Debian GNU/Linux Jessie : un premier aperçu, dix mois après la sortie de la Debian GNU/Linux Wheezy.

Il y a un peu plus de 10 mois, la Debian GNU/Linux Wheezy sortait officiellement. Le cycle de développement est maintenant plus simple : 18 mois d’évolution de la prochaine version stable en tant que testing, puis un gel technique et une durée d’environ 9 à 10 mois de stabilisation.

En effet, sur les trois dernières versions, à savoir Lenny, Squeeze et Wheezy, la période de gel a été respectivement de 6 mois et 23 jours (203 jours), 6 mois et 4 jours (184 jours), et 10 mois et 4 jours (308 jours).

J’ai donc voulu avoir un premier aperçu de la Debian GNU/Linux Jessie, l’actuelle version en testing. Et surtout voir la facilité de migration de son système d’initilisation à la sysVinit vers systemd, annonce fracassante ayant eu lieu il y a environ un mois.

Tout en se souvenant que la version finale de Jessie ne sortira pas avant le premier voire le second trimestre 2015, le gel arrivant début novembre 2014.

J’ai eu l’idée de reprendre le tutoriel publié par Cep sur le blog de Cyrille Borne. Mais au lieu d’aller directement sur la version « unstable » alias sid de Debian, je me suis contenté de testing.

Après avoir récupéré l’énorme image ISO minimale (une vingtaine de Mo !), et avoir vérifié qu’elle était correcte, j’ai lancé une machine virtuelle qemu avec l’équipement habituel : 128 Go de disque virtuel, et 2 Go de mémoire vive.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom mini.iso -boot order=cd &

Apparemment, par défaut, et on peut le voir en allant dans les options avancées, l’ISO minimale propose l’installation de Xfce, au lieu de Gnome. Mais comme je voulais avoir un Gnome, j’ai choisi l’installation de Gnome en mode texte. Le mode graphique d’installation ne semblant pas disponible avec les ISO minimales. C’est moins convivial, mais c’est aussi plus « rapide » à l’utilisation 🙂

Continuer la lecture de « Debian GNU/Linux Jessie : un premier aperçu, dix mois après la sortie de la Debian GNU/Linux Wheezy. »

Le mieux est l’ennemi du bien… Pourquoi ne pas s’en souvenir ?

Dans le domaine de l’informatique libre, on ferait bien par moment de se souvenir de ce proverbe. Depuis quelques jours, dans plusieurs billets, dont un qui à fait couler beaucoup d’encre électronique, où je parlais de certains défauts dérivant des qualités de la distribution à l’origine de plusieurs dizaines d’autres, la Debian GNU/Linux.

Que ce soit Ubuntu (et sa floppée de dérivées officielles et non-officielles) ou encore des projets comme l’excellent HandyLinux, on voit que Debian GNU/Linux, c’est de la qualité.

Outre un billet très bien écrit par Cep sur le blog de Cyrille Borne qui expliquait certaines arcanes de la gestion des paquets sur une Debian GNU/Linux, qui exigent parfois certaines contorsions techniques, les commentaires sur un autre billet sur le financement participatif du logiciel de retouche vidéo Pitivi ont mis en lumière certaines limites liées à la volonté d’avoir une distribution aussi solide que du granite.

Continuer la lecture de « Le mieux est l’ennemi du bien… Pourquoi ne pas s’en souvenir ? »

Tanglu : un hommage à la Debian GNU/Linux testing, ou pas ?!

Alors que la version 8.0 de la Debian GNU/Linux est à encore une bonne année de sa sortie, Jessie devant connaître son « gel technique » vers le 5 novembre 2014 et qu’il faudra compter bien 6 mois de délai par la suite, quelques développeurs ont lancé le projet Tanglu.

Pour la recette ? Prenez une Debian GNU/Linux testing, avec systemd activé par défaut (ce qui sera le cas pour la Debian GNU/Linux Jessie), KDE SC, les dépots non-libres activés eux aussi (pour le moment ?), mélangez bien le tout, et vous avez la Tanglu. D’accord, j’ai simplifié, mais l’idée est là.

Dixit les notes de publications, seule la version KDE SC est supporté pleinement. En effet, une note renvoie à la remarque suivante :

The GNOME team is missing people, so we can not ensure that it will receive the same attention as KDE does.

Ce qu’on traduit par :

L’équipe de GNOME manque de personnel, donc nous ne pouvons pas garantir qu’il recevra la même attention que KDE.

De plus, si vous utilisez une machine avec UEFI, passez votre chemin, cette technologie n’est pas encore supportée :

We currently do not support UEFI in our live-installer, this feature did not complete in time. If you are an experienced user, you can manually install Tanglu on an UEFI-based machine, for all other users we recommend switching to legacy BIOS for this release.

Ce qu’on peut traduire par :

Nous ne supportons pas UEFI dans notre live-installer, cette fonction n’a pas été terminé à temps. Si vous êtes un utilisateur expérimenté, vous pouvez installer manuellement Tanglu sur une machine UEFI, pour tous les autres utilisateurs, nous recommandons de passer en mode BIOS pour cette version.

Malgré toutes les premières limitations techniques, récupérons l’ISO en 64 bits pour KDE SC. Dommage qu’il faille passer par une récupération via le navigateur ou la ligne de commande. J’aurais largement préféré un fichier torrent. De plus, aucun fichier md5sum pour vérifier la qualité de l’ISO.

rs/releases.tanglu.org/aequorea/tanglu-1.0-kde-live-amd64.hybrid.iso
–2014-02-27 11:30:20– http://mirror1.hs-esslingen.de/pub/Mirrors/releases.tanglu.org/aequorea/tanglu-1.0-kde-live-amd64.hybrid.iso
Résolution de mirror1.hs-esslingen.de (mirror1.hs-esslingen.de)… 129.143.116.10
Connexion à mirror1.hs-esslingen.de (mirror1.hs-esslingen.de)|129.143.116.10|:80… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 1067450368 (1018M) [application/x-up-download]
Sauvegarde en : « tanglu-1.0-kde-live-amd64.hybrid.iso »

100%[====================================>] 1 067 450 368 2,90MB/s ds 5m 54s

2014-02-27 11:36:15 (2,87 MB/s) — « tanglu-1.0-kde-live-amd64.hybrid.iso » sauvegardé [1067450368/1067450368]

Continuer la lecture de « Tanglu : un hommage à la Debian GNU/Linux testing, ou pas ?! »

N’enterrons pas Upstart trop vite…

La nouvelle a fait le tour de la blogosphère linuxienne. Debian GNU/Linux pour sa version Jessie (qui sortira courant 2015) a choisi comme système d’initialisation systemd. Du moins, c’est pour le moment au conditionnel, je recopie la partie du message concernant l’annonce :

We exercise our power to decide in cases of overlapping jurisdiction (6.1.2) by asserting that the default init system for Linux architectures in jessie should be systemd.

Ce qui donne traduit :

Nous exerçons notre pouvoir de décider en cas de chevauchement des compétences (6.1.2) en affirmant que le système d’initialisation par défaut pour les architectures Linux de jessie devrait être systemd.

J’ai mis la partie intéressante en gras. Et la traduction ? Dirons-nous que c’est de la traduction automatisée légèrement retouchée 😉

Sauf erreur de ma part, should est le conditionnel du verbe to shall, qu’on traduit par devoir, dans l’idée d’une possibilité.

Tant que je n’ai pas d’ISO de la Debian GNU/Linux testing proposant systemd par défaut, je resterais prudent.

Même si c’est un coup dur pour Canonical qui voudrait bien proposer à sa source de paquets son système d’initialisation, upstart, la situation n’est pas si mauvaise que cela pour l’entreprise à l’origine d’Ubuntu.

Continuer la lecture de « N’enterrons pas Upstart trop vite… »

Vsido, la distribution Debian GNU/Linux Sid inutile ? L’exemple même du gaspillage de ressources ?

J’ai appris l’existence d’une distribution GNU/Linux du nom de Vsido, via un article sur la communauté linux de Google+.

En fouillant le site officiel de la distribution, on apprend qu’elle est basée sur la Debian GNU/Linux Sid, le gestionnaire de fenêtre FluxBox (dont le développement est très lent, aucun ajout de code depuis août 2013…), lxpanel pour l’affichage des panneaux, gmusicbrowser, Filezilla, Xchat, IceWeasel (Mozilla Firefox à la sauce Debian GNU/Linux) et quelques autres petits outils.

Bref, un sacré jeu de mécano, dont on peut se poser la question de la solidité.

Elle propose un environnement léger, ressemblant un peu à celui de la Viperr sur le principe. Mais j’avoue qu’après avoir testé rapidement la distribution, je ne lui trouve aucun intérêt pratique.

Je vous laisse quelques captures d’écran pour vous montrer à quoi ressemble la distribution, car le but de l’article n’est pas d’en parler outre mesure. Mais du phénomène sous-jacent liée à l’existence de ce type de distributions.

Continuer la lecture de « Vsido, la distribution Debian GNU/Linux Sid inutile ? L’exemple même du gaspillage de ressources ? »

En vrac’ rapide spécial distributions GNU/Linux ;)

Je passais par là, et j’ai eu un petit délire en écoutant « London 1966-1967 » des Pink Floyd. Pourquoi ne pas faire un en vrac’ rapide et libre sur les distributions GNU/Linux ? 🙂

Merci à Distrowatch pour une partie des liens qui suivent 😉

C’est tout… Mais ça fait tellement du bien d’assouvir un petit délire par moment ! Rompez 🙂

En vrac’rapide et libre.

Etant donné que l’actualité du logiciel libre sera dominé durant un ou deux jours par la sortie d’Ubuntu 13.10 et ses dérivées, j’en profite avant.

C’est court, mais consistant, non ? 😀

Semplice 5 : pour les fans de Debian GNU/Linux aimant l’austérité et la simplicité ?

Ah, l’austérité et la simplicité… Deux termes souvent unis pour le meilleur et pour le pire. En décembre 2011, j’avais rédigé un article sur la Semplice 2.0rc1.

33 mois sont passés, et la version 5.0 de la Semplice est sortie en ce début septembre 2013.

Pour cette Debian GNU/Linux Sid (qui sert aussi de base à Ubuntu, à Siduction ou encore à aptosid), on trouve aussi Openbox 3.5.0, un noyau Linux 3.10.7, le dernier Chromium (coeur libre de Google Chrome), Exaile (pour la musique), Gnome Mplayer (pour les vidéos), ainsi que le duo Abiword et Gnumeric. On apprend aussi que l’ISO supporte les machines UEFI, et que des applications « Web 2.0 » sont disponibles pour accéder directement à Fesse-bouc, twitter ou encore youtube, via un outil du doux nom de oneslip.

J’ai donc récupéré l’ISO en 64 bits (comme d’habitude) et j’ai utilisé VirtualBox. J’espère simplement que l’installateur est moins catastrophique que pour la version 2.0.

Au premier démarrage, on peut choisir la langue à employer, avec le clavier et le fuseau horaire qui vont bien.

Continuer la lecture de « Semplice 5 : pour les fans de Debian GNU/Linux aimant l’austérité et la simplicité ? »

Xfce, maltraité pour mieux attirer les utilisateurs de Microsoft Windows ?

J’ai noté une tendance dans les distributions GNU/Linux : la maltraitance de l’apparence de base de Xfce. Par défaut, Xfce se présente ainsi : Une barre supérieure avec un menu déroulant, un espace de gestion des taches, puis le nom d’utilisateur et quelques icones du genre gestion réseau ou audio ou météo.

En bas, on trouve un lanceur avec les principales fonctionnalités : navigateur internet, courrier électronique, gestionnaire de fichiers, ou encore recherche en ligne. Bref, un schéma général qui rappelle celui de MacOS-X d’Apple.

Mais cette apparence si spécifique est des plus maltraitée si on se limite au top 10 à 6 mois des statistiques de visites ou de curiosité de Distrowatch. Pour mémoire, voici à quoi il ressemble fin août 2013.

  1. Linux Mint
  2. Ubuntu
  3. Debian GNU/Linux
  4. Mageia
  5. Fedora Linux
  6. OpenSuSE Linux
  7. PCLinuxOS
  8. Manjaro Linux
  9. ArchLinux
  10. Puppy Linux

Pour faire un bilan de cette maltraitance, j’ai pris les versions Xfce (et donc Xubuntu en lieu et place d’Ubuntu) pour voir quelles distributions respectent l’apparence générale de Xfce et lesquelles la modifie.

Dans la liste, je n’ai pas trouvé de version native avec Xfce pour PCLinuxOS. Idem pour la Puppy Linux. A moins que j’ai mal cherché ? Donc, sur les huit restantes, combien vont respecter l’interface « officielle » de Xfce ?

Mais trève de bavardages, jettons un oeil au « massacre ».

Continuer la lecture de « Xfce, maltraité pour mieux attirer les utilisateurs de Microsoft Windows ? »

Parsix GNU/Linux 5.0 : encore une fois le syndrome de la « modernisation incomplète » ?

Parsix GNU/Linux, c’est une distribution basée sur la Debian GNU/Linux stable, en la modernisant un peu. Si on suit les notes de publication, la Debian GNU/Linux Wheezy a été assez « modernisée », avec entre autres pour les plus grands noms du logiciel libre :

Mais il y a un point qui me fait vraiment tiquer : la présence de LibreOffice 3.5.4. La branche 3.5 est abandonnée depuis le 8 avril 2013, la version 3.5.4 étant sortie fin mai début juin 2012.

Mais ne partons pas sur un mauvais à priori, et voyons ce qu’à la distribution dans le ventre.

Pour LibreOffice, il reste l’option « sale » de récupérer directement les paquets .deb du site officiel de la dernière version stable conseillée – la 4.0.4 au moment où je rédige cet article – et les installer.

J’ai donc utilisé VirtualBox pour tester et présenter la distribution. Après le lancement, on a droit à un Gnome Shell avec un thème spécifique, avec des couleurs crème et marron.

Sans oublier des icones encore une fois inspirées de Faenza. Le logo de la Parsix remplaçant le terme « activités » en haut à gauche. Sur le plan technique, il faut savoir que :

  1. Le partitionnement doit comporter au moins un partition swap et une partition racine. Créer une partition pour /boot est inutile, cette option n’est pas prise en charge. On peut créer cependant une partition pour /home, l’installateur la prend en compte.
  2. Qu’il y a un méchant bug au niveau de l’installateur, qui oblige à lancer l’OS en anglais. Sinon, il est impossible de faire prendre en compte le mot de passe au niveau du compte utilisateur ! (cf la capture d’écran un peu plus loin dans l’article). Bug que j’ai rapporté sur l’outil de suivi de bug de la Parsix GNU/Linux
  3. Le clavier est par défaut en qwerty, même si on demande la version française dès le départ 🙁

Continuer la lecture de « Parsix GNU/Linux 5.0 : encore une fois le syndrome de la « modernisation incomplète » ? »

De la « fausse » diversité des distributions GNU/Linux.

Quand monsieur ou madame Michu apprend l’existence de Linux – faut pas aller directement à l’appellation distribution GNU/Linux – c’est avec des projets comme Ubuntu par exemple. Et un jour, le concept de distribution apparait dans son esprit.

Et pour les plus curieux, ils apprennent l’existence de distrowatch, source de trolls sans fin. Et quand il voit les statistiques de fréquentation, l’idée même qu’il existe une centaine de distributions GNU/Linux voire plus les effrayent.

« C’est quoi ce bazar ? » pourrait-être la première réflexion. La deuxième serait « Pourquoi y en a-t-il autant ? » Et la troisième (si on arrive à ce stade avancé ce qui n’est pas gagné) : « C’est quoi la différence ? »

Si on prend la seule statistique qu’il est difficile de contester sur Distrowatch, c’est celle qui liste hebdomadairement les distributions indexées sur le site. En gros, une bonne partie de ce qui existe et a existé depuis 2002, année de naissance de Distrowatch.

Si on prend le bulletin du 12 août 2013, on peut lire :

DistroWatch database summary

– Number of all distributions in the database: 761
– Number of active distributions in the database: 304
– Number of dormant distributions: 48
– Number of discontinued distributions: 409
– Number of distributions on the waiting list: 303

Quoi ? 761 distributions listées ? 409 abandonnées ? Et 304 actives et maintenues ? De quoi effrayer. Cependant, cette diversité est largement un trompe l’oeil. Surtout si on considère les grandes familles qui existent.

Continuer la lecture de « De la « fausse » diversité des distributions GNU/Linux. »

Du cassage de gueule de distrowatch comme sport linuxien préféré…

S’il est un domaine où nombre de fanboys linuxiens s’entendent, c’est sur la volonté de casser la gueule des statistiques de Distrowatch. L’idée de ce billet m’est venu à partir d’un post sur google plus qui annonçait que les pages vues concernant la distribution Debian GNU/Linux dépassait désormais celle de sa descendante, Ubuntu.

Bien entendu, le premier commentaire a été assez joyeux, tout comme la réponse que j’en ai fait. Un certain Paul McSpadden nous a sorti :

You’re using distrowatch as a credible source? Could I please ask that you avoid being like all the other news outlets and stop sensationalism.

Ce qu’on peut traduire par :

Vous utilisez distrowatch comme une source crédible ? Puis-je vous demander d’éviter d’agir comme les autres sites d’informations et arrêtez le sensationnalisme.

Ma réponse a été un peu énervée, mais résume bien ma pensée :

just gave us a more reliable source for statistics. And it will be great.

Or, will I say : « Shut the fuck up ? » Of course, I don’t mean it in a bad way.

Ce qu’on peut traduire par (le plus proche du sens originel) :

Donnez nous juste une source fiable pour les statistiques. Et ce sera bien.

Ou, devrais-je dire : « Fermez votre gueule ? » Bien entendu, sans vouloir être méchant.

Et c’est ici, qu’on trouve le noeud du problème : à chaque fois qu’une personne casse une dizaine de kilos de sucre sur le dos de distrowatch, aucune solution n’est proposée pour donner des statistiques qui seraient plus fiables.

Continuer la lecture de « Du cassage de gueule de distrowatch comme sport linuxien préféré… »

Kwheezy 1.0… Le syndrôme de la distribution GNU/Linux inutile dans sa splendeur ?

J’ai parlé de la Kwheezy dans un précédent en vrac’. Pour résumer : prenez en gros la Kubuntu, mais sur une base Debian GNU/Linux Wheezy, avec les paquets non libres sur le plan multimédia (du genre mp3 et flash), et vous obtenez en gros la Kwheezy. Mais il faut être plus complet, car dixit le site officiel, Kwheezy offre en plus de la Debian GNU/Linux Wheezy :

  • VLC
  • Clementine
  • LibreOffice
  • Calligra
  • Wine
  • VirtualBox
  • Mozilla Firefox ESR
  • Mozilla Thunderbird ESR
  • Digikam
  • Scribus

Avec le doublon LibreOffice / Calligra, on peut se dire que c’est une distribution qui risque d’être assez gourmande. En effet, si on en croit la page de téléchargement, c’est le cas. Les concepteurs conseillent un espace disponible de… 18 Go au minimum, 30 Go par sécurité.

Pour info, Canonical recommande 4,5 Go pour installer Ubuntu 13.04, on peut penser que Kubuntu doit demander à peu près la même chose. Alors comment justifier un minimum de 18 Go ?!

J’ai récupéré l’ISO de la version 64 bits via Bittorrent. Elle pèse environ 3,7 Go. L’ISO 32 bits fait dans les 3,5 Go.

Continuer la lecture de « Kwheezy 1.0… Le syndrôme de la distribution GNU/Linux inutile dans sa splendeur ? »

Le fiasco du financement participatif de PearOS, symptome de la rationalisation des distributions GNU/Linux ?

Alors que la recherche de fonds via IndieGogo pour PearOS est sur le point de se terminer, le 18 juin 2013 pour être précis, la somme récoltée est assez révélatrice du coté darwinien du petit monde des distributions GNU/Linux.

En effet, sur les 35000 € nécessaire au développement de cette dérivée d’Ubuntu qui est une copie de l’interface graphique d’Apple Mac-OS-X – soyons honnête, c’est flagrant – seul 115 € ont été récoltés. Soit environ… 0,32% de la somme demandée…

Echec financement PearOS

En dehors du fait que la somme demandée au départ était un peu trop ambitieuse, cela prouve une nouvelle fois que le monde des distributions GNU/linux est hautement darwinien. Et que la sélection naturelle qui s’y fait est sauvage.

Distrowatch, dont le classement est souvent sujet à caution, est depuis plus de 10 ans (l’intro du premier « distrowatch weekly », le 9 juin 2003 annonce « Last week, DistroWatch.com completed its second year in existence« ), est une bonne base pour connaitre le nombre de distributions ayant existées, actives ou abandonnées.

Pour le 10ième anniversaire du Distrowatch Weekly (le 10 juin dernier), j’ai été jeté un oeil sur la section qui précède les commentaires.

Continuer la lecture de « Le fiasco du financement participatif de PearOS, symptome de la rationalisation des distributions GNU/Linux ? »

De l’uniformisation des distributions GNU/Linux… L’exemple avec le top 10 de Distrowatch

Après un article très intéressant de Cyrille Borne, j’ai eu envie de montrer pourquoi présenter et tester rapidement des distributions GNU/Linux devient de moins en moins intéressant. J’ai pris le top 10 de Distrowatch (qu’il vaut ce qu’il vaut), et j’ai essayé de prendre des versions KDE SC de chaque membre du top 10, si les versions sont disponibles, aussi bien en version officielles que communautaires.

Pour KDE SC ? Car historiquement, KDE SC – à l’époque KDE – est le premier environnement libre jamais créé en 1997, modulo QT qui ne l’était pas à l’époque qui provoquera la naissance de Gnome en 1998.

Pour mémoire, le top 10 de distrowatch au 2 juin 2013 ressemble à ça :

  1. Linux Mint
  2. Mageia
  3. Ubuntu
  4. Debian GNU/Linux
  5. Fedora Linux
  6. openSUSE
  7. PCLinuxOS
  8. ArchLinux
  9. Manjaro Linux
  10. Puppy Linux

Pour mémoire, il y a 3 distributions basées les paquets Deb (Linux Mint, Ubuntu, Debian GNU/Linux), 4 sur les paquets RPMs (Mageia, Fedora Linux, openSuSE et PCLinuxOS), les 3 restantes étant basées sur des formats de paquets indépendants, quoique j’ai un doute pour la Puppy cependant.

Pour les distributions proposant KDE directement (Mageia, Debian GNU/Linux, Fedora Linux, OpenSuSE, ArchLinux et PCLinuxOS) je n’ai pas eu trop de problème. Cependant il a fallu que je passe par Kubuntu (le pendant communautaire de KDE pour Ubuntu), Manjaro Linux KDE, idem pour la Mint, même si la version 15 n’est pas encore disponible pour KDE SC.

Pour la Puppy Linux, mes recherches n’ont pas été franchement couronnées de succès, mais je ne connais pas trop cette distribution.

Voici donc, dans l’ordre de distrowatch des captures d’écran des différentes versions de KDE, en fonction de la distribution utilisée. Et on peut voir que si on se limite à l’affichage général, les différences sont infimes. Parfois le thème utilisé, les « tripes » ou le lanceur d’application diffèrent. Mais en règle générale, on va de KDE SC 4.8 à KDE SC 4.10.

Continuer la lecture de « De l’uniformisation des distributions GNU/Linux… L’exemple avec le top 10 de Distrowatch »