Origins de « Bend The Sky » : une initiation au métal symphonique.

S’il est un genre musical qui connait les dérivées par dizaine, c’est bien le métal. Je connaissais le métal progressif, le heavy métal, le métal industriel, et j’ai récemment découvert ce qu’on appelle le métal symphonique.

Vous prenez du métal, et vous lui rajoutez des composantes de musique orchestrale classique (piano, violons) et voila le travail.

Recherchant donc du métal symphonique instrumental, j’ai fouillé Bandcamp et je suis tombé sur le premier album des australiens de « Bend The Sky »

Il s’intitule « Origins ». Composé de 12 pistes (de 4 à 6 minutes), il propose une initiation intéressante à cette composante du métal. Dès la première piste, « Reform » qui commence par une intro au piano classique, on est ensuite projeté dans des rythmiques métal, même si le piano revient, accompagnés de guitares puissantes et d’une batterie juste ce qu’il faut de puissance sans tomber dans le lourd.

Il faut noter que les morceaux sont inspirés des canons de la musique classique : comme des choeurs qui entame le morceau « Tempest », par exemple. Sans oublier la présence de passages acoustiques qui permettent une montée en puissance des titres, comme sur « Glaciers ».

Continuer la lecture de « Origins de « Bend The Sky » : une initiation au métal symphonique. »

La Suède, l’autre pays du Métal ? L’exemple avec Astolat.

Hier, je cherchais de la musique que l’on peut qualifier de métal progressif, un peu à l’image de ce qu’à fait Opeth durant la plus grande partie de sa carrière.

Mélanger du bon gros métal, du growl, du chant clair et des mélodies de 10 minutes super travaillées. Je vous conseille des morceaux comme « Ghost of Perdition » ou encore « The Leper Affinity » pour savoir ce que veux dire métal progressif.

Donc comme je le disais, hier, en allant sur Bandcamp et en fouillant la catégorie Métal, je suis tombé sur Astolat, et leur premier EP, « The Faceless Mask » .

Il ne faut pas se laisser avoir par la première piste titrée en suédois (et désolé, mon suédois est rouillé, donc je ne me risquerais à aucune traduction) qui nous propose un morceau uniquement au piano, chargé d’une forte dose d’ambiance assez glauque.

Et c’est à partir de la deuxième piste qu’on se prend une claque monumentale. Le titre éponyme de l’EP contient des mélodies typique du métal, mais assez travaillée (on est dans le progressif ici), avec une voix féminine en chant clair qui donne un côté accrochant au titre.

Continuer la lecture de « La Suède, l’autre pays du Métal ? L’exemple avec Astolat. »

Glass Kites : du rock progressif planant…

En mars 2012, je faisais la découverte de ce groupe de rock progressif canadien, et j’en parlais rapidement dans un billet cumulatif.

Plus récemment, le groupe a proposé une galette physique sous forme de digipack que je me suis empressé d’acheter.

Mais parlons donc du contenu 🙂

Après une intro rapide, un long morceau « Terra » propose une ambiance qui fait penser à celle de l’album « Animals » des Pink Floyd. Très étherée, vaporeuse, avec une voix de tête en fond.

Continuer la lecture de « Glass Kites : du rock progressif planant… »

« Sainte Anne » : le dernier bijou de douceur d’Heligoland.

Heligoland, groupe d’origine australienne qui vit en France depuis 2007 a sorti le 28 janvier dernier, un nouvel album, « Sainte Anne ». J’avais déjà parlé en vitesse de l’album « Bethmale » dans un billet de février 2012.

Ce 5ième album, mixé de main de maître par Robin Guthrie – mais si, vous connaissez sur le groupe des Cocteau Twins – est un EP de 5 titres, enregistré en 2011 à Nans-sous-Sainte-Anne.

Le groupe, spécialisé dans une musique douce, planante, mâtinée de mélodies éthérée, nous propose encore un petit bijou. La voix presque fantomatique de Karen Vogt se laisse emporter par les mélodies, comme une feuille morte sur un cours d’eau.

Continuer la lecture de « « Sainte Anne » : le dernier bijou de douceur d’Heligoland. »

Epilogues, le retour en fanfare.

En juillet dernier, j’abordais le premier EP du groupe anglais Epilogues. Après un EP spécial noël – je ne suis pas franchement très fan de ce genre d’album – voici donc le nouvel album, un LP de 8 titres.

On retrouve ici toute la magie et les ambiances rêveuses qui ont fait le succès du premier EP.

On retrouve le mélange de guitares folk, de mélodies imparables, de textes finement cisélés qui font mouche à chaque fois. Sans oublier les mélodies au piano, comme dans « Atlas, At Last »

Mes coups de coeur à la première écoute ? « The Art of Being A », « Atlas, At Last », « Persephone » et bien entendu, le titre éponyme.

L’album en version physique coute 3£, et sera disponible à partir du 1er février. Inutile de vous dire que j’attends avec impatience de le rajouter à ma collection musicale.

Arkyne : « Ayen Bowen No », un excellent premier opus.

Dans mes presque 500 albums, je n’ai qu’une grosse demi-douzaine de références trip-hop ou apparentés. C’est un domaine musical où je suis horriblement exigeant. Et il faut dire que ce n’est pas un genre non plus très surpeuplé.

Le projet Arkyne, c’est l’univers musical de Patrice Ferlet. On peut suivre l’actualité du projet via sa page Google+, son site officiel ou encore la page Bandcamp. Sa particularité technique est d’avoir été entièrement créé grace à du logiciel libre.

Je connais de longue date cet album, l’ayant entendu pour la première fois sur jamendo il y a 2 ou 3 ans. Et très récemment, suite à une discussion au détour d’un fil avec l’auteur sur Google+, l’album est disponible au téléchargement sur Bandcamp, pour la modique somme (et l’on peut donner plus) de 3 €.

La petite histoire veut que le projet soit tiré d’une nouvelle écrite par l’auteur. Les titres sont basés sur le langage inventé par l’auteur dans le cadre de sa nouvelle.

Continuer la lecture de « Arkyne : « Ayen Bowen No », un excellent premier opus. »

Je suis un collectionneur…et j’aime çà ! Hungry Lucy – Second Sight DVD, que du bonheur !

J’ai l’habitude de faire le tour de manière régulière des artistes que j’ai découvert sur Bandcamp, dont certains grace à mes contacts sur Google+, comme le rédacteur de Chatinux.

Etant allé récemment sur la page du duo Hungry Lucy, je suis tombé sur une « nouveauté du groupe, un DVD musical de 2006, « Second Sight », contenant deux documentaires, un sur le groupe en 2006, l’autre sur l’enregistrement du titre « Grave », qui se trouve sur le premier album « Apparitions ».

Sans oublier les clips des titres : Fearful (de l’Album « Glo »), You are (de l’album « To Kill A King », Grave (de l’album « Apparitions »), Harvest et Losing Faith (de l’album « Before We Stand… We Crawl »).

Le DVD libre de tout zonage, même si le lecteur de ma freebox Revolution a du problème à lancer la lecture. Il faut dire que pour les DVD, le lecteur est parfois capricieux 🙁

C’est du pur bonheur, la qualité est au rendez-vous !

Si vous êtes intéressé, il ne reste que 4 exemplaires du DVD en question…

Chronicles of the Windwar, un excellent album des Cosmic Birds.

J’avais déjà parlé en vitesse du groupe espagnol Cosmic Birds pour le premier album, « Hello Earth« , en août dernier.

Déçu par leur deuxième album, j’ai donc écouté, sans grande conviction, leur troisième album, « Chronicles of the Windwar » qui se révèle être un bijou. Merci au passage à Agnès de Destination Passions qui m’a donné envie de me replonger dans les oeuvres du groupe.

Non seulement, il reprend la totalité du premier album qui avait été pour moi un coup de coeur, avec des bijoux comme « Manatees », « Piano Lessons », le très rythmé « Down In The City » ou encore le sublime « Secret Garden Sonata », mais il rajoute de très bons morceaux, comme « Deep in the woods », ou encore le mélancolique « The Planets ».

Si vous aimez le mélange de pop, de folk, le tout assez éthérée, avec des longs morceaux typiquement inspiré par la musique classique comme la piste de fin « Secret Garden Sonata », cet album sera pour vous un coup de coeur.

Cerise sur le gateau, les musiques sont licence Creative Commons CC-BY-NC-ND. Bon, il y a plus libre comme licence, mais c’est déjà mieux que du « tous droits réservés » ! 🙂

Et inutile de me poser la question, j’ai acheté un exemplaire physique !

Virgin et les grandes surfaces culturelles, victime du méchant Internet ? En partie…

Dans un excellent article, Sebastien Musset nous décrit les causes de la chute de Virgin Mégastore :

En gros : le manque d’innovation, ne pas avoir pris le virage internet ni de la vente par correspondance, les capitaux détenus par un fonds spéculatif, le coût artificiellement élevé des galettes plastifiées, la dématérialisation du contenu.

Il faut dire que je suis un grand consommateur de musique, spécialement avec des groupes qui serait introuvables sans internet. Allez demander à un vendeur de ce genre de grande surface culturelle s’ils ont le dernier Amanda Palmer, et vous aurez droit à des yeux exorbités par l’ignorance dans la plupart des cas. Ne parlez pas d’Hope Sandoval, vous ne voudriez pas avoir une tentative de suicide sur les bras, voyons…

Sur les photos suivantes, il y a environ 224 albums. Sachant que j’ai quelque chose comme 480 galettes, le calcul me donne environ 46,67% de ma musicothèque qui n’aurait pas lieu d’être sans Internet… Collection que j’ai constitué depuis le début de l’année 2010, en presque 3 années. Ce qui est énorme, et je pense avoir oublié une demi-douzaine d’albums dans mon recensement…

Continuer la lecture de « Virgin et les grandes surfaces culturelles, victime du méchant Internet ? En partie… »

The Birthing Pyre, l’excellent premier EP des « The Jane Austen Argument »

J’avais abordé rapidement le premier LP du groupe dans un article du mois de mars 2012. Or, en écoutant pour la quinzième fois le très bon « Amanda Palmer is down under » (dont j’ai parlé en novembre dernier), je me suis souvenu d’une des pistes que je trouve très belle, « Bad Wine and Lemon Cake ». Composé et écrit par la moitié du duo « The Jane Austen Argument » à savoir Tom Dickins.

Je me suis donc mis à la recherche dans la discographie du duo si je pouvais tomber sur la piste en question. Ce qui m’a amené sur la page de l’album « The Birthing Pyre » .

En dehors de la piste que je cherchais, sur cet album sorti en janvier 2011, on trouve de très belles ballades, « Here In Melbourne » ou encore « It’s love ».

C’est le genre d’album de musique que j’aime écouter quand je veux une musique qui carresse les oreilles, surtout quand on sait qu’il a collaboré avec une de mes artistes préférés en ce moment, Amanda Fucking Palmer.

A vous de découvrir l’album, qui n’est pas excessivement cher, à peine 5$ australien, ce qui est donné si on aime ce genre de musique.

Tales from the Deep Dark Middle, le dernier bijou de Robin Mitchell

En décembre dernier, je parlais de l’artiste folk anglais Robin Mitchell. Et voila qu’il récidive avec un EP aux tendances jazzy, « Tales from the Deep Dark Middle », sous le pseudoyme de Cock Robin.

Avec les 6 ballades qui composent cet EP, on est plongé dans un univers de guitare sèche, à tendance jazz et jazz rock, qui s’enfilent telle des perles sur un collier.

L’album est en téléchargement libre (même si j’aurais bien donné un petit quelque chose), et cerise sur le gateau, proposé en Creative Commons BY-NC-ND.

Bonne écoute !

Forks : quand le classique se mélange à la musique d’ambiance.

Ce qui est bien avec la musique classique, c’est qu’elle se marie avec presque tous les genres musicaux. Et quand elle se marie avec la musique dite d’ambiance, cela donne un bijou comme Forks, le projet de Jamie Ball.

Je suis tombé dessus en fouillant les albums fraichement sortis sur Bandcamp, et dès la première piste, « First Beach », j’ai été emporté. Ce mélange entre mélodie classique et ambient m’a agrippé l’oreille.

Dès le deuxième morceau, « La Push », je me suis dit que l’album valait vraiment le détour.

Le troisième titre m’a fait craqué, et j’ai commandé le paquet en version deluxe qui porte bien son nom : l’album en format CD dans un boitier DVD mince, 3 cartes postales, 3 marques-pages. Et surtout, si vous voulez la version « deluxe », il n’y en a que 50… Autant dire qu’il risque de très vite partir.

Le quatrième titre est un peu plus inspiré jazz, et le dernier titre nous replonge dans cette ambiance orchestrale qui baigne l’ensemble de l’album. C’est un pur bonheur que d’écouter cet album.

C’est mon dernier coup de coeur de l’année 2012 – je sais, il reste une semaine – et je sens que l’album va tourner en boucle sur ma mini-chaine hifi !

Allez, c’est trop bon, je retourne l’écouter !

Summer Fades Away : quand Mono s’exporte dans l’Empire du Milieu.

Mono, c’est le célèbre (hum) groupe de post-rock japonais que j’ai découvert via leur concert « Holy Ground : NYC Live with The Worldless Music Orchestra« .

Via un post dans la communauté Post-Rock sur google+, et en fouillant via des liens, je suis tombé sur le premier album de Summer Fades Away, « We Meet the Last Time​,​Then Departure »

Publié sur le label pékinois 1724 records, le groupe fortement inspiré par Mono, propose un style équivalent, en légèrement moins saturé, mais tout aussi bon. Un mélange de cordes, de clavier, de percussion qui emporte l’auditeur en moins de deux. Mais toujours en douceur, et progressivement.

L’album dure 45 minutes (pour uniquement 6 titres, qui durent de 3 à 9 minutes). Le titre « central », Yukiho, offre une pose tout en douceur, tout en légèreté qui intrigue au départ, qu’on pourrait qualifier de « folk ».

Si vous aimez le post-rock à la Mono, vous craquerez vite pour le groupe. Sinon, vous pouvez toujours découvrir ce style de post-rock instrumental qui change de ce qu’on peut entendre sur les ondes radios.

kindlewood : de la dreamfolk nord américaine planante.

kindlewood est un groupe de dream folk originaire de la région de Baltimore qui a produit depuis fin 2010 deux albums, un EP et un album long. Il est composé de Galen et Kelci Smith et de Jamison Lyman.

J’ai découvert le groupe avec l’album « Desiderium » sur lequel j’ai eu un coup de coeur, et j’ai par la suite écouté leur EP « I don’t believe in Ghosts« . Commençons par l’album sorti en mai 2011.

Pour définir la musique du groupe, prenez de la folk acoustique, avec des influences qu’on pourrait qualifier de celtique, avec l’utilisation de cordes et d’accordéon comme sur le titre éponyme, titre très rythmique et qui emporte rapidement l’auditeur dans son monde.

Dès la première piste, on est pris dans une atmosphère intimiste, où la voix de la chanteuse accompagne les cordes. Les pistes se suivent naturellement, toujours avec la même ambiance planante, reposante, calmante, berçante.

A noter que dans le premier album, il y a un titre à moitié chanté en français, le sixième, « Mon Ami ». Et j’avoue que j’ai toujours trouvé charmant une voix féminine américaine qui s’essaye sur du texte en français. Un charme certain 🙂

C’est bien simple, il n’y a rien à jeter dans cet album, que ce soit les pistes uniquement instrumentales comme « Interlude » ou les morceaux chantés dont le très bon « Reverie » ou encore « Wrung & Possibly Broken ». Les 45 minutes passent et on se dit déjà ? Et on se le remet pour se caresser une nouvelle fois les oreilles.

Continuer la lecture de « kindlewood : de la dreamfolk nord américaine planante. »

« Songs from a Fall » de Robin Mitchell, un peu de douceur, ça fait du bien !

Encore une découverte que je dois à Toine du site @diffuser.net. Robin Mitchell est un auteur anglais qui mélange folk, jazz, blues et pop. Fin novembre 2012, il a livré son dernier EP en date, « Songs from a Fall ». Après l’avoir écouté, j’ai craqué, commandé un des 250 exemplaires en version physique.

Cet EP de 17 minutes commence en douceur avec « Steady Going ». En fermant les yeux, on pourrait s’imaginer autour d’un feu de camp, avec une personne en train de jouer de la guitare et de chanter. La mélodie est très accrochante, et on se laisse bercer.

Le deuxième titre, « Steps » est plus « dynamique ». Mais il est tout aussi accrocheur. Et un peu plus « pop » que le premier. Avec le troisième titre « Sparrows », on arrive dans de la folk des plus classique. La quatrième piste est celle que j’aime le moins, à cause de la fin trop répétitive. La dernière piste, « Fairground » clot en beauté les 17 minutes de cet album.

Il y a d’autres albums, la plupart en téléchargement gratuit. Il doit sûrement y avoir d’autres pépites à découvrir. Je vous laisse, je vais y poser une oreille 😉