Un mois après l’annonce de FreeMobile : les MVNO premières victimes de la chute des prix ?

Il y a un mois, Xavier Niel annonçait ses deux forfaits pour la téléphonie mobile. Deux forfaits assez simples : 15,99 € ou 19,99 € pour du tout illimité (en voix, SMS et MMS, sauf les données limitées à 3 Go), 2 € (60 minutes + 60 SMS ; 0,01 € le SMS supplémentaire, 0,05 € la minute supplémentire de voix).

Autant dire que c’est un tsunami qui s’abat sur le triumvirat historique (Bouygues, SFR, Orange) et leurs « faux-nez » que sont les MVNO.

Il faut dire que l’annonce de Free a surpris tout le monde. Spécialement les MVNOs et leurs forfaits illimités. J’ai donc pris les 3 principes MVNO (NRJ Mobile, Virgin Mobile et La Poste Mobile), avec le téléphone Samsung Galaxy Ace. Forfaits mis en place pour répondre à l’attaque de Free Mobile.

Continuer la lecture de « Un mois après l’annonce de FreeMobile : les MVNO premières victimes de la chute des prix ? »

Comice OS 4 : pitié, dites-moi que c’est vraiment une béta…

Comice OS, c’est le nouveau nom de PearOS, distribution copiant sans vergogne sur l’interface de MacOS-X.

J’avais étrillé la distribution dans sa version 3. Chose que j’ai horreur de faire, car ce n’est pas dans ma nature de casser un projet à un tel point.

Pour sa version 4, la version remixée d’Ubuntu Linux a changé de nom. Et se paye un nouveau site sur un joomla à peine modifié. J’ai donc utilisé VirtualBox pour profiter du gnome-shell personnalisé, dixit la page « features » sur le site officiel de la distribution.

La première ISO proposé serait, dixit le blog de la distribution, une version béta 1.

L’installation est très légère, seulement 8 Go demandés. Tout cela pour la distribution, une suite bureautique, quelques outils classiques, et une belle interface. Pour info, sur mon archlinux qui utilise Gnome Shell, LibreOffice, Gimp, VLC, et je ne sais combien d’autres outils, il n’y a que :


[fred@fredo-arch ~]$ df -h
Sys. fich. Taille Util. Dispo Uti% Monté sur
rootfs 9,6G 4,2G 4,9G 47% /
/dev 1,9G 0 1,9G 0% /dev
/run 2,0G 348K 2,0G 1% /run
/dev/sda4 9,6G 4,2G 4,9G 47% /
shm 2,0G 280K 2,0G 1% /dev/shm
/dev/sda2 119M 19M 94M 17% /boot
/dev/sda5 452G 68G 362G 16% /home

Oui, seulement 4,2 Go… Euh, y a pas comme un os quelque part ?!

Sur l’installation, rien à redire. Mis à part une gueulante de l’installateur qui ne présage rien de bon pour la suite.

Erreur à l'installation de ComiceOS

L'écran de connexion de ComiceOS

Mais c’est par la suite que cela se gâte. Non seulement l’interface n’est pas en français au redémarrage même si on peut toujours essayer – plus ou moins en vain – de passer l’ensemble dans une autre langue.

Continuer la lecture de « Comice OS 4 : pitié, dites-moi que c’est vraiment une béta… »

Kira, un temps de rêve.

Kira, c’est une artiste nord-américaine que j’ai découvert via Bandcamp. Elle décrit son style comme un mélange de musique folk, de musique gitane, de jazz, et de quelques textes en français. Sur son premier album (en espérant que ce ne soit pas le dernier), elle réinterprète magistralement le classique immortalisé par Ivo Livi, « Les Feuilles Mortes« .

Deux autres titres sont en français sur son album de 11 titres, un composé par elle même « Montagnes », et un classique de Charles Trenet « L’âme des poètes ».

Pour tout dire, dès que j’ai entendu le premier titre, j’ai eu un coup de coeur, qui n’a pas été déçu par la suite. L’ensemble est d’une douceur reposante, même si le 8ième titre « Destination » se détache un peu du reste.

Tout ce que j’ai à dire c’est : écoutez, vous avez tout à gagner. En grand amoureux des CDs, j’ai acheté un exemplaire du CD que j’ai reçu ce matin.

Et cerise sur le gateau ? L’album est sous licence Creative Commons, en CC-BY-NC-SA. En clair, on peut diffuser l’album, le remixer dans un but non commercial et en précisant qui est à l’origine du travail.

Un cadeau d’anniversaire avec 3 jours d’avance.. Quoique j’ai un espoir pour un autre album qui arrivera pour mon anniversaire si j’ai de la chance 😀

Un aperçu du « nouvel onglet » qui apparaîtra dans Mozilla Firefox 12 ou 13.

Vous allez me dire Mozilla Firefox 12 ou 13 ? Mais, la version 10 est sortie récemment. Oui, je vous confirme que la dernière version stable en date, c’est la 10. Cependant, en suivant le principe des sorties rapides, la version 11 est déjà en bêta (sortie prévue pour le 11 mars), la 12 en version alpha (sortie pour le 24 avril), et la 13 en version pré-alpha (sortie prévue le 5 juin). C’est cette dernière qui sert de version de tests pour toutes les fonctionnalités qui seront disponibles dans les 3 à 4 mois à venir.

Un tableau récapitulatif idéal est disponible sur le blog de Kev.

Bien des versions après le Speed Dial d’Opera 9.2 (en 2007), et la fonctionnalité dans une version plus récente de Google Chrome (je dirais depuis environ 6 mois), Mozilla Firefox se verra doter d’une présentation différente du nouvel onglet. Dans cette version préliminaire, les onglets sont listés sous forme de vignettes vides qu’on peut épingler et supprimer.

On peut supposer que d’ici son intégration officielle, les aperçus des pages seront intégrés dans les vignettes de la page nouvel onglet.

Incroyable… On peut installer une Frugalware dans VirtualBox depuis son image LiveCD ;)

Dans un article au titre assez excellent, Cyrille Borne nous comptait ses dernières mésaventures avec la Frugalware Linux.

Après avoir papoté via le canal IRC #frugalware.fr sur freenode.net avec Elentir et Baste, la solution a fini par apparaître. Un bug vicieux (dans pacman-g2 ? dans le code du réseau de VirtualBox ?) bloquait l’installation.

La solution était assez simple mais il fallait y penser. En modifiant une option dans la partie réseau, il faut choisir un réseau avec accès par pont (bridged en angliche) au lieu du NAT.

Continuer la lecture de « Incroyable… On peut installer une Frugalware dans VirtualBox depuis son image LiveCD 😉 »

En vrac’ rapide et libre

Comme chaque semaine, un petit en vrac’ rapide et libre.

Allez, bon vendredi 🙂

Puisque la Manjaro Linux semble être en sommeil prolongé…

…pourquoi ne pas se faire une ArchLinux avec un environnement Xfce dessus ? Autant voir ce qu’on peut faire sans passer par la Manjaro Linux, non ? 😉 Il y a bien une distribution « obscure » du nom de Bridge Linux qui a se que j’ai pu en voir est une version dérivée d’Archbang avec des fichiers de configuration qui nécessite des ajustements constants et certains outils comme LightDM qui refusent de prendre en compte une version francophone 🙁

J’ai donc utilisé la dernier version ISO non officielle d’installation, alias Archboot pour faire le tutoriel qui suit. Non seulement, si vous avez envie de le reproduire, vous aurez une Archlinux « xfce-isée » récente, mais vous aurez le plaisir de pouvoir de vous dire : j’ai réussi une installation 😉

Pour récupérer l’iso, voici par exemple son emplacement sur le miroir archlinuxfr : http://mir.archlinux.fr/iso/archboot/latest/

L’installation durera entre 30 minutes et une heure, tout dépendant de la vitesse de votre connexion.

Pour ce tutoriel, j’ai pris ma machine virtuelle kvm, j’ai mis un ajout si vous préférez utiliser VirtualBox au niveau de la partie qui concerne l’installation de Xorg pour que tout fonctionne bien.

Continuer la lecture de « Puisque la Manjaro Linux semble être en sommeil prolongé… »

Deux découvertes sur Bandcamp, de la bonne qualité pour pas cher ;)

En ce moment, je suis assez branché folk, folk-pop et folk-rock. J’ai trouvé quelques albums intéressants sur Bandcamp, mais en « all rights reserved », payant ou pas 🙂

Pour commencer, la néo-zélandaise Talia Caradus et son album « The Shelter ». Son album est payant en « name your price » sans limite basse 🙂

C’est de la pop-folk acoustique douce, légère, et étrangement mure pour cette jeune fille de 17 ans. A vous d’écouter pour savoir si vous avez ou pas le coup de coeur.

Deuxième coup de coeur, de la folk pop / rock hispanique, Cosmic Birds et leur album « Hello Earth ». C’est de la pop-folk acoustique très mélodieuse, éthérée, et qui va droit au coeur. 5 € seulement ? Mais c’est donné 😀

La piste « Piano Lessons », c’est du pur sucre 😉

A vous d’écouter et vous faire votre propre avis. Mais il est vrai que cela change de Stefani Joanne Angelina Germanotta, Rémi Ranguin, et d’autres grands noms actuels ;

Mais non, c’est pas compliqué d’installer la Frugalware Linux en mode texte ! :)

Et pour être plus précis, avec la version 1.6rc2 qui sort officiellement demain. En effet, dans le but de préparer la sortie de cette nouvelle étape de préparation de la nouvelle version stable de la Frugalware Linux, des images ISO d’installation sont déjà présentes sur les miroirs.

Note : au moment où j’ai rédigé cet article, le gestionnaire pacman-g2 souffrait d’un vilain bug pour rapatrier les paquets, donc il m’a fallu jouer du ctrl+c et relancer les commandes. Mais un correctif a été mis en route, donc…

J’ai été sur le dépot francophone, et j’ai pu voir la présence d’un fichier du doux nom de « frugalware-1.6rc2-x86_64-cd1.iso »

Je l’ai donc récupéré. Et pour avoir un affichage pas trop saccadé dans Gnome 3, j’ai pris VirtualBox.

Pour l’installation, j’ai conservé le mode texte. L’installateur est assez simple. Pour le partitionnement, j’ai choisi celui-ci, à savoir :

  • Première partition, 7500 Mo, en ext4 affectée à /
  • Deuxième partition, 4096 Mo, affectée à swap
  • Le reste, en ext4 affecté à /home

Lors de l’installation, je n’ai sélectionné le paquet « base ». Ensuite, après avoir donné un mot de passe à root, et créé un compte utilisateur, j’ai redémarré la machine virtuelle, et on se connecte en root. Pour les commandes qui suivent, je me suis basé sur le wiki de la Frugalware Linux. Avant toute chose, on fait une mise à jour de la base installée :


pacman-g2 -Syu

On commence par installer quelques outils et configurer le son :


pacman-g2 -S nano zip unzip alsa-utils 7zip opennptd iptables

On configure le son en lançant alsamixer. Ensuite, une fois les jauges réglées, on enregistre les paramètres avec alsactl store.

On rajoute ensuite xorg et les polices :


pacman-g2 -S xmessage xsetroot xinit xorg-server corefonts font-bh-ttf font-bh-type1 ttf-bitstream-vera dejavu-ttf sdl_ttf artwiz-fonts liberation-fonts

Note : si on est sur un portable, le paquet « xf86-input-synaptics » est fortement conseillé.

Continuer la lecture de « Mais non, c’est pas compliqué d’installer la Frugalware Linux en mode texte ! 🙂 »

Vous reprendrez bien un peu de cannelle ?

J’ai eu envie de tester Cinnamon sur Archlinux… Et je dois dire que c’est une bonne surprise. Pour être tranquille et avoir un environnement sans saccade à l’affichage, j’ai installé une archlinux en utilisant la dernière ISO non officielle d’installation pour pouvoir gagner du temps dans VirtualBox en lieu et place de mon kvm habituel.

Ensuite, après avoir mis en place les installations invitées de VirtualBox dans la machine virtuelle Archlinux, j’ai installé les éléments nécessaires à un environnement gnome 3. Pour installer Cinnamon, cela a été assez simple.

Il m’a fallu compiler le paquet muffin-git, puis le paquet cinnamon. Utilisant l’outil yaourt, cette étape s’est résumée à :

yaourt -S muffin-git cinnamon

Cependant, pour éviter un conflit avec Gnome-Shell, j’ai enlevé celui-ci avec un petit :

yaourt -R gnome-shell

J’ai fait une petite vidéo de ce nouvel environnement proposé par l’équipe de LinuxMint. L’outil de configuration est encore un peu basique, et j’avoue que je n’ai pas franchement creusé dans les options d’effets 3D 🙂

Continuer la lecture de « Vous reprendrez bien un peu de cannelle ? »

Cinnamon de LinuxMint : une fusée à plusieurs étages ?

Cinnamon avait déjà fait couler de l’encre numérique à sa sortie : tous les poncifs sur les forks avaient été employés : gaspillage d’énergie, pourquoi encore un fork, éparpillement des utilisateurs, impression de vouloir faire cavalier seul, etc…

Mais cela était surtout l’expression d’une vision à court terme. La sortie de Cinnamon 1.2 avec une version dérivée du gestionnaire de fenêtre Mutter du doux nom de muffin montre la volonté de l’équipe de LinuxMint de se baser sur le code de Mutter en le personnalisant.

Cela permet de partir sur des bases éprouvées, à savoir Gnome 3.x et sa version de Mutter pour ensuite proposer un environnement personnalisable, basée sur des technologies récentes. La cible que vise ici LinuxMint est bien définie : les personnes déçues par la nouvelle génération d’interface graphique, et je ne peux que tirer mon chapeau à l’équipe de LinuxMint ici.

Non seulement, cela permet de conserver les anciens utilisateurs de LinuxMint, ceux qui ont connu la génération Gnome 2.xx de la distribution, mais aussi de conquérir les utilisateurs qui ont été déçus par le duo/duel Unity – Gnome Shell.

Et contrairement à Unity, Cinnamon est facilement portable. Devil505 a porté l’environnement sur Frugalware, et le paquet sur le dépot AUR d’Archlinux ne semble nécessiter que peu de dépendances tierce, mis à part bien entendu muffin.

Je compte tester l’ensemble dans le courant de la semaine prochaine. Je sens que le prochain grand mouvement, pas pour la Linux Mint 13, mais plus tard, sera de prendre comme base la Linux Mint Debian Edition et de coller dessus Cinnamon. Et ce serait un coup de génie : une interface modulable, basée sur Debian, et donc se démarquer de la distribution reine… J’avais dit dans mon billet de prévision sur l’année 2012 que Linux Mint serait une distribution sur laquelle il faudrait compter.

Il ne faut pas oublier que cette année, la nouvelle LTS d’Ubuntu arrive, et les utilisateurs qui sont restées sur la version 10.04 LTS pour éviter justement Unity verront dans le duo LinuxMint + Cinnamon une voie à explorer… Et LinuxMint pourra se faire une clientèle supplémentaire.

Qui a dit « coup de Jarnac » ? 😉

Je peux très bien me planter, mais j’ai une impression étrange que ce ne sera pas trop le cas 🙂

Crimson : un album folk-rock du groupe Hudson.

J’ai parlé il y a une dizaine de jours de l’album « Eastward » de Hudson. Dans leur deuxième album concept, l’ambiance est plus tendance rock que le premier opus. L’histoire est celle d’une personne qui s’échoue, pris en charge par la population qui vit sous le joug d’un tyran. Jusqu’à la disparition du tyran. Une voyage musical de 31 minutes 🙂

Dès le premier titre on sent que l’oeuvre est plus ambitieuse que le premier opus, mais n’en est pas moins magnifique.

La guitare du titre « Meeting place » est un chef d’oeuvre de douceur, avec un piqué qui attire l’oreille sans pour autant monopoliser l’attention. Les nombreux effets sonores, comme l’orage sur « Secure the Ropes » nous plonge dans l’ambiance de l’album, ou encore un bruit de vagues sur la piste instrumentale « Crimson Fleet ».

La voix de Katherine Crowley s’invite sur deux ou trois pistes, et offre un coté doux, et rêveur à la composition.

Continuer la lecture de « Crimson : un album folk-rock du groupe Hudson. »

En vrac’ rapide et libre.

Pour finir la semaine du libre sous toutes ses formes 😉

Bon week-end ! 🙂

Bandcamp, un site qui respecte les revenus des artistes qui s’y présentent ?

J’ai remarqué une tendance lourde. De plus en plus d’artistes – qui utilisent les licences libres ou en « Tous Droits Réservés » – se présentent sur Bandcamp et proposent leur musique à l’écoute et à la vente.

Je me suis demandé : combien touche un artiste ou un groupe quand je lui achète son album ? Je vais prendre l’exemple de l’album « Crimson » de Hudson que j’ai acheté il y a une grosse semaine. Le digipack de toute beauté est proposé à 10$. En comptant les frais de port, ma « douloureuse » a été de 18$ (soit 14,37 €) pour un album qui serait de toute façon introuvable dans le commerce.

Bandcamp prélève 15% des sommes versées pour faire fonctionner l’infrastructure. Donc, sur les 18$ d’origine, cela représente : (18 * 15) / 100 = 2,7$.

Reste donc 15,3$. Paypal prélève par défaut 2,9% + 0,30$ par transaction. Ce qui nous donne le calcul suivant : ((15,3 * 2,9)/100) + 0,30 = 0,74$

Donc, sur les 18$ versés, 14,56$ reviendont à l’artiste pour faire l’envoi du digipack. Soit, 80,88% du total que j’ai versé à l’achat, en ayant en plus une version numérique qui commence au mp3 320…

Autant dire que l’artiste est vraiment gagnant dans l’histoire, car il serait étonnant de voir de tels gain pour les créateurs sur les plateformes classiques, et aussi pour les artistes passant par les majors du disque.

Et ne pensez pas qu’il n’y a que des illustres inconnus… Il y a aussi des artistes plus « connu » qui l’utilise… Par exemple,  une certaine « Coeur de Pirate » ! Pour info, son dernier album en version numérique coute 9$ canadien, soit 6,84€ (presque aussi cher que sur Amazon mp3) et que l’on peut l’avoir en mp3 320, en flac ou encore en ogg vorbis…

Maintenant, à vous de voir si vous pensez que ce site est une opportunité pour avoir de la musique pas trop chère et qui rémunère correctement les artistes 🙂