En vrac’ musical…

Normal, c’est mercredi, donc musique sur le blog. Voici quelques petits liens, dont certains trouvés via des artistes et groupes qui me contacte sur le réseau social à l’oiseau bleu.

J’avais besoin de faire une pause mentale (et nerveuse) dans la série assez technique en cours, dont vous trouverez les deux premiers billets ici et ici.

  • Vous aimez le folk metal à chant clair ? Alors, laissez traîner une oreille du côté de l’EP « Idris Awaits » des gallois du groupe Annwn.
  • Vous aimez les albums complètement déjantés qui sont un énorme « WTF », alors cet album de metal dédié à Jean Pierre Coffe sera pour vous. Rien que le titre de l’album en question est tout un programme.
  • Dans le genre plus doux, les serbes de Stray Dogg viennent de sortir leur troisième album, « Come Along Wind« . C’est de l’indie folk tout ce qu’il y a de plus classique.
  • Dans la catégorie « m’a rajouté sur twitter », je demande la chanteuse de « neo soul » Amia Franz. Ça pourra toujours vous parler, même si je ne suis pas super fan de la neo soul.
  • Toujours dans cette catégorie, si vous aimez la folk pop acoustique, pourquoi ne pas laisser traîner une oreille du côté des création de J.R. Byrd ? Vous serez ravi !

Sur ce, bonne journée !

En vrac’ dominical pour changer un peu :)

Un petit en vrac’ de fin de semaine. Commençons par le logiciel libre.

  • L’Unix libre le plus versatile est disponible dans une nouvelle mouture. Je parle bien entendu de NetBSD 7.0.
  • Clap de fin pour la Archbang Linux ? En tout cas, une équipe veut faire continuer de vivre cette Archlinux inspirée de la Crunchbang Linux.
  • Dans le genre projet généreux, je demande la NormandieOS, une OpenSuSE sur laquelle est rajouté LXQt et quelques outils. On verra bien ce qu’elle durera.
  • Vous êtes professeur (maternelle et école primaire) et vous cherchez une distribution GNU/Linux conçue pour l’éducation ? La PrimTux sera un bon choix : Debian GNU/Linux Jessie avec le dernier HandyMenu. Plus d’infos sur le site officiel avec un excellent dessin de Péhä.

Parlons un peu culture.

C’est tout pour ce dimanche ! Bonne fin de week-end !

« When comes the rains » des « The Orchid » : de la folk douce et planante.

Dans mon en vrac’ du samedi 3 octobre, j’avais parlé en vitesse de plusieurs albums. Le premier EP des Manceaux de « The Orchid » en faisait partie.

Leur premier EP est assez court, il ne fait qu’une grosse douzaine de minutes et est sortie en mars 2014. C’est via le réseau encore plus fantôme, à savoir le point d’accès à diaspora* de Framasoft que j’ai appris l’existence de l’album. Merci à Vincent Valentine pour l’information. Par ailleurs, j’ai appris que le bassiste de The Orchid fait aussi parti d’un certain… Saelig Oya, donc j’ai parlé en septembre 2015. Le monde est petit parfois 😛

Bien que le groupe soit français, il respecte une règle non écrite : la folk se doit d’être chantée dans la langue de Shakespeare.

Continuer la lecture de « « When comes the rains » des « The Orchid » : de la folk douce et planante. »

En vrac’ de fin de semaine.

Comme chaque fin de semaine, un en vrac’ à la fois informatique et culturel. Cette semaine, il est plutôt copieux. Commençons par l’informatique.

La section culturelle est assez chargée cette semaine. C’est fou le nombre de groupes qui s’abonne à votre compte par le biais de liens indirects 😛

Enfin, entre le 5 et le 10 octobre, j’aurais un peu plus de mal à alimenter mon blog, étant donné que je serais en vacance en famille. J’ai cependant déjà préparé quelques articles qui seront postés au fur et à mesure de la semaine prochaine.

Bon week-end !

En vrac musical et mercurien.

Pour continuer la tradition du billet musical du mercredi, voici quelques liens en rapport avec la musique.

En relation avec mon billet d’hier, Péhä a fait un dessin rapide que j’ai vraiment aimé et que je vous fait partager.

20150923_073136

Bon mercredi !

En vrac’ dominical.

Comme chaque fin de semaine, quelques liens en vrac’. Pour commencer, on va parler de la peste bubonique publicité.

Passons maintenant au logiciel libre :

  • Dans la série, « tiens ça existe encore ? », je demande MidnightBSD 0.7, un fork de FreeBSD 6.1. Plus d’infos sur les notes de publications.
  • Dans la série, « une distribution GNU/Linux, ça fait bien sur mon CV », je demande la DarkibanOS, basée sur la Debian GNU/Linux Jessie. Dans 6 mois, elle est morte ?
  • Vous voulez une distribution réellement légère et utile ? La Semplice Linux 2015.2 collera à votre cahier des charges. C’est une base Debian GNU/linux, avec un noyau linux 4.1.7 et une interface légère basée sur Openbox. Que du bonheur !
  • La nouvelle version de la AryaLinux, une distribution basée sur la LFS est disponible depuis le 13 septembre 2015. Si vous aimez compiler, c’est votre distribution de choix 🙂

Pour finir un peu de culture.

C’est tout pour ce dimanche. Bonne continuation !

« [Chaos – Chaos] » des Saelig Oya… Pas chaotique du tout :)

Dans un article en vrac’ musical récent, je parlais en vitesse du premier album du groupe de rock progressif originaire du Mans, les Saelig Oya. Je tiens à remercier Stéphane Gallay, dont j’espionne régulièrement la page bandcamp en quête de pépites musicales, qui m’a permis de découvrir le groupe en question. « [Chaos – Chaos] » est sorti le 18 mai 2015.

Avec cette pochette qui fait penser au film d’animation « La Planète Sauvage » de René Laloux (sorti en 1973), on peut s’attendre à un album qui est un peu bizarre, mais pas tant que cela.

Album à moitié chanté en anglais et à moitié en français, les Saelig Oya propose un rock progressif inventif, parfois matiné d’instruments classiques (comme pour la première piste) ou parfois plus metalisé, comme avec la piste « He walks », deuxième de l’album.

Continuer la lecture de « « [Chaos – Chaos] » des Saelig Oya… Pas chaotique du tout 🙂 »

En vrac’ mercurien et musical.

En ce jour de Mercure, voici quelques liens musicaux qui s’accumulent dans les signets marque-pages de mon Mozilla Firefox. Certains liens ci-dessous seront à la base d’articles plus copieux… ou pas !

C’est pas grand chose, mais rien que la compilation « Un pavé dans l’asphalte » propose presque 10 heures d’écoute…

Bonne fin de journée 🙂

En vrac’ de fin de semaine.

Alors que je viens de finir le brouillon de mon prochain roman, une uchronie, dont la publication est prévue chez Atramenta pour fin 2015 ou début 2016, voici un en vrac’ pour finir la semaine avec un peu d’avance. J’ai pas mal de choses à faire en ce moment 🙁

Commençons par le logiciel libre.

  • La Manjaro Linux 15.09 continue son bonhomme de chemin. La version 15.09rc2 est annoncée. Plus d’infos sur la liste de publication en anglais. Faudra que je teste la possibilité de la faire fonctionner avec OpenRC en lieu et place de Systemd, tiens 😉
  • Besoin d’un liveCD pour récupérer un système mal en point ? La version 4.6.0 de SystemRescueCd tombe à pic !

Passons à la culture, c’est chargé.

C’est tout pour aujourd’hui !

« Fūjon » d’Anathème : du post-rock classique, ça fait du bien aux oreilles.

La blogosphère francophone est un petit monde spécialement dans certains domaines un peu pointu, comme l’informatique libre ou encore la musique progressive. Il y a une partie de Ping-Pong avec Stéphane Gallay qui se résume à un « je te fais découvrir tel album, tu me fais découvrir tel autre ».

On doit être à peu de chose à égalité – Stéphane me le confirmera – dans cette partie de ping-pong à distance. Fin mai 2015, deux gros mois au moment où je rédige cet article, Stéphane parle du dernier EP du groupe nancéen Anathème, « Fūjon ».

J’avais mis le lien de côté, puis j’avais oublié d’écouter l’album. C’est la vie après tout. Très récemment, j’ai été contacté pour me présenter le groupe. J’avais stocké dans un coin de ma mémoire l’album en question, et en lisant le contenu du courrier, une lumière s’est allumée. Je suis allé sur la page Bandcamp du groupe qui propose son album, sous licence Creative Commons, à un prix exorbitant, à savoir 0,50€ ou plus. J’ai lancé la lecture.

Et ce fût une révélation.

Continuer la lecture de « « Fūjon » d’Anathème : du post-rock classique, ça fait du bien aux oreilles. »

En vrac’ de fin de semaine.

Un minuscule en vrac’ pour finir la semaine. On commence par tout ce qui est informatique, libre ou pas.

Sur le plan culturel ?

Voila, c’est tout pour aujourd’hui. Bon week-end 🙂

Vendredi musical, deuxième partie : « Written & Unset » de Mathew Roth.

Après l’article consacré à l’album « Aurora » d’Abby Gundersen, un autre album de musique dite néo-classique est sorti le 3 septembre 2015. Y a des périodes comme ça 🙂

Le deuxième album de Mathew Roth nous plonge dans un peu plus de 27 minutes de détente. C’est aussi la deuxième fois que je parle de Mathew Roth. La première fois, c’était en novembre 2014.

Dans ce court album, d’un peu plus de 27 minutes, Mathew Roth nous montre encore l’étendue de son talent. Non seulement, il arrive à méler des instruments comme le piano mais aussi des bruits de la vie quotidienne, comme de la nature.

Continuer la lecture de « Vendredi musical, deuxième partie : « Written & Unset » de Mathew Roth. »

Vendredi musical, première partie : « Aurora » d’Abby Gundersen.

En ce vendredi 4 septembre 2015, j’ai eu envie de parler de deux albums. Honneur aux dames avec l’album d’Abby Gundersen, « Aurora ».

Cet album de musique dite néo-classique est sorti le 1er septembre 2015.

Le deuxième album de cette multi-instrumentiste originaire de Seattle nous plonge dans 30 minutes d’une musique reposante, apte à la méditation et au repos de l’esprit.

Continuer la lecture de « Vendredi musical, première partie : « Aurora » d’Abby Gundersen. »

L’avenir de la musique enregistrée passe-t-il par des sites comme Bandcamp ou encore Jamendo ?

La génèse de cet article est à imputer en partie à Péhä, auteur du blog « les p’tits dessins de Péhä ». Dans un article assez ancien, j’avais déjà utilisé une de ses oeuvres, où il m’avait bien croqué soit en passant 🙂

Ce matin, il m’a envoyé un courrier via la framasphere* – réseau encore plus désertique que Google plus, c’est dire – avec le lien vers un dessin qu’il avait fait pour Unfamous Resistenza, se basant sur une citation d’Alan Lomax. Je dois dire que Péhä a visé dans le mille, car la citation colle bien à ma vision de la musique.

UR-10

Si le dessin ci-dessus n’est pas suffisamment lisible, voici ce que dit la citation de l’ethno-musicologue américain décédé en 2002 :

Nous avons maintenant des machines culturelles si puissantes, qu’un chanteur peut atteindre n’importe qui dans ce monde et faire que tous les autres chanteurs se sentent inférieurs à lui parce qu’ils ne sont pas comme lui.

Une fois qu’il est lancé, il est supporté par tant d’argent et tant de pouvoir, qu’il devient un monstrueux envahisseur venu de l’espace, écrasant ainsi toutes les autres possibilités de l’Humanité.

Ma vie a été consacrée à s’opposer à cette tendance.

Je tiens à préciser que je rédige cet article en écoutant le CD fraichement acheté auprès des Compagnons du Gras Jambon, dont j’ai parlé dans un précédent article.

Continuer la lecture de « L’avenir de la musique enregistrée passe-t-il par des sites comme Bandcamp ou encore Jamendo ? »

« A Place to Hide », le premier opus de Syncatto.

Fouillant dans la catégorie rock progressif de Bandcamp, je suis tombé sur le premier opus de Syncatto, projet de Charlie Robbins originaire de Fresno en Californie.

Bien que les morceaux soient relativement courts pour du rock progressif, le plus long des sept n’atteignant que 4 minutes et 41 secondes, on y retrouve tout ce que j’aime dans ce genre musical : une virtuosité, un mélange d’influences qui font la richesse de ce genre de rock.

On pourrait se dire, et ce n’est pas complètement faux, que c’est un seul long titre découpé en sept parties.

On sent que les influences sont nombreuses : classique avec la piste d’introduction, du rock progressif répondant aux canons du genre avec « Memory Lapse ». On s’imagine bien avec ce titre un concert avec une foule nombreuse qui se presse vers le groupe. Avec « The Magician » on tend à la fois vers le jazz, avec le piano et le metal, avec la batterie et la guitare.

Continuer la lecture de « « A Place to Hide », le premier opus de Syncatto. »