Compléter la collection ?

Je cherche à compléter une petite collection « linuxienne ».

En effet, à ma collection de CD officiels des distributions Ubuntu linux (que l’on peut obtenir via les services d’envois gratuits), je n’ai que peu d’exemplaire.

  • Un exemplaire de la Ubuntu 5.04 « Hoary Hedgehog » pour x86
  • Un exemplaire de la Ubuntu 5.10 « Breezy Badger » pour x86
  • Un exemplaire de la Ubuntu 5.10 « Breezy Badger » pour PowerPC

Ubuntu Breezy Badger et Hoary Hedgehog

Je suis donc à la recherche des CD officiels suivant – avec leur emballage cartonnés bien sûr, de la déclinaison Kunbutu :

  • Un exemplaire de la Kubuntu 5.04 « Hoary Hedgehog » pour x86
  • Un exemplaire de la Kubuntu 5.10 « Breezy Badger » pour x86

Pour la « Dapper Drake », j’ai commandé un exemplaire de chaque déclinaison.

Mozilla 1.0 ? 4 ans déjà…

Alors que les versions 1.5.0.4 de Firefox et de Thunderbird viennent de sortir, lundi prochain, Mozilla 1.0 fêtera son 4ième anniversaire !

Sorti le 5 juin 2002, cette première version stable avait marqué la première étape d’un travail qui avait débuté en 1998 avec la libération du code source du futur Netscape 5.

Ayant pu récupérer une distribution Red Hat 7.3 – qui fonctionnait avec un noyau linux 2.4.18 et Gnome 1.4 – (la plus proche temporellement), j’ai lancé cette version historique (pas d’anti-spam, anti-popup rudimentaire, etc…) de la suite de la Fondation Mozilla…

Séquence souvenir…

Mozilla 1.0... Souvenirs ;)

Que de progrès effectués en 4 ans…

Sortie des Ubuntu(s) 6.06 finale

Ubuntu 6.06 finale vient de sortir dans ses déclinaisons :

  • Gnome, l’ubuntu d’origine, avec Gnome 2.14.1
  • KDE, avec la version 3.52 de cet environnement, alias Kubuntu
  • XFCE, avec la version 4.4 béta 2 de cet environnement, alias Xubuntu

Parmis les points communs : il y a deux CD, un qui permet l’installation en mode texte, et l’autre, qui sert à la fois de Live CD et de support d’installation.

Firefox 1.5.0.3 est fourni, ainsi qu’OpenOffice.org 2.0.2.

Vu l’encombrement prévisible des serveurs durant quelques jours, il est fortement conseillé d’utiliser les fichiers bittorrent pour récupérer aisément la distribution. Sinon, il est possible de commander gratuitement des CDs (pour i386, PowerPC et 64bits), qui seront livrés sous un mois environ.

Pour la commande : Ubuntu 6.06, Kubuntu

Je tourne avec la Ubuntu 6.06 depuis la sortie de la version RC, et je dois dire que c’est du pur bonheur 😉

Enfin, elle sont dites LTS, car le support – et l’apport de correctifs – pour la version bureau est de 3 ans, et pour les serveurs, 5 ans.

Et si vous avez besoin d’un coup de main, rien ne vaut le forum d’Ubuntu-Fr pour être dépanné.

8 jours sous OpenSuSE : bilan.

J’ai passé 8 jours sous OpenSuSE 10.1. Et pourtant je tape ce texte depuis OpenOffice.org 2.0.2 – pratique le copier / coller – tournant avec une Ubuntu Linux Dapper 6.06 Release Candidate.

Pourquoi un tel changement ?

  • Déjà la distribution est plus légère. 1 CD au lieu de 6 CD / 1 DVD. Cela compte beaucoup, et surtout, je n’ai installé que le nécessaire, comme je l’avais fait avec OpenSuSE. J’ai juste rajouté les outils de compilations, les codecs pour les MP3, mes 4,4 Go de musique au format MP3, environ 1 Go de code sources de développent (pour Firefox, Thunderbird et SeaMonkey que je recompile quasi-quotidiennement). Un df -h me donne :
Sys. de fich.            Tail. Occ. Disp. %Occ. Monté sur
/dev/hda1              71G  7,9G   60G  12% /
varrun                506M   80K  506M   1% /var/run
varlock               506M  4,0K  506M   1% /var/lock
udev                  506M  132K  506M   1% /dev
devshm                506M     0  506M   0% /dev/shm
lrm                   506M   19M  488M   4% /lib/modules/2.6.15-23-386/volatile

Donc, le système « seul » avec Ubuntu tient dans 7,9 – (4,4 + 1) = 1,9 Go… Grosso modo, légèrement moins qu’OpenSuSE avec une configuration comparable.

  • Des lenteurs inexpliquées dans l’OpenSuSE, qui parfois ralentissait la machine durant plusieurs secondes, de manière inexpliquées. Ou encore l’obligation de relancer la machine car après un démarrage à froid, mais souris optique sur port PS2 n’est pas reconnue ?!
  • Certaines limites ergonomiques de KDE, par exemple, l’impossibilité de déplacer les onglets dans Konsole, alors qu’on peut le faire sans problème avec Gnome Terminal.
  • Yast2 est très bien, mais franchement très lourd pour la gestion d’ajout / suppression des programmes. D’ailleurs, l’installation de certains logiciels (comme les codecs MP3) demandent de passer par des dépots tiers, alors qu’avec Ubuntu, il suffit souvent d’activer les dépots universe et multiverse. Et vogue la galère.
  • Installer le serveur nvidia est encore plus simple que sous OpenSuSE qui est pourtant déjà très simple. Un simple apt-get, plus de recompilation comme sous OpenSuSE.

Si j’ai cédé aux sirènes d’Ubuntu, c’est pour la plus grande légèreté des outils de configurations, la souris qui fonctionne au démarrage à froid.

Je ne rejette pas l’OpenSuSE 10.1 qui est une excellente distribution, mais qui souffre un peu de la lourdeur de Yast2 pour la moindre opération d’installation de logiciels.

Ah, les Giga-octets commerciaux ;)

Quand on regarde les capacités des disques durs, on est souvent étonnés qu’une fois formatés (et quelque soit le format utilisé, aussi bien NTFS, que Reiserfs, ext3fs, etc…), on voit qu’une partie non négligeable manque à l’appel.

Prenons un disque de 80 Go (capacité en vogue quand j’ai acheté la machine que j’utilise). Une fois formaté, sa capacité baisse (que ce soit en NFTS ou un format de fichier unix) à 74,5 Go !

Pourquoi ? Car le gigaoctet indiqué (1 milliard d’octets) ne correspond pas à la réalité informatique. Car un gigaoctet mesure en réalité : 1 073 741 824. Et tout, en informatique, tout est en base 2, et non en base décimale. Ainsi, le kilo-octet ne fait pas 1000 octet mais 2^10 = 1024…

Donc, le gigaoctet commercial est 7,37% plus petit que le gigaoctet réel. Actuellement, les capacités tournent dans les 150 gigaoctets en moyenne, selon les configurations type qu’on peut trouver sur Presence PC, et en restant dans les configurations type à moins de 1500 €.

Donc, le disque faisant dans les 150 gigaoctets commerciaux (où 1 Go = 1 milliard d’octets), on a un disque d’une capacité réelle de : 150 000 000 000 / 1 073 741 824 = 139,7 Go… Soit une perte symbolique de 10,3 Go…

Quand les disques faisait quelques gigas (jusqu’à 10), la perte était minime et on disait que le formatage était responsable de la différence. Mais 10 Go ?!

L’un des plus gros disque existant actuellement est d’une capacité commerciale de 750 Go… On peut donc d’un calcul rapide estimer que la différence avec la capacité réelle est d’environ 50 Go. Faisons le calcul : 750 000 000 000 / 1 073 741 824 = 698,49 Go

Perte ? 51,51 Go…

Ce qui énorme… Il faudrait peut-être que sur les boites des disques il soit précisé que la taille réelle formatée (et donc utilisable) est de XX Go… Mais d’ici là, les marketeux trouveront bien une explication (ou un autre mensonge) pour justifier une telle différence de taille.

Ai-je déjà dit que j’en avais marre ?

Car la coupe commence à être pleine concernant le matos Apple… Après mon mac mini (que je regrette bien), voici maintenant que mon iPod Shuffle vient de rendre l’âme. J’ai essayé de le réinitialiser en utilisant l’iPod Updater sur une machine Windows, rien, que dalle, enfin presque : un message d’erreur sybillin m’annonçant qu’il y a une erreur en écriture et que le programme de restauration ne pouvait pas aller plus loin.

Des suggestions pour un petit baladeur MP3 (supportant aussi le format ogg, le WMA, no comment), 512 Mo / 1 Go de mémoire flash, autre qu’un iPod, et pas trop cher ?

Merci pour vos conseils.

Sortie de Bon Echo Alpha2

La deuxième version alpha de Bon Echo (nom de code de Firefox 2) vient de sortir.

Selon les notes de publications, voici les modifications principales depuis l’alpha1 :

  • Changements dans le comportement de la navigation par onglets
  • Gestionnaire de la liste de moteurs de recherches (enlèvement et réorganisation de la liste)
  • L’auto-complétion apparaît dans la boite de recherche pour Google et Yahoo!
  • Meilleur support pour la prévisualisation et la souscription aux flux web
  • Nouvelle fonctionnalités : micro-résumés pour les signets
  • vérification orthographique en ligne des boites textes (anglais uniquement ?)
  • Restauration de la session de navigation après un plantage
  • Nouveau gestionnaire mixte et amélioré pour les extensions et les thèmes
  • Format de recherche de plugins étendu
  • Mis à jour du système d’extension pour procurer une sécurité amélioré et permettre une meilleure traduction des extensions
  • Support du texte dans le SVG via svg:textPath

La page de notes offre aussi les liens de téléchargements. Attention, c’est une version encore destiné aux testeurs, et non aux utilisateurs de bases.

Ah, jouons un peu avec google ;)

Allez sur google.fr, et voyez le résultat du « google bombing« , en entrant les textes suivants, puis en cliquant sur le bouton « j’ai de la chance » :

Morceau de choix… Essayez donc « Iznogoud »… Ou pour les personnes attachées à la diversité culturelle, en clair pour dire non aux majors, « ministre blanchisseur »…

Photos de cadavre « macminiesque »…

D’un cadavre automatique. Il y a quelques jours, je me suis décidé à démonter mon mac mini G4 (1ière génération, hors garantie), pour récupérer la mémoire vive (de la SDRAM PC 3200 tout ce qu’il y a de plus classique), histoire de la greffer dans mon PC sous Linux. Or, pour pouvoir accéder tranquillement à la Ram, il faut démonter le mac mini en entier.

J’ai pris des photos, même si ma main tremblait un peu en les faisant… On ne raye pas un an de vie informatique ainsi. En tout cas, j’ai pu voir que l’ensemble était pas trop mal conçu. J’espère par contre que je pourrais récupérer le disque dur, au format 2,5 pouces, car 80 Go, ce n’est pas négligeable.

Voici donc les photos du « dépeçage » du mac mini… 🙁

D’abord ce qu’on voit en autant le couvercle…

démontage mac mini - étape 1

Enfin, maintenant mon PC sous Linux dispose d’un Go pour tourner…

Et ensuite, quand on a démonté le bloc lecteur optique / disque dur.

démontage mac mini - étape 1

Encore un effet secondaire du « browser-sniffing » ?

J’ai reçu ce matin un petit courrier électronique de la part de Yahoo, concernant la nouvelle interface de leur boîte courrier sur la toile. Tout heureux, je m’y rends, plein d’espoir…vite déçu…

En effet, ma version de Firefox (compilée maison sous une Ubuntu Linux 6.06 post-bêta 2) semble rester en travers de la gorge de Yahoo Mail.

Yahoo Mail et Minefield sous Ubuntu Linux...

Ok, je l’avoue, je suis un geek… Mais quand même, pourquoi tant de haine ? 😉

Quoique j’avais testé quelques minutes auparavant avec la version de Firefox fournie avec la Ubuntu Linux 6.06, actuellement Firefox 1.5.0.2, et le message est déjà plus encourageant : non testé avec cet OS, a utiliser à vos risques et périls 🙂

Yahoo Mail bêta et Firefox 1.5.0.2

Comprenez-vous pourquoi je préfère utiliser mon compte gmail à la place ? 😉

Adieu, mon mac, je t’aimais bien…

je suis obligé de dire au revoir à mon mac aujourd’hui. Celui-ci est en effet en train de mourrir à petit feu, en commençant par le graveur qui ne grave plus rien… Et manque de chance, la garantie de base a expiré… Encore heureux, j’ai récupéré un vieux PC sous Ubuntu Dapper Drake, mais celui ci est aussi silencieux qu’un Airbus A380 au décollage.

Cependant, avant de laisser tomber mon mac, j’avais téléphoné à mon revendeur. Ce qui a donné un dialogue qui ressemble à ceci :

« – Bonjour, j’ai un problème de graveur avec mon mac mini.
– Votre mini est-il encore sous garantie ?
– Je ne pense pas, je l’ai acheté en février 2005.
– En effet, ce n’est plus le cas.
– Pourriez-vous me donner une idée du cout de la réparation ?
– Je ne sais pas, il faudrait voir avec le SAV.
– Et si je voulais remplacer le graveur par un superdrive (combiné graveur CD/DVD) ?
– Le mieux serait de prendre un superdrive externe.
– Et si je le veux en interne ?
– Cela serait beaucoup plus cher. »

Pour info, le superdrive en externe (ou un équivalent) coute 199 € sur l’Apple Store…

« – Plus cher que d’acheter un machine neuve ?
– Oui.
– Dans ce cas, ce sera mon dernier Apple. Je vous remercie, au revoir. »

Et de raccrocher. Pour tout dire, je suis écoeuré. J’ai passé près de 14 mois de tranquillité et de bonheur pur avec MacOS-X, aussi bien Panther (de février à début mai 2005) qu’avec Tiger depuis.

Pour info, le dernier MacMini ne coute que 649 € à l’achat…

Tant pis pour Apple, mais il vient de perdre – définitivement ? – un bon client. 🙁

Tordons le cou à une idée reçue : on ne peut rien faire avec MacOS-X

Il est courant d’entendre que l’on ne peut rien faire avec un autre que MS-Windows. C’est une idée reçue qu’il faut faire taire.

Voici donc une liste non exhaustive des logiciels (libre, gratuit, partagiciel ou payant) qu’on peut trouver dans diverses catégories.

Navigation sur Internet :

Courrier électronique

Bureautique

Multimédia (sacré fourre-tout !)

  • Lecteur DVD (fourni avec MacOS-X)
  • iLife ’06 (retouche photo, vidéo et musique avec GarageBand)
  • The Gimp 2.2.10 ou SeaShore pour la retouche photo

Pour la messagerie instantanée, AdiumX (compatible MSN, Gmail, ICQ, Yahoo Messenger, etc…)

Une liste encore plus complète est disponible à cette adresse :

http://www.apple.com/fr/downloads/macosx/

De quoi tuer largement cette idée reçue : on ne peut rien faire avec MacOS-X !

Libre à vous de continuer la liste via les commentaires 😉

Vers la sortie d’une version bêta des (k)Ubuntu Dapper Drake ?

C’est du moins l’impression que peut donner les derniers correctifs ayant été téléchargé sur la Ubuntu Dapper Drake qui fait fonctionner mon PC.

Voici le logo de démarrage de Gnome 2.14 avec la dernière mise à jour de la Ubuntu Dapper Drake :

Logo de la Dapper Drake beta ?

Cela serait somme toute logique, étant donné que la Dapper Drake Flight 6 est sortie le 31 mars 2006 et que la version finale est attendue pour le début juin. Surtout que le but affiché est ambitieux, si on en croit les notes de publication de la Dapper Drake flight 6

While living on the bleeding edge is great, it is not for everybody. Quality and long term stability are needed for desktop and enterprise users. With this in mind, Ubuntu 6.06 will be supported for 3 years on the desktop and for 5 years on the server. The long support cycle will provide enterprise users with a platform upon which to build solutions and products that will be beneficial for years to come.

« Bien que vivre sur le fil du rasoir soit excitant, ce n’est pas le cas pour tout le monde. La qualité et la stabilité sur le long terme sont une nécessité pour les utilisateurs comme pour les entreprises. Dans ce but, la Ubuntu 6.06 sera supportée pendant 3 ans pour sa version « bureau » et 5 ans pour sa version serveur. Ce long cycle de support apportera aux utilisateurs en entreprise la possibilité d’avoir une plateforme pour concevoir des solutions et des produits serennes pour les années à venir. »

Enfin, qui vivra verra, après tout 😉