Compiler Minefield sur les distributions linux « moins grand publics » – Partie 1 – Frugalware Linux.

Depuis l’an 2000 (en gros), j’ai pu faire compiler à mes différentes machines (PC sous Windows ou Linux, ou encore mon MacMini à l’époque de MacOS-X Tiger) le code source de la suite Mozilla (devenue SeaMonkey) puis de Mozilla Firefox et de Mozilla Thunderbird, ce qui m’a permis de vivre leur évolution depuis près de 10 ans.

Pour fêter ces 10 ans (déjà !), j’ai décidé de faire une série de tutoriels pour montrer comment faire compiler Mozilla Firefox – du moins le code du tronc connu comme MineField (champ de mines) – sur les distributions linux moins « grand public ».

Le premier article est consacré à la Frugalware Linux. Je ferais aussi des articles pour la Slackware et pour la ArchLinux. Les distributions plus « connues » que sont Ubuntu Linux ou encore la Fedora sont déjà couverte via le biais de la debian et de la RedHat sur cette page consacrée aux développeurs sur le site de la Fondation Mozilla : https://developer.mozilla.org/En/Developer_Guide/Build_Instructions/Linux_Prerequisites

La Frugalware Linux est une version 1.1 en 64 bits que j’ai fait passé vers current. L’ayant installé depuis le DVD, j’ai rajouté le groupe « devel » ce qui me permet d’avoir 99% des outils de compilation.

Le point ennuyeux ? L’absence d’autoconf 2.13 qui est indispensable pour lancer la compilation du code source. Cf le bug 104642 sur le bugzilla de Mozilla.

Continuer la lecture de « Compiler Minefield sur les distributions linux « moins grand publics » – Partie 1 – Frugalware Linux. »

Test de la KahelOS, version de noël 2009.

J’avais déjà parlé de KahelOS qui est le pendant « Gnome » de la Chakra Linux fin septembre 2009. J’ai donc récupéré la nouvelle iso officielle depuis le site de la distribution, puis je l’ai installé dans une machine virtuelle VirtualBox avec l’équipement classique : 1,5 GiO de mémoire vive et 32 GiO de disque dur.

KahelOS – version de noël

L’installateur se lance après le démarrage, et permet de définir l’heure, puis le partitionnement du disque, en proposant certaines options assez « sauvage », comme le système de fichier btrfs qui est encore dans les couches-culottes

L’installation de base demande environ 3 GiO d’espace disque… Mais c’est une installation qui semble assez complète, ne serait-ce qu’au niveau des serveurs de Xorg

Continuer la lecture de « Test de la KahelOS, version de noël 2009. »

Linux Mint 8 « Helena » 64 bits : une ubuntu dopée et revampée.

Prenez Ubuntu Linux Karmic Koala, ajoutez les paquets « ubuntu-restricted-extras », un menu à la « windows vista » (en mieux conçu quand même), et voici Linux Mint 8 « Helena ». Enfin, en schématisant un peu 🙂

Linux Mint 8 – 64 bits

Après avoir récupéré l’image ISO de la version 64 bits, j’ai lancé le tout dans une machine virtuelle VirtualBox avec 1,5 GiO de mémoire vive et 32 GiO de disque.

C’est une distro solide, basée sur Ubuntu Linux (donc coté fraicheur de certains logiciels, hein :), mais qui offre pas mal de trucs en plus qu’une ubuntu classique, dont la possibilité de faire lire « out-of-the-box » les formats non-libres les plus communs : mp3, les dvds commerciaux, etc…

Par contre, si l’on aime pas le vert, mieux va passer son chemin 🙂

Continuer la lecture de « Linux Mint 8 « Helena » 64 bits : une ubuntu dopée et revampée. »

Un tour rapide de FreeBSD 8.0 – 64 bits.

Après mes déboires avec PC-BSD 8.0 alpha, j’ai donc décidé de tester la base à savoir FreeBSD 8.0. Après avoir récupéré l’image ISO du DVD, j’ai lancé une machine virtuelle VirtualBox pour lancer cet unix.

FreeBSD 8.0 64 bits

Continuer la lecture de « Un tour rapide de FreeBSD 8.0 – 64 bits. »

Aperçu de PC-BSD 8.0 alpha 64 bits : y a pas à dire, c’est de l’alpha ;)

PC-BSD, c’est un mélange de FreeBSD avec un KDE récent. Avec la sortie de la version 8.0 de FreeBSD, l’équipe derrière PC-BSD a décidé de proposer une série de versions alpha. J’ai voulu donc voir à quoi ressembler cette version alpha.

PC-BSD 8.0 alpha

Après avoir récupéré l’image ISO du 15 décembre 2009 depuis le répertoire dédié, j’ai pu lancer le système en version « live » dans une machine Virtualbox 3.1.2 (gonflé à 1,5 GiO de mémoire vive étant donné que j’ai gonflé mon PC réel en mémoire vive).

Etant donné que le système est encore en version alpha, il est actuellement impossible de lancer l’installation depuis le système en live à la Ubuntu.

Continuer la lecture de « Aperçu de PC-BSD 8.0 alpha 64 bits : y a pas à dire, c’est de l’alpha 😉 »

Benchmark v8 pour les autres navigateurs.

Article complémentaire du précédent pour les autres navigateurs du marché. Voici que ce que j’ai obtenu :

  • Midori 0.2.2 : 1331
  • Opera 10.10 installé via un petit yaourt -S opera-qt4 : 97.1
  • Epiphany 2.28.2 (même moteur que Midori) : 1328
  • Microsoft Internet Explorer 8.0 dans un Windows XP-Sp3 (sous VirtualBox 3.1.2) : 26.1, soit 66 fois moins que Chromium…

Continuer la lecture de « Benchmark v8 pour les autres navigateurs. »

Pas de langue de bois… Au moins chez Mozilla ;)

Derrière ce titre à rime se base un petit test – qui sert à rien, voila c’est dit pour les ronchons – qui est dérivé d’un propos que j’avais lu il y a environ 2 semaines sur Clubic.

Pour tout dire, l’article qui parlait de la sortie de la 5ième et ultime béta de Mozilla Firefox 3.6 avait un lien vers l’entretien, donc cela m’a rafraîchit un peu la mémoire 😉

C’est surtout ce petit paragraphe qui m’a mis interpellé :

Quels ont été les récent travaux effectués sur le moteur JavaScript TraceMonkey ?

MB : Nous avons opéré deux types de travaux. D’une part la technologie de TraceMonkey a été portée sur mobile. Plusieurs personnes l’ont essayé sur le N900 et ont été très impressionnées par ses capacités. Par ailleurs nous avons affiné TraceMonkey afin qu’il se révèle plus performant pour un usage de tous les jours. Aujourd’hui au travers de plusieurs tests, il apparaît que le moteur JavaScript de Firefox 3.6 est 20% plus rapide qu’au sein de Firefox 3.5. Cependant cela ne reflète pas pour autant les performances réelles observées par les utilisateurs dans leur surf quotidien.

Donc, j’ai pour vérifier cette information récupéré via le site ftp http://ftp.mozilla.org/pub/mozilla.org/firefox/nightly/, 3 versions de développement en linux 64 bits :

Une pour Mozilla Firefox pré 3.5.7, la deuxième pour Mozilla Firefox pré 3.6 béta 6, et enfin, une version pour Mozilla Firefox 3.7 pré-alpha1, et je leur ai fait passé ce qui est le test « ultime » des moteurs de Javascript : le « benchmark v8« .

Continuer la lecture de « Pas de langue de bois… Au moins chez Mozilla 😉 »

Que devient ArchLive-iso ?

En juin 2009, j’avais rapidement testé le liveCD « ArchLive ». J’ai voulu voir comment se portait le projet 6 mois plus tard.

ArchLive – décembre 2009

Donc, après avoir récupéré la dernière image ISO en date sur le site officiel, à savoir http://godane.wordpress.com/, j’ai préparé mon environnement de test habituel :

fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 arch.img 32G
Formatting 'arch.img', fmt=qcow2, size=33554432 kB
fred ~/download $ qemu-kvm -hda arch.img -cdrom archiso-live-2009-12-08.iso -boot d &

Pour mémoire, l’alias qemu-kvm résume la commande suivante :


qemu-system-x86_64 --enable-kvm --soundhw all -localtime -k fr -m 1024

Après un lancement assez rapide, j’ai ouvert une session en utilisateur classique, Xfce 4.6.1 nous accueille, puis j’ai lancé l’installateur qui se trouve dans le menu système / installer archlive.

Continuer la lecture de « Que devient ArchLive-iso ? »

Arrivée d’Electrolysis sur le code de développement de Mozilla Firefox.

La version 3.7 (qui sortira courant 2010) de Mozilla Firefox proposera une technologie déjà implémentée par Microsoft Internet Explorer 8 et Google Chrome : un processus par onglet.

La technologie dans le monde mozillien s’appelle Electrolysis – électrolise en bon français – et vient juste d’atterir sur le code source du tronc de Mozilla Firefox. En effet, quand j’ai mis à jour le code source ce soir, j’ai eu droit à un message m’annonçant la modification de… 1242 fichiers d’un coup.

electrosys arrive !

A l’heure où je rédige cet article, le code source se compile. Je pense qu’il y aura une augmentation de la mémoire vive demandée, mais si cela permet de fermer un onglet fautif sans crash du navigateur, je vote pour 😉

Sabayon Linux 5.1 Gnome… Une distribution qui sucre trop ?

Sabayon Linux, c’est une version simplifiée de la Gentoo Linux qui démarre en tant que liveCD / liveDVD pour permettre l’installation d’un système complet en quelques minutes – au lieu de quelques heures avec une Gentoo Linux classique. Au menu de cette version 5.1 ? Entre autres, un noyau linux 2.6.31 et Gnome 2.28.0, Mozilla Firefox 3.5.5, OpenOffice.org 3.1.1 et plein de petites choses en plus 😉

Sabayon Linux 5.1 version Gnome

J’ai commencé par récupérer l’iso via l’outil wget.

fred ~/download $ wget -c http://ftp2.cz.freebsd.org/pub/sabayon/Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso
–2009-12-13 09:26:56– http://ftp2.cz.freebsd.org/pub/sabayon/Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso
Résolution de ftp2.cz.freebsd.org… 86.49.49.49
Connexion vers ftp2.cz.freebsd.org|86.49.49.49|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 1973790720 (1,8G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso»

100%[====================================>] 1 973 790 720 739K/s ds 43m 37s

2009-12-13 10:10:33 (737 KB/s) – «Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso» sauvegardé [1973790720/1973790720]

Puis j’ai lancé la machine habituelle de test.

fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 sab51.img 32G
Formatting 'sab51.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred ~/download $ qemu-kvm -hda sab51.img -cdrom Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso -boot d &

La deuxième commande vous paraît un peu courte ? En effet, c’est un alias, un raccourci que j’ai rajouté dans mon fichier ~/.bashrc qui est en réalité :


alias qemu-kvm='qemu-system-x86_64 --enable-kvm --soundhw all -localtime -k fr -m 1024'

Continuer la lecture de « Sabayon Linux 5.1 Gnome… Une distribution qui sucre trop ? »

Linux 2.6.0… 6 ans déjà !

Actuellement dans sa 33ième révision (en comptant la version 2.6.0 comme point de départ), le noyau linux soufflera – d’ici 6 jours – sa 6ième bougie…

Oui, 6 ans déjà… J’ai pu retrouver le message d’origine posté par Linus Torvalds ; le plus marrant est quand il parle du futur du noyau, et d’une branche de développement 2.7 qui n’est toujours pas arrivé…

NOTE! I’ll continue to keep track of the 2.6 BK tree until we’re closer to
the time when we literally split it for 2.7.x, because both Andrew and I
are pretty comfortable with our respective toolchains. But Andrew is the
stable tree maintainer, so everything should be approved by him at this
point. Think of the -mm tree as the staging area, and mine as a release
tree. We’ll work together, but Andrew is boss.

Ce qui donne traduit – à l’arrache 🙂

NOTE ! Je continuerais à surveille la branche 2.6 BK (NdT : BK = bitkeeper, ancien logiciel de suivi de code source) jusqu’à ce que nous soyons prêt pour lancer la branche 2.7.x, parce qu’Andrew et moi sommes assez à l’aise avec nos outils de compilation respectifs. Mais comme Andrew maintient la branche stable tout doit être approuvé par lui en ce moment. Considérez la branche -mm comme le lieu d’organisation, et la mienne comme celle de publication. Nous travaillons ensemble, mais Andrew est le chef.

La branche 2.7 ne sortira surement jamais, étant donné que courant 2004, il a été décidé de rester sur la branche 2.6 et de lui faire des ajouts au fur et à mesure. Le premier exemple qui me vient à l’esprit ? ext4fs 😉

Quoiqu’il en soit, avec un tout petit peu d’avance : bon anniversaire, linux 2.6 🙂

Une sortie d’hibernation pour mieux y retourner.

C’est en écoutant l’album éponyme de Porthishead que je redige ce billet. Je sais que j’avais promis de ne plus rien poster jusqu’à début janvier, mais j’avais une envie d’écrire, un besoin oppressant d’écrire.

Ce billet va être un énorme coup de gueule. Enfin, plutôt une série de coups de gueule.

Le premier concerne l’autisme des grands pontes de l’économie ou encore de la politique. Alors que le système qu’ils ont patiemment construit depuis le milieu des années 1970 leur explosent à la tête, ils font tout pour le maintenir en place.

Il serait peut-être temps de s’apercevoir que la croissance « infinie » est incompatible avec une planète qui a des ressources en matière première définie depuis sa naissance il y a 4 milliards d’années.

L’annonce de la faillite de la pétro-monarchie de Doubaï annoncée récemment n’est que la première d’une longue liste : en gros, toutes les monarchies de la péninsule arabique passeront d’ici une vingtaine d’années à la casse elles-aussi.

Dans le genre « bulle qui va nous péter à la gueule », j’ai demandé le marché de l’immobilier et la folie irréaliste d’une France de propriétaires. Entre les différentes options de maisons à petit prix achetées par des personnes qui s’endettent jusqu’à la soixantaine passée (en moyenne), pour un bien qui ne leur appartient que sur le papier.

Nombre de personnes de ma génération (années 1970) veulent devenir propriétaire de leur logement, arguant qu’elle ne payent plus de loyer…

Elles payent un autre loyer, à un propriétaire largement moins compréhensif : un organisme de prêt qui se fait des bijoux de famille en or massif avec les emprunts sur 30 ans…

Deuxième coup de gueule : la lente agonie de l’industrie du disque. Je pense qu’il a été démontré encore et encore que les majors du disque mentent comme des arracheuses de dents en faisant porter le chapeau de la baisse des ventes de galette en plastique à des « méchants pirates » sans remettre en question un modèle en voie d’obsolescence : celui de la rareté des biens de divertissement à une époque où la copie est presque instantanée avec une perte de qualité quasi-nulle et pour un prix très faible.

Comme jadis, à l’époque du mouvement luddiste, les ouvriers du tissu cassèrent des machines à tisser pour protéger leurs emplois, les majors du disque poursuivent des clients potentiels pour pouvoir proposer leur sou-soupe commerciale.

Plus dure sera la chute, et ce n’est pas des lois inapplicables comme la série des Hadopi qui rapportera un centime de plus aux créateurs. Loin de là.

A croire que dans leur monomanie, les majors oublient une chose : la taille des rayonnages des CDs diminue comme une peau de chagrin dans les grandes surfaces (50% de surface en moins en l’espace de deux ans et demi dans l’hypermarché proche de chez moi), au profit des consoles de jeux, de l’informatique, des films, etc…

Inutile de revenir encore une fois sur ce sujet… Sinon, je risque de devenir largement moins courtois dans mes propos.

Troisième coup de gueule : l’amalgame « Ubuntu = Linux ».

Je sens que je ne vais pas me faire que des amis par la suite, mais, je m’en contrefous un peu.

Marre ! Marre ! Marre ! Y en a marre des personnes qui limitent les systèmes à base de Linux (et de GNU tant qu’on y est) à Ubuntu. Ayant rejoint l’équipe des modérateurs du planet-libre, j’ai remarqué que 60 à 70 % des articles concernent Ubuntu ou ses dérivés. Même si ce sont des informations qui peuvent être appliquée de manière transversale, seul Ubuntu est traité.

J’ai été utilisateur d’Ubuntu de la Dapper Drake à la Jaunty Jackalope – après un bref premier passage dans le monde merveilleux d’Archlinux – et je reconnais que cette distribution a un énorme avantage : elle a démocratisé pas mal gnu/linux auprès du grand public.

Cependant, ce doit être – selon moi – une première étape. Ce serait une erreur de rester ad-vitam aeternam sur une seule distribution. Car ce serait développer une forme de monoculture à l’image du monde de Microsoft Windows.

En dehors de la très moyenne – quel beau pléonasmeOpenSuSE 11.2, il existe de nombreuses distributions de qualité : la Debian qui a donné naissance à la royale Ubuntu, mais aussi Fedora (même si SELinux me sort par les yeux et me donne de l’urticaire), Archlinux (bien entendu), et la Frugalware (dont je n’arrive jamais à installer correctement, je dois être inconsciemment allergique à cette distribution), ou encore la vénérable Slackware.

Pourquoi un tel retour à la monoculture alors que Linux et GNU (ah, vivement que Hurd sorte !) est par définition la diversité ?

Quatrième coup de gueule : KDE

Un petit coup de gueule concernant KDE. Non, je ne parle pas du coté technique, mais de la volonté de l’équipe de KDE de recentrer les choses… Et en voulant mieux défendre son image de marque, on tombe dans des subtilités et de complexités digne du roi Ubu(ntu)

KDE ne désignera plus l’environnement mais la communauté des développeurs. Pour l’environnement, il faut dire KDE Software Compilation 4.x.y… Joie, mais je me demande combien de temps il faudra pour faire entrer cette nouvelle appelation dans le cerveaux des utilisateurs…

Voila, cela fait du bien.

Je retourne en hibernation, en attendant la prochaine envie d’écrire qui viendra.

XZ : voila un format de compression qu’il est bien.

Dans un billet de fin mai 2009, j’avais abordé rapidement l’arrivée des xz-utils dans Archlinux. Mais que sont donc les xz-utils ?

Avant toute chose, il faut aborder deux notions différentes et pourtant liée de l’informatique : l’archivage et la compression.

Archivage : c’est créer un fichier unique à partir d’un ensemble de fichiers et de répertoires.

Compression : c’est utiliser des outils pour réduire – sans perte de données – un fichier ou une archive.

Dans le petit monde des unix, c’est tar pour Tape ARchive qui est le plus connu. Dans le petit monde de Windows, c’est zip, qui combine à la fois archivage et compression.

D’ailleurs, si mes souvenirs sont bons, la première fois qu’un Windows a intégré la gestion en natif des fichiers zip, cela devait être à l’époque de Windows Millenium en 2000.

D’ailleurs d’autres formats ont maintenant pris le relais : rar, ace ou encore 7-zip.

Côté outil de compression dans le monde des unix, on peut citer : gzip (Gnu zip), Bzip2 (l’un des plus employé actuellement), rzip (assez confidentiel). Sinon, historiquement ce fût compress qui a eu ses heures de gloire.

Maintenant que le point – rapide – a été fait sur la différence entre archiveur et compresseur, continuons à parler de xz-utils.

xz-utils, c’est le descendant de lzma, pour « Lempel-Ziv-Markov chain-Algorithm » et il permet d’avoir des taux de compression assez impressionnant.

Continuer la lecture de « XZ : voila un format de compression qu’il est bien. »

Quoi de neuf sur la slackware-current 2 mois et demi après la sortie de la slackware 13.0 ?

Il y a 2 mois et demi la version 13.0 de l’une des plus anciennes – voire même la plus ancienne – des distributions linux encore vivantes sortait, un an après la précédente version, la 12.2.

La grande nouveauté de cette version, en dehors de l’ajout de KDE 4.2.x, c’était l’arrivée d’une version officielle en 64 bits.

Comme les versions majeures de la slackware sortent quand elles sont prêtes (en gros entre 6 et 12 mois en moyenne), j’ai voulu voir ce qu’avait actuellement dans le ventre la version -current.

Continuer la lecture de « Quoi de neuf sur la slackware-current 2 mois et demi après la sortie de la slackware 13.0 ? »