Biganos : une ville qui prend le pari de la culture vivante.

J’ai pris un peu pas mal de retard dans la rédaction de ce billet, mais j’avoue que je ne trouvais pas l’inspiration pour le rédiger. Vendredi 17, la bibliothèque de Biganos proposait un concert d’un artiste de Bordeaux, Tiou.

Flyer du concert de Tiou à Biganos

C’est vrai, ce n’est pas parce que Biganos est une bourgade de 9000 habitants qui est plus connue pour son entreprise de fabrication de pâte à papier que la culture vivante n’a pas droit de cité.

Je connaissais déjà les créations de ce jeune artiste bordelais, car j’avais fait sa connaissance via sa page sur MySpace.

Le concert qui a duré une petite heure a été l’occasion pour Tiou de jouer avec le public, surtout à la fin du premier titre « Cent Titres », il invitait à remplir les premiers rangs qui étaient vides.

Alternant les chansons mélancoliques avec d’autres titres plus « déjantés », spécialement « Joe le Flingueur » qui est un petit bijou de paillardise, Tiou a montré l’étendu de ses talents, jouant aussi bien du saxophone, que du piano et de l’accordéon.

J’avoue que je me suis particulièrement poilé lors de sa reprise d’un standard de Françoise Hardy, connu pour sa vidéo donnant le mal de mer… Il faut dire que Tiou a tout fait pour montrer un aspect moins « fleur bleu » au titre.

Au final, j’ai passé un bon moment, et j’avoue que je ne regrette pas ma soirée. Si vous avez l’occasion de pouvoir aller le voir, foncez, vous ne serez pas déçu.

Sa page sur MySpace liste les prochains concerts, et son planning est bien chargé jusqu’en juillet 2011… En attendant, je l’espère, un premier CD pour bientôt.

Scoop ! Il neige en décembre ;)

Enorme scoop, il neige au mois de décembre… Quoique c’est rare de voir de la neige sur le bassin d’Arcachon…

Vidéo prise depuis mon balcon, vers 9 h 00 ce matin… Au moment d’une bonne grosse averse de neige… Si ça fond en gelant après, quelle patinoire…

Cela me rappelle Arcachon sous la neige, fin 2005, début 2006 🙂

De nouvelles créations de Djimi, un artiste du cuir.

J’ai déjà parlé par deux fois des réalisations de Djimi, un artiste qui créé des objets en cuir.

Voici deux nouvelles créations de sa part, assez pratique. Un porte-clé simple avec un logo au choix (signe astrologique, initiales, etc…) :

porte-clé

Et un porte cartes refermable avec deux « poches » contenant jusqu’à 3 cartes en épaisseur dans chaque poche. Et sur le coté, un espace pour les billets, tickets de caisse.

porte-carte-1

porte-carte-2

porte-carte-3

N’hésitez pas à voir ses autres créations ici ou encore là.

Comment reconnaître que l’on commence à se faire vieux ?

Cet après-midi, j’attendais mon train à la gare de Gujan-Mestras – suite à un rendez-vous – tout en remplissant des grilles de mots fléchés quand deux adolescentes de 16 – 17 ans s’approche, tout en parlant fort et de manière assez directe d’une forte envie de se soulager la vessie.

Je cite de mémoire : « J’ai la pisse au ras du c** »… Sans commentaire, non ? 😉

Bref, je reste tranquille, plongé dans mes mots flechés quand la plus téméraire des deux commencent à me parler et à m’aborder en me parlant des mots fléchés, me demandant où je descendais.

La plus timide des deux me demande timidement mon age : quand je lui dis que j’ai 36 ans, elle semble être surprise me disant qu’elle me donnait au maximum 25 ans. Ensuite, elles m’ont demandé si j’étais célibataire, si j’avais été marié, bref, de la drague en bonne et due forme.

Les trucs qui m’ont fait me sentir vieux c’est :

  1. Le vouvoiement
  2. Du monsieur à toutes les sauces

Techniquement, je pourrais être leur père, c’est surtout cela qui m’a fait rire… Et oui, elles ont 20 ans de moins que moi 🙂

Il y a une expression anglaise pour parler du démon du midi qui attaque les trentenaires finissant et les quadragénaires : « She’s half my age », ce qui donne traduit « Elle a la moitié de mon âge » 🙂

Une création de Djimi, l’artiste du cuir.

J’ai déjà parlé des réalisations de Djimi, et je voudrais montrer une autre réalisation, un étui à stylo.

Aujourd’hui et demain, 11 avril, est organisé à Biganos un salon des artisans. Sur le stand de Djimi, il y avait de nombreuses réalisations dont une qui m’a tappé à l’oeil, un étui à stylo.

Après qu’il m’ait rajouté une personnalisation sur le dessus de l’étui, j’ai voulu montrer le résultat en photos.

Etui à stylo

Etui à stylo

Pour un aperçu d’ensemble, il y a les sites de Djimi, disponible ici ou encore ici.

Maintenant, n’hésitez pas à le contacter, vous ne serez pas déçu du résultat final !

Djimi, un artiste du travail du cuir.

Dans l’association où je travaille, on rencontre des personnes ayant des talents divers. Une personne qui vient, fabrique des objets en cuir. Ayant eu un coup de coeur pour une de ses réalisation – une ceinture – je lui ai passé commande d’une ceinture identique.

Et je dois dire que la photo que j’ai effectué ne rend pas complètement justice au travail magnifique de cette personne. Et que cela me donne envie de changer mon appareil photo numérique qui commence à se faire vieux !

Ceinture en cuir, création de Djimi Fagniot

Le modèle original est visible sur le blog de Djimi, à cette adresse.

Ses autres réalisations – dont certaines que j’ai pu voir en vrai valent vraiment le détour. N’hésitez pas à visiter son blog, ni même à le contacter pour lui dire ce que vous pensez de ses réalisations, voire même lui passer une commande. Vous ne serez pas déçu du résultat final, je vous l’assurer.

Une réalisation d’un artiste qui vient à l’Encrier.

Je tiens à faire un article sur un artiste qui est aussi une personne que j’apprécie beaucoup, Thierry Dacq.

Je lui avais passé commande l’année dernière d’un portrait à effectuer. Il l’a terminé pour mon anniversaire, et j’avoue que j’ai eu le souffle coupé en voyant le résultat.

Le plus simple est encore de faire un habituel « avant-après ».

photo de ma grand mère, vers 1950

Le portrait de ma grand-mère au fusain et à la craie, fait par Thierry Dacq

Etonnant, non ?

Alors, n’hésitez pas à visiter son blog / galerie, et à lui laisser des commentaires. Il sera ravi de vous lire et de vous répondre.

Quelques artistes qui viennent à l’association où je travaille.

Depuis quelques mois, je suis employé par l’association l’Encrier. Certaines personnes qui passent par nos ateliers sont des artistes confirmés.

Dans un ordre tout à fait aléatoire, je voudrais lister les créations de :

  • Djimi Fagniot : création d’objet en cuir, et pour les avoir vu de près, c’est de l’excellente qualité.
  • Thierry D. : peintre et caricaturiste de talent.
  • Thierry B. : peinture sur pot de plantes et sur tuiles. Et certaines créations sont des vrais bijoux.
  • Malorie D. : portraits au crayon.
  • Bruno S. : peintre et sculpteur.

Maintenant, si vous visitez les blogs de ces artistes, n’hésitez pas à leur laisser un petit commentaire, cela fait toujours plaisir 😉

Des invités félins.

Profitant de mon jour de pause, j’ai nettoyé un peu ma maison, et cet après-midi, vers 17 h 00, en regardant par la fenêtre, j’ai pu voir une famille « féline ». Une chatte avec 3 petits, aussi bariolé les uns que les autres.

chats

J’ai donc pris mon appareil photo, histoire d’immortaliser cet instant.

Mignon, non ?

Le stand de l’Encrier au village des associations de Biganos.

La semaine dernière, à Biganos, a eu lieu le « village des associations ». Regroupement des associations boïennes, cela a permis aux associations locales de se faire connaître. De 10 à 18 heures, ce jour-là, l’Encrier y avait son stand.

J’y étais présent. Il a été proposé des jeux de sociétés et présentés les activités de l’association. Un scrabble géant était présent à coté du stand.

Un atelier d’expression théatrale animé par Valérie, a été proposé. Atelier qui débordait de bonne humeur, surtout que nous avons profité d’une zone ombragée bienvenue en cette chaude journée de début septembre !

Pour finir, voici quelques clichés que j’ai pris lors de cette manifestation. Le blog de l’Encrier propose d’autres photos.

Cliquez donc sur l’album 🙂

Stand de l’Encrier

Un exemple de la connerie humaine dans sa plus parfaite expression.

René Descartes se trompait lourdement quand il déclarait que le bon sens est la chose la mieux partagée au monde. C’est l’inverse.

Une anecdote assez fraiche qui prouve ceci.

Ce soir, je vais faire quelques courses à mon hypermarché local. Je trouve une caisse pas trop occupé, me disant que 5 minutes plus tard, je serais passé. En fait, j’ai du poirauter 4 fois plus de temps.

Une cliente – que je ne qualifierais pas – paye une note assez salée (92 €) par le biais de coupon cadeau plastifié. Et au lieu de donner des coupon de grosses valeurs, elle donne des petits coupons. Chacun d’entre deux doivent être débité de la note.

32 coupons plastifiés sont donnés. Et la caissière de passer près de dix minutes à débiter les coupons de la note finale.

Une fois la cliente partie, la chef caisse passant, elle parle à la caissière qui lui montre le paquet imposant de cartes. 32 cartes pour une telle somme. Le terme connerie – oups ! – me vient à l’esprit.

La caissière souffrait vraiment, mais qu’avait-elle le droit de dire ? Et la chef caisse de critiquer ce mode de paiement qui coute plus cher qu’il ne rapporte.

Bref, la bétise humaine s’est exprimée dans sa version la plus claire.