans les navigateurs internet ? Welcome back, 2002 ! »

ArchEx : le premier exemple du syndrome des distributions dérivées inutiles pour ArchLinux ?

C’est via un meuglement de notre ami « La Vache Libre » que j’ai entendu parler de cette dérivée d’ArchLinux – ce qui change un peu du trillion et demi de dérivées d’Ubuntu – qui propose en une version live une base ArchLinux et le très léger environnement lxde qui fait penser au MS-Windows 9x de la grande époque sur les plans ergonomiques et graphiques 🙂

J’ai donc récupéré sur le site officiel l’image ISO hybride qui propose à la fois une version 32 et 64 bits. Et j’ai lancé le tout dans une machine virtuelle Qemu 1.4.0rc1 🙂


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk-archex.img 128G
Formatting 'disk-archex.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk-archex.img -cdrom archex-dual-64bit-32bit-998mb-130207.iso -no-frame -boot order=cd &

Dès qu’on démarre, on se retrouve avec un prompt digne de celui de l’ISO d’installation. Pour avoir le clavier francophone et lancer lxde, j’ai entré les deux commandes suivantes :


loadkeys fr
startx

Un léger bug sur l’ISO : le service lié à Wicd n’est pas lancé au démarrage !

Il m’a suffit de taper dans une commande lxterminal les ligne de commande suivantes :


setxkbmap fr
systemctl start wicd.service

La première ligne étant donné que le clavier est en anglais. Sacré bug quand même. Proposer une ISO live sans connexion réseau fonctionnelle ! Quelle idée…

Pour pouvoir tester de manière plus sereine l’ensemble, j’ai utilisé l’outil archEX-install et sa page d’utilisation.

Et c’est ici que les ennuis commencent. Non seulement l’installateur n’est pas 100% fonctionnel. Impossible d’avoir accès aux traductions à générer, au clavier pour Xorg, ou encore de créer un utilisateur classique ! Et que l’installateur n’est disponible qu’en anglais ?

Je préfère arrêter le massacre ici. Dois-je préciser que des commandes aussi basique que l’outil adduser répondent aux abonnés absents ? Que lxdm n’est pas fourni par défaut ?

Vous voulez une Archlinux avec Lxde dessus ? Un simple conseil : prenez le guide de démarrage d’Archlinux, la page dédiée à Lxde (avec un bon dictionnaire si vous avez des problèmes en anglais), et vous aurez quelque chose d’utilisable, pas cet étron qui m’a donné des envies de… me soulager les intestins comme si j’avais la tourista !

Le seul intérêt ? Le fond d’écran de la distribution, sinon, un conseil : fuyez, mais à très grande vitesse !

Cela montre au moins une chose : ArchLinux est arrivée à un niveau de popularité telle que les dérivées les plus mal fagotées et les plus inutiles commencent à arriver. Tout comme ce que subit Ubuntu, donc.

Et non, Cinnamon ne sera pas l’interface par défaut de la Fedora Linux 19…

Une rumeur enfle dans le petit monde du logiciel libre. Une page de Wiki a proposé comme fonctionnalité de remplacer Gnome Shell par Cinnamon pour la Fedora Linux 19.

La Vache Libre, comme notre ami Cyrille Borne se sont engouffrés dans l’histoire, tête la première, sans vérifier plus avant.

Je cite La Vache Libre, dans son article du 25 janvier :

On l’a appris hier la version 19 de Fedora (schrodinger’s cat), pourrait bien embarquer par défaut l’environnement de bureau Cinnamon. Les propos et la décision d’Eric Shmith, même si ils peuvent en partie se comprendre « sur le fond », sont quand même assez étranges et flous de mon point de vue.

Et notre ami Cyrille Borne :

Du côté de Fedora la fête a l’air d’être toute aussi drôle puisque Cinnamon pourrait devenir l’environnement de bureau de base de la distribution. Pour mémoire Cinnamon est la réponse de Linux Mint à l’environnement de bureau Unity de Ubuntu.

Continuer la lecture de « Et non, Cinnamon ne sera pas l’interface par défaut de la Fedora Linux 19… »

Les 8 méthodes « infaillibles » pour suicider votre blog ?

Dans le monde des blogueurs, il y a une question qui taraude les esprits : comment faire pour monétiser mon blog, en clair, tirer quelques piécettes pour financier le nom de domaine et l’hébergement.

Dans un excellent article, Hamza Chahid du blog « TousGeeks » donne 8 recettes pour monétiser son blog.

Or, à mon très humble avis, celui d’une personne qui n’a que 1000 à 1500 visites par jour (donc 500 humains en vrai), d’un blog qui existe depuis 7 ans, ce sont des recettes pour se suicider à petit feu, voire de se faire un seppukku en place publique.

Souvenez-vous du scandale dit du « Free Adgate » quand Free a décidé de bloquer une certaine régie publicitaire. Des cris d’orfraies comme quoi la neutralité du net était morte, que le méchant Free allait tuer les blogueurs indépendants (hum), que la publicité était un fondement incontournable de la blogosphère francophone, etc…

J’avais écrit deux articles, qui m’ont valu des remarques acides, le premier – et le deuxième – qui montrait le vrai noeud du problème : les blogueurs sont tenus par les testicules par les annonceurs.

Mais revenons à l’article de Tous Geeks, et analysons les propositions abordées.

Continuer la lecture de « Les 8 méthodes « infaillibles » pour suicider votre blog ? »

Trop de forks tue le fork ? L’exemple de Consort proposé par SolusOS.

Alors que la version 3.8 de Gnome proposera une session qui reprendra les grandes lignes de Gnome 2.x en utilisant une série d’extensions pour se faire (cf cet article de World Of Gnome et le bug en relation sur l’outil de suivi de Gnome), SolusOS a décidé de faire son petit fork.

En prenant le code peu maintenu de ce qui a été jusqu’à la version 3.6 le mode « fallback » de Gnome 3, et en l’appellant Consort. Outre le fait que le code du gnome-panel a été « forké », celui de Nautilus et de Metacity aussi.

Encore un fork, serais-je tenté de dire. Car il y a, en relation avec le code de Gnome 2 et / ou 3 :

Pourquoi rajouter un quatrième fork ? Quel intérêt ? Si ce n’est rajouter encore en manque de lisibilité ? Comme si trop de forks ne tuait pas au final le principe du fork ?

Dans un autre domaine, quand MySQL a été racheté par Oracle à Sun, combien de forks sont nés ? Au moins quatre : Drizzle, MariaDB, Percona Server et OurDelta.

Continuer la lecture de « Trop de forks tue le fork ? L’exemple de Consort proposé par SolusOS. »

Confession : Je « pirate » de la musique, et j’en achète… Dommage pour la propagande Hadopienne inspirée par les majors du disque ?

Alors que le service Mega devrait arriver le 19 janvier, et que la Hadopi se félicite de la baisse des pratiques illicites des internautes, il faut revenir sur un point précis, souligné avec talent par Lionel Dricot alias Ploum. Il y a un an, il expliquait pourquoi il était un pirate.

L’article a quelques morceaux de choix, dont celui-ci

Mes 200 CDs m’ont probablement coûté un total de 2000€. Auxquels il faut ajouter les taxes sur les CDs vierges que j’achetais pour installer Linux. Sur cette somme, combien ont servi à rémunérer les artistes et l’enregistrement ? 100€ ? 200€ ? Le reste s’est certainement dilué dans des postes dont je me passe très bien aujourd’hui : packaging, distribution, transport, marketing, …

Vos sociétés sont parmi les plus riches du monde. Les artistes que la majorité d’entre nous écoutent habitent dans des gigantesques villas. Les autres sont morts. Vous osez malgré tout me faire le larmoyant numéro du méchant internaute qui tue les artistes crêve-misère ?

Désolé, je pense que vous n’avez pas besoin de mon argent. J’ai volontiers soutenu les petits artistes via Flattr, Jamendo, CDbaby, Magnatune voire même directement. Pour le reste, vous vous passerez très bien de mes sous.

Ce qui m’a poussé à me faire une réflexion. Où en serais-je dans ma collection sans la copie illicite ?

Continuer la lecture de « Confession : Je « pirate » de la musique, et j’en achète… Dommage pour la propagande Hadopienne inspirée par les majors du disque ? »

Un an chez Free Mobile, quel bilan ?

Cela fait un an aujourd’hui que je suis chez Free Mobile. J’ai eu envie de faire un petit bilan d’une année chez le quatrième opérateur de téléphone mobile.

Sur le plan financier, je suis plus que largement gagnant. Avant, j’étais chez BTP Bouygues Télécom, et j’avais pour 30 € par mois droit à 90 minutes et dans les 30 SMS. La minute supplémentaire devait être dans les 0,38 €, le SMS hors forfait dans les 0,25 € pièce. Je cite de mémoire, car j’avoue que je ne m’en souviens plus trop.

J’ai parfois dépenser jusqu’à deux heures, et mon record a été une facture de 65 €, la plupart du temps je tournais dans les 40 à 45 € liés aux dépassements. Et comme je ne voulais pas me réengager sur un an ou deux ans pour avoir changé la durée de voix de mon forfait…

Etant abonné FreeADSL, je ne paye plus que 15,99 € par mois. Donc, en l’espace d’un an, j’ai économisé en 20 et 25 € par mois ! Donc en gros, j’ai économisé entre 240 et 300 € au final… Pour une consommation téléphonique sans crainte d’une mauvaise surprise en fin de mois, arrivant à du 3 heures par mois en moyenne.

Quant on a un budget d’environ 700 € par mois, en économiser 20 à 25, c’est toujours cela de pris pour mettre dans l’alimentation, voir de côté par sécurité.

C’est vrai, quelle idée folle de privilégier son alimentation sur son téléphone mobile et le forfait qui y est associé ?

Continuer la lecture de « Un an chez Free Mobile, quel bilan ? »

Virgin et les grandes surfaces culturelles, victime du méchant Internet ? En partie…

Dans un excellent article, Sebastien Musset nous décrit les causes de la chute de Virgin Mégastore :

En gros : le manque d’innovation, ne pas avoir pris le virage internet ni de la vente par correspondance, les capitaux détenus par un fonds spéculatif, le coût artificiellement élevé des galettes plastifiées, la dématérialisation du contenu.

Il faut dire que je suis un grand consommateur de musique, spécialement avec des groupes qui serait introuvables sans internet. Allez demander à un vendeur de ce genre de grande surface culturelle s’ils ont le dernier Amanda Palmer, et vous aurez droit à des yeux exorbités par l’ignorance dans la plupart des cas. Ne parlez pas d’Hope Sandoval, vous ne voudriez pas avoir une tentative de suicide sur les bras, voyons…

Sur les photos suivantes, il y a environ 224 albums. Sachant que j’ai quelque chose comme 480 galettes, le calcul me donne environ 46,67% de ma musicothèque qui n’aurait pas lieu d’être sans Internet… Collection que j’ai constitué depuis le début de l’année 2010, en presque 3 années. Ce qui est énorme, et je pense avoir oublié une demi-douzaine d’albums dans mon recensement…

Continuer la lecture de « Virgin et les grandes surfaces culturelles, victime du méchant Internet ? En partie… »

La vraie victime de l’#adgate, c’est la neutralité du réseau ou le modèle de financement de nombreux sites ?

Ceci sera mon dernier article sur l’#adgate, car j’avoue que je suis étonné devant les dérives de certaines personnes dont on peut se demander si elle ne tombe pas un panneau digne du mouvement #geonpi.

Ouvrons une rapide parenthèse :

Pour info, j’ai ce blog depuis 7 ans, j’ai en moyenne dans les 1000/1200 pages vues par jour, la moitié étant des humains. Et je n’ai jamais touché le moindre centime, refusant même de rédiger des articles sponsorisés. C’est ce qu’on appelle vouloir rester intègre.

Je tiens à préciser que je considère que le mouvement de Free a été maladroit, que je suis pour la neutralité de la toile. Mais qui se plaindrait, en tant qu’utilisateur final, d’avoir moins de publicités affichée à l’écran ?

Fermons la rapide parenthèse.

Parmi les premiers à hurler, nous avons les blogueurs influents dont les sites ressemblent au catalogue de la Redoute quand on y va sans un bloqueur de pub, à la AdBlock, activé.

Passons en vitesse sur la politique de certaines personnes qui attaquent les freenautes à cause de leurs fournisseurs d’accès. Ce qui est pire, non ?

Pour info, j’ai désactivé le filtre en question, donc c’est pas excessif comme réaction, de considérer qu’un freenaute est un censeur en puissance ? Et vous noterez qu’il y a 6 ou 7 mouchards au passage sur la page en question. Merci Ghostery !

Benjamin Bayard – qui s’y connait quand même pas mal dans le domaine de la neutralité du réseau – a déposé un point de vue qui contredit les cassandres.

Pour moi, il est évident que non, ce n’est pas une atteinte à la neutralité des réseaux. D’abord parce que le filtrage n’est pas fait par le réseau, mais par un équipement de périphérie. Les abonnés qui utilisent leur propre modem ADSL, en lieu et place du Frinitel officiel, ou ceux qui utilisent tout simplement une version plus ancienne, ne sont pas touchés. Ergo, ce n’est pas le réseau qui filtre.

Est-ce une atteinte à la neutralité des intermédiaires techniques, que j’appelle de mes voeux ? Oui, très clairement. Les abonnés qui ont fait le choix d’utiliser le Frinitel sont touchés, et changer de boîtier n’est pas une mince affaire: il faut re-configurer tout le réseau de la maison, il faut avoir un modem sous la main, etc. Cette atteinte est-elle acceptable ? Si je reprends la définition assez stricte que je donnais en conférence en juin, oui, c’est acceptable, parce que c’est sous contrôle de l’utilisateur.

Le problème – enrobé dans la neutralité du réseau pour faire bonne figure – est le modèle bancal de financements des sites internet. Est-il réaliste de ne dépendre que d’un seul fournisseur pour ses revenus ?

Continuer la lecture de « La vraie victime de l’#adgate, c’est la neutralité du réseau ou le modèle de financement de nombreux sites ? »

Free #AdGate ou grand bal des hypocrites et des vierges effarouchées ?

La nouvelle version du micrologiciel de la FreeBox propose de bloquer les pubs. Benjamin Bayart, défenseur de la neutralité de la toile a précisé le point important dans un de ses messages : c’est une option que l’utilisateur peut désactiver en quelques secondes.

En gros, il suffit d’aller sur l’interface de gestion de la freebox, dans la configuration et de cliquer sur une simple option. Evidemment, c’est pas abordable par l’utilisateur lambda, ni complètement infaisable.

Oui, c’est un mouvement « dur ». Mais ceux qui gueulent ne sont-ils pas en partie hypocrite ?

Continuer la lecture de « Free #AdGate ou grand bal des hypocrites et des vierges effarouchées ? »

Ubuntu Phone : du buzz et rien d’autre pour le moment ?

Un nouvel arrivant dans le monde des OS pour smartphones. Outre les géants Android et iOS (Apple), on peut penser à Windows Phone, SailfishOS (dérivé de Meego), ou le projet de la Fondation Mozilla, FirefoxOS qui doit pointer le bout de son nez cette année.

Notre ami Canonical propose son Ubuntu Phone.

C’est un OS pour téléphone, proposant l’interface Unity déjà prosposée sur ubuntu. La page officielle est assez sèche coté détails, spécialement sur sa base technique. Base androïd ? Faite maison ?

On sait que les applications seront soit en HTML5 (coucou FirefoxOS) ou avec le toolkit QML.

Coté disponibilité ? C’est le flou. Quel appareil ? Flou idem.

L’article sur OMG Ubuntu qui reprend l’annonce officielle n’apporte pas grand chose de plus. Le point le plus inquiétant, c’est la date prévue avec des modèles prééquipés : la fin de l’année 2013. Je cite :

So when can you get one? Sadly not just yet. Although talks are taking place no major vendor has yet signed up to ship the device.

But there is hope.

Canonical are ‘confident’ a major manufacturer will ship Ubuntu for Android this year; that will be the first step. But the first pure Ubuntu Phone devices will appear towards the end of the year.

Donc, en gros, on nous annonce un OS dont personne ou presque n’a été capable de voir en fonctionnement, apparemment ce serait pour le CES 2013 pour le voir en vrai. Et dont la disponibilité pour le grand public est minimum dans un an…

Pas que je sois dubitatif, mais comment un OS qui est annoncé pour sortir dans un an en prééquipement – quelle proportion des utilisateurs de mobiles « roote » son téléphone pour le mettre à jour avec des OS non officiels du genre cyanogen mod ? – je ne donne pas cher de sa capacité à s’imposer sur le marché.

Celui-ci est déjà phagocyté par le duo Android / iOS. Windows Phone ramasse les miettes, et FirefoxOS, même s’il n’est pas sorti, va souffrir sûrement pour se faire une place au soleil.

Donc au lieu de m’exciter comme une puce saoûle sur ce projet, j’attends pour voir ce que sera vraiment cet OS en réel. Mais je ne suis pas très optimiste sur sa capacité à se faire une place au soleil.

J’espère cependant me tromper. Mais un tel départ n’augure rien de bon.