Ma quête pour une distribution GNU/Linux idéale pour un Asus eeePC 1005, partie 1.

On m’a donné un Asus eeePC 1005HAG dont les caractéristiques principales sont les suivantes :

  • Écran 10,1 pouces
  • Mémoire vive de 1 Go
  • Disque dur de 160 Go
  • Processeur Intel Atom N270 à 1,6 Ghz
  • Circuit vidéo intel GMA 950

Le tout sous MS-Windows XP. Vous comprenez que cette machine n’est désormais plus utilisée par son propriétaire d’origine. Ayant besoin d’un petit ordinateur de cette catégorie pour le travail scriptural nocturne, le confort de pouvoir écrire tout en étant confortablement allongé dans son lit, j’ai décidé de faire passer l’ensemble sous une distribution GNU/Linux pour lui donner quelques années de vie supplémentaires.

La question est simple : Quelle distribution ?

Déjà, par rapport à la taille de l’écran et la taille de la mémoire vive installée, Gnome et KDE SC sont hors de question. Enlightenment ? Je ne le connais pas assez pour m’y aventurer. Openbox est un choix que j’envisage aussi, mais pas les gestionnaires de fenêtres à la i3, dwm et compagnie. Je ne suis pas encore assez barbu pour les apprécier 🙂

Ensuite, pour des raisons pratiques surtout liée à la durée de compilation de certains logiciels, je préfère les distributions à paquets précompilés. Si possible en rolling release ou avec des paquets les plus frais possible.

Ce qui exclue des distributions comme Debian GNU/Linux ou encore une des innombrables dérivées de la Ubuntu.

La liste primaire et qui pourra s’allonger des distributions que j’envisage pour cette petite machine ?

Pour le moment, je vais me contenter des deux premières options, la troisième fera l’objet d’un article séparé. Étant donné que c’est une machine avec un processeur 32 bits, cela limite encore un peu plus mon choix.

Continuer la lecture de « Ma quête pour une distribution GNU/Linux idéale pour un Asus eeePC 1005, partie 1. »

Viperr 6 : le retour du reptile linuxien.

La distribution légère basée sur la Fedora Linux revient après sa version 5, sortie aux alentours de noël 2013. J’avais parlé de la Viperr 5 le 24 décembre 2013.

Ayant pu mettre la main sur l’ISO finale de la Viperr 06, grace à une annonce sur Google plus (vous savez, le réseau social fantôme), et après avoir apporté mon humble aide au débogage de la version via des retours sur des ISO intermédiaires, j’ai eu envie de faire un article sur cette distribution que j’aime beaucoup.

Basée sur la Fedora 21, l’équipe de la Viperr nous propose une nouvelle version de cette distribution, aussi bien en version française ou en version anglaise. C’est assez rare de voir une distribution dans la langue de Molière. Autant en profiter. L’ISO a cependant pris un peu de poids au passage entre les deux versions. Elle est passée de 868 Mo à un peu moins d’un Go.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://coyotus.com/viperr/iso/Viperr6_fr-x86_64.iso
–2014-12-23 08:47:39– http://coyotus.com/viperr/iso/Viperr6_fr-x86_64.iso
Résolution de coyotus.com (coyotus.com)… 2001:41d0:1:1b00:213:186:33:4, 213.186.33.4
Connexion à coyotus.com (coyotus.com)|2001:41d0:1:1b00:213:186:33:4|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1047527424 (999M) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : « Viperr6_fr-x86_64.iso »

Viperr6_fr-x86_64.i 100%[=====================>] 999,00M 2,56MB/s ds 6m 32s

2014-12-23 08:54:12 (2,55 MB/s) — « Viperr6_fr-x86_64.iso » sauvegardé [1047527424/1047527424]

J’ai donc fait chauffer VirtualBox pour vous montrer ce que cette version a dans les tripes.

Continuer la lecture de « Viperr 6 : le retour du reptile linuxien. »

En vrac’ rapide et libre en ce jour de Mercure.

Oui, j’ai voulu faire un peu de culture (en un seul tenant) avec le titre du billet.  Donc, un petit en vrac’ rapide et libre consacré au logiciel libre et apparentés.

Je vous laisse, je retourne travailler sur un projet scriptural qui devrait être auto-édité d’ici… un an 😀

Viperr ? On va passer la cinquième pour Noël ? :)

Viperr, la distribution GNU/Linux basée sur Fedora Linux et Openbox vient de sortir dans sa cinquième version. Une annonce a été faite sur le page google+ de la distribution.

Un errata a été rajouté par rapport à un bug qui provoquait l’utilisation par défaut d’un noyau « en debug ». Ce qui a entrainé la génération de nouvelles images ISO. Est-ce le bug 1025301 concernant la Fedora Linux ? J’avoue que je n’en sais rien. Et c’est dommage !

Ayant aidé au béta-test, c’est tout logiquement que je vais présenter la cinquième mouture de la distribution. Cette fois, elle se base sur la Fedora Linux 20. Je tiens à remercier l’équipe derrière Viperr… Et dire que j’avais dit que le blog passait en mode « vacances » durant quelque temps…

J’ai donc fait chauffé mon wget pour récupérer la version 5 ou « V » (??) en français et en 64 bits.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://coyotus.com/viperr/iso/ViperrV_FR_x86_64.iso
–2013-12-24 19:14:05– http://coyotus.com/viperr/iso/ViperrV_FR_x86_64.iso
Résolution de coyotus.com (coyotus.com)… 2001:41d0:1:1b00:213:186:33:4, 213.186.33.4
Connexion vers coyotus.com (coyotus.com)|2001:41d0:1:1b00:213:186:33:4|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 910163968 (868M) [application/x-iso9660-image]
Sauvegarde en : «ViperrV_FR_x86_64.iso»

100%[======================================>] 910 163 968 3,23MB/s ds 4m 33s

2013-12-24 19:18:38 (3,18 MB/s) – «ViperrV_FR_x86_64.iso» sauvegardé [910163968/910163968]

Puis Qemu a été mon allié. J’utilise la machine virtuelle habituelle : 2 Go de mémoire vive, 128 Go de disque.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom ViperrV_FR_x86_64.iso -no-frame --boot order=cd &

Après le démarrage, l’installateur Anaconda nous accueille. Le même que celui de la Fedora Linux 20. J’ai donc choisi les options par défaut.

Continuer la lecture de « Viperr ? On va passer la cinquième pour Noël ? 🙂 »

En vrac’ rapide et libre de milieu de semaine.

Ignorant si j’aurais le courage et l’opportunité de faire d’autres billets d’ici la fin de la semaine, voici donc les liens qui m’ont marqué en ce milieu de semaine.

Bon mercredi 🙂

Viperr 4 beta : le serpent mord encore et toujours ?

J’ai déjà parlé de la Viperr plusieurs fois sur le blog : Lors de la version 1.0, de la beta de la version 2 ou celle de la version 3. Créé à l’origine par Alexandre Singh alias Darthwound, le projet a été repris par Frédéric Thouin alias Penthium2 depuis sa version 3.

Pour schématiser à l’extrème : vous prenez la dernière Fedora Linux, vous y rajoutez OpenBox et des outils légers, et vous avez en gros la Viperr. Ou pour reprendre les termes de la page d’accueil de la distribution :

Viperr est un remix ayant pour objectif de coupler les qualités de CrunchBang avec les avantages d’une base Fedora®.
Voici donc un live MEDIA léger et rapide, pratique, simple, original, et incluant des logiciels récents mais stables.

Sur la page Google+ du projet, une annonce a été faite récemment, celle de l’arrivée de l’image ISO de la béta. Uniquement disponible en 64 bits pour le moment, la version 32 bits devant suivre. Cette nouvelle version de la Viperr est basée sur la Fedora Linux 19 sortie il y a quelques jours.

J’ai donc fait chauffer mon wget et j’ai récupéré l’ISO.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://coyotus.com/viperr/iso/Viperr4_bWW030713_x86_64.iso
–2013-07-05 08:37:36– http://coyotus.com/viperr/iso/Viperr4_bWW030713_x86_64.iso
Résolution de coyotus.com (coyotus.com)… 2001:41d0:1:1b00:213:186:33:4, 213.186.33.4
Connexion vers coyotus.com (coyotus.com)|2001:41d0:1:1b00:213:186:33:4|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 850395136 (811M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «Viperr4_bWW030713_x86_64.iso»

100%[======================================>] 850 395 136 1,53MB/s ds 8m 19s

2013-07-05 08:45:55 (1,63 MB/s) – «Viperr4_bWW030713_x86_64.iso» sauvegardé [850395136/850395136]

Pour la présentation, j’ai utilisé ce bon vieux VirtualBox.

Après un démarrage rapide, on se retrouve sous le bureau de la Viperr 4 beta. L’installateur se lance au bout de quelques secondes. Ce n’est pas un bug de la béta, après avoir contacté le mainteneur de la Viperr qui m’a donné des informations complémentaires. Pas grave, je comptais l’installer de toute façon. Et on peut toujours fermer le programme si on veut utiliser la Viperr sans passer par la case installation.

Continuer la lecture de « Viperr 4 beta : le serpent mord encore et toujours ? »

Les libristes sont aussi des humains, le retour.

Depuis avril 2012, et Botchikii, je n’avais plus rien posté dans cette rubrique. Un de mes prochains articles concernant la Viperr 3, j’ai voulu que son nouveau mainteneur se prête au jeu des questions-réponses.

Voici donc ses questions réponses, je n’ai rien modifié. Bonne lecture.

Bonjour, pourrais-tu te présenter en deux ou trois phrases ? Quatre seront acceptées aussi.

Je m’appelle Frédéric Thouin, 37 ans. Je fais de l’informatique ludique depuis 1982 ( TI99A, Spectrum, to7, cpc464, Commodore Amiga, Apple 2C, pc,..) et je suis devenu informaticien professionnel en 1999. J’ai d’abord travaillé pour NEC computer SAS, et maintenant je suis Formateur à ENI école. Je joue avec linux depuis 2009.

Quel est l’origine de ton pseudo, si tu en utilises un ?

Pseudo : penthium2 ! L’explication est une longue histoire personnelle, la seule chose que je puisse dire c’est qu’il y a un H comme dans thouin.

Continuer la lecture de « Les libristes sont aussi des humains, le retour. »

Et encore un utilisateur ravi de Viperr 2.

J’avais déjà parlé de Viperr 02 lors de sa sortie. Ayant récupéré un portable (Toshiba Satellite L300 -2CZ), j’avais d’abord opté et installé une archlinux. Cependant, après avoir réfléchi, j’ai fini par craquer et j’ai installé le reptile.

J’ai cependant modifié l’installation de base. En gros, et liste non exhaustive :

  • VLC en lieu et place de Gnome MPlayer
  • LibreOffice 3.6 (en utilisant les paquets du site officiel)
  • Leafpad en lieu et place Geany
  • PNMixer en lieu et place de VolumeIcon, cf ce post sur google+

Et la petite capture d’écran qui va bien. Je n’ai pas encore complètement terminé, mais j’avoue que pour l’utilisation que j’aurais de la machine (appoint pour un projet personnel et machine de surf le soir au lit), c’est plus que suffisant… Et peut-être que j’aurais l’idée de migrer mes deux machines sous Viperr pour la 03 ? 😉

Top 5 des meilleures distributions que j’ai pu avoir sous la main.

Après le flop 5 (dont une distribution listée m’a valu une fessée avec une poignée d’orties), voici mon top 5. J’avoue que ce n’est pas évident, mais voici quel est mon top 5.

En première place, la distribution que j’utilise sans presque discontinuer depuis fin 2008 : Archlinux. Les raisons sont nombreuses : publication en continu, logiciels pas trop rustinés, KISS (même parfois un peu trop), une communauté pas trop infestée par les kikoolol, et son énorme point fort (le wiki qui est une bible), et son énorme point faible : le dépot AUR où le meilleur cotoit le pire.

En deuxième place, une autre rolling release, la Frugalware Linux. Ce qui m’a attiré à l’époque, c’est son côté publication continue, avec une communauté familiale. Cependant, ce que je considère comme un point faible – qui pourrait être aussi un point fort – des versions stables tous les 6 mois.

En troisième ? La Fedora Linux. Quand j’ai décidé de virer pour de bon MS-Windows de mes machines, c’était à l’époque reculée de la Fedora Core 4. Et j’avoue que j’avais été un peu échaudé à l’époque. Cependant, depuis l’époque de la Fedora Linux 11 ou 12, des progrès énormes ont été faits. Ce sera surement ma distribution de repli si un jour j’ai une vie sociale et familiale réelle 🙂

En quatrième position ? Viperr. Cette version dérivée de la Fedora Linux orientée minimalisme m’avait tapé dans l’oeil à l’époque de sa version 01, impression confirmée avec la version 02. J’adore son minimalisme, sa vitesse, et surtout l’idée sous jacente.

Pour finir mon top 5, je vais changer un peu d’univers avec la Linux Mint Debian Edition. Presque en publication continue, elle propose une debian GNU/Linux en version testing avec un des meilleurs environnement – en dehors de Gnome-Shell et Xfce, j’ai nommé Cinnamon. Comme je l’avais exprimé dans mon billet sur Cinnamon :

Je sens que le prochain grand mouvement, pas pour la Linux Mint 13, mais plus tard, sera de prendre comme base la Linux Mint Debian Edition et de coller dessus Cinnamon. Et ce serait un coup de génie : une interface modulable, basée sur Debian, et donc se démarquer de la distribution reine…

Et plus de 6 mois après avoir rédigé ce paragraphe, mon impression se confirme. J’aurais pu rajouter la distribution reine, avec qui j’ai débuté à l’époque de la 6.06 à l’époque de sa RC en mai 2006. Je résumerais le fond de ma pensée en citant ce proverbe : « La roche Tarpéienne est proche du Capitole »

Bonne journée.

Viperr 02 : le retour du serpent :)

Viperr 02, la nouvelle version du projet de distribution basée sur Fedora Linux créé par Alexandre Singh alias Darthwound vient d’arriver en version de test.

Les longues notes de publications disponibles liste les modifications apportées à la Fedora Linux 17.

Dans l’ensemble : une nouvelle présentation graphique, une intégration améliorée de LibreOffice et Dropbox, un script de post-installation amélioré, exaile a été rajouté, et plein d’autres bonnes choses.

J’avais vraiment aimé la première version de Viperr, basée à l’époque sur la Fedora Linux 16, en concluant ainsi :

Pour faire un rapide bilan de la distribution, je dirais qu’elle est très sympathique – bien que basée sur du RPM, rapide, légère. Même si le script post-installation doit être modifié avec une machine virtuelle, il fait un excellent travail. Seul minuscule problème, l’entrée de gnumeric n’est pas supprimée…

On se retrouve avec un environnement travail léger, assez beau si on apprécie les dégradés de gris, simple. J’avoue que comme j’apprécie beaucoup le minimalisme du gnome-shell sur certains plans, ce remix de la Fedora Linux avec juste ce qu’il faut de bling-bling est un coup de coeur pour moi.

C’est donc avec grande curiosité que j’ai récupéré l’iso de test de la Viperr 2, et je dois le dire : c’est du pur sucre à l’utilisation ! J’ai donc lancé VirtualBox pour la suite des évènements. Pour l’installateur, il faut faire gaffe, le simple clic étant l’option utilisé par défaut pour activer les icones dans Thunar…

Continuer la lecture de « Viperr 02 : le retour du serpent 🙂 »

En vrac’ rapide et libre.

Pour finir la semaine, un petit en vrac’ rapide et libre.

C’est tout pour aujourd’hui !

Nouvelle rubrique : « Les libristes sont aussi des humains ».

J’ai eu envie de créer une nouvelle catégorie dans mon blog, histoire de montrer que les libristes sont aussi humains. Bien que je comptais commencer avec notre maître à tous, c’est finalement Darthwound qui inaugure la rubrique 🙂

Bonjour, pourrais-tu te présenter en deux ou trois phrases ? Quatre seront acceptées aussi.

Salut, donc moi c’est DarthWound, j’ai 22 ans et je vis en région parisienne.
J’ai divers hobbies comme l’informatique, les jeux, la culture au sens large, la photo,
la musique 70’s/80’s, les pubs irlandais (…), la déconnade, etc…

Continuer la lecture de « Nouvelle rubrique : « Les libristes sont aussi des humains ». »

Se faire son propre environnement léger avec Archlinux et Openbox.

C’est après avoir testé l’excellent Viperr que j’ai voulu faire cet article. L’environnement obtenu à la fin n’est nullement fignolé au point de ce qu’on peut avoir avec Viperr. C’est juste une volonté d’amuser avec Openbox et les outils. Car c’est le coté bricolage personnalisé qui m’a branché ici, et surtout la volonté d’expérimenter un peu.

Je tiens à remercier Alexandre Singh alias DarthWound pour ses conseils durant cette expérience. Et surtout, encore un énorme merci pour la version remixée de la Fedora 16.

Je suis donc partie d’une machine virtuelle ArchLinux 64 bits à jour, et j’ai installé les logiciels suivants, liste non exhaustive bien entendu :

  • Internet : Mozilla Firefox
  • Bureautique : LibreOffice, cups (et ghoscript avec foomatic-db)
  • Graphisme : Gimp, XSane, scrot pour les captures d’écran
  • Multimédia : VLC, QuodLibet et xfburn
  • Gestionnaire de fichiers : Thunar et son extension thunar-volman
  • Emulateur de terminal : terminator
  • Accessoires : xarchiver, galculator, xscreensaver, gmrun (pour avoir un menu de lancement comme ce qu’on a le raccourci Alt-F2 dans la plupart des environnements classique.

Etant donné que durant la préparation de l’article, j’ai pas mal galéré, ce qui suit est la version propre de mes manipulations. Pour l’installation des logiciels comme Openbox, le wiki d’Archlinux est comme d’habitude est une source inépuisable.

Continuer la lecture de « Se faire son propre environnement léger avec Archlinux et Openbox. »

Viperr 1.0 : quand Fedora Linux rencontre Openbox.

Parfois, quand je recherche des distributions à présenter et à tester, on peut tomber sur de très bonnes surprises comme sur de très mauvaises, comme ce fut le cas récemment avec PearOS 3.0.

J’ai fait une série de billets récemment sur des distributions proposant Openbox car j’avoue que si j’ai passé une période creuse avec ce gestionnaire de fenêtre, je recommence à m’y intéresser.

J’ai donc décidé de voir ce que Viperr, un remix de la Fedora Linux avec Openbox proposé par Alexandre Singh alias Darthwound a dans le ventre. La distribution est disponible aussi bien en anglais qu’en français, en 32 qu’en 64 bits.

J’ai donc pris l’iso française 64 bits, et j’ai lancé mon environnement habituel.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=34359738368 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Viperr-1-64FR.iso -boot order=cd &

Une fois l’environnement lancé, on a une interface minimaliste, léchée, avec l’ensemble des raccourcis clavier, et une barre de tâche en bas, minimaliste. On sent une volonté d’intrusion et de bling-bling minimisée au maximum. Une flèche à coté de l’heure permet de cacher les icones du réseau et du réglage du volume.

Il faut préciser que l’auteur de cette version remixée de Fedora est aussi un administrateur du site francophone de la distribution CrunchBang… Et c’est une très bonne distribution 🙂

Cependant, le bling-bling existe ici aussi et proposé un effet d’ombre sympathique sous les fenêtres. L’installateur est Anaconda, simple, mais qui fait son travail, que demander de plus ? 😉

Continuer la lecture de « Viperr 1.0 : quand Fedora Linux rencontre Openbox. »