Aider une communauté d’utilisateurs via un wiki ?

Fraichement converti – et avec grand plaisir – à la distribution ArchLinux, j’ai décidé d’aider la communauté.

Ne sachant pas coder – ni même faire un simple « hello world ! » en langage C – je cherchais à apporter ma pierre à l’édifice. Une remarque d’Afby sur une précédente note m’a donné l’idée magique.

Participer au Wiki d’Archlinux.fr pour améliorer la documentation qui fait peine à voir en comparaison de celle d’un site comme ubuntu-fr.org.

J’ai donc rédiger des pages concernant l’installation de Gnome et une autre sur l’installation de fluxbox. Même si c’est l’adaptation des pages anglophones, c’est déjà un bon point de départ.

Et c’est un moyen d’aider au développement du logiciel libre, après tout 😉

Retrouver sudo sous ArchLinux.

A vrai dire, une chose me manquait : le sudo qui me permettait d’avoir un accès à root.

Je n’aime pas outre mesure avoir accès à root de manière complète pour les opérations touchant aux tripes du système. L’approche d’ubuntu dans ce domaine me plait particulièrement.

En jetant un oeil sur le wiki anglophone d’Archlinux, j’ai pu trouver cette page qui explique la méthode à appliquer.

Voici une traduction rapide.

D’abord, en utilisant pacman (ou encore l’excellent yaourt) en mode root, dans une console.

pacman -S sudo

Et ensuite, il suffit d’ajouter l’utilisateur courant au fichier /etc/sudoers. Il suffit d’utiliser la commande visudo.

Et d’ajouter la ligne :

USER_NAME ALL=(ALL) ALL

En remplaçant USER_NAME par son nom d’utilisateur.

Une autre option est d’ajouter le groupe wheel à l’utilisateur courant :

gpasswd -a USER_NAME wheel

Et de décommenter la ligne suivante via visudo :

%wheel ALL=(ALL) SETENV: ALL

Fermez le terminal en cours, et ouvrez-en un nouveau 😉

Quoi de neuf dans SeaMonkey ? – Première partie

SeaMonkey est le successeur de la suite Mozilla. Si actuellement, le projet est en version 1.1.7 et utilise le même coeur que Firefox 2.0.0.11 (à savoir une version de gecko 1.8.1), la version de développement, la 2.0alpha1 (enfin, plutôt une pré-alpha) emploit une version de développement de Gecko 1.9, coeur du futur Firefox 3.0.

J’ai donc lancé la compilation sur mon ArchLinux, avec le .mozconfig suivant :


#
# See http://www.mozilla.org/build/ for build instructions.
#

mk_add_options MOZ_CO_PROJECT=suite
mk_add_options MOZ_OBJDIR=@TOPSRCDIR@/obj-@CONFIG_GUESS@

ac_add_options --enable-application=suite
ac_add_options --enable-default-toolkit=cairo-gtk2
ac_add_options --disable-mochitest
ac_add_options --disable-updater
ac_add_options --disable-tests
ac_add_options --disable-debug
ac_add_options --enable-optimize="-Os -march=athlon64 -w -pipe"
ac_add_options --enable-strip

Dans cette première partie, je vais me consacrer à la partie navigateur du logiciel. Coté moteur d’affichage, rien à dire, c’est la même chose que pour les préversions de Firefox 3. Bref, un moteur de qualité 😉

En ce moment, l’équipe de SeaMonkey s’attache à recoder l’ancien panneau de préférences pour profiter de technologies plus récentes. Cette page du wiki de Mozilla explique le pourquoi du processus. Le but étant d’avoir quelque chose de plus puissant en arrière plan.

Panneau de préférences en recodage

Contrairement à Firefox, SeaMonkey conserve les deux thèmes qui ne s’intègre pas franchement dans les interfaces des OS : Classic (qui fait penser à la période Netscape 4) et Modern.

infos technique de SeaMonkey avec le thème classique

Seamonkey avec le thème modern

A noter qu’au premier démarrage, un outil propose d’importer les données de Thunderbird si celui-ci est présent.

L'outil d'import de données au premier lancement de Seamonkey

La suite ? Le client courrier et le client IRC. Dès que possible 😉

Adieu Ubuntu, mon vrai premier amour linuxien…

Depuis hier soir, je suis un utilisateur comblé et heureux d’ArchLinux 64 bits. Même s’il m’a fallu près de 4 heures entre le début de l’installation et le lancement d’un firefox 3.0 pré-béta3 compilé maison.

Hier, vers 17 h 50, j’ai inséré le CD « core » (150 Mo environ) contenant l’image de démarrage et d’installation de la Arch Linux.

18 h 05 : l’installation – assez simple – se termine. 12 minutes, et la mise à jour préliminaire est terminée. Mais il reste encore pas mal de chose à installer : Xorg, le pilote propriétaire Nvidia, Gnome, OpenOffice.org, Gimp pour ne citer que les premiers qui me viennent à l’esprit.

18 h 50 : j’ai pu installé Xorg, le pilote Nvidia et Gnome, sans oublier les outils pour gérer mon imprimante HP Photosmart C3180.

Pour cela, il faut installer Hplip. Et pour le scanner ?

Deux étapes. Après avoir entrer :

# pacman -S hplip pyqt

  1. Entrer echo « hpaio » >> /etc/sane.d/dll.conf
  2. Ajouter le groupe lp à l’utilisateur : # gpassword -a nom utilisateur lp

Pour l’installation de Gnome : http://wiki.archlinux.org/index.php/GNOME

19 h 45 : après avoir installé les derniers outils manquant, j’ai galéré environ 45 minutes pour me configurer Compiz-Fusion…

En effet, il faut entrer les lignes :

Option "AddARGBVisuals" "True"
Option "TripleBuffer" "true"
Option "AddARGBGLXVisuals" "True"

Dans la section « device » du fichier /etc/X11/xorg.conf

Et surtout, ne pas oublier de rajouter :

Section "Extensions"
Option "Composite" "Enable"
EndSection

à la fin du même fichier. En quittant la session de travail, on tue Xorg avec la combinaison ctrl + alt + retour arrière.

Cependant, il manquait les outils de gestion de l’heure, des droits utilisateurs – entre autre – de Gnome. Bien qu’un paquet tout prêt fut disponible sur le dépot « community », ce n’était que pour la version i686 de la Arch Linux et non pour ma version 64 bits 🙁

J’ai alors été récupérer les fichiers nécessaires, à savoir System-tools-backends et Gnome-system-tools

J’ai lancé ensuite la compilation / installation en root des deux avec la commande makepkg -i.

Un redemarrage plus tard, les outils étaient fonctionnels.

Coté taille ? A vrai dire, comme la arch est assez « mécano », on installe ce qu’on veut. A partir des 125 Mo de l’installation de base, sur les 7500 Mo de la partition root, il me reste :

[fred@fredo-arch ~]$ df -h
Sys. de fich. Tail. Occ. Disp. %Occ. Monté sur
/dev/sda3 7,3G 2,9G 4,0G 42% /
none 754M 0 754M 0% /dev/shm
/dev/sda1 251M 12M 227M 5% /boot
/dev/sda4 136G 13G 117G 10% /home

Il ne faut pas oublier que j’ai installé sur la base en question :

Ce qui est quand même pas si mal que cela. Coté vélocité ? Du bip à l’écran de connexion : 30 secondes environ. De l’écran de connexion au bureau gnome utilisable : 25 secondes, car il faut lancer Compiz-Fusion…

Et dire qu’il faut compter pas loin de 45 secondes pour la première étape sous Ubuntu 7.10… Et près de 70 secondes avec une Fedora 8… Maintenant, je ne cracherais pas sur la Ubuntu qui m’a permis – et aussi à de nombreuses autres personnes – d’avoir un linux à visage humain… Et fonctionnant directement.

Arch Linux me permet de combler deux besoins : une distribution stable et assez à jour coté versions de logiciels… Sans avoir à passer 8 jours à tout recompiler.

Ajout à 14 h 30 : l’indispensable capture d’écran 😉

Gnome avec Archlinux

Les deux points qui ont bloqué ma migration vers la Arch Linux

Deux points génants, mais franchement bloquants.

  • L’impossibilité de faire reconnaitre et fonctionner le scanner de mon Imprimante HP Photosmart C3180, alors que j’ai bien ajouté le groupe scanner à mon utilisateur
  • ‘impossibilité de faire reconnaitre et fonctionner mon baladeur numérique Samsung YP-U3 🙁

Si quelqu’un peut m’aider à trouver les solutions pour ses deux points précis, qu’il / elle me le dise…

Firefox 3.0 béta 2 est sorti.

Tout est résumé dans le titre. Et selon le blog « MozillaDeveloper« , voici les principales nouveautés :

  • De nombreuses améliorations sur le plan de la sécurité (meilleure identification visuelle des sites « sécurisés », intégration de l’antivirus dans le gestionnaire de téléchargement et plein d’autres choses.
  • Gestionnaire de mots de passe amélioré, installation des extensions simplifiée, nouveau gestionnaire de téléchargement
  • Meilleure intégration visuelle pour Windows, MacOS-X et Linux
  • Barre d’adresse visuellement améliorée, signets intelligents
  • Correction d’environ 330 sources de fuites mémoire.

Attention, cette version étant encore un béta, mieux vaut l’installer UNIQUEMENT que si l’on sait où l’on s’aventure.

Pour la télécharger, il suffit d’aller sur cette page : http://www.mozilla.com/en-US/firefox/all-beta.html

Vers la migration ? Suite.

Bon, l’installation est faite, et j’ai réussi à faire fonctionner le son, mais impossible de débloquer la « sourdine » de Gnome au démarrage.

Parmis les premiers points positifs :

  • Légèreté de l’ensemble
  • La quasi-totalité de l’environnement de compilation d’un logiciel comme mozilla est disponible presque « out-of-the-box »
  • Le noyau 2.6.23.9 après avoir effectué la mise à jour
  • Flash installé sans trop de prise de tête avec nsPluginWrapper

Points négatifs :

  • Pas d’outils de gestions des groupes de l’utilisateur 🙁
  • L’outil de gestion d’imprimante semble absent (?)
  • La « nouvelle hiérarchie » des dossiers (Documents, Musique, etc…) semble être absente de la version Gnome d’Arch Linux.
  • La corbeille directement sur le bureau !
  • Pas d’interface graphique pour l’outil « Pacman »

Je suis en train de faire recompiler un firefox 3.0 pré-béta3 dans la machine virtuelle sous Arch Linux. Si la compilation passe, un grand pas sera fait vers une potentielle migration…

Vers l’installation d’une Arch Linux ?

Bien qu’aimant la distribution Ubuntu Linux, je suis en train d’envisager une potentielle migration vers la distribution Arch Linux.

Il est vrai que l’installation est assez rapide, et que la base technique (en comptant les fichiers de développement) ne prennent que 150 Mo environ, bien qu’on se retrouve avec un système assez basique en ligne de commande.

L’approche « mécano » de la distribution Arch Linux m’intéresse aussi beaucoup.

Je vais voir avec une machine virtuelle VMWare Server pour savoir si les logiciels que j’utilise quotidiennement sont disponible et / ou compilable facilement.

Des conseils pour une potentielle migration ? Merci !

Vive Miro ;)

Je ne parle pas du peintre espagnol, mais du logiciel anciennement connu sous le nom de Democracy Player.

En effet, grâce à Miro, il est possible d’avoir facilement accès à des chaines de télévision « classique » ou uniquement celle de l’internet.

Je sais, c’est un logiciel connu, mais il me permet d’avoir le Zapping de C+ (quelle institution !), ou encore Groland en différé. Sans oublier les quelques rares émissions ou chroniques intéressantes de chaine du satellite.

L’installation sur Ubuntu Gutsy Gibbon est assez simple : On rajoute le dépot de Miro dans Synaptic, et on installe le logiciel 😉

Miro sous Ubuntu Linux avec le zapping en fond.

Cerise sur le gateau : le logiciel est basé sur des technologies de la Fondation Mozilla, tout comme le projet Songbird.

Alors, pourquoi attendre ? 😉

Arrivée de Firefox 2.0.0.10.

Ce matin, en effet l’habituel sudo aptitude update && sudo aptitude dist-upgrade, j’ai pu lire ceci :

Lecture des listes de paquets... Fait
Construction de l'arbre des dépendances
Lecture des informations d'état... Fait
Lecture de l'information d'état étendu
Initialisation de l'état des paquets... Fait
Construction de la base de données des étiquettes... Fait
Les paquets suivants seront mis à jour :
firefox firefox-dev firefox-gnome-support libpcre3 libpcrecpp0
openoffice.org openoffice.org-base openoffice.org-calc
openoffice.org-core openoffice.org-draw openoffice.org-evolution
openoffice.org-gnome openoffice.org-gtk openoffice.org-impress
openoffice.org-math openoffice.org-writer python-uno
17 paquets mis à jour, 0 nouvellement installés, 0 à enlever et 0 non mis à jour.
Il est nécessaire de télécharger 73,0Mo d'archives. Après dépaquetage, 20,5ko seront utilisés.
Voulez-vous continuer ? [Y/n/?] y

Donc, après avoir sauté la version 2.0.0.9, Ubuntu propose la version 2.0.0.10 de Firefox. Que propose la version 2.0.0.10 ? La correction de 3 failles de sécurités, de niveau haut : les billets MFSA 2007-37 (lié à un problème de gestion de fichiers .jar), le billet MFSA 2007-38 (corruption de données en mémoire) et le billet MFSA 2007-39 (lié à une histoire de spoofing).

Maintenant, pour les personnes utilisant Firefox 2.0.0.x, la mise à jour devrait être proposée d’ici peu.

Un vrac rapide et libre ;)

Un petit billet sur les dernières grosses sortie dans le monde du logiciel libre.

Ce qui arrivera visuellement dans Firefox 3.0 béta2.

Je sais, vous allez me dire : mais la béta 1 n’est pas encore sortie.

Je suis d’accord, mais il semble bien que le code de la version 3.0 béta1 de Firefox soit « gelé ». En tout cas, pas le moindre code semble avoir été modifié depuis le 8 novembre dernier.

En ce qui concerne Firefox 3.0 béta2, une des « principales » fonctionnalités, ce sera l’arrivée d’un thème « natif » pour les versions unix (linux, BSD libres) de Firefox. En clair, un thème qui s’intègrera mieux dans l’interface de Gnome.

Un bug spécifique a été entré qui porte le doux nom de « Free Gnomestripe« .

Gnomestripe est le nom de code du thème pour les unix, comme Winstripe l’est pour Windows et Pinstripe pour MacOS-X.

Bien que ce soit encore en cours de mise en place, la différence visuelle est bien présente et une page résume ce qui a été fait et ce qui reste à faire.

L'interface de Firefox 3.0 beta 1 pour les unix

L'interface de Firefox 3.0 pré-beta2 pour les unix

Normalement, la version béta 1 de Firefox 3 devrait pointer le bout de ses octets d’ici quelques jours. La béta2 ? 4 semaines après, donc, avec un peu de chance, pour les environs de noël 2007 ? Je pense que la version 3.0 finale ne sortira pas avant mars 2008… Estimation pifométrique, bien entendue 😉

Et pour en savoir plus sur la sortie de Firefox 3.0 béta1, je ne saurais trop conseiller cet article de BeFox : http://www.befox.be/firefox-3/firefox-3-qu-en-est-il-reellement/

C’est long de compiler un firefox ?

Compiler le code source de firefox, ce n’est pas trop compliqué, surtout si l’on suit les instructions fournies par le wiki des développeurs de la Fondation Mozilla.

< Mode troll de la mort qui tue, quoique…>
Même si mettre en place l’environnement de compilation sous des Unix (Linux, BSD libres, Solaris et MacOS-X) est largement plus simple que sous Windows 😉
</ Mode troll de la mort qui tue, quoique…>

Bref, une fois l’environnement de compilation mis en place, et le code source récupéré via CVS, on peut utiliser le .mozconfig suivant (Attention, fichier adapté pour la compilation du tronc, ou du code de la future version Beta 1 de Firefox).

Si vous désirez récupérer le code de Firefox 3.0 beta 1 pour le compiler, en gardant à l’esprit que ce n’est toujours qu’une version candidate à la version beta 1 officielle.

cvs co -r FIREFOX_3_0b1_RELEASE mozilla/client.mk mozilla/browser/config

Ensuite, on copie le .mozconfig suivant dans le répertoire .mozilla :

# See http://www.mozilla.org/build/ for build instructions.
#

export MAKEOPTS= »-j2″

. $topsrcdir/browser/config/mozconfig

# Options for ‘configure’ (same as command-line options).
ac_add_options –enable-optimize= »-Os -w -pipe »
ac_add_options –disable-debug
ac_add_options –disable-tests

ac_add_options –enable-default-toolkit=cairo-gtk2

ac_add_options –enable-strip
ac_add_options –disable-updater
ac_add_options –disable-mochitest

On récupère le code source :

make -f client.mk checkout

Enfin, on fait une copie du code source récupéré :

cd ..
tar cvf moz-fox.tar mozilla/ ; bzip2 -vv9 *.tar

On retourne dans le répertoire du code source, et on lance la compilation en chronométrant l’ensemble :

cd mozilla
time make -f client.mk ; make -C browser/installer

Une fois la compilation finie, on trouvera un fichier .zip ou .tar.bz2 contenant le firefox recompilé ne demandant plus qu’à être testé 😉

Pour donner un exemple : AMD Sempron 3100+ épaulé avec 1,5 Go de mémoire vive, gcc 4.2 et Ubuntu Linux 7.10 AMD64 :


real 46m28.493s
user 36m30.177s
sys 4m10.656s

Pour le support du compilateur gcc 4.2, j’ai rajouté les lignes suivantes dans le .mozconfig :


export CC=gcc-4.2
export CXX=g++-4.2

Je sais que c’est long, mais au moins, on voit le travail nécessaire pour la compilation d’un navigateur récent et au code moderne 😉

Y a pas quelque chose qui cloche ?

Désirant récupérer l’image iso du liveCD Fedora 8 x86_64 (version gnome), j’ai lancé le client bittorrent fourni avec mon ubuntu 7.10 AMD64.

Et je constate comme un léger bug :

bug de la récupération du fichier iso de la fedora 8 live (gnome) x86_64

Bug du client ? Bug du fichier torrent ?!

En tout cas, c’est étrange 😉

Vers la sortie de Gran Paradiso Beta 1 ?

Il semblerait que la prochaine version de développement de Firefox 3, alias Gran Paradiso sera une béta 1, et non une alpha9.

Pourquoi ? Pour deux choses au moins :

  • Le bug 401741
  • L’about d’une version compilée récemment : Build identifier: Mozilla/5.0 (X11; U; Linux x86_64; en-US; rv:1.9b2pre) Gecko/2007110720 Minefield/3.0b2pre

D’ailleurs, si on regarde les commentaires du bug 401741, on peut lire :

This was landed on the GECKO190_20071106_RELBRANCH at 2007-11-06 15:46 PST.

Il suffit d’entrer la commande suivante dans un terminal, en se basant sur un environnement de compilation permettant de construire Mozilla Firefox ou encore Mozilla Thunderbird :

fred@fredo-gutsy:~/download$ cvs co -r GECKO190_20071106_RELBRANCH mozilla/client.mk mozilla/browser/config
U mozilla/client.mk
cvs checkout: Updating mozilla/browser/config
U mozilla/browser/config/mozconfig
U mozilla/browser/config/version.txt
fred@fredo-gutsy:~/download$ cat mozilla/browser/config/version.txt
3.0b1

3.0b1 ? 😉

D’ici quelques jours – une grosse semaine ? – la première béta de Firefox 3 sortira enfin… Mieux vaut tard que jamais, après tout. Il est vrai que la version 9.5 d’Opera est arrivé en béta il y a une grosse quinzaine de jours.