Ubuntu 12.04 : Unity est presque enfin utilisable ;)

Etant donné que la Ubuntu 12.04 sort dans 3 jours (et aura presque surement un Mozilla Firefox obsolète par défaut), j’ai été sur http://cdimages.ubuntu.com/ et j’ai récupéré la dernière image ISO dans le répertoire daily-live/current/ pour récupérer la distribution en état au 21 avril dernier.

J’ai ensuite lancé VirtualBox et installé la distribution dans une machine virtuelle. Enfin, une fois l’installation faite, j’ai vérifié la présence de mise à jour, et fait prendre en compte les pilotes additionnels de VirtualBox pour avoir un affichage en mode « 3D ».

Chose notable, la distribution ne prend que 4,5 Go à l’installation, c’est pas si mal que cela 😀

Taille installation Ubuntu 12.04 LTS

Continuer la lecture de « Ubuntu 12.04 : Unity est presque enfin utilisable 😉 »

« Rendez-vous avec Rama »… Merci Arthur C.Clarke.

D’Arthur C.Clarke, je ne connaissais que le cycle de « 2001, l’odyssée de l’espace » (du moins le tome d’origine).

C’est par hasard que je suis tombé sur un roman du même auteur, « Rendez-vous avec Rama », sorti au début des années 1970.

Le quatrième de couverture est assez parlant :

2130. Un objet spatial non identifié est localisé dans le système solaire : c’est un cylindre aux proportions extraordinaires – 30 km de long -, et qui se déplace au tiers de la vitesse de la lumière – 100 000 km/h. Il sera baptisé Rama. La curiosité cède cependant le pas à l’effarement quand l’équipage du vaisseau spatial « Endeavour » parvient à pénétrer dans son habitacle. Car cet « Artefact », qui semble n’avoir jamais subi la moindre altération du temps, contient en son sein un véritable monde miniature. Son exploration minutieuse révèle en effet une mer, des reliefs, des routes, des villes… Un univers de silence et de non-vie, où tout semble d’une haute technologie et pourtant vieux de millions d’années ! Qui peut bien être aux commandes de Rama ?

J’avoue que j’ai été un peu étonné en le voyant, puis je me suis dit, pourquoi pas ? Et la surprise a été excellente. Ici, nul besoin de théories tordues, d’armes laser et de vaisseaux à la Stargate.

C’est une science fiction simple (même si elle est de nos jours « préhistorique »), mais l’histoire tient la route, et jusqu’à la fin on se dit qu’Arthur C.Clarke a su attiser la curiosité du lecteur.

Dommage qu’il n’existe pas en version électronique, cependant, car c’est un bon roman pour les longs trajets 😀

Un libriste passionné par les loups.

Pour cette nouvelle publication « les libristes sont aussi des humains », je vais laisser la parole à Botchchikii, de l’association « Peuple Loup« .

Bonjour, pourrais-tu te présenter en deux ou trois phrases ? Quatre seront acceptées aussi.

Bonjour Fred. Je m’appelle Mickael et je suis président d’une association d’éducation à l’environnement nommée Peuple Loup, pisteur de loup et bénévole à plein temps depuis 9 ans. Utilisateur convaincu de Frugalware depuis pas mal de temps, je tiens aussi un petit blog qui parle de mes découvertes dans le monde du libre.

Continuer la lecture de « Un libriste passionné par les loups. »

En vrac’ rapide et libre.

Comme j’ai un manque d’envie en ce moment coté article de fond sur le logiciel libre, voici un petit en vrac’ pour compenser.

Bon, c’est tout pour aujourd’hui. Je retourne à ma kindle, objet honni par certains libristes qui seraient comme des végétariens se léchant les babines devant un steak saignant

Et de 4 : Redscape, frugalien et podcasteur :)

Après DarthWound, Alain Devarieux et Maître Cyrille, au tour de Ghislain alias Redscape de passer au grill.

Bonjour, pourrais-tu te présenter en deux ou trois phrases ? Quatre seront acceptées aussi.

Salut Fred, eh bien je m’appelle Ghislain Larose, j’ai 22 ans, métis d’origine malgache, et habitant à 30 km de Rennes, actuellement en formation pour valider mes acquis en maintenance informatique (paraît qu’il y a du boulot). Originaire de Saint Malo, fiancée et avec un bébé de 3 mois (mon ptit Yannis, dédicace!).

Passionné de musiques électroniques (et de musique en général), musicien amateur à mes heures perdues. Passionné de foot (allez l’OM!) et de Formule1 (mais on s’en fout nan?)

Continuer la lecture de « Et de 4 : Redscape, frugalien et podcasteur 🙂 »

Quand notre maître (à tous les blogueurs libristes francophones) prend la parole…

Quand j’ai eu l’idée de faire la rubrique « les libristes sont aussi des êtres humains), le premier nom qui m’est venu à l’esprit, c’est le maître dans ce domaine, l’irremplaçable Cyrille Borne. Et ayant eu sa réponse, je la poste ici… Et c’est du lourd 🙂

Bonjour, pourrais-tu te présenter en deux ou trois phrases ? Quatre seront acceptées aussi.

Cyrille BORNE, 37 ans bientôt, marié, deux enfants. Professeur de mathématiques et d’informatique au Lycée Agricole le cep d’or de Clermont l’Hérault après 8 ans d’enseignement au lycée Agricole Saint Joseph de Maurs dans le Cantal. Avant cela j’ai été développeur Mainframe COBOL, DB2, Goal (COBOL le langage des vrais bonhommes) pendant trois ans pour BNP Paribas (Paris).

Quel est l’origine de ton pseudo, si tu en utilises un ?

J’ai renoncé à toute forme de pseudonyme depuis l’ouverture de mon blog il y a quatre ans. A part certains cas particuliers je suis contre l’anonymat. Je pense en effet qu’afficher son identité c’est prendre des risques qui imposent une meilleure maîtrise de son propos, je reste convaincu que s’il y avait moins d’anonymat sur internet il y aurait moins de haine, plus d’intelligence.

Continuer la lecture de « Quand notre maître (à tous les blogueurs libristes francophones) prend la parole… »

Kindle ? L’outil qui m’a redonné envie de lire plus régulièrement

Cela fait moins d’une journée que j’ai la Kindle chez moi, et je dois dire que c’est le coup de coeur. J’avais déjà vu l’affichage en encre électronique sur des tablettes concurrentes, mais j’avoue que j’avais toujours voulu prendre une Kindle.

N’ayant pas besoin d’une tablette en version tactile, j’ai pris le modèle « classique » à 2 Go. Et j’avoue qu’après une prise en main un peu longue (la partie la plus longue étant la mise en route de la connexion wifi), ce n’est que du bonheur.

L’affichage est agréable, reposant, on peut lire une heure à la suite sur une kindle avec la même fatigue visuelle que sur un livre papier, mais il y a une différence de taille : le regard est concentré sur une seule page, ce qui permet une lecture plus « productive », car le regard n’a pas tendance à se déporter sur la page que l’on a pas encore lu.

Coté dimension, c’est un gros livre de poche. J’ai été surpris par son silence, sa légèreté et la qualité de l’affichage. C’est comme si un livre était défait page par page, puis inséré derrière l’écran de la tablette.

Cependant, tout n’est pas rose, et les principaux points noirs sont :

  • Le prix des livres électroniques… Pourquoi des livres à 15 – 18 € en version numérique (donc sans frais d’impressions, de stockages, de reliure) alors que la version physique est à 18 – 22 € ?
  • L’absence du support du format ePub, même si j’ai pu trouver un logiciel pour convertir les livres en format lisible par la kindle.

Points positifs ?

  • La capacités de stockage : j’ai une trentaine de livres au format numérique (merci les classiques à 0 €), et il me reste encore 1,3 Go sur les 2 de la tablette.
  • La récupération instantané des livres si on passe par la connexion wifi.
  • La kindle qui se comporte comme une « bête » clé USB quand on la connecte à son ordinateur, ce qui rend la Kindle compatible avec Linux, ce qui est pas si mal que cela.

Dès que les livres numériques ne seront plus à prix exorbitants (cela sent une entente entre les éditeurs pour ne pas baisser les prix, comme l’entente des 3 grands de la téléphonie mobile française à une époque), la Kindle sera un outil des plus répandus.

Aldevar, le libriste « podcastien »

Dans la catégorie : « et oui, les libristes sont aussi des humains », en attendant que notre maître à tous me renvoit son formulaire, c’est Aldevar, co-animateur du podcast « En Flux Libre » qui s’y colle.

Bonjour, pourrais-tu te présenter en deux ou trois phrases ? Quatre seront acceptées aussi.

Bonjour ! Je m’appelle Alain Devarieux, j’ai 30 ans et j’habite à Rennes. Je suis passionné d’informatique et plus globalement de nouvelles technologies. J’aime écouter de la musique electro et pratiquer du sport, notamment le Basket Ball.

Continuer la lecture de « Aldevar, le libriste « podcastien » »

Nouvelle rubrique : « Les libristes sont aussi des humains ».

J’ai eu envie de créer une nouvelle catégorie dans mon blog, histoire de montrer que les libristes sont aussi humains. Bien que je comptais commencer avec notre maître à tous, c’est finalement Darthwound qui inaugure la rubrique 🙂

Bonjour, pourrais-tu te présenter en deux ou trois phrases ? Quatre seront acceptées aussi.

Salut, donc moi c’est DarthWound, j’ai 22 ans et je vis en région parisienne.
J’ai divers hobbies comme l’informatique, les jeux, la culture au sens large, la photo,
la musique 70’s/80’s, les pubs irlandais (…), la déconnade, etc…

Continuer la lecture de « Nouvelle rubrique : « Les libristes sont aussi des humains ». »

Acide Sulfurique ou soporifique ?

Une amie m’avait conseillé de découvrir l’écrivaine Amélie Nothomb avec son titre « Acide Sulfurique » sorti en 2005.

Couverture du livre "Acide Sulfurique" d'Amélie Nothomb

Pour mémoire, dans ce court roman en quatre parties d’à peine 200 pages, Amélie Nothomb nous plonge dans ce qui semble être le jeu ultime en matière de télé-réalité : un camp de concentration.

Si en 2005, grande époque des émissions à la Big Brother, le roman pouvait être intéressant, il a très mal vieilli. Non seulement l’intrigue est on ne peut plus prévisible, c’est surtout l’ennui qui marque la lecture de ce texte. J’avoue que je n’ai mis que 4 heures à boucler le livre.

Il est vrai que l’intrigue est intéressante, mais le texte n’est pas assez approfondi, comme si on sentait que cela ennuyait Amélie Nothomb de pousser un peu plus loin sa réflexion. 50 ou 100 pages de plus pour approfondir l’ensemble n’aurait pas été un mal.

A moins que cette volonté de faire court était un moyen de montrer la vacuité des émission de télé-réalité à la Big Brother ?

En tout cas, en ce qui me concerne, ce sera non pour la suite des oeuvres d’Amélie Nothomb.

Syllable 0.6.7 : le retour un peu gaché :(

Syllable est un petit mon chouchou dans le domaine des « hobbyOS ». Le dernier article que j’avais rédigé remonte à mai 2009… La liste des modifications apportées est très longue : support OpenGL, support SDL amélioré, cups est présent (mais apparemment déjà présent auparavant ?), ajout de qemu, ajout du langage Rebol 3, d’un client ftp, l’installateur a été amélioré, etc…

J’ai donc récupéré l’image ISO, et je l’ai installé dans une machine VirtualBox.

C’est le même installateur que pour l’article précédent, donc je ne m’étalerais pas dessus. C’est un installateur texte où il faut faire attention. Seule chose à se souvenir : on utilise un clavier qwerty durant toute cette partie. Ce qui est surtout ennuyeux au moment de l’installation de grub. En effet, le « m » du clavier azerty est la touche « , » sur un qwerty…

L’OS démarre très rapidement, on dirait même qu’il est sous stéroïdes. J’ai créé ensuite un compte utilisateur classique, pour utiliser l’ensemble de manière plus « prudente ».

J’en ai profité pour faire une petite vidéo.

Le gros point noir : les logiciels qui date de Mathusalem… Les annotations dans la vidéo font part de ce problème, qui doit être lié à la petitesse de l’équipe derrière l’OS et ses applications.

J’espère que la prochaine version ne mettra pas 3 ans à sortir, et que les logiciels seront un peu plus frais. En tout cas, un OS intéressant à tester en virtuel, en attendant une image LiveCD de cette nouvelle version.

42 ans déjà : l’accident d’Apollo 13.

13 avril 1970 : Jack Swiggert prononce une phrase restée dans les mémoires : « Houston, we’ve had a problem », « Houston, nous avons eu un problème ».

Un réservoir d’oxygène avait explosé.

La NASA a mis en ligne une vidéo d’environ 28 minutes avec des archives d’époque. Un bijou pour les passionnés d’astronautique.

Ca change un peu du battage médiatique autour du centenaire du naufrage du Titanic, non ?

Et si on restait Zen en informatique ?

Dans le petit monde du logiciel libre, il y a les débats sans fins du genre : Unity (pouah, avis personnel) contre Gnome Shell (miam, avis personnel), Gnome contre KDE, Xfce contre Lxde, et ainsi ad nauseam.

Pour changer un peu, je voudrais parler d’une distribution du nom de Bodhi Linux, qui utilise Enlightenment 17 comme environnement de bureau. E17, son petit nom est un peu un serpent de mer dans le monde linuxien.

Sa version 17 est en développement depuis quelques années, environ 11…

L’année dernière, une première version utilisable a été rendue disponible, en janvier ; La Bodhi Linux utilise des versions plus récentes dans une version 1.4.0 de la distribution sortie il y a environ 3 semaines.

J’aurais bien voulu tester avant, mais entre certains bugs du très moyen Gnome 3.4 (non, je n’aime pas KDE, pas la peine de m’en parler) et la vraie vie, j’ai pris du retard dans mes tests.

J’ai donc récupéré l’image ISO depuis le site officiel de la distribution, uniquement en 32 bits. Basée sur la distribution Ubuntu 10.04, elle propose aussi un noyau plus récent (un noyau 3.2), et bien entendu, une version récente d’E17.

J’ai donc lancé une machine VirtualBox car c’est pas le grand amour entre E17 et qemu-kvm.

La distribution est ultra légère, ne demandant seulement que 1,2 Go à l’installation. Mais tout est mieux expliqué en vidéo. J’ai voulu montrer l’installation et l’utilisation, ayant pensé que les deux se mariait bien pour cette distribution.

Pour la petite histoire, j’ai du recommencer deux fois la vidéo, la première fois, j’avais merdé sur le plan du mot de passe, irrécupérable en qwerty 🙁

Les seuls points noirs : le mélange de franglais qui accompagnent parfois l’expérience utilisateur. Mais c’est super fluide à l’utilisation, cela fait plaisir. Bon, je l’avoue, j’ai poussé le bling-bling au maximum dans mes choix, mais c’est marrant, faut d’être complètement lisible par moment 😉

Rosa Linux, foutage de g***** monstrueux ?

Même si j’ai légèrement la tête dans l’arrière train – oui, les abus chocolatés du week-end de Pâques – j’ai lu une annonce sur Distrowatch qui m’a déclenché une réaction épidermique, un WTF en langage internet. Et non, je ne traduirais par l’acronym. Votre moteur de recherche préféré sera votre allié.

Cette annonce concerne la publication d’une distribution russe du nom de Rosa Linux, du moins la disponibilité d’une version béta. C’est surtout le contenu de l’annonce qui m’a fait penser : « Mais c’est quoi ce foutage de… ? »

Continuer la lecture de « Rosa Linux, foutage de g***** monstrueux ? »

Frugalware Linux 1.7pre1 : première étape vers Gaïa.

Gaïa, c’est le nom de code la version 1.7 de la Frugalware Linux. Bien que ne sortons officiellement que le 9 avril, les images ISOs, désormais en version 64 bits (architecture devenant « prioritaire ») sont disponible dans le répertoire frugalware-testing-iso/ des différents miroirs de la distribution. La raison ? Le résultat d’un sondage assez informel.

Cependant, ce n’est pas le seul changement, il faut aussi prendre en compte la disparition de l’outil cfdisk. ryuo sur le canal irc #frugalware.fr m’a donné l’explication :

NB : si vous êtes allergique au blabla technique, vous pouvez sauter la demi-page qui vient 😉

<fredbezies> is it normal that cfdisk disappeared from pre1 ISO ?
<ryuo> Yes. It was removed on purpose.
<fredbezies> ok.  Just wondering. Thanks for your kind answer
<ryuo> Reason is because it misaligns modern hard drives by default.
<fredbezies> ok.
<ryuo> cfdisk was never updated to start @ sector 2048. instead it still uses sector 63.

<fredbezies> too bad fdisk is less simple to use than cfdisk 🙁
<ryuo> modern 4096 byte sector hard drives will be misaligned on this, causing severe performance problems.
<fredbezies> and boot problems too ?
<ryuo> no, just performance.

Ce qui donne traduit :

<fredbezies> C’est normal que cfdisk ait disparu des ISO pre1 ?
<ryuo> Oui. Il a été enlevé exprès.
<fredbezies> Ok. Je me demandais juste. Merci pour la réponse
<ryuo> La raison est qu’il aligne mal les disques durs modernes par défaut.
<fredbezies> ok.
<ryuo> cfdisk n’a jamais été mis à jour pour commencer au secteur 2048. Au lieu de cela, il continue d’utiliser le secteur 63
<fredbezies> dommage que fdisk est moins simple à utiliser que cfdisk 🙁
<ryuo> les disques durs modernes à secteur de 4096 octets sont mal alignés à cause de celà, provoquant des problèmes au niveau de la performance.
<fredbezies> et des problèmes de démarrage aussi ?
<ryuo> non, uniquement des problèmes de performances.

Mais ce ne sont pas les seules nouveautés. Grub2 est désormais proposé par défaut, ainsi que le noyau linux 3.3. Le noyau 3.3.1 sera proposé après la publication officielle de la version 1.7pre1, et dixit Baste, Gnome sera mis à jour en version 3.4 aux alentours du 11 avril.

Donc pour le moment, les grands changement sont plus invisibles qu’autre chose. C’est plus au niveau des « tripes » que les changements sont intervenus. Voici quelques captures d’écran de l’installation : l’écran de démarrage, le partitionnement et l’installation de grub2.

Continuer la lecture de « Frugalware Linux 1.7pre1 : première étape vers Gaïa. »