Archlinux et Unity… Troisième partie… en utilisant Qemu-kvm ?

M’étant déjà cassé les dents – et étant d’un naturel obstiné dans ce cas – j’ai voulu voir si le problème n’était pas lié à un bug plutôt vicieux de VirtualBox.

J’ai donc utilisé Qemu-kvm cette fois. Pourquoi Qemu-kvm ? Tout simplement car Unity2D fonctionne très bien dans Qemu-kvm 🙂

Et comme j’ai repris en main le paquet qemu-kvm disponible sur le dépot AUR d’Archlinux

Etant donné que le dépot que j’ai utilisé dans les articles précédents n’existe qu’en 32 bits, et que faire compiler 83 paquets ne m’enchante pas outre mesure, j’ai pris une installation d’Ubuntu 11.10 dans une machine virtuelle qemu-kvm (pour montrer que Unity fonctionne en 2D dans cet environnement qui ne supporte pas – encore ? – l’accélération 3D), et j’ai mis en parallèle une installation d’ArchLinux avec Xorg, les paquets Gstreamer, gnome (au cas où des dépendances ne seraient pas toutes installées avec le dépot de CityBusz), et puis le dépot ayatana de CityBusz.

Les deux dépots pour Archlinux étant franchement proche, celui de ChenXiaoLong utilisant le travail effectué par CityBusz :

Special thanks to thn81, L42y, City-Busz, and all of the other AUR maintainers that helped make it possible to run Unity under Arch Linux!

Ci dessous, une vidéo qui montre une ubuntu 11.10 fraichement installée et mise à jour. Ce qui prouve que Unity-2D fonctionne dans Qemu-kvm.

Pour la dite vidéo, j’ai utilisé une machine virtuelle classique, en utilisant cependant un image disque fixe au lieu d’une image agrandie dynamiquement, ne serait que pour éviter quelques ralentissements ennuyeux.

Continuer la lecture de « Archlinux et Unity… Troisième partie… en utilisant Qemu-kvm ? »

Fuduntu 14.12… Un drôle de nom pour une drôle de distribution ;)

La Fuduntu Linux 14.12 est un fork de la Fedora Linux 14, fork amélioré par la présence d’éléménts plus récent (comme un noyau Linux 3.0.7 ou un Xorg 1.11.1), mais qui offre une interface Gnome 2.32 personnalisée. Sa cible principale est l’informatique nomade, si on en croit sa page d’accueil.

Après avoir récupéré en utilisant le torrent fourni l’image ISO du liveDVD en 64 bits, j’ai lancé une machine virtuelle qemu avec l’équipement habituel : 32 Go de disque, 2 Go de mémoire vive.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=34359738368 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom Fuduntu-14.12-x86_64-LiveDVD.iso -boot order=cd &

Continuer la lecture de « Fuduntu 14.12… Un drôle de nom pour une drôle de distribution 😉 »

En vrac’ rapide plus ou moins libre.

Un petit en vrac’, car l’envie m’en démangeait les mains 😉

Bon, c’est tout pour le moment. Bonne journée.

Archlinux et Unity, complément.

Devil505 dans un commentaire m’a fait remarqué que l’article précédent sur le duo Archlinux + Unity était un peu « bizarroïde ».

J’ai donc repris une machine virtuelle neuve, puis j’ai tout installé en suivant les instructions, et pour éviter de faire des fausses manipulations avec le fichier .xinitrc, j’ai utilisé GDM. Ce dernier propose des sessions Unity, Unity-2D et Gnome.

J’ai donc fait une vidéo, montrant que je charge bien les modules virtualbox, puis que j’essaye de lancer une de deux versions d’Unity. Même si la version 2D est sur le point de réussir à se lancer 😉

Pour voir si c’était un bug de VirtualBox, j’ai créé en parallèle une machine virtuelle avec Ubuntu 11.10 en liveCD… Et avec succès.

Donc, deux hypothèses peuvent se présenter :

  1. Un bug vraiment vicieux de VirtualBox quand on émule une Archlinux
  2. Le dépot Ayatana n’est pas lançable aujourd’hui, car c’est un logiciel très complexe à mettre en place qu’ailleurs que sur Ubuntu.

A moins qu’il existe d’autres hypothèses à envisager ?

Faut-il abandonner la taille CD pour restaurer le choix de l’utilisateur d’une distribution GNU/Linux ?

Stéphane Robert, rédacteur du blog « Le Libriste », via un de ses envois sur Google Plus a pointé vers un article sur une distribution qui propose le choix de plusieurs environnement de bureau à l’installation. La distribution en question, c’est la russophone Agilia Linux.

On voit sur la deuxième capture d’écran de l’article en question, une espèce de mosaïque proposant les principaux environnement de bureaux empaquetés : Gnome 2, KDE, Lxde, Xfce, Fluxbox et je suppose que le dernier, c’est OpenBox.

Bref, en cliquant dessus, on a un aperçu et on peut choisir en fonction de ce qui plait le plus. Mais ce choix est dépendant d’un fait indéniable, lié à la prise d’embompoint des différents environnements utilisateurs : dépasser la sacro-sainte taille du CD. En effet, nombre de distributions proposent désormais des DVDs d’installation ou des LiveDVDs proposant l’installation par la suite.

Pour prendre un exemple concret (qui est vrai pour d’autres distributions), voici ce qu’on peut voir quand on installe une Fedora Linux 15 depuis son DVD d’installation. C’est aussi le cas pour OpenSuSE, ou pour un projet plus « intimiste », comme la Hybride dont nous parle Claude Picot sur son blog.

Continuer la lecture de « Faut-il abandonner la taille CD pour restaurer le choix de l’utilisateur d’une distribution GNU/Linux ? »

Archlinux et Unity ? C’est pas encore ça…

Devil 505 m’a signalé dans un commentaire l’existence d’un dépot pour Ayatana (unity et ses outils annexes) spécifique à Archlinux.

Après avoir installé une ArchLinux 32 bits avec les greffons gstreamer, Xorg (et les additions invitées de Virtualbox). De plus, pour des raisons d’homogénéité avec mon installation en dur, j’ai du activer le dépot [testing] dans la machine virtuelle. Enfin, j’ai rajouté le dépot d’Ayatana pour ArchLinux, en insérant à la fin du fichier /etc/rc.conf :


[ayatana]
SigLevel = Optional TrustAll
Server = http://repo.ayatana.info/

L’installation d’Ayatana et Unity, et les personnalisations graphiques se faisant avec la commande suivante :


pacman -S ubuntu-desktop-meta ubuntu-artwork-meta

Et j’ai inséré les daemons networkmanager, cups, avahi-daemon, avahi-dnsconfd.

Par sécurité, je lancerais gdm à la main. Quoique pour commencer, rien ne vaut l’utilisation du bon vieux fichier .xinitrc, en rajoutant (commençons prudemment) à la fin de celui-ci, avec la session unity2D.


exec ck-launch-session unity-2d.session

Résultat ?

Rien, Xorg se lance puis se plante lamentablement… Idem si on prend unity.session (alias Unity en 3D).

Et Gnome-Shell, car il est possible que ce soit un bug de VirtualBox ? Non, malgré quelques manipulations un peu ennuyeuse, Gnome-Shell se lance, même s’il faut lui forcer la main.

Ayatanta pour Archlinux ? Des progrès à faire, à moins qu’avec ma malchance habituelle, je sois tombé sur une version du dépot pas vraiment utilisable 😉

Je réessayerais dans une quinzaine de jours, pour voir si la situation a évolué dans le sens d’un lancement réussi d’Unity sur ArchLinux.

De l’intérêt pour Canonical d’avoir un Unity non portable, ou peu portable…

Il y a 15 jours, j’avais écrit un billet au titre assez dépotant : « Unity, un cul-de-sac à terme pour Canonical ? »

J’y parlais des problèmes liés au portage de l’interface de Canonical, Unity sur des distributions autre qu’Ubuntu. Même si apparemment le port d’Unity semble avancer pour Archlinux (je ferais un billet dès que possible dessus), ce n’est clairement pas l’intérêt pour Canonical.

C’est un article de Stéphane Robert sur son site « Le Libriste » qui m’a apporté des éléments d’argumentation sur le non-intérêt de Canonical de voir Unity exister ailleurs que sur Ubuntu.

Car même si Cyrille Borne l’a précisé maintes fois, Unity ce n’est pas Ubuntu, Canonical avec sa volonté d’interface passant aussi bien sur une tablette que sur un portable que sur un ordinateur de bureau classique, en clair, un « one-size-fits-all », c’est une volonté de verrouiller le marché des distributions un minimum, en s’adressant à un marché plus qu’alléchant : les débutants dans le monde linuxien.

J’ai déclaré dans un article précédent qu’Ubuntu aurait quelque chose comme 34% de parts de marché sur le domaine des distributions linux. Or, ce n’est pas encore suffisant pour verrouiller le marché et imposer sa vision de l’interface graphique. La masse critique serait plus proche des 70% pour qu’un tel verrouillage puisse devenir réalité.

Je vais maintenant copier trois / quatre paragraphes de l’article de Stéphane qui illustre le coeur du problème, avec des points que je n’aurais pas aborder, Unity ayant tendance à me taper trop rapidement sur les nerfs 🙁

Continuer la lecture de « De l’intérêt pour Canonical d’avoir un Unity non portable, ou peu portable… »

Début de fin de règne pour la distribution Linux reine ?

La sortie de la version 11.10 de la distribution reine a été accompagnée de billets aussi bien positifs que négatifs.

D’ailleurs, il est étonnant de voir qu’aujourd’hui, sur distrowatch, pour la première fois depuis longtemps, ubuntu n’est plus n°1 en terme de pages vues quotidiennement… C’est sa dérivée, Linux Mint qui a pris le dessus, d’une courte tête.

LinuxMint devant ubuntu !

C’est franchement anecdotique, mais c’est quand même intéressant à noter pour mémoire, car cela doit faire pas mal de mois voire d’années que la première marche du podium n’avait pas été modifiée.

Continuer la lecture de « Début de fin de règne pour la distribution Linux reine ? »

Lunar-Linux 1.6.5 : Quand la malchance me poursuit…

Quand je rédigeais l’article précédent, gcc finissait sa deuxième compilation. Bash est passé sans problème. Cependant, la compilation de coreutils a été plus ardue. En effet, une dépendance était introuvable. Le bug est connu, par ailleurs.

Pour contourner ce problème, j’ai du récupérer – en recopiant le fichier dans /var/spool/lunar/ – le fichier libcap-2.22.tar.gz depuis le miroir irlandais du site kernel.org.


wget -c ftp://ftp.heanet.ie/mirrors/linux/libs/security/linux-privs/libcap2/libcap-2.22.tar.gz

Ensuite, la compilation s’est déroulée sans encombre. Arrive le moment tant redouté, le noyau. Allez, un petit lin linux-2.6 et on attend en croisant les doigts 😀

Et comme pour libcap, obligé de récupérer le patch 2.6.39.4 avec wget… Grrr !


wget -c ftp://ftp.heanet.ie/mirrors/linux/kernel/v2.6/patch-2.6.39.4.bz2

Ensuite, les ennuis continuent… Lilo refuse de m’installer le noyau 2.6.39.4 avec un message sybillin :

Fatal: Setup length exceeds 31 maximum ; kernel setup will overwrite boot loader

Seul le noyau 2.6.35.3 est listé… Le 2.6.39.4 est invisible. Grub2 ? La compilation plante 🙁

Quant à SysLinux, c’est pas mieux.

Y a pas à dire, je suis vraiment malchanceux avec les distributions sources… Au moins, pour une fois, le noyau se sera recompilé, mais je ne saurais jamais s’il était démarrable ou pas !

Lunar-Linux 1.6.5 : « Use the source, Luke » – première partie.

Lunar-Linux, à l’image d’une Gentoo ou d’une Funtoo, c’est une distribution proposée sous la forme d’un code source à recompiler.

Bien que la version 1.6.5 soit sortie il y a pas mal de temps (août 2010), j’ai eu envie de la tester, étant dans une période de curiosité intense 😀

Dans le cadre de ce test, j’ai récupéré l’image ISO avec wget :

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://tx-us.lunar-linux.org/lunar/lunar-1.6.5-x86_64.iso.bz2
–2011-11-02 10:28:34– http://tx-us.lunar-linux.org/lunar/lunar-1.6.5-x86_64.iso.bz2
Résolution de tx-us.lunar-linux.org… 74.54.93.106
Connexion vers tx-us.lunar-linux.org|74.54.93.106|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 385595647 (368M) [text/plain]
Sauvegarde en : «lunar-1.6.5-x86_64.iso.bz2»

100%[======================================>] 385 595 647 795K/s ds 5m 29s

2011-11-02 10:34:03 (1,12 MB/s) – «lunar-1.6.5-x86_64.iso.bz2» sauvegardé [385595647/385595647]

Après avoir décompresser l’image ISO, j’ai créé un disque virtuel statique de 32 Go.

J’ai ensuite lancé la machine virtuelle habituelle.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ dd if=/dev/zero of=disk.img count=32 bs=1G
32+0 enregistrements lus
32+0 enregistrements écrits
34359738368 octets (34 GB) copiés, 300,68 s, 114 MB/s
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom lunar-1.6.5-x86_64.iso -boot order=cd &

L’installateur en mode texte est assez simple.

Continuer la lecture de « Lunar-Linux 1.6.5 : « Use the source, Luke » – première partie. »

OpenBSD 5.0, nouvelle version de l’OS libre…

Créé par « des singes onanistes » comme dirait un certain Linus T… J’avoue – et j’ignore pourquoi – ce BSD libre est celui qui m’a toujours le plus attiré 😀

J’ai donc fait chauffé mon wget pour récupérer l’ISO depuis un des miroirs français d’OpenBSD.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/5.0/amd64/install50.iso
–2011-11-01 09:05:47– http://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/5.0/amd64/install50.iso
Résolution de ftp.fr.openbsd.org… 145.238.209.46
Connexion vers ftp.fr.openbsd.org|145.238.209.46|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 244299776 (233M) [text/plain]
Sauvegarde en : «install50.iso»

100%[======================================>] 244 299 776 1,76M/s ds 2m 15s

2011-11-01 09:08:02 (1,72 MB/s) – «install50.iso» sauvegardé [244299776/244299776]

Avec OpenBSD 4.8, il y a environ un an, j’avais tenté de monter une station multimédia, m’étant cassé les dents sur l’activation de la traduction en français. La sortie de la version 5.0 me donne envie de réessayer 😀

Après l’installation qui propose désormais (je crois me souvenirs que c’est le cas depuis la version 4.9 ou la version 4.8 ?) de créer un utilisateur dès le départ, et cette fois il demande si on veut installer des firmwares non libre au premier démarrage.

Pour pouvoir installer les logiciels complémentaires, j’ai rajouter les lignes suivante au fichier .profile de l’utilisateur root :


PKG_PATH=http://ftp.fr.openbsd.org/pub/OpenBSD/5.0/packages/amd64/
export PKG_PATH

Continuer la lecture de « OpenBSD 5.0, nouvelle version de l’OS libre… »

A la quête de la geekitude linuxienne. Installer une Funtoo avec Xfce 4.8 dans une machine virtuelle VirtualBox – Deuxième partie.

A la fin du premier article, la compilation de Xorg était commencée. Pour effectuer celle-ci, j’ai entré, suivant le wiki de Funtoo-Quebec :

emerge --ask xorg-x11 xterm xclock twm

Après une compilation de 45 minutes environ, X est compilé. Pour utiliser consolekit (composant indispensable pour gérer finement les outils par la suite), et pour contourner un bug, j’ai du utiliser ceci :


export EMERGE_DEFAULT_OPTS="--autounmask=n"
emerge consolekit

Et une fois consolekit compilé…

env-update && source /etc/profile
/etc/init.d/consolekit start
rc-update add consolekit default

La configuration de Xorg passe par une manipulation que j’ai évoqué dans le billet sur FreeBSD 9.0. J’ai installé quelques outils complémentaires : alsa-utils, sudo et wicd.

Continuer la lecture de « A la quête de la geekitude linuxienne. Installer une Funtoo avec Xfce 4.8 dans une machine virtuelle VirtualBox – Deuxième partie. »

A la quête de la geekitude linuxienne… Installer une Funtoo avec Xfce 4.8 dans une machine virtuelle VirtualBox – Première partie.

En cette journée du 31 octobre, j’ai voulu tester dans une machine virtuelle VirtualBox la distribution Funtoo, une soeur de la Gentoo. Comme VirtualBox me propose des environnement Gentoo et Gentoo 64 bits, je me suis dit : allons-y. Même si utiliser une distribution source dans un environnement virtualisé n’est pas le meilleur choix.

J’ai donc pris un environnement Gentoo 64 bits. J’ai utilisé l’ISO System-Rescue-CD pour avoir un environnement de démarrage. Cependant, et vu que c’est une distribution source pour la plus grosse partie, j’ai pris un gros disque dur virtuel, 64 GiO au lieu de l’habituel 32 GiO.

Après avoir démarré l’ISO, j’ai demandé le démarrage le plus léger possible, en 64 bits et en console.

Pour l’installation, j’ai suivi le wiki anglophone.

Continuer la lecture de « A la quête de la geekitude linuxienne… Installer une Funtoo avec Xfce 4.8 dans une machine virtuelle VirtualBox – Première partie. »

En vrac’ rapide et libre.

Un petit en vrac’ pour continuer la semaine.

Bonne journée !

FreeBSD 9.0rc1 : le BSD libre des utilisateurs très motivés ?

Dans le petit monde des BSDs libres, il y a mon « chouchou » OpenBSD, NetBSD (le passe partout), et le BSD pour utilisateurs « normaux », j’ai nommé FreeBSD. Ce dernier est à la base de PC-BSD, et de DesktopBSD. J’allais oublier le confidentiel et volant DragonflyBSD 🙂

Ayant pu lire sur distrowatch que la première RC de la version 9.0 de FreeBSD était disponible, j’ai récupéré l’ISO de la version 64 bits et j’ai lancé l’installation.

Pour des raisons pratiques, j’ai utilisé VirtualBox. Qemu aurait fait tout aussi bien l’affaire, mais j’ai remarqué des lenteurs incroyables au niveau de la lecture / écriture des systèmes de fichiers.

L’installateur est en mode texte, en anglais, mais si on se donne la peine de lire la documentation, on peut s’en sortir sans trop de problèmes.

A noter que lors de l’installation, le partitionnement du disque est automatisé, et il est clairement indiqué qu’une couche de support 32 bits est installé. Couche qu’on peut désactiver si on le désire.

Continuer la lecture de « FreeBSD 9.0rc1 : le BSD libre des utilisateurs très motivés ? »