Circles and Lines : un bon netlabel pour l’ambient.

L’ambient music est, dixit wikipedia :

Le terme, inventé par Brian Eno, faisait au départ référence à la vocation du genre à constituer une musique d’ambiance ou, plus précisément, une musique « de fond » (Eno avait justement composé un premier album d’ambient intitulé Music For Airports). Par la suite, c’est plus la prédominance des nappes et l’absence de beat qui ont servi à définir le genre.

J’avoue que c’est un genre de musique qui trouve grace à mes oreilles, et j’en écoute souvent quand je rédige des tests de distributions.

C’est en farfouillant sur dogmazic que je suis tombé sur le netlabel « Circles and Lines« . Il propose une trentaine d’EP et d’albums. Je n’ai pas eu le temps de tout écouter, mais pour les moment, j’avoue que j’ai eu des coups de coeur pour Quiet Planet et Bad Weather.

Si vous aimez la musique électronique, essayez donc ce netlabel qui propose presque uniquement du flac, ce qui est assez sympa à noter 😉

Bonne écoute !

Garmisch : de l’électro-pop suédoise, c’est bon :)

Groupe découvert via le site auboutdufil Garmisch propose son album en libre téléchargement.

Couverture de l'album de Garnisch

C’est une musique très agréable, reposante, de qualité, pas comme un certain Christophe M** qui fait penser à une chèvre qui bêlerait avec la gorge enrouée. Musique légère, on est emporté par la voix cristaline de la chanteuse, et on peut écouter l’album d’une traite sans lassitude.

Même si certains titres, comme la piste 8 ont des titres un peu bizarre, que je ne traduirais pas : « The Cultural History Of The Penis »

Cela me fait un peu penser à The XX, en moins « mécanique ». Bref, c’est excellent. Mais il s’est posé un problème quand j’ai voulu me faire une copie physique de l’album. Car j’aime le contact des CDs, et oui, je suis un collectionneur.

Continuer la lecture de « Garmisch : de l’électro-pop suédoise, c’est bon 🙂 »

Auboutdufil : vive le podcast musical libre…

C’est le fondateur d’Auboutdufil qui m’a contacté pour me parler de son site. Car il faut dire que le monde de la musique libre (aussi bien en creative commons que sous art libre) est une jungle épaisse et touffue. j’avais déjà aussi été sur le site il y a quelque temps, sans trop m’attarder, faute de temps libre 🙁

En dehors des deux grands ténors du genre que sont dogmazic et jamendo, il est difficile de se repérer. Et c’est un peu le rôle de boussole que joue Auboutdufil. En faisant découvrir un titre, on peut ensuite avoir des infos complémentaires, et pourquoi pas acheter l’album d’un(e) artiste libre.

Auboutdufil est donc un excellent complément aux deux grands ténors. A découvrir les oreilles grandes ouvertes !

Ne pas parler…

Je comptais rédiger un billet sur l’odeur de sapin qu’empeste Pino 0.3 (aucune mise à jour du code source du logiciel depuis environ un mois au moment de ce billet), mais je n’avais pas envie de lancer un billet de polémique. Je n’ai pas envie qu’on dise que je suis un trolleur et rien d’autre.

Ni parler encore de musique libre, surtout que j’en ai parlé sur une demi-douzaine de billets depuis une quinzaine de jours.  Même si on trouve tous les jours des pépites, spécialement via dogmazic ou jamendo.

Ni encore moins de la sortie demain de deux projets du logiciel libre : OpenBSD 4.8 et Fedora Linux 14.

Ou encore de la sortie récente de la première étape vers la longue route vers le noyau linux 2.6.37 avec la rc1.

Bref, je ne sais pas vraiment de quoi parler concernant le logiciel libre. Bon autant ne rien écrire, et retourner à la lecture d’un bon bouquin, comme « Debout les morts » de Fred Vargas.

Découvertes musicales du week-end de la Toussaint :)

J’ai profité du week-end prolongé de la Toussaint pour fouiller dans les albums proposés par Dogmazic… Et j’avoue que le plein a été fait, aussi bien coté albums que coté artistes découverts.

Allons-y par ordre de pagaille 😉

Dans tout ce qui est rock et apparenté (progressif, post-rock, métal) :

Dans le thème musique électronique / ambiance :

Et encore, je n’ai pas eu le temps de me plonger vraiment dans tout ce qui est disponible.

Autant dire que j’aurais de quoi remplir des disques durs entiers de musique qui n’est pas formatée par les grands noms du disque 🙂

Musique ? Faut savoir se calmer…

Car ce mois d’octobre a été complètement fou, en ce qui me concerne. Voici le bilan des albums acquis durant les 30 derniers jours.

Continuer la lecture de « Musique ? Faut savoir se calmer… »

Zero Project et StrangeZero : quand la Grèce nous propose des successeurs de Vangelis…

Zero Project et Strange Zero sont grecs. Si le premier est le pseudo d’une seule personne, le second est celui d’un duo qui savent faire de la musique électronique de qualité. Digne des créations d’un certain Evángelos Odysséas Papathanassíou.

Via Jamendo, j’ai pu découvrir les créations des deux. Et les deux proposent- sur leurs sites respectifs – soit des images CDs de leur album, soit des versions en FLAC pour la meilleure qualité sonore possible. Intéressant, non ? 😉

C’est l’album « FairyTale » et son ambiance médiévale qui m’a fait connaitre Zero Project. Pour Strange Zero, c’est l’album « Newborn Butterflies » qui m’a enchanté.

Les deux proposent des musiques électronique, qui sont aussi bien médiévales, que romantique, que d’ambiance. A vrai dire, il est difficile de décrire par des mots ce que je ressens en écoutant ces artistes.

Comme les deux utilisent des licences Creative Commons pour leur créations, le plus simple est de télécharger et d’écouter.

Les albums que j’ai préférés ? Pour Zero Project : « Fairy Tale« , « Earth« , « Autumn Prelude » et « Disabled Emotions Suite« .

Pour Strange Zero, je n’ai écouté – pour le moment – que leurs 4ième et 5ième album, à savoir « The Neverlands« et « Newborn Butterflies »

Bonne découverte 😉

Parfois, la patience, cela paye ;)

Quand j’avais découvert Jamendo – vers fin 2005, début 2006 – j’avais découvert une artiste francophone du nom d’Ysé. A l’époque, elle proposait son EP, « Rêve d’Ange Heureux » à la vente via son site contre un chèque de 10 € environ (si mes souvenirs sont bons).

Continuer la lecture de « Parfois, la patience, cela paye 😉 »

Collectionneur fou : mes albums de musique libre.

Du moins, la collection que j’ai constitué depuis que j’écoute de la musique libre. Etant assez exigeant, je ne grave des CDs qu’avec des mp3 320khz ou du flac, histoire d’avoir la meilleure qualité possible au final sur ma platine.

Cet article est en quelque sorte la suite de celui-ci, qui montre que la musique sous licence Art Libre ou Creative Commons est vraiment plus répandue que certaines personnes veulent l’admettre par pure idéologie commerciale.

Collection d'albums de musique libre.

De gauche à droite et de haut en bas :

Pour la plupart des albums (sauf Renversement et Somnebuleux) j’ai du m’occuper de la gravure et de la réalisation des jaquettes.

Je vous donne cette liste pour que vous puissiez découvrir de la musique libre, ce qui change un peu de toutes les productions musicales qui monopolisent les médias classiques.

Et coté source d’approvisionnements, liste non exhaustive bien entendu : altermusique.org, dogmazic.net, jamendo

L’offre légale et facile d’utilisation existe… Je l’ai rencontré ;)

L’offre légale – par rapport à la copie illicite de contenus sous copyright – est souvent une offre peu intéressante : chère, interopérabilité nulle (cf iTunes qui ne fonctionnent vraiment bien qu’avec les iPod), limitée, bref un cauchemar à l’utilisation.

Même si le CD est un format vieillissant et que j’ai déjà parlé de sa mort prochaine, il a un énorme avantage : on peut toujours – et jusqu’à preuve du contraire c’est légal – le copier sur le disque de son ordinateur, histoire de copier le fichier obtenu (sans le moindre DRM) sur un baladeur quelconque.

J’ouvre une parenthèse : suite à une fausse manipulation, j’ai perdu le contenu de mon disque dur externe qui contenait les quelques 15 GiO de musique (libre et commerciale) de ma collection… Encore heureux que c’était une copie de la musicothèque de mon disque dur principal 😉

Comme je disais avant cette digression, il existe une offre légale, de prix abordable : ce sont des sites comme Noomiz, Dogmazic (et sa filiale Pragmazic), Altermusique ou encore Jamendo pour ne citer que les plus célèbres.

Il existe de plus en plus de groupes et d’artistes qui vendent directement leur musique en ligne, ou la propose en libre téléchargement en se protégeant avec des licences creative commons / art libre. Voici une liste qui est tout sauf exhaustive :

Et je dois surement encore en oublier. Il suffit d’être curieux pour découvrir des artistes ayant réellement du talent, et non des produits formatés pour pondre quelques titres et se tirer ensuite avec l’oseille engrangée.

In Limbo, du bon rock progressif français.

Farfouillant le site freetorrent.fr, j’ai vu dans la section musique « In Limbo » qui propose ses deux albums, un studio et un live.

J’avoue que j’aime bien le rock progressif, et que Genesis de l’époque Peter Gabriel + Pink Floyd du début sont mes références.

C’est donc de manière « curieuse » que j’ai lancé la lecture de l’album. Et je ne dois dire qu’une chose : ce fut une claque.

Essentiellement instrumental, c’est du rock progressif qui est franchement agréable à écouter. Des mélodies entrainantes, envoutantes. Mon coup de coeur ? Le premier titre « Hypnotique », le troisième « Somnabulisme », et le dernier « Rêvalités ».

Un excellent groupe à découvrir. A écouter si vous voulez vous changer les idées, et avoir du rock « planant » et progressif « qui ne se la pète pas ». Ce qui est franchement agréable à écouter, vu la merde actuelle sur les ondes FM 😉

Hadopi : mais qu’est-ce qu’on se marre ;)

Devant l’aveuglement et la volonté d’imposer une « dictature » culturelle dominée par les majors du disque, la Sacem ou encore le SNEP.

Sur le site de propagande DemainLaMusique, le directeur du SNEP nous sort sans la moindre mauvaise foi (hum), que je cite :

Le fait que des artistes aient publié dans le JDD du 22 juin un texte pour soutenir le projet de loi « Création et internet » a déclenché chez des internautes des messages inacceptables qu’on a pu lire sur le Monde.fr ou sur Libération.fr

Quel est ce débat dans lequel certains internautes tellement courageux qu’ils sont anonymes appellent à boycotter les artistes qui ont osé manifester une position favorable au texte ?

Il est vrai qu’il est interdit sur l’Internet d’exprimer un point de vue divergent, qui explique que des lois inapplicables ne changeront rien à un fait de base : le pouvoir d’achat s’érode à grande vitesse.

Ni à un autre fait : les albums sont remplis de titres de merde – appellons un chat un chat – à hauteur de 80% en moyenne. Où sont passés des bijous du style « Led Zeppelin II / III / IV », les « Sergent’s Pepper », « Transformer » (Lou Reed avec le sublime « Walk on the wild side »), etc…

Que les artistes listés dans la pétition – qui est sûrement télécommandé par les lobbys de vendeurs de galettes plastifiées – sont tous assez friqués, et dont certains se sont planqués dans des paradis fiscaux comme la Suisse, la Belgique ou encore Monaco pour éviter de payer des impôts.

Bref, comme jadis avec des sites de propagande comme lestelechargements.com, on ne changera pas la réalité que les directeurs aveugles ou autistes – et encore on insulte les victimes de cette maladie en employant ce terme – ne veulent pas admettre :

  • Pouvoir d’achat rogné par l’explosion du prix des matières premières
  • CDs illisibles car rendu foireux par d’inutiles protections, cf le célèbrissime X&Y d’un groupe du nom de Coldplay
  • La loi DADVSI n’a rien changé à la donne, comme ses détracteurs l’affirmaient, car les ventes de galettes sont sur une pente descendante.
  • Les vrais talents ne passent plus que rarement par les requins… majors du disque.
  • Si j’ai 20 € à dépenser par semaine, je préfère les dépenser en nourriture que dans une galette que j’écouterais une ou deux fois dans le meilleur des cas.
  • Que les artistes qui hurlent contre « les méchants pirates » sont celles qui touchent des revenus énormes chaque année.
  • Que l’industrie du disque est née après l’arrivée de la musique, et que la musique survivra à la disparition de ces dinosaures.
  • Qu’à force de taper sur les internautes en les considérant comme coupable par défaut, ils finiront de scier la branche sur laquelles ils sont assis.

A force de tirer sur la corde, elle finit par casser. Sur la liste des artistes pro-hadopi, je n’ai quasiment aucun album d’eux. Et cela me ferait mal au postérieur de donner de l’argent à ce genre d’artistes.

Bref, qu’ils soient boycottés leur fera le plus grand bien. D’ailleurs, je dois avouer que mes goûts musicaux ne comptent presque aucun d’eux dans ma liste. Je suis resté à une musique de qualité, le rock anglais des années 1960 à 1985. Bref, pas la soupe que les dits artistes nous proposent à intervalles réguliers.

Vous voulez découvrir des artistes sans passer par le racket des majors ? Des sites – liste non exhaustive – comme Jamendo, Airtist vous feront découvrir de nouvelles voix. Et ce n’est pas un mal !

Un nouveau bijou signé Allison Crowe.

Il y a près d’un an, je parlais d’une artiste canadienne, Allison Crowe. Elle vient de sortir un nouvel album sur Jamendo : et le moins que l’on puisse dire, c’est un album magnifique.

Loin de la daube des majors – n’ont-elles jamais rien produit d’autre depuis les années 1980 ? – enfin une chanteuse qui ne confond pas hurlement et chant.

A vous de voir si vous aimez « Little Lights » disponible sur Jamendo.

Téléchargez sur Jamendo, c’est gratuit, légal et cela permet d’enfoncer des clous dans le cercueil des DRMs. Et surtout, cela permet de se laver les oreilles 🙂

Mothership : enfin une bonne compilation ;)

Bien que je ne sois pas trop friand des « meilleurs de », des compilations de groupe, j’avoue que cette fois, j’ai été agréablement surpris par le double CD « Mothership » regroupant les 24 meilleurs titres du groupe anglais Led Zeppelin.

Le premier CD est vraiment la meilleure partie de la compilation, car regroupant les 4 meilleurs (car premiers ?) albums du groupe anglais.

Sur les 13 titres du premier CDs, rien que 4 titres (soit un tiers du CD) sont tirés de l’album sans nom de Led Zeppelin, connu aussi sous le nom du Led Zeppelin IV.

Les albums I, II et III étant représenté à égalité, dont les magnifiques « Whole Lotta Love », « Heartbreaker » et « Ramble On » du Led Zeppelin II.

Quand au deuxième CD, il commence avec « The song remains the same » (que je n’avais jamais écouter en entier). J’avoue humblement que je n’avais jamais écouter des titres du groupe sorti sur les albums après le « Led Zeppelin IV »…

Peut-être car je pense que la meilleure période du groupe se trouve dans les albums I à IV ? En tout cas, je découvre des pépites comme « Kashmir » que j’écoute en rédigeant cette note.

C’est une compilation que je ne regrette pas d’avoir acheter, et c’est mon 4ième achat de CD depuis le début de l’année, les 3 autres étant l’album « Rose » de Rose (!!) et les deux albums II et IV de Led Zeppelin. Pas mal, coté achat de CDs sur l’espace d’une année, non ? 😉

Mais encore heureux que Jamendo existe pour se faire une musicothèque variée et de qualité assez facilement et de manière légale 🙂

Encore une artiste que les majors ne voudront jamais produire…

Il s’agit d’Allison Crowe, une canadienne qui se fait connaitre via jamendo et d’autres sites de musique libre.

Elle mélange le jazz, le folk, la soul, le tout accompagné de piano… Un peu comme Norah Jones a ses débuts.

Un coup de coeur, tout comme Rob Costlow dans le domaine piano…

Merci à Jamendo pour nous sortir de la soupe habituelle des radios et des majors (EMI, Universal, Sony, etc…).