Comparatif geek des trois principaux navigateurs internet multiplateformes :)

J’entends par multiplateforme : qui existe au minimum sur le trio Microsoft Windows, Apple MacOS-X et les distributions linux. Je me suis basé sur les dernières versions disponibles de développement actuellement, à savoir :

Ma machine : Un AMD Athlon2 X2 (800 à 2800 Mhz), 4 Go de mémoire vive, une Archlinux 64 bits avec Gnome 3. Les tests employés ?

  • html5test, qui liste le support des technologies sous-jacentes de html5
  • v8 benchmark, le test de vitesse d’interprétation de Javascript
  • css3 test, qui donne le niveau de support de la norme css3 –
  • ecmascript test 262, qui donne le niveau de support du JavaScript.

Les résultats ?

Continuer la lecture de « Comparatif geek des trois principaux navigateurs internet multiplateformes 🙂 »

Où en est la Slackware Linux un an après la sortie de la version 13.37 ?

Il y a environ un an, j’avais rédigé un article sur la Slackware Linux 13.37 à l’époque en version RC2.

J’ai voulu voir où en était cette vénérable distribution qui fêtera ses 19 ans en juillet prochain. J’ai récupéré l’image ISO de la version 64 bits de la Slackware Linux, puis, j’ai créé une machine Qemu-kvm.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ dd if=/dev/zero of=disk.img count=32 bs=1G
32+0 enregistrements lus
32+0 enregistrements écrits
34359738368 octets (34 GB) copiés, 289,161 s, 119 MB/s
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom slackware64-13.37-install-dvd.iso -boot order=cd &

kvm64 étant un alias pour :

qemu-system-x86_64 --enable-kvm -m 2048 -k fr -soundhw all -vga std -usb

L’installateur étant toujours le même, inutile de s’étendre dessus. Une fois installée, j’ai modifié le fichier /etc/slackpkg/mirrors pour choisir un miroir de la Slackware Linux current.

Continuer la lecture de « Où en est la Slackware Linux un an après la sortie de la version 13.37 ? »

Mozilla Firefox 15 : attention, ça va chambouler ;)

Mozilla Firefox 15 est la version qui sortira fin août prochain dixit la feuille de publication disponible sur le blog d’Asa Dotzler proposera une version amélioré des options / préférences.

Le projet d’amélioration, connu sous le nom de « In Content Preferences », bien qu’encore incomplet est disponible sur les versions nocturnes à compter du 10 mai 2012. Cette page web décrit les détails techniques de cet ajout et sa conception, même s’il reste du travail avant que le code ne soit disponible pour le grand public.

Si vous êtes curieux et vous voulez voir de vos propres yeux cette nouvelle interface, il suffit d’avoir une version nocturne récente, et d’entrer : « about:config » (sans les guillemets) dans la barre d’adresses.

Ensuite, il faut mettre sur « true » la valeur : browser.preferences.inContent

Voici une petite vidéo qui montre la nouvelle présentation des options / préférences.

J’avoue que cela est intéressant de voir un tel changement, surtout quand on utilise des environnements de bureau comme KDE, Gnome Shell qui propose des interfaces ressemblantes. A creuser donc 😉

Archlinux et Gnome : mise à jour du guide.

En décembre dernier, j’avais fait un petit tutoriel pour mettre au point un guide pour installer facilement Archlinux avec Gnome, la version 3.2 à l’époque.

J’ai donc mis à jour le guide pour la version 3.4.1 de Gnome. Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 3.0.

Dans une archive zippée, j’ai mis la version PDF, odt, ePub, et .mobi pour Kindle. Les fichiers ePub et .mobi ont été généré avec Calibre.

SolusOS Rc4 ? Linux Mint Debian Edition est loin d’avoir de la concurrence ;)

Un gentil lecteur m’a parlé de la SolusOS donc la version rc4 est sortie récemment. La personne m’a dit que cela pouvait être un concurrent à la Linux Mint Debian Edition. Ma curiosité ayant été piquée, je suis allé sur le site la SolusOS.

Comme d’habitude, on nous promet, je cite :

SolusOS is a modern operating system based on the hugely popular Linux distribution, Debian. It works out of the box the second you install it, with great support for all your modern day computing needs.

Ce que l’on peut traduire par :

SolusOS est un système d’exploitation moderne basé sur la très populaire distribution Linux, Debian. Il fonctionne dès que vous l’installez, avec un grand support de tous vos besoins informatique moderne.

Bref, du classique. Dommage cependant que le moderne se limite pour le moment à une distribution 32 bits avec le cautère sur la jambe de bois qu’est la technologie PAE.

J’ai donc utilisé l’iso fraîchement récupérée, puis j’ai créé une machine virtuelle VirtualBox typique pour une Debian 32 bits.

Seul ennui de l’installation : après avoir choisi la langue, le fuseau horaire et le clavier, il faut définir manuellement les partitions 🙁

Dommage, car cela aurait été bien un partitionnement assisté, voire automatisé. Autre ennui, le redémarrage en fin d’installation ne se fait pas et on s’aperçoit que l’on a un noyau linux 3.0… Je veux bien que le noyau linux 3.0 soit une version en support long, mais quand même… Bah, redémarrons à la main l’ensemble 😉

Continuer la lecture de « SolusOS Rc4 ? Linux Mint Debian Edition est loin d’avoir de la concurrence 😉 »

Mageia 2 RC : un clou supplémentaire dans le cercueil de la Mandriva ?

Je n’avais pas donné cher de la peau de Mageïa quand le projet était né. Mais depuis, de l’eau a coulé sous les ponts, et les déboires récents de Mandriva (qui est une nouvelle fois sauvée, mais pour combien de temps ?) me font penser que l’avenir de la communauté mandrivienne est bien sombre… Pour ne pas dire d’une odeur persistante de sapin.

Pour mémoire, j’avais écrit cela au début de l’épopée de Mageïa, et je suis content de m’être finalement trompé :

Un autre logiciel que je sens très mal : le fork de Mandriva Linux, j’ai nommé Mageia. Pour être clair, la sortie de la Mandriva Linux 2010.2 semble être un autre clou dans le cercueil du fork de Mandriva Linux. Tout ce que Mageia propose pour le moment ? Un logo et l’annonce d’une version Alpha0… courant Avril 2011, dixit le wiki…

Bref, même si la 2ième RC de la Mageïa n’est pas encore sortie officiellement, on peut l’installer si on est patient, en passant par l’installation réseau. Oui, c’est moins rapide qu’avec une ISO dédiée, mais au moins, on peut l’installer. Au lieu de 5 minutes, il faut en compter 45 à 50.

L’image ISO minimale à récupérer « Wired network-based install CD » est disponible à l’adresse : http://www.mageia.org/fr/2/

J’ai donc créé une machine virtuelle VirtualBox pour tester la Mageïa ainsi proposée.

J’ai ensuite sélectionné comme miroir de téléchargement un miroir francophone proche, puis l’installation graphique s’est lancée. Coté environnement, inutile de préciser que j’ai choisi Gnome 🙂

Continuer la lecture de « Mageia 2 RC : un clou supplémentaire dans le cercueil de la Mandriva ? »

Linux Mint Debian Edition 2012.04 : l’avenir à terme de la Linux Mint ?

J’ai lu que la Linux Mint Debian Edition 2012.04 était sortie il y a quelques jours, en proposant un duo intéressant : le côté rolling release d’une Debian GNU/Linux testing et  au choix  soit l’acharnement thérapeutique Mate ou Cinnamon, cet environnement qui avait fait couler pas mal d’encre électronique à sa sortie.

Donc de quoi ravir les utilisateurs qui ne peuvent pas voir en peinture ni Gnome Shell, ni Unity.

J’ai donc récupéré l’image ISO en 64 bits de la LMDE proposant le duo Mate – Cinnamon, et lancé l’ensemble dans une machine virtuelle VirtualBox.

Dès le démarrage, on est accueilli par un environnement Mate 1.2.0 à la sauce Linux Mint, le Mint Menu étant l’interface de lancement des programmes.

J’ai ensuite lancé l’installateur, et j’ai choisi un partionnement personnalisé, à savoir :

  • Une partition de 10 Go pour /
  • Une partition swap de 4 Go
  • Le reste pour la partition /home

L’installateur est celui de la Linux Mint Debian Edition précédente, donc c’est assez simple à l’utilisation. A noter que l’installateur s’occupe de récupérer les traductions dès le départ, ce qui permet d’avoir rapidement un environnement dans une langue familière à l’utilisateur.

Au rédémarrage, le gestionnaire de connexions mdm (en clair le dernier gdm revampé à la sauce Mate) nous accueille. On peut alors choisir l’environnement Mate, Cinnamon ou une connexion sécurisée.

Continuer la lecture de « Linux Mint Debian Edition 2012.04 : l’avenir à terme de la Linux Mint ? »

Xfce 4.10 : vers une « gnome3isation » de Xfce ?

Xfce 4.10 est sorti il y a quelques jours, et j’ai donc profité de l’arrivée de Xfce 4.10 sur les dépots stables d’Archlinux pour installer la nouvelle version de l’environnement de bureau. Pourquoi sur Archlinux et pas une autre distribution ?

Simplement que c’est la version la plus proche de l’originale, au moins dans sa présentation, même si la version proposée par Devil505 pour Frugalware est aussi très agréable à l’usage.

Pour l’installation, j’ai utilisé le guide que j’avais jadis rédigé, en apportant les modifications suivantes :

  • J’utilise l’outil dhclient avec Wicd, sinon la connexion ne s’effectue pas avec dhcpcd 🙁
  • J’ai remplacé LibreOffice par le duo Abiword et Gnumeric
  • J’ai rajouter l’outil « System Printer Config » (pour gérer l’imprimante) sans prise de tête.

Coté « gnome3isation », le menu utilisateur à droite de la barre de menus, ou encore le panneau de configuration qui propose des options comme celle proposée par Gnome3, comme un outil à la dconf.

J’ai fait un tour rapide de Xfce 4.10 en vidéo.

Je dois dire que j’ai été franchement impressionné par la stabilité, la rapidité et l’évolution constante et à petite touches de l’environnement xfce. La version 4.12 sera une nouvelle étape importante, le code utilisant gtk2 sera remplacé par du code utilisant gtk3…

J’ai été aussi agréablement surpris par la faible gourmandise de l’ensemble, même en le poussant un peu. Je n’ai pas réussi à dépasser 12% d’occupation mémoire, sachant que la machine virtuelle était dotée de 2 Go de mémoire vive. Soit en gros, un peu plus de 200 Mo au maximum…

Autant dire que l’environnement est assez léger sans être d’une austérité imbuvable. Ce qui est plutôt sympathique.

A vous de voir maintenant. Je proposerais dès que possible un guide d’installation de Xfce 4.10 révisé, et dans plusieurs formats.

Ubuntu 12.04 : Unity est presque enfin utilisable ;)

Etant donné que la Ubuntu 12.04 sort dans 3 jours (et aura presque surement un Mozilla Firefox obsolète par défaut), j’ai été sur http://cdimages.ubuntu.com/ et j’ai récupéré la dernière image ISO dans le répertoire daily-live/current/ pour récupérer la distribution en état au 21 avril dernier.

J’ai ensuite lancé VirtualBox et installé la distribution dans une machine virtuelle. Enfin, une fois l’installation faite, j’ai vérifié la présence de mise à jour, et fait prendre en compte les pilotes additionnels de VirtualBox pour avoir un affichage en mode « 3D ».

Chose notable, la distribution ne prend que 4,5 Go à l’installation, c’est pas si mal que cela 😀

Taille installation Ubuntu 12.04 LTS

Continuer la lecture de « Ubuntu 12.04 : Unity est presque enfin utilisable 😉 »

En vrac’ rapide et libre.

Comme j’ai un manque d’envie en ce moment coté article de fond sur le logiciel libre, voici un petit en vrac’ pour compenser.

Bon, c’est tout pour aujourd’hui. Je retourne à ma kindle, objet honni par certains libristes qui seraient comme des végétariens se léchant les babines devant un steak saignant

Syllable 0.6.7 : le retour un peu gaché :(

Syllable est un petit mon chouchou dans le domaine des « hobbyOS ». Le dernier article que j’avais rédigé remonte à mai 2009… La liste des modifications apportées est très longue : support OpenGL, support SDL amélioré, cups est présent (mais apparemment déjà présent auparavant ?), ajout de qemu, ajout du langage Rebol 3, d’un client ftp, l’installateur a été amélioré, etc…

J’ai donc récupéré l’image ISO, et je l’ai installé dans une machine VirtualBox.

C’est le même installateur que pour l’article précédent, donc je ne m’étalerais pas dessus. C’est un installateur texte où il faut faire attention. Seule chose à se souvenir : on utilise un clavier qwerty durant toute cette partie. Ce qui est surtout ennuyeux au moment de l’installation de grub. En effet, le « m » du clavier azerty est la touche « , » sur un qwerty…

L’OS démarre très rapidement, on dirait même qu’il est sous stéroïdes. J’ai créé ensuite un compte utilisateur classique, pour utiliser l’ensemble de manière plus « prudente ».

J’en ai profité pour faire une petite vidéo.

Le gros point noir : les logiciels qui date de Mathusalem… Les annotations dans la vidéo font part de ce problème, qui doit être lié à la petitesse de l’équipe derrière l’OS et ses applications.

J’espère que la prochaine version ne mettra pas 3 ans à sortir, et que les logiciels seront un peu plus frais. En tout cas, un OS intéressant à tester en virtuel, en attendant une image LiveCD de cette nouvelle version.

Et si on restait Zen en informatique ?

Dans le petit monde du logiciel libre, il y a les débats sans fins du genre : Unity (pouah, avis personnel) contre Gnome Shell (miam, avis personnel), Gnome contre KDE, Xfce contre Lxde, et ainsi ad nauseam.

Pour changer un peu, je voudrais parler d’une distribution du nom de Bodhi Linux, qui utilise Enlightenment 17 comme environnement de bureau. E17, son petit nom est un peu un serpent de mer dans le monde linuxien.

Sa version 17 est en développement depuis quelques années, environ 11…

L’année dernière, une première version utilisable a été rendue disponible, en janvier ; La Bodhi Linux utilise des versions plus récentes dans une version 1.4.0 de la distribution sortie il y a environ 3 semaines.

J’aurais bien voulu tester avant, mais entre certains bugs du très moyen Gnome 3.4 (non, je n’aime pas KDE, pas la peine de m’en parler) et la vraie vie, j’ai pris du retard dans mes tests.

J’ai donc récupéré l’image ISO depuis le site officiel de la distribution, uniquement en 32 bits. Basée sur la distribution Ubuntu 10.04, elle propose aussi un noyau plus récent (un noyau 3.2), et bien entendu, une version récente d’E17.

J’ai donc lancé une machine VirtualBox car c’est pas le grand amour entre E17 et qemu-kvm.

La distribution est ultra légère, ne demandant seulement que 1,2 Go à l’installation. Mais tout est mieux expliqué en vidéo. J’ai voulu montrer l’installation et l’utilisation, ayant pensé que les deux se mariait bien pour cette distribution.

Pour la petite histoire, j’ai du recommencer deux fois la vidéo, la première fois, j’avais merdé sur le plan du mot de passe, irrécupérable en qwerty 🙁

Les seuls points noirs : le mélange de franglais qui accompagnent parfois l’expérience utilisateur. Mais c’est super fluide à l’utilisation, cela fait plaisir. Bon, je l’avoue, j’ai poussé le bling-bling au maximum dans mes choix, mais c’est marrant, faut d’être complètement lisible par moment 😉

Rosa Linux, foutage de g***** monstrueux ?

Même si j’ai légèrement la tête dans l’arrière train – oui, les abus chocolatés du week-end de Pâques – j’ai lu une annonce sur Distrowatch qui m’a déclenché une réaction épidermique, un WTF en langage internet. Et non, je ne traduirais par l’acronym. Votre moteur de recherche préféré sera votre allié.

Cette annonce concerne la publication d’une distribution russe du nom de Rosa Linux, du moins la disponibilité d’une version béta. C’est surtout le contenu de l’annonce qui m’a fait penser : « Mais c’est quoi ce foutage de… ? »

Continuer la lecture de « Rosa Linux, foutage de g***** monstrueux ? »

Frugalware Linux 1.7pre1 : première étape vers Gaïa.

Gaïa, c’est le nom de code la version 1.7 de la Frugalware Linux. Bien que ne sortons officiellement que le 9 avril, les images ISOs, désormais en version 64 bits (architecture devenant « prioritaire ») sont disponible dans le répertoire frugalware-testing-iso/ des différents miroirs de la distribution. La raison ? Le résultat d’un sondage assez informel.

Cependant, ce n’est pas le seul changement, il faut aussi prendre en compte la disparition de l’outil cfdisk. ryuo sur le canal irc #frugalware.fr m’a donné l’explication :

NB : si vous êtes allergique au blabla technique, vous pouvez sauter la demi-page qui vient 😉

<fredbezies> is it normal that cfdisk disappeared from pre1 ISO ?
<ryuo> Yes. It was removed on purpose.
<fredbezies> ok.  Just wondering. Thanks for your kind answer
<ryuo> Reason is because it misaligns modern hard drives by default.
<fredbezies> ok.
<ryuo> cfdisk was never updated to start @ sector 2048. instead it still uses sector 63.

<fredbezies> too bad fdisk is less simple to use than cfdisk 🙁
<ryuo> modern 4096 byte sector hard drives will be misaligned on this, causing severe performance problems.
<fredbezies> and boot problems too ?
<ryuo> no, just performance.

Ce qui donne traduit :

<fredbezies> C’est normal que cfdisk ait disparu des ISO pre1 ?
<ryuo> Oui. Il a été enlevé exprès.
<fredbezies> Ok. Je me demandais juste. Merci pour la réponse
<ryuo> La raison est qu’il aligne mal les disques durs modernes par défaut.
<fredbezies> ok.
<ryuo> cfdisk n’a jamais été mis à jour pour commencer au secteur 2048. Au lieu de cela, il continue d’utiliser le secteur 63
<fredbezies> dommage que fdisk est moins simple à utiliser que cfdisk 🙁
<ryuo> les disques durs modernes à secteur de 4096 octets sont mal alignés à cause de celà, provoquant des problèmes au niveau de la performance.
<fredbezies> et des problèmes de démarrage aussi ?
<ryuo> non, uniquement des problèmes de performances.

Mais ce ne sont pas les seules nouveautés. Grub2 est désormais proposé par défaut, ainsi que le noyau linux 3.3. Le noyau 3.3.1 sera proposé après la publication officielle de la version 1.7pre1, et dixit Baste, Gnome sera mis à jour en version 3.4 aux alentours du 11 avril.

Donc pour le moment, les grands changement sont plus invisibles qu’autre chose. C’est plus au niveau des « tripes » que les changements sont intervenus. Voici quelques captures d’écran de l’installation : l’écran de démarrage, le partitionnement et l’installation de grub2.

Continuer la lecture de « Frugalware Linux 1.7pre1 : première étape vers Gaïa. »

En vrac’ rapide et libre…

Avant ce week-end prolongé au goût cacaoté 🙂

Allez, je vous laisse, j’ai un roman d’Haruki Murakami « sur le feu » 🙂