Dernières découvertes « bandcampienne ».

Avec quelque chose comme 448 964 albums (au 11 mars 2012), on ne peut faire que des découvertes intéressantes sur ce site d’auto-promotion et d’auto-publication musicale. Et ce, durant pas mal de temps, ce qui change un peu de la sousoupe commerciale, et qui colle parfaitement à l’idée du black march.

Voici donc mes dernières découvertes.

Continuer la lecture de « Dernières découvertes « bandcampienne ». »

Mes dernières découvertes sur Bandcamp.

Voici mes dernières découvertes sur Bandcamp, pour aider des artistes / groupes qui ne passent pas par les sangsues majors du disque.

  • The Jane Austen Argument : « Somewhere under the rainbow » ; si vous aimez le cabaret punk brechtchien des Dresden Dolls, avec des pistes qui joue la corde mélodique, cet album à 10$ CAD est pour vous 😉

  • Glass Kites : « Glass Kites » ; du bon rock progressif, matinée de musique ambiante et de pop en provenance du Canada.

Voila mes dernières découvertes, bonne écoute et bon dimanche.

Yellowbirddd, une autre raison d’aimer Bandcamp.

Yellowbirddd, c’est le nom de scène de Liam McCormack, un artiste new-yorkais. Un jour, en me baladant dans les catégories de Bandcamp, je suis tombé sur l’album « Missing ». D’abord intrigué par la pochette, j’ai décidé d’écouter l’album.

Après un premier titre assez doux, « When you’re away », un titre un peu plus rock « low shoulder » nous accueille. Et j’avoue que j’ai écouter le reste de l’album sans discontinuer. Entre les ballades comme « photograph », et des titres un peu plus « nerveux », je suis arrivé à la fin de l’album. Et je me suis dit : « déjà ? »

Donc, même si la version numérique est gratuite, je me suis dit, je vais acheter un exemplaire de l’album. Et je dois dire que je n’ai pas été déçu. Entre le CD, le coffret avec les paroles et la pochette signée, c’est vraiment un bel ensemble.

coffret de Yellowbirddd

Maintenant, à vous d’écouter cet artiste. Si vous aimez le rock, la folk, la musique acoustique, et le tout bien mélangé, vous accrocherez surement à cet album.

« There will be fireworks » : encore une pépite découverte sur Bandcamp.

La semaine dernière, navigant dans la catégorie « indie rock / post-rock » du site Bandcamp, je suis tombé sur leur album éponyme « There Will Be Fireworks« . Dès le premier titre, je me suis dit : c’est pas mal. Mais dès que j’ai entendu la troisième piste « misfield maestro », le doute n’était plus permis.

Du son comme celui-ci, c’est le genre de musique qui fait chaud au coeur. Entre des titres assez rock (comme « misfield maestro » par exemple), on trouve des petites balades teintées de folk. Le mélange est excellent.

Les 50 minutes de l’albums sont un vrai régal.

Mais je ne me suis pas arrêter à leur premier album. Un deuxième album, un EP de quatre titres, intitulé « Because, Because » permet de continuer le voyage musical dans l’univers de ce groupe écossais.

Que dire de plus : écoutez et faites-vous votre propre opinion sur le groupe.

3 albums découverts récemment sur Bandcamp.

Je suis en train de devenir un peu trop « dépendant » de Bandcamp en ce moment. Il m’arrive d’y passer une bonne demi-heure tous les soirs ou presque pour chercher une ou deux pépites pour combler ma passion musicale.

J’ai découvert récemment 3 albums, qui ont eu le don de me carresser récemment les oreilles. Même si j’apprécie un bon rock qui secoue les murs, j’aime autant les musiques plus douces mélangeant folk, rock, slowcore, shoegaze, et un peu de psychédélique.

Dans cette catégorie, je peux citer mes 3 derniers achats. Les deux premiers ont un point commun : avoir été mixé et numérisé par un certain Robin Guthrie, un des membres fondateurs d’un petit groupe du nom de « Cocteau Twins » 🙂

Continuer la lecture de « 3 albums découverts récemment sur Bandcamp. »

Deux découvertes sur Bandcamp, de la bonne qualité pour pas cher ;)

En ce moment, je suis assez branché folk, folk-pop et folk-rock. J’ai trouvé quelques albums intéressants sur Bandcamp, mais en « all rights reserved », payant ou pas 🙂

Pour commencer, la néo-zélandaise Talia Caradus et son album « The Shelter ». Son album est payant en « name your price » sans limite basse 🙂

C’est de la pop-folk acoustique douce, légère, et étrangement mure pour cette jeune fille de 17 ans. A vous d’écouter pour savoir si vous avez ou pas le coup de coeur.

Deuxième coup de coeur, de la folk pop / rock hispanique, Cosmic Birds et leur album « Hello Earth ». C’est de la pop-folk acoustique très mélodieuse, éthérée, et qui va droit au coeur. 5 € seulement ? Mais c’est donné 😀

La piste « Piano Lessons », c’est du pur sucre 😉

A vous d’écouter et vous faire votre propre avis. Mais il est vrai que cela change de Stefani Joanne Angelina Germanotta, Rémi Ranguin, et d’autres grands noms actuels ;

Bandcamp, un site qui respecte les revenus des artistes qui s’y présentent ?

J’ai remarqué une tendance lourde. De plus en plus d’artistes – qui utilisent les licences libres ou en « Tous Droits Réservés » – se présentent sur Bandcamp et proposent leur musique à l’écoute et à la vente.

Je me suis demandé : combien touche un artiste ou un groupe quand je lui achète son album ? Je vais prendre l’exemple de l’album « Crimson » de Hudson que j’ai acheté il y a une grosse semaine. Le digipack de toute beauté est proposé à 10$. En comptant les frais de port, ma « douloureuse » a été de 18$ (soit 14,37 €) pour un album qui serait de toute façon introuvable dans le commerce.

Bandcamp prélève 15% des sommes versées pour faire fonctionner l’infrastructure. Donc, sur les 18$ d’origine, cela représente : (18 * 15) / 100 = 2,7$.

Reste donc 15,3$. Paypal prélève par défaut 2,9% + 0,30$ par transaction. Ce qui nous donne le calcul suivant : ((15,3 * 2,9)/100) + 0,30 = 0,74$

Donc, sur les 18$ versés, 14,56$ reviendont à l’artiste pour faire l’envoi du digipack. Soit, 80,88% du total que j’ai versé à l’achat, en ayant en plus une version numérique qui commence au mp3 320…

Autant dire que l’artiste est vraiment gagnant dans l’histoire, car il serait étonnant de voir de tels gain pour les créateurs sur les plateformes classiques, et aussi pour les artistes passant par les majors du disque.

Et ne pensez pas qu’il n’y a que des illustres inconnus… Il y a aussi des artistes plus « connu » qui l’utilise… Par exemple,  une certaine « Coeur de Pirate » ! Pour info, son dernier album en version numérique coute 9$ canadien, soit 6,84€ (presque aussi cher que sur Amazon mp3) et que l’on peut l’avoir en mp3 320, en flac ou encore en ogg vorbis…

Maintenant, à vous de voir si vous pensez que ce site est une opportunité pour avoir de la musique pas trop chère et qui rémunère correctement les artistes 🙂