Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 6 : Les adaptations des génériques des séries américaines entre 1975 à 1985.

Dans le précédent épisode, j’évoquais le massacre de certains génériques de séries japonaises et autres sentai produit entre 1975 et 1985 et diffusé sur les « trois chaines en couleurs » pour reprendre une partie des paroles de l’adaption de « No particular place to go » de Chuck Berry par Claude Moine alias Eddy Mitchell.

J’avoue qu’à l’époque, le nombre de séries américaines que je regardais proposait soit le générique d’origine, souvent instrumental soit en langue anglaise.

Cependant, il m’est resté en mémoire quelques séries dont parfois la traduction du titre d’origine est un massacre pur et dur. Commençons par la série maudite, « Diff’rent Strokes » (1978-1986), plus connu en France sous le nom de « Arnold et Willy ».

Cette série parle de l’adoption par un riche homme d’affaire de deux enfants noirs ceux de sa gouvernante mourante, joués par Gary Coleman et Todd Bridges. Cette sitcom est très célèbre. Mais le destin des acteurs et actrices est assez morbide.

Gary Coleman (Arnold) : ruiné par ses parents qui avait siphonné ses cachets, il sera condamné pour coups et blessures. Ne trouvant plus de rôle, il deviendra gardien de parking et décède en 2010 à l’age de 42 ans.

Todd Bridges (Willy en VF, Willis en version originale) : est tombé dans le duo drogue et alcool, puis a connu la prison.

Dana Plato (Virginia en VF, Kimberly en version originale) : arrêtée pour vol à main armée, a posé pour Playboy et a tourné dans un film érotique. Suicide par overdose de médicaments en 1999. Elle avait 34 ans.

Voici le générique original, avec la chanson anglaise. Au moins, la musique d’origine a été conservée pour la VF.

Passons ensuite à une des plus célèbres séries policières américaines, multi-rediffusée et encore de nos jours. Oui, je parle bien de « Starsky et Hutch », en version originale « Starsky and Hutch » (1975-1979).

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 6 : Les adaptations des génériques des séries américaines entre 1975 à 1985. »

Void Linux : puisque le rolling-release est à la mode…

…cédons à la mode. Je tiens à remercier Fanch du forum Terre-des-tux pour avoir parlé de cette distribution gnu/linux construite à partir d’une feuille blanche (from scratch comme disent nos amis anglophones).

En dehors du nom qui est un peu spécial, la Void Linux propose plusieurs choses :

  1. Une distribution en rolling release
  2. Un gestionnaire de paquet maison xbps, qui permet la récupération de paquets précompilés ou de les compiler directement sur la machine hôte
  3. Systemd
  4. Une installation minimale, et ensuite, le mécano habituel qu’on peut trouver avec ArchLinux, Funtoo Linux/Gentoo Linux, Frugalware Linux ou encore NuTyX
  5. Disponible en 32 et 64 bits, et pour les fans de la Raspberry PI, elle est supportée.

Le billet de Fanch ayant piqué ma curiosité, j’ai décidé de récupérer la dernière ISO minimaliste. Je l’utiliserais dans VirtualBox pour installer en plus de la base Xorg, Xfce 4.10 et LibreOffice. Bref, de quoi faire une station bureautique de base.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://xbps.nopcode.org/live/void-live-x86_64-3.9.6_1-20130615.iso
–2013-07-24 14:36:04– http://xbps.nopcode.org/live/void-live-x86_64-3.9.6_1-20130615.iso
Résolution de xbps.nopcode.org (xbps.nopcode.org)… 173.236.173.125
Connexion vers xbps.nopcode.org (xbps.nopcode.org)|173.236.173.125|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 243269632 (232M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «void-live-x86_64-3.9.6_1-20130615.iso»

100%[======================================>] 243 269 632 1,66MB/s ds 2m 15s

2013-07-24 14:38:19 (1,72 MB/s) – «void-live-x86_64-3.9.6_1-20130615.iso» sauvegardé [243269632/243269632]

Après avoir récupéré l’ISO qui ne pèse que 230 Mo environ, j’ai donc fait chauffé mon VirtualBox, en prenant comme modèle une Archlinux, car c’est d’elle que la distribution est la plus proche dans l’esprit et le fonctionnement 😉

J’ai utilisé le partitionnement habituel de mes machines virtuelles, à savoir :

  • /dev/sda1 ; /boot ; 512 Mo ; ext2
  • /dev/sda2 ; swap de 4 Go
  • /dev/sda3 ; / ; 20 Go ; ext4
  • /dev/sda4 ; /home ; le reste du disque de 128 Go ; ext4

Continuer la lecture de « Void Linux : puisque le rolling-release est à la mode… »

« Fire & Fortune » : le nouvel album de Josienne Clarke et Ben Walker.

C’est le quatrième opus du duo, sorti le 22 juillet 2013. Après un album « One Light Is Gone » et deux EPs, « The Seas Are Deep » et « Homemade Heartache », le duo anglais nous propose un album de 12 titres (qui s’étale sur presque 39 minutes). J’ai acheté la version CD de l’album chez Proper Music. Le groupe proposant la version vynil sur leur page Bandcamp.

Ce n’est pas la première fois que je parle de Josienne Clarke et Ben Walker qui ont su donner un coup de fouet à la folk britannique. J’en avais déjà parlé lors de l’achat des deux premiers albums en juillet 2012, puis lors de la sortie de leur EP « Homemade Heartache » encore en juillet 2012 😉

Lorsque j’ai entendu dire que leur nouvel album « Fire & Fortune » était disponible en précommande, j’ai sauté sur l’occasion. L’album est publié chez Navigator Records, un éditeur spécialisé dans la musique folk.

Et grace à la précommande, je l’ai reçu aujourd’hui, deux jours après sa sortie officielle 😉

Dès les premières mesures de la première piste, on se retrouve en terrain conquis : le jeu de guitare aérien de Ben Walker mélangé à la voix angélique de Josienne Clarke nous porte dans un monde de douceur, de nostalgie et de mélancolie.

Continuer la lecture de « « Fire & Fortune » : le nouvel album de Josienne Clarke et Ben Walker. »

Guide d’installation d’Archlinux et Gnome : quatrième mise à jour.

Je voulais mettre à jour le guide que j’avais rédigé avec la sortie de la nouvelle image ISO officielle sur le site d’Archlinux, en cette fin de juillet 2013. Voici donc la 5ième version qui rend obsolète la version précédente, toujours récupérable à titre d’archive.

Il se base sur une machine virtuelle VirtualBox, utilisant Grub 2.0. On obtient un système assez fonctionnel, avec Gnome 3.8.3 au final.

Note : une légère coquille s’est introduite au niveau de la première partie : c’est pacstrap /mnt grub qu’il faut lire !!!!

Si vous voulez KDE SC, il faut utiliser les lignes de commandes suivantes :

yaourt -S kde
sudo systemctl enable kdm.service

Pour Xfce avec lxdm ?

yaourt -S xfce4 xfce4-goodies gamin gvfs lxdm
sudo systemctl enable lxdm.service

Note : dans un premier temps, je vous conseille fortement de tester que l’environnement se lance, en remplaçant sudo systemctl enable par sudo systemctl start. Ensuite, si tout se passe bien, vous pourrez activer le gestionnaire de connexion.

Ce n’est pas un tutoriel à suivre au pied de la lettre, mais une base pour se dégrossir. Le fichier zip contient :

  • La version odt
  • La version pdf
  • La version ePub
  • La version mobi (pour Kindle)

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 3.0.

Bonne lecture !

Et n’hésitez pas à me faire des retours en cas de coquilles !

Ubuntu Edge : où comment être sûr d’écouler son OS à quelques milliers d’exemplaires :)

Je rédige cet article à chaud après l’annonce de l’Ubuntu Edge. En gros pour simplifier, c’est une téléphone assez grand (limite phablette) avec une diagonale de 4,5 pouces (11,52 centimètres), fonctionnant à la fois sous Ubuntu Phone et Android, financé par la communauté.

C’est un téléphone quand même assez haut de gamme : 4 Go de mémoire, 128 Go de stockage, double antenne pour se connecter en 4G (Europe et Amérique du Nord), écran en « cristal saphir » (comme sur l’iPhone 5), processeur multi-coeur.

Et l’engin est loin d’être petit. Imaginez un pavé de 6,4 cm de largeur, 12,4 cm de hauteur et 0,9 cm d’épaisseur. C’est quand même assez monstrueux 🙂

Pour donner un ordre d’idée, même hauteur et légèrement plus épais que l’iPhone 5… Mais 8 millimètres de plus en largeur.

L’Ubuntu Edge est surtout une manière pour Canonical de ne pas perdre trop de plumes dans l’histoire. En effet, l’Ubuntu Edge ne sera financé que par la communauté, avec au minimum 32 millions de dollars récoltés. La page Indiegogo est claire. Surtout sur les récompenses.

Si un personne vivant en dehors du Royaume Uni et des Etats-Unis veut un Ubuntu Edge, il lui en coûtera au minimum 600$ / 454 € (plus les frais de ports de 30$) pour les 5000 appareils mis en vente de manière promotionnelle.

Indie Gogo - Ubuntu Edge

Pour les personnes s’y prenant plus tard, c’est 830$ / 629 €, plus les frais de ports.

Et pour les afficionados, les 50 premiers modèles sont en vente à la bagatelle de 10 000$ / 7579 €.

Continuer la lecture de « Ubuntu Edge : où comment être sûr d’écouler son OS à quelques milliers d’exemplaires 🙂 »

Manjaro Linux 0.8.7rc1 : attention, ça va faire très mal ?!

La Manjaro Linux, alias « Ubuntu pour ArchLinux », va bientôt connaître sa version prochaine finale, la 0.8.7. Trois semaines seulement après la version 0.8.7pre1, autant dire que ça fonce chez Manjaro Linux pour adapter l’austère ArchLinux 😉

Les notes de publications de cette ultime (ou pénultième) préversion sont claires : ça bouge 🙂

On trouve, entre autres : un noyau linux 3.9.10 (la version stable officielle étant la 3.10.1 au moment où je rédige cet article), Mozilla Firefox 22, Mozilla Thunderbird 17.0.7, LibreOffice 4.0.4, MDM en lieu et place de lxdm ou encore Steam préinstallé pour les fans de jeux dématérialisés. Et aussi le menu à la Windows XP, j’ai nommé Whisker Menu.

L’ISO est assez lourde (1,2 GiO environ) ce qui prouve qu’elle est assez complète niveau logithèque proposée dès l’installation.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ ls -alh manjaro-xfce-0.8.7-rc1-x86_64.iso
-rw-r--r-- 1 fred users 1,2G 20 juil. 22:44 manjaro-xfce-0.8.7-rc1-x86_64.iso

Pour savoir ce qu’a dans le ventre cette préversion, j’ai utilisé VirtualBox. Qemu est un peu sensible en ce moment 🙂

L’installateur est toujours aussi fonctionnel, même s’il souffre d’un bon gros bug certainement lié à la traduction.

En effet, au lieu d’avoir le bouton « suivant », à chaque écran, on a le bouton « retour » qui s’affiche. Mais c’est uniquement un bug d’affichage. Cliquer sur le bouton fait passer à l’étape suivante. Cf la capture d’écran ci-dessous.

Sinon, c’est toujours le même installateur, dérivé de la Linux Mint, puissant, mais avec le même défaut : un partitionnement trop simplifié. Et oui, j’ai triché en utilisant gparted avant de lancer l’installateur pour avoir un partitionnement plus « archlinux-ement correct ». Il faut compter une grosse quinzaine de minutes pour la totalité des étapes.

Continuer la lecture de « Manjaro Linux 0.8.7rc1 : attention, ça va faire très mal ?! »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 5 : Les adaptations des génériques des dessins animés et de sentai produits entre 1975 à 1985.

Quand on est né dans les années 1970, on a le souvenir de certains sentai (les supers héros japonais en images réelles) et de certains dessins animés. On a aussi le souvenir de génériques souvent très guerriers, aux paroles souvent très recherchées. Mais les versions originales sont… originales souvent et spéciales 😉

Commençons par un des premiers sentai diffusés en France, « Uchu kara no messeji: Ginga taisen » devenu « San Ku Kaï » en France. On se souvient surtout de la musique très synthé disco d’Eric Charden. La version originale est plus « sobre ».

Faisons un bond de quelques années. Vers 1982 – 1983, une série est diffusée sur Antenne 2, « Uchuu Keiji Gavan » devenue « X-OR ». Je vous laisse découvrir la version originale du générique.

Mais le massacre ne s’arrête pas aux séries en images réelles. Parlons un peu des animés de la même période qui n’atteigne pas quand même le massacre du générique de « Dragon Ball Z » qui est un peu un cas d’école.

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 5 : Les adaptations des génériques des dessins animés et de sentai produits entre 1975 à 1985. »

Ubuntu Edge, un projet très ambitieux ?

La toile geekesque bruite de l’annonce que doit faire Canonical le 22 juillet 2013. PC Inpact – comme d’autres médias comme FrAndroid – spéculent sur la possible arrivée d’un portable fonctionnant avec l’OS pour téléphone mobile, Ubuntu Phone OS.

Comme le précise l’article FrAndroid, pour le moment les seuls roms proposées à titre de tests concernent des modèles que l’on peut qualifier comme du bon milieu voire du haut de gamme : la série des Nexus 4, 7 et 10.

Donc au minimum des appareils à 299 €... Pas franchement le smartphone d’entrée de gamme coté prix 😉

Le projet très ambitieux, car il faut déjà avoir les moyens de mettre 300 € dans un téléphone portable nu, le modèle subventionné classique étant selon l’OCDE pas avantageux pour le consommateur final :

Dans un rapport d’une quarantaine de pages, bouclé en décembre mais qui vient seulement d’être « déclassifié » et publié, l’OCDE conclut que, d’une manière générale, « le prix d’un abonnement seul et l’achat d’un téléphone indépendamment revient 10 à 20$ moins cher par mois qu’une option couplée. » Elle appelle aussi à plus de transparence.

Donc, sur un abonnement de 2 ans, on imagine à quel point le modèle subventionné classique est un piège qui se referme sur le consommateur.

Donc déjà, à moins que Canonical ne propose un modèle dans les 250 € ou moins, il ne touchera qu’une frange précise des utilisateurs un peu geek : ceux qui sont un minimum friqué

A moins d’acheter son téléphone en 2 ou 3 fois sans frais pour récupérer la mise, mieux vaut se tourner vers des modèles moins coûteux, du genre de la gamme des Wiko Cink plus et compagnie, même si parfois le DAS est un peu costaud.

Continuer la lecture de « Ubuntu Edge, un projet très ambitieux ? »

Camilla Läckberg : où comment tomber de Charybde en Scylla et comment économiser au minimum 22 €…

Je viens de finir le 7ème opus de la série Erica Falk, et je n’ai à dire qu’une chose : c’est le deuxième volume en trop pour la série. Déjà en juin 2012, je disais tout le mal que je pensais du précédent roman de la série, « La Sirène ».

Mais « Le Gardien de phare » est encore pire. Oui, c’est possible. Malheureusement…

Couveture du tome 7 de la série Erica Falk

Continuer la lecture de « Camilla Läckberg : où comment tomber de Charybde en Scylla et comment économiser au minimum 22 €… »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 4 : Les séries mythiques de 1975 à 1985

Cet article est la suite de celui consacrés aux dessins animés qui ont marqué l’enfance des vieux trentenaires / jeunes quadragénaires. Dans ce billet, je vais parler des séries – pour « enfants » ou pas qui ont marqués les années 1975-1985. Autant dire qu’il y aura du lourd.

Et même s’il est impossible d’être exhaustif, je vais essayer de parler des séries qui m’ont plus marqués.

Et commençons par les dames, et l’adaptation du roman « Die Rote Zora und Ihre Bande » de Kurt Held, alias « Zora La Rousse », une série Germano-Helveto-Yougoslave de 1978. Diffusée en 1981, la série se situe dans la Yougoslavie (en Croatie ?) dans les années 1930.

Ce sont les aventures d’une bande de jeunes orphelins vagabonds qui vivent de menus larcins dirigée par une jeune fille rousse, Zora. L’actrice qui interprète le rôle éponyme Lidija Kovačević est devenue professeur de lettre après sa courte carrière d’actrice.

Inutile de présenter cette série, le générique d’une des seules diffusions de cette courte série suffira à faire renaître la nostalgie.

Cependant, la production française était loin d’être insignifiante à l’époque. Spécialement pour certaines séries devenues cultes par la suite.

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 4 : Les séries mythiques de 1975 à 1985 »

En vrac’ rapide et libre de milieu de semaine.

Ignorant si j’aurais le courage et l’opportunité de faire d’autres billets d’ici la fin de la semaine, voici donc les liens qui m’ont marqué en ce milieu de semaine.

Bon mercredi 🙂

Pourquoi vous ne trouverez pas de bouton flattr sur mon blog.

Dans un article très bien argumenté, Lionel Dricot alias Ploum annonçait que son blog devenait payant.

Mais payant sur une base de volontariat. Loin du modèle classique et bancal de la publicité plus ou moins discrète qui finit par influncer sur la qualité du contenu, Lionel Dricot précise le genre de paiement qu’il attend :

Comme je l’ai déjà écrit, vous pouvez utiliser Flattr. Ou bien Bitcoin. Vous pouvez décider de m’envoyer une fois pour toute, par le moyen de votre choix, une petite somme pour un abonnement annuel ou à vie. Vous pouvez décider que le temps passé à me lire est un paiement amplement suffisant. Vous partagez mes articles autour de vous ou sur les réseaux sociaux ? Alors peut-être estimerez-vous qu’il s’agit là d’un paiement en nature. Vous pouvez m’offrir une eau gazeuse lors d’une conférence, m’inviter un week-end dans votre maison de campagne, m’envoyer un t-shirt, une carte postale ou un mail exprimant votre gratitude.

Autant dire que c’est une attitude parmi les plus ouvertes que j’ai pu lire.

Au lieu d’une carotte du genre « donnez un euro par mois et vous n’aurez plus de pub » – désolé, mais la solution bloqueur de pubs me coûte rien et j’obtiens un résultat identique, l’homo economicus en veut toujours plus pour toujours moins – Lionel Dricot fait appel à l’intelligence de ses visiteurs.

Je vous renvoie à son article que j’aurais bien aimé écrire.

La conclusion est très pertinente :

Ce blog est donc payant. Je ne fais pas appel à la charité. Je ne demande pas de la compassion ni de l’aide (je ne suis pas l’UMP). Il s’agit d’un véritable échange économique. À la différence du commerce classique, c’est vous qui fixerez le prix. Selon votre ressenti, selon la valeur que vous apportent mes écrits et selon vos propres possibilités.

Mais je n’insisterai jamais assez sur le fait que votre temps à me lire et à me partager autour de vous est déjà le plus beau des paiements.

Je n’aurais pas pu mieux écrire, car cela reflète parfaitement mon idée et ma conception de l’activité de blogueur. Une activité qui devrait rester de l’amateurisme au semble noble du terme.

Cependant, je ne compte pas utiliser dans un futur proche de système de paiement à la flattr. Et plusieurs raisons me pousse à ne pas le faire.

Continuer la lecture de « Pourquoi vous ne trouverez pas de bouton flattr sur mon blog. »

Tiens, un « best of » qui va me réconcilier avec le genre ;)

Généralement, je ne suis pas un super amateur des compilations qui regroupent les meilleurs titres d’un groupe ou d’un artiste. Le plus souvent, c’est de la bonne grosse diarrhée commerciale qui ne vaut rien du tout ou presque, et qui ne sert qu’à faire une chose : pomper encore plus d’argent aux personnes aimant l’artistes / groupe en question.

Dans ma modeste musicothèque (579 galettes plastifiées environ), je n’ai en tout et pour tout que 3… Ce qui n’est pas énorme.

J’ai un album qui s’appelle « Deep Purple : The collection » qui regroupe une douzaine de titres des formations Mark I à Mark IV du groupe, « Wake« , un double CD de 26 titres qui balaye la groupe de Dead Can Dance de 1981 à 1998 et l’album que j’ai reçu aujourd’hui, « The Best Of Lisa Gerrard« .

Cette compilation, composée de 15 titres, et dirigée par Lisa Gerrard elle-même (?) retrace aussi bien sa carrière solo que dans le groupe formé avec Brendan Perry, Dead Can Dance.

Couverture de la compilation « Best Of Lisa Gerrard »

Dans les 15 titres, dont la liste débute et finit avec des extraits de la bande originale de Gladiator, toutes les époques et disques de Lisa Gerrard sont balayés, sauf quatre disques sur les douze enregistrés : les deux premiers albums de Dead Can Dance (The Fatal Impact – 1984, Spleen and Ideal – 1985), son album en duo avec Patrick Cassidy et le dernier album studio sorti à l’époque, « The Silver Tree ».

Continuer la lecture de « Tiens, un « best of » qui va me réconcilier avec le genre 😉 »

Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 3 : Les dessins animés mythiques des années 1975-1985.

Dans l’épisode de cette série de billet 2, j’évoquais l’émission « Temps X ». La sortie du coffret – qui est à mon humble avis une sacrée arnaque ne serait que pour le contenu (12 épisodes sur les 76) de la série UFO Robot Grendizer (connu en France sous le nom de Goldorak), m’a donné envie de parler des dessins animés qui ont marqué l’enfance des vieux trentenaires et jeune quadragénaires de ma génération.

En dehors de Goldorak (1976), qui était un des premiers dessins animés japonais à être diffusé, comment passer à côté de Candy (1976) ?

La série fut censurée pour éviter de traumatiser les enfants, car Anthony est tué dans la version d’origine fut simplement rendu handicapé. Cependant, c’est une série très violente : combien de personnages sont tués ou estropiés ? C’était quand même très « cash » à l’époque.

Continuer la lecture de « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 3 : Les dessins animés mythiques des années 1975-1985. »