Unity – Gnome Shell, deux interfaces pour un seul but ?

Dans le but de faire un article comparatif, j’ai récupéré une iso 64 bits post-béta 2 d’Ubuntu 11.10. La capture d’écran ci-dessous montre la date de récupération. Cela évitera toute polémique sur ce plan précis.

Récupération d'une ISO d'Ubuntu 11.10 post beta 2

J’ai ensuite directement lancé l’installation de la Ubuntu 11.10 dans une machine virtuelle VirtualBox. Une fois l’ensemble installé, j’ai lancé par 3 fois (on n’est jamais trop prudent) la vérification de présence de mises à jour.

Donc, à moins de tomber sur un miroir pas à jour (j’ai utilisé le miroir francophone officiel), la version de Unity proposée est à jour.

Aucune mise à jour disponible

Sous Unity, on trouve à la fois des outils de Gnome 3.2 (comme Nautilus ou le centre de controle), mais aussi des restes de Gnome 3.0, par exemple le terminal.

Nautilus 3.2 et Gnome-terminal 3.0 ?

J’ai pu noté avec intérêt la présence de Deja Dup (un outil de sauvegarde présent depuis la Fedora Linux 13).

Autre point intéressant, c’est que le dash se décale quand on déplace une fenêtre sur le coté. Cela me fait penser alors à la vue par défaut en mode « Applications » du Gnome-Shell.

Continuer la lecture de « Unity – Gnome Shell, deux interfaces pour un seul but ? »

6 mois de Gnome 3.x : mon bilan utilisateur.

Il y a 6 mois de cela – même un peu plus, j’ai installé Gnome 3.0 depuis le dépot [gnome-unstable] à l’époque de la version RC – j’ai commencé à utiliser l’interface Gnome Shell.

Le changement depuis l’interface classique du Gnome 2.x était complet. On cherche en vain durant quelques heures des fonctions comme le clic droit sur le fond d’écran pour changer le papier peint, mais on finit par s’y habituer rapidement. Il est vrai que la nouvelle interface des paramètres systèmes est vraiment bien conçue.

Il est vrai qu’avoir un bureau vide, cela est déroutant au début. Quand on vient de Gnome 2.32, ne plus avoir une icone pour aller directement aux documents, une autre pour la musique, une troisième pour les images, c’est effrayant.

Cependant, la barre d’activité contient la plupart des informations nécessaires : la date et l’heure, gérer le réseau, le son, fermer sa session, se déconnecter, ou encore se mettre en mode déconnecté par rapport aux réseaux de messagerie instantané.

Un autre point ennuyeux – et qui est résolu par l’utilisation de gnome-tweak-tool – c’est l’absence d’un bouton pour minimiser les fenêtres.

Pour moi Gnome Shell, c’est surtout la volonté de vouloir avoir un environnement simple permettant à l’utilisateur de se concentrer sur ses tâches. L’absence d’une barre d’état – pratique pour jongler entre les différentes fenêtres – est parfois une source distraction, surtout quand on a lancé un peu trop d’applications et que s’y retrouver tiens de la gageure.

Alors que si j’ai besoin d’avoir une fenêtre de navigateur ouverte pour des recherches tandis que je rédige un article dans gedit – pas besoin de LibreOffice dans ce cas – je peux mettre le navigateur dans un nouvel écran virtuel.

En ce moment, capture d’écran qui suit, voici mon environnement gnome-shell 3.2… Le fond d’écran, c’est un de ceux de « Year Zero Remixed ».

gnome shell en mode activité

Un autre point que j’apprécie, c’est le « dock » à gauche. C’est tellement pratique, surtout qu’il se planque quand on en a pas besoin. J’y ai mis toutes les applications que j’utilise quotidiennement ou presque. Et si j’ai besoin d’une autre ?

Alt+f1 ou touche super (la plus souvent la touche windows, pour une fois qu’elle sert !), je clique sur la zone de recherche, et en quelques instants, j’y ai accès. Capture d’écran ci-après avec comme exemple epiphany, le navigateur de base de gnome. Il m’a suffit de taper epi, et boum, j’ai le logiciel en question.

recherche d'applications sous gnome 3.2

Ce que j’apprécie, c’est le gain d’espace. Un point que j’ai longtemps trouvé ennuyeux – et qui a été résolu avec Gnome 3.2 – c’est l’absence de notification quand un disque dur externe, un CD, un DVD ou une carte mémoire était branchée. C’était directement nautilus qui était ouvert, sans autre forme de procès. Désormais avec l’annonce de la connexion une fenêtre d’info apparait, fenêtre qui permet aussi l’éjection propre en cas de besoin.

Jongler avec les applications se fait avec un simple alt-tab. D’ailleurs j’ai remarqué que les applications sur différents bureaux sont séparés par des barres verticales. Ce qui est sympathique. Et le changement se fait de manière transparente que l’application soit sur le même bureau ou sur un autre.

alt-tab sous gnome 3.2

J’avoue que j’apprécie la philosophie du nouveau bureau de Gnome, après une période d’adaptation d’une ou deux journée. Il me serait difficile de revenir à une interface comme celle de Gnome 2.

Gnome Shell est une interface facile à apprendre, pour peu qu’on y consacre une journée.

Les seuls manques ? L’absence d’une application qui donne la météo, et l’obligation – en attendant que l’extension refonctionne – d’utiliser la touche alt en cliquant sur le nom d’utilisateur pour éteindre la machine au lieu de la mettre en veille.

Un aperçu rapide de Gnome 3.2… en attendant la fin du mois :)

Sur mon portable Acer 5520 (un modèle vieux de près de 3 ans), j’ai activé par curiosité le dépot [gnome-unstable], histoire de voir à quoi ressemble la version 3.1.91 (alias Beta 2) de Gnome.

Non seulement, et son mainteneur le précise ardemment, le dépot est encore assez « instable » (car le gnome-shell ne démarre pas, il faut le lancer manuellement, un bug en cours de correction), mais il est encore incomplet.

Mais pas assez incomplet pour présenter quelques captures d’écran. J’ai fait écraser l’installation précédente du Gnome 3.0.x, ce qui explique le fond d’écran visible par la suite.

Déjà, on sent que les icones ont été retravaillées, affinées, même. Le menu utilisateur devient plus large, et moins touffu. Les options concernant la disponibilité en ligne sont regroupées dans une liste déroulante, on peut avoir son avatar, bref, pas mal de changements graphiques.

Une ligne « online accounts » apparait. Apparemment – à ce que j’ai compris – c’est pour gérer ses données en ligne. Pour le moment (où est-ce une limitation de cette préversion ?), seul les comptes google sont disponibles 🙁

Le panneau des paramètres systèmes s’enrichit de quelques nouvelles icones. En plus du « Online Accounts », on aperçoit un outil de prise en charge des tablettes Wacom, de la couleur, et des médias amovibles.

Continuer la lecture de « Un aperçu rapide de Gnome 3.2… en attendant la fin du mois 🙂 »

L’extinction facile avec Gnome 3 et son Gnome-Shell

Le Gnome-Shell fournit avec Gnome 3 souffre d’un défaut. Par défaut, il ne propose que la mise en veille. Il faut enfoncer la touche alt, tout en cliquant sur le nom d’utilisateur pour avoir l’option d’extinction.

Pour corriger ce problème de jeunesse du gnome-shell, il existe une extension, du nom de « gnome-shell-extension-alternative-status-menu ».

Pour l’installer sur ArchLinux, il suffit de taper :

yaourt -S gnome-shell-extension-alternative-status-menu

Il faut alors redémarrer gnome-shell. Un moyen rapide est d’utiliser le raccourci clavier ALT+F2, de rentrer la commande « r » (dans les guillemets) et de valider…. Et on peut enfin accéder à une option bien intéressante…

extinction directe dans Gnome 3 et son gnome-shell

Merci à Andre Ani pour m’avoir indiqué l’existence de l’extension dont il est – au final – difficile de se passer.

La Fedora Linux 15, premier clou du cercueil d’Unity ?

La Fedora Linux 15 sort d’ici quelques jours, et proposera par défaut Gnome 3 dans son intégralité parmi les environnements de bureau fournis.

Des personnes ont eu la dent dure avec GnomeShell, il suffit de se souvenir d’un article que j’ai écrit sur le rejet de Gnome-Shell par certaines personnes.

J’avais même osé écrire :

Je ne serais pas étonner de voir certaines personnes qui vouent aux gémonies Gnome-Shell encenser Unity qui est actuellement la surcouche de Gnome 2.32 dans la future Ubuntu. Oui, Gnome 2.32… Gnome 3.0 n’est pas prévu pour Ubuntu avant la version 11.10…

Et un mois après la sortie, je dois faire mon mea-culpa. Unity n’est pas franchement apprécié, certains articles anglophones disent simplement qu’Unity « craint »

D’ailleurs, des utilisateurs réguliers comme Clapico n’arrête pas de proposer des trucs et astuces pour assouplir Unity qui se révèle être extrèment austère à l’utilisation.

D’autres utilisateurs ont poussé des gueulantes pour claquer la porte et voir ailleurs si l’herbe est plus « verte ».

J’avais jadis testé l’alpha de la Fedora 15, avec le plaisir de voir Gnome-Shell pour la première fois en action.

La Fedora Linux« >Fedora Linux 15 sera la première distribution grand public à proposer Gnome-Shell. Même si des distributions comme Archlinux ou la version current de la Frugalware Linux propose déjà cet environnement, Fedora Linux sera celle qui sera accessible au grand public.

Et c’est ici que Canonical risque de comprendre l’erreur de vouloir faire cavalier seul avec une interface comme Unity.

Je peux très bien me tromper, mais je vois dans la politique à la « Apple » de Canonical une erreur stratégique. Le monde du logiciel libre est celui du choix, pas celui de l’imposition à la hussarde d’une interface graphique.

Mon pronostic ? D’ici un an, Unity sera abandonné par Canonical car les autres distributions qui ne sont pas ses dérivées (comme la Linux Mint) préfèreront utiliser l’interface officielle de Gnome 3 et prévue pour fonctionner avec les « tripes » de Gnome 3.

Maintenant, on verra dans un an si mon pronostic est bon ou pas. En tout cas, je pense que Canonical joue très gros avec Unity. Il est vrai qu’au moment où j’écris cet article, il n’y a que 1613 bogues (de degré divers, dont 367 « non confirmés ») ouverts concernant Unity

Gnome-Shell et Unity : vers un rejet partiel – inconscient – des deux nouveaux shells ?

Quand on change de paradigme au niveau de l’interface utilisateur, la première réaction de masse, c’est un rejet de la nouveauté. Même si l’acceptation augmente au fil des versions.

Pour comparaison, cela me fait penser au bond ergonomique entre MS-Windows 3.1x et MS-Windows 4.0, plus connu sous le nom de MS-Windows 95. Car l’interface était entièrement repensée à l’époque, même si allègrement pompée sur le Finder du MacOS d’Apple.

Dans un article écrit il y a environ 1 mois j’abordais rapidement cette question.

Certaines personnes – et c’est respectable – préféraient l’ancienne disposition de Gnome et ont du mal à s’adapter à un bureau vide, sans icone sur le fond, ou comme dans le cas du « clone » Unity (Le premier Gnome Shell en préversion date de l’époque de Gnome 2.28, soit septembre 2009)  avec une simple barre d’applications fréquemment utilisées.

J’ai constaté la présence de deux billets qui sont proches, l’un de François Tessier pour Gnome Shell, et son adaptation par Clapico pour Unity.

Cela démontre que les changements trop importants, comme la disparition d’une barre des tâches, celle des icones sur le bureau, ou pire (et j’avoue que j’ai utilisé gnome-tweak-tool pour contourner cette option) la disparition du bouton de minimisation des fenêtres.

Cependant, cela fait plus d’un mois que j’utilise Gnome Shell, et je me suis fait à son ergonomie, bien qu’elle soit un peu « étrange au début ». Cependant, vouloir à tout prix conserver une barre de tâches dans un environnement comme Gnome-Shell ou Unity, ce n’est pas une bonne idée, car les dits environnements ont été pensés pour ne pas utiliser celle-ci.

J’avoue que le alt-tab est souvent plus pratique pour jongler rapidement. Et cela permet de lacher un peu la souris. Pour une personne qui, comme moi, n’a eu la souris qu’au bout de 5 ans d’informatique personnelle – et j’ai bientôt 22 ans au compteur – utiliser le clavier pour certains choix au niveau interface utilisateur ne me dérange pas.

Maintenant, chacun voit midi à sa porte. Il y a suffisamment de choix dans le domaine des environnements de bureaux et des gestionnaires de fenêtres dans le monde du logiciel libre pour que chaque personne trouve son bonheur.

Je suis heureux avec Gnome-Shell. Peut-être que dans un an, je serais sous un autre environnement de bureau ou un autre gestionnaire de fenêtre. Seul l’avenir le dira 😀

Les gueulantes contre Gnome 3 : un rejet de l’évolution des interfaces graphiques utilisateurs ?

Gnome 3 est à peine sorti que les distributions le proposant sur leur dépot de test (comme archlinux testing) connaissent des coups de gueules contre Gnome 3. Du moins, c’est le cas dans le petit monde d’Archlinux.

Car certains fils de messages sont carrément l’expression d’une volonté de garder une branche logicielle dont les origines remontent à 2002… Et oui, Gnome 2.0 est sorti en juin 2002. Soit presque 9 ans.

Alors que le développement de Gnome 3 est largement médiatisé (ne serait-ce que les articles avec les captures d’écrans de l’interface Gnome-Shell), il y a des personnes qui veulent à tout prix conserver leurs vieux réflexes…Ce qui me fait penser – chacun sa culture (ou sa confiture comme disait feu Pierre Desproges) – aux paroles de « La Vieille » de Michel Sardou :

Mais les vieilles ça a des manies :
Ça aime son fauteuil et son lit,
Même si le monde s’arrête ici.

Tel un enfant en bas âge qui refuse de goûter à de nouvelles choses en pleine période de diversification alimentaire.

Il est tellement rassurant de ne rien changer, pourquoi marcher alors qu’on peut rester à ramper, après tout ? 😀

Sinon, comme l’a dit Cyrille – d’une manière un peu ironique – si vous voulez rester avec un environnement gtk2, Xfce 4.8 vous accueillera sans problème.

L’un des fils qui empeste le plus la mauvaise foi et la volonté de se masquer les yeux sur la nécessaire évolution des interfaces graphiques est celui-ci :

J’adore le morceau entre les balises flaming :

I though KDE 4 was bad and bloated and that i couldn’t get any worse…
it seems i was wrong.
Boy this new Gnome version is even more bloated and buggy then KDE 4 wich is quite the atchievement from the gnome team…

Now i finnaly understand why the Ubuntu guys decided to use they’re netbook unity system rather then this shit, eventhough unity sucks it better then Gnome 3 in all respects.

Ce qui donne traduit (en dehors des fautes grossières en anglais, surement du à l’inattention) :

Je pensais que KDE 4 était mauvais et gonflé et qu’on ne pouvais pas faire pire … il semble que j’avais tort.
Les gars, cette nouvelle version de Gnome est encore plus gonflée et boguée que KDE 4 qui est tout à fait la réalisation de l’équipe de gnome …

Maintenant, je comprends enfin pourquoi les gars d’Ubuntu ont décidé d’utiliser leur Unity du netbook plutôt que cette merde, ça craint tellement qu’Unity se débrouille mieux que Gnome 3 à tous les égards.

Cette personne que je ne citerais pas me fait plus pleurer que rire. Car je n’ai pas eu encore le moindre plantage, ni le moindre logiciel (en dehors de Gwibber) qui refuse de fonctionner sous Gnome 3…

Je ne serais pas étonner de voir certaines personnes qui vouent aux gémonies Gnome-Shell encenser Unity qui est actuellement la surcouche de Gnome 2.32 dans la future Ubuntu. Oui, Gnome 2.32… Gnome 3.0 n’est pas prévu pour Ubuntu avant la version 11.10…

Je sens que la sortie de la prochaine Ubuntu va être une source de billets laudateurs jusqu’à la nausée 😀

Premier essai de Gnome Shell… Merci la Fedora 15 alpha;)

Ayant vu que la Fedora 15 alpha est disponible, j’en ai profité pour récupérer l’iso en 64 bits, et je l’ai copié sur une clé USB, en suivant les informations proposées sur le wiki de Fedora.

Après un démarrage très rapide – et en ayant l’agréable surprise de voir que le pilote NouVeau permet d’utiliser l’accélération minimale nécessaire pour utiliser directement Gnome-Shell.

Continuer la lecture de « Premier essai de Gnome Shell… Merci la Fedora 15 alpha;) »

C’est une révolte ? Non, sire, c’est une révolution !

Derrière cette phrase célèbre, je veux parler du début de révolte contre la distribution reine qui commence à agacer pas mal de monde.

Avec un article qui n’a franchement rien de nouveau dans l’absolu mais qui est plaisant à lire, d’ailleurs cela me rappelle quelque chose au niveau de mon vécu,  mais qui surfe sur la vague d’une actualité récente : une volonté de damer le pion aux codeurs de Gnome en remplaçant Gnome-Shell (prévue pour Gnome 3.0 en mars 2011) par Unity, une création de Canonical dans la future ubuntu 11.04, et déjà présente dans la version Netbook Remix de la 10.10.

Maintenant, reste à savoir si cette rebellion contre l’arrivée d’Unity dans la version bureau d’Ubuntu fera plus de bruit que cela. Mais – sans vouloir être médisant – je crains que la position dominante de cette distribution atteinte par une masse critique – et de ses dérivées sans fin – n’étouffe tout débat et toute volonté de voir ailleurs (Frugalware, Archlinux, Fedora, Debian, OpenSuse, distributions source) si l’herbe est plus verte et l’air plus pur…