Pas de langue de bois… Au moins chez Mozilla ;)

Derrière ce titre à rime se base un petit test – qui sert à rien, voila c’est dit pour les ronchons – qui est dérivé d’un propos que j’avais lu il y a environ 2 semaines sur Clubic.

Pour tout dire, l’article qui parlait de la sortie de la 5ième et ultime béta de Mozilla Firefox 3.6 avait un lien vers l’entretien, donc cela m’a rafraîchit un peu la mémoire 😉

C’est surtout ce petit paragraphe qui m’a mis interpellé :

Quels ont été les récent travaux effectués sur le moteur JavaScript TraceMonkey ?

MB : Nous avons opéré deux types de travaux. D’une part la technologie de TraceMonkey a été portée sur mobile. Plusieurs personnes l’ont essayé sur le N900 et ont été très impressionnées par ses capacités. Par ailleurs nous avons affiné TraceMonkey afin qu’il se révèle plus performant pour un usage de tous les jours. Aujourd’hui au travers de plusieurs tests, il apparaît que le moteur JavaScript de Firefox 3.6 est 20% plus rapide qu’au sein de Firefox 3.5. Cependant cela ne reflète pas pour autant les performances réelles observées par les utilisateurs dans leur surf quotidien.

Donc, j’ai pour vérifier cette information récupéré via le site ftp http://ftp.mozilla.org/pub/mozilla.org/firefox/nightly/, 3 versions de développement en linux 64 bits :

Une pour Mozilla Firefox pré 3.5.7, la deuxième pour Mozilla Firefox pré 3.6 béta 6, et enfin, une version pour Mozilla Firefox 3.7 pré-alpha1, et je leur ai fait passé ce qui est le test « ultime » des moteurs de Javascript : le « benchmark v8« .

Continuer la lecture de « Pas de langue de bois… Au moins chez Mozilla 😉 »

En vrac’ rapide et libre avant le week-end

Un petit en vrac’ matinal avant un week-end qui s’annonce froid.

  • Sortie de la 5ième et ultime (??) version bêta de Mozilla Firefox 3.6.  Une grosse centaine de correctifs appliqués sur le code source. Ce qui reporte la sortie début 2010 comme je le pensais depuis quelques temps 😉
  • Sortie de la première RC du noyau linux 2.6.33 qui sortira normalement d’ici deux mois et demi environ. Et Linus pousse une petite gueulante : « The two-week merge window is _not_ supposed to be « one day merge window after thirteen days of silence ». In fact, I think that next time around I’ll make the merge window be 11-12 days instead, and people who try to game the system and do a last-minute pull request will get a surprise, and get unceremoniously bumped to 2.6.35 instead. » ce qui donne traduit : « La période de fusion de code de deux semaines n’est pas supposée être ‘un jour d’ajouts après treize jours de silence’. Dans les faits, je pense que la prochaine fois je réduirais la période à 11-12 jours, et les personnes qui essayeront de jouer avec le système et voudront faire des ajouts de dernière minute seront surpris et envoyés sans autre forme de procès dans la liste d’attente jusqu’au 2.6.35 »
  • Arrivée de Mozilla SeaMonkey 2.0.1, avec son habituel lot de correctifs.
  • Encore un nouveau liveCD pour Arch. DwmArch avec le gestionnaire de fenêtre dwm.
  • CtkArchLive propose désormais une iso pour x86_64 mais aussi pour i586. Merci à LinuxFr pour l’info. Miam 😉
  • Arrivée de Gnome 2.28.2 sur Archlinux. Cela fait plaisir de voir ce bon vieux Gnome être mis à jour sans arrachage de cheveux 😉

gnome 2.28.2 sur Archlinux

Allez, bon week-end à toutes et à tous !

WordPress 2.9 pour Noël ?

En tout cas, ce serait un beau cadeau de Noël pour les blogueurs g33k. En effet, en ouvrant ma session wordpress ce matin, j’ai eu l’annonce que WordPress 2.9rc1 était disponible au téléchargement.

Après avoir récupéré l’archive et balancer le contenu de celle-ci sur mon espace ftp, mon blog est passé naso-digitalement à la nouvelle version.

Coté nouveautés ? Je vais citer l’article de WordPress-fr.net qui parle justement des dites nouveautés de cette version 2.9 :

Tout d’abord, côté utilisateur nous pouvons noter les apports et modifications suivants :

* une corbeille va faire son apparition afin de pouvoir récupérer un contenu malencontreusement supprimé. Cela concernera à la fois les pages, les articles, les commentaires et les fichiers attachés (images, PDF, documents divers…). Cette corbeille fonctionnera selon le même principe que celle présente depuis des années dans Windows. Elle autorisera la restauration du contenu sélectionné et aussi sa suppression définitive.
* Un éditeur d’image minimaliste arrive dans WordPress. On pourra retoucher rapidement une image avant la publication telle que la découper, la redimensionner, la faire pivoter… et ce sur toutes les tailles générées ou que sur la vignette par exemple.
* Amélioration de la gestion des images en général.
* L’option qui nous permet de choisir si on veut apparaitre ou non dans les moteurs de recherche sera maintenant disponible dès la phase d’installation de WordPress. Ce qui permettra d’éviter qu’un site “privé” ne soit disponible dans les moteurs de recherche par erreur.
* Les thèmes classic et défaut verront leur champ de commentaire valide XHTML.
* Les commentaires font leur apparition dans les pages du thème “défaut”.
* Le Press-minute a été corrigé de ses bugs.
* Une vignette pourra être attribué à chacun des articles directement, sans passer par les champs personnalisés.
* Soulignons la mise à jour de TinyMCE vers la version 3.2.7

Plein de bonnes choses donc. J’avoue que l’arrivée de la corbeille me fait plaisir. Ainsi que la gestion des images. Vais-je enfin pouvoir me passer de mes comptes flickr et picasa ? 😉

En tout cas, ce qui me fait vraiment plaisir, c’est que depuis septembre 2005, j’ai pu passer sans trop de problèmes de WordPress 1.5 à la 2.9rc1… Plus de 4 ans… Ce qui en dit long sur la pérénité de ce logiciel libre.

Que devient ArchLive-iso ?

En juin 2009, j’avais rapidement testé le liveCD « ArchLive ». J’ai voulu voir comment se portait le projet 6 mois plus tard.

ArchLive – décembre 2009

Donc, après avoir récupéré la dernière image ISO en date sur le site officiel, à savoir http://godane.wordpress.com/, j’ai préparé mon environnement de test habituel :

fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 arch.img 32G
Formatting 'arch.img', fmt=qcow2, size=33554432 kB
fred ~/download $ qemu-kvm -hda arch.img -cdrom archiso-live-2009-12-08.iso -boot d &

Pour mémoire, l’alias qemu-kvm résume la commande suivante :


qemu-system-x86_64 --enable-kvm --soundhw all -localtime -k fr -m 1024

Après un lancement assez rapide, j’ai ouvert une session en utilisateur classique, Xfce 4.6.1 nous accueille, puis j’ai lancé l’installateur qui se trouve dans le menu système / installer archlive.

Continuer la lecture de « Que devient ArchLive-iso ? »

Arrivée d’Electrolysis sur le code de développement de Mozilla Firefox.

La version 3.7 (qui sortira courant 2010) de Mozilla Firefox proposera une technologie déjà implémentée par Microsoft Internet Explorer 8 et Google Chrome : un processus par onglet.

La technologie dans le monde mozillien s’appelle Electrolysis – électrolise en bon français – et vient juste d’atterir sur le code source du tronc de Mozilla Firefox. En effet, quand j’ai mis à jour le code source ce soir, j’ai eu droit à un message m’annonçant la modification de… 1242 fichiers d’un coup.

electrosys arrive !

A l’heure où je rédige cet article, le code source se compile. Je pense qu’il y aura une augmentation de la mémoire vive demandée, mais si cela permet de fermer un onglet fautif sans crash du navigateur, je vote pour 😉

Sabayon Linux 5.1 Gnome… Une distribution qui sucre trop ?

Sabayon Linux, c’est une version simplifiée de la Gentoo Linux qui démarre en tant que liveCD / liveDVD pour permettre l’installation d’un système complet en quelques minutes – au lieu de quelques heures avec une Gentoo Linux classique. Au menu de cette version 5.1 ? Entre autres, un noyau linux 2.6.31 et Gnome 2.28.0, Mozilla Firefox 3.5.5, OpenOffice.org 3.1.1 et plein de petites choses en plus 😉

Sabayon Linux 5.1 version Gnome

J’ai commencé par récupérer l’iso via l’outil wget.

fred ~/download $ wget -c http://ftp2.cz.freebsd.org/pub/sabayon/Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso
–2009-12-13 09:26:56– http://ftp2.cz.freebsd.org/pub/sabayon/Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso
Résolution de ftp2.cz.freebsd.org… 86.49.49.49
Connexion vers ftp2.cz.freebsd.org|86.49.49.49|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 1973790720 (1,8G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso»

100%[====================================>] 1 973 790 720 739K/s ds 43m 37s

2009-12-13 10:10:33 (737 KB/s) – «Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso» sauvegardé [1973790720/1973790720]

Puis j’ai lancé la machine habituelle de test.

fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 sab51.img 32G
Formatting 'sab51.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred ~/download $ qemu-kvm -hda sab51.img -cdrom Sabayon_Linux_5.1-r1_amd64_G.iso -boot d &

La deuxième commande vous paraît un peu courte ? En effet, c’est un alias, un raccourci que j’ai rajouté dans mon fichier ~/.bashrc qui est en réalité :


alias qemu-kvm='qemu-system-x86_64 --enable-kvm --soundhw all -localtime -k fr -m 1024'

Continuer la lecture de « Sabayon Linux 5.1 Gnome… Une distribution qui sucre trop ? »

Une sortie d’hibernation pour mieux y retourner.

C’est en écoutant l’album éponyme de Porthishead que je redige ce billet. Je sais que j’avais promis de ne plus rien poster jusqu’à début janvier, mais j’avais une envie d’écrire, un besoin oppressant d’écrire.

Ce billet va être un énorme coup de gueule. Enfin, plutôt une série de coups de gueule.

Le premier concerne l’autisme des grands pontes de l’économie ou encore de la politique. Alors que le système qu’ils ont patiemment construit depuis le milieu des années 1970 leur explosent à la tête, ils font tout pour le maintenir en place.

Il serait peut-être temps de s’apercevoir que la croissance « infinie » est incompatible avec une planète qui a des ressources en matière première définie depuis sa naissance il y a 4 milliards d’années.

L’annonce de la faillite de la pétro-monarchie de Doubaï annoncée récemment n’est que la première d’une longue liste : en gros, toutes les monarchies de la péninsule arabique passeront d’ici une vingtaine d’années à la casse elles-aussi.

Dans le genre « bulle qui va nous péter à la gueule », j’ai demandé le marché de l’immobilier et la folie irréaliste d’une France de propriétaires. Entre les différentes options de maisons à petit prix achetées par des personnes qui s’endettent jusqu’à la soixantaine passée (en moyenne), pour un bien qui ne leur appartient que sur le papier.

Nombre de personnes de ma génération (années 1970) veulent devenir propriétaire de leur logement, arguant qu’elle ne payent plus de loyer…

Elles payent un autre loyer, à un propriétaire largement moins compréhensif : un organisme de prêt qui se fait des bijoux de famille en or massif avec les emprunts sur 30 ans…

Deuxième coup de gueule : la lente agonie de l’industrie du disque. Je pense qu’il a été démontré encore et encore que les majors du disque mentent comme des arracheuses de dents en faisant porter le chapeau de la baisse des ventes de galette en plastique à des « méchants pirates » sans remettre en question un modèle en voie d’obsolescence : celui de la rareté des biens de divertissement à une époque où la copie est presque instantanée avec une perte de qualité quasi-nulle et pour un prix très faible.

Comme jadis, à l’époque du mouvement luddiste, les ouvriers du tissu cassèrent des machines à tisser pour protéger leurs emplois, les majors du disque poursuivent des clients potentiels pour pouvoir proposer leur sou-soupe commerciale.

Plus dure sera la chute, et ce n’est pas des lois inapplicables comme la série des Hadopi qui rapportera un centime de plus aux créateurs. Loin de là.

A croire que dans leur monomanie, les majors oublient une chose : la taille des rayonnages des CDs diminue comme une peau de chagrin dans les grandes surfaces (50% de surface en moins en l’espace de deux ans et demi dans l’hypermarché proche de chez moi), au profit des consoles de jeux, de l’informatique, des films, etc…

Inutile de revenir encore une fois sur ce sujet… Sinon, je risque de devenir largement moins courtois dans mes propos.

Troisième coup de gueule : l’amalgame « Ubuntu = Linux ».

Je sens que je ne vais pas me faire que des amis par la suite, mais, je m’en contrefous un peu.

Marre ! Marre ! Marre ! Y en a marre des personnes qui limitent les systèmes à base de Linux (et de GNU tant qu’on y est) à Ubuntu. Ayant rejoint l’équipe des modérateurs du planet-libre, j’ai remarqué que 60 à 70 % des articles concernent Ubuntu ou ses dérivés. Même si ce sont des informations qui peuvent être appliquée de manière transversale, seul Ubuntu est traité.

J’ai été utilisateur d’Ubuntu de la Dapper Drake à la Jaunty Jackalope – après un bref premier passage dans le monde merveilleux d’Archlinux – et je reconnais que cette distribution a un énorme avantage : elle a démocratisé pas mal gnu/linux auprès du grand public.

Cependant, ce doit être – selon moi – une première étape. Ce serait une erreur de rester ad-vitam aeternam sur une seule distribution. Car ce serait développer une forme de monoculture à l’image du monde de Microsoft Windows.

En dehors de la très moyenne – quel beau pléonasmeOpenSuSE 11.2, il existe de nombreuses distributions de qualité : la Debian qui a donné naissance à la royale Ubuntu, mais aussi Fedora (même si SELinux me sort par les yeux et me donne de l’urticaire), Archlinux (bien entendu), et la Frugalware (dont je n’arrive jamais à installer correctement, je dois être inconsciemment allergique à cette distribution), ou encore la vénérable Slackware.

Pourquoi un tel retour à la monoculture alors que Linux et GNU (ah, vivement que Hurd sorte !) est par définition la diversité ?

Quatrième coup de gueule : KDE

Un petit coup de gueule concernant KDE. Non, je ne parle pas du coté technique, mais de la volonté de l’équipe de KDE de recentrer les choses… Et en voulant mieux défendre son image de marque, on tombe dans des subtilités et de complexités digne du roi Ubu(ntu)

KDE ne désignera plus l’environnement mais la communauté des développeurs. Pour l’environnement, il faut dire KDE Software Compilation 4.x.y… Joie, mais je me demande combien de temps il faudra pour faire entrer cette nouvelle appelation dans le cerveaux des utilisateurs…

Voila, cela fait du bien.

Je retourne en hibernation, en attendant la prochaine envie d’écrire qui viendra.

Du besoin d’une implémentation puissante et libre d’Adobe Flash – partie 3 – Gnash

Gnash est la deuxième alternative libre au greffon propriétaire Adobe Flash. Pour des raisons pratiques, et surtout pour avoir les résultats les plus à jour possible, j’ai récupéré une version de développement dite « bzr », via le paquet idoine sur aur.archlinux.org :

Pour avoir aussi le greffon flash pour le navigateur, j’ai modifié le fichier PKGBUILD :

# Contributor: Matthew Bauer
pkgname=gnash-bzr
pkgver=1
pkgrel=2
pkgdesc= »Gnash is an open source flashplayer. »
arch=(‘i686’ ‘x86_64’)
url= »http://www.gnu.org/software/gnash/ »
license=(‘GPL’)
depends=(‘agg’ ‘atk’ ‘libxml2’ ‘curl’ ‘libtool’ ‘ffmpeg’ ‘boost’ ‘pango’ ‘libxi’)
#ffmpeg-svn libdc1394
makedepends=(‘bzr’)
provides=(gnash-common gnash-gtk)
conflicts=(gnash-common gnash-gtk)

_bzrbranch=http://bzr.savannah.gnu.org/r/gnash/trunk
_bzrmod=trunk

build() {
cd ${srcdir}

msg « Connecting to the server…. »

bzr branch ${_bzrbranch} -q

msg « BZR checkout done or server timeout »
msg « Starting make… »

[ -d ./${_bzrmod}-build ] && rm -rf ./${_bzrmod}-build
cp -r ./${_bzrmod} ./${_bzrmod}-build
cd ./${_bzrmod}-build

sh autogen.sh
./configure –prefix=/usr \
–with-plugins-install=system \
–with-npapi-plugindir=/usr/lib/mozilla/plugins \
–disable-kparts \
–enable-gui=gtk \
–enable-z –enable-jpeg \
–enable-renderer=agg \
–enable-media=ffmpeg \
–enable-write \
–enable-avm \
–disable-cygnal
make || return 1
make DESTDIR=$pkgdir install install-plugin
}

L’option –enable-avm permet de compiler une version plus récente du langage actionscript.

La compilation se lance avec un petit makepkg.

Après 45 minutes de compilation, le paquet est prêt pour être installé avec un petit :

yaourt -U gnash-bzr-1-2-x86_64.pkg.tar.gz

Après avoir créé un lien symbolique du fichier /usr/lib/mozilla/plugins/libgnashplugin.so vers ~/.mozilla/plugins et relancé le navigateur, j’ai voulu tester les 3 sites que j’utilise principalement avec Adobe Flash : Youtube, Deezer et Dailymotion.

Les résultats ?

Du pire au meilleur.

Youtube : aucun controle pour les vidéos ne sont affichés. Surement une régression de la version de développement ?!

Gnash - post 0.8.6 - sur Youtube.

Dailymotion : les controles vidéos sont affichés, mais inactif.

Gnash - post 0.8.6 - sur Dailymotion

Deezer : on peut se connecter, mais rien ne s’affiche 🙁

Gnash - post 0.8.6 - sur Deezer.

Autant dire qu’il y a encore de la progression possible envisageable pour les implémentations libre d’Adobe Flash.

Du besoin d’une implémentation puissante et libre d’Adobe Flash – partie 2 – swfdec

Swfdec est une des deux alternatives libre au greffon propriétaire Adobe Flash. Voulant tester une version récente, j’ai installé la version de développement 0.9.2 disponible sur AUR avec son extension pour être utilisable avec Mozilla Firefox.

Après avoir créé un lien symbolique du fichier /usr/lib/mozilla/plugins/libswfdecmozilla.so vers ~/.mozilla/plugins et relancé le navigateur, j’ai voulu tester les 3 sites que j’utilise principalement avec Adobe Flash : Youtube, Deezer et Dailymotion.

Les résultats ? Ecran noir sur Youtube, Deezer m’annonce que ma version d’Adobe Flash est trop vieille, et Dailymotion me plante le navigateur 🙁

Swfdec 0.9.2 avec Youtube

Swfdec 0.9.2 avec Deezer

J’ai donc voulu voir si c’était mieux du coté des versions de développement… Et le paquet ne se compile pas, que ce soit la version utilisant pulse-audio ou celle utilisant alsa :

libtool: compile: gcc -DHAVE_CONFIG_H -I. -I.. -Wall -Wextra -Wno-missing-field-initializers -Wno-unused-parameter -Wold-style-definition -Wdeclaration-after-statement -Wmissing-declarations -Wmissing-prototypes -Wredundant-decls -Wmissing-noreturn -Wshadow -Wpointer-arith -Wcast-align -Wwrite-strings -Winline -Wformat-nonliteral -Wformat-security -Wswitch-enum -Wswitch-default -Winit-self -Wmissing-include-dirs -Wundef -Waggregate-return -Wmissing-format-attribute -Wnested-externs -Wunsafe-loop-optimizations -Wpacked -Winvalid-pch -Wsync-nand -Wlogical-op -Werror -std=gnu99 -I/usr/include/cairo -I/usr/include/pixman-1 -I/usr/include/freetype2 -I/usr/include/libpng12 -pthread -I/usr/include/glib-2.0 -I/usr/lib/glib-2.0/include -I/usr/include/pango-1.0 -I/usr/include/cairo -I/usr/include/glib-2.0 -I/usr/lib/glib-2.0/include -I/usr/include/pixman-1 -I/usr/include/freetype2 -I/usr/include/libpng12 -I.. -I./jpeg/ -I/usr/include/liboil-0.3 -pthread -I/usr/include/gstreamer-0.10 -I/usr/include/glib-2.0 -I/usr/lib/glib-2.0/include -I/usr/include/libxml2 -DG_LOG_DOMAIN=\ »Swfdec\ » -march=x86-64 -mtune=generic -O2 -pipe -MT libswfdec_0.9_la-swfdec_as_string.lo -MD -MP -MF .deps/libswfdec_0.9_la-swfdec_as_string.Tpo -c swfdec_as_string.c -fPIC -DPIC -o .libs/libswfdec_0.9_la-swfdec_as_string.o
cc1: warnings being treated as errors
swfdec_as_string.c: In function ‘swfdec_as_string_split_5’:
swfdec_as_string.c:369: erreur: logical ‘&&’ with non-zero constant will always evaluate as true
make[4]: *** [libswfdec_0.9_la-swfdec_as_string.lo] Erreur 1
make[4]: quittant le répertoire « /tmp/yaourt-tmp-fred/aur-swfdec-git/swfdec-git/src/swfdec-build/swfdec »
make[3]: *** [all-recursive] Erreur 1
make[3]: quittant le répertoire « /tmp/yaourt-tmp-fred/aur-swfdec-git/swfdec-git/src/swfdec-build/swfdec »
make[2]: *** [all] Erreur 2
make[2]: quittant le répertoire « /tmp/yaourt-tmp-fred/aur-swfdec-git/swfdec-git/src/swfdec-build/swfdec »
make[1]: *** [all-recursive] Erreur 1
make[1]: quittant le répertoire « /tmp/yaourt-tmp-fred/aur-swfdec-git/swfdec-git/src/swfdec-build »
make: *** [all] Erreur 2

Bref, ce n’est pas la joie. J’espère que Gnash – objet du prochain article – s’en tirera un peu mieux !

Du besoin d’une implémentation puissante et libre d’Adobe Flash – partie 1

Il y a quelques jours, Adobe annonçait l’arrivée de la première préversion d’Adobe Flash 10.1. Alors que la version 64 bits du greffon flash pour Linux en 64 bits n’a pas été mise à jour depuis juillet dernier, Adobe annonce que cette préversion est uniquement en 32 bits dixit Phoronix :

Alongside the Windows and Mac OS X beta releases was a 32-bit Linux build, but the 64-bit build isn’t yet available so those users will need to be use the earlier 64-bit beta.

Ce qui donne traduit :

A côté des versions bêta pour Windows et MacOS X il y aune version 32 bits pour linux, mais la version 64 bits n’est pas encore disponible donc les utilisateurs – de 64 bits – devront encore utiliser la version 64 bits précédente.

Ou utiliser nspluginwrapper, ce qui n’est pas franchement la joie. Il ne reste plus que deux options : gnash ou swfdec. Objet de deux articles qui viendront d’ici peu.

ScummVM 1.0 enfin disponible !

Scummvm est un émulateur libre qui permet de faire tourner les vieux jeux d’aventure « pointer et cliquer » qui étaient légion dans les années 1980-1990 sur des machines comme les Amiga, Atari ST et PC de l’époque.

Il faut avoir une version officielle du jeu à émuler pour y jouer. Logique, non ?

Parmi les séries célèbres de ce genre de jeux ? Les débuts des « King Quest », « Space Quest », « Monkey Island », ou encore des jeux mythiques comme « Maniac Mansion » ou encore « Day of The Tentacle ». En gros, une bonne partie des jeux d’aventure de Lucas Arts et de Sierra.

Au moins trois jeux sont disponible librement pour être utilisé par cet émulateur : « Flight Of The Amazon Queen« , « Lure of the Temptress » et « Beneath A Steel Sky« .

Pour l’installer, on peut soit aller sur le site officiel et récupérer le paquet qui va bien, ou sur archlinux (en utilisant l’indispensable yaourt) :

yaourt -S scummvm

Ensuite, le lancement est très simple. J’ai récupéré « Lure of the temptress » et « Flight of the amazon queen ». Ensuite, j’ai décompressé les archives, et j’ai lancé ScummVM. En allant sur le bouton « add games », j’ai pointé vers l’endroit où sont stockés les jeux. Il est cependant conseillé dans les options de choisir un affichage double.

ScummVM au lancement

Et ensuite, on choisit le jeu à lancer… Quel plaisir de retrouver des bons vieux jeux d’aventures, comme « Flight Of The Amazon Queen » 🙂

Flight Of The Amazon Queen

Nostalgie, quand tu nous tiens 😉

ZevenOS : enfin un dérivé d’Ubuntu rafraichissant ?

Ubuntu Linux est sûrement l’une des distributions qui connait le plus de dérivés. En dehors des dérivés officiels (Kubuntu, Xubuntu, Edubuntu, Mythbuntu), on peut trouver – de mémoire :

Et j’ai encore du en oublier un sacré paquet. ZevenOS – qui se base sur xubuntu – reprend une interface qui fera écraser quelques larmes aux amateurs d’OS alternatifs : BeOS. La version 2.0 de la distribution est sortie récémment.

Continuer la lecture de « ZevenOS : enfin un dérivé d’Ubuntu rafraichissant ? »

XZ : voila un format de compression qu’il est bien.

Dans un billet de fin mai 2009, j’avais abordé rapidement l’arrivée des xz-utils dans Archlinux. Mais que sont donc les xz-utils ?

Avant toute chose, il faut aborder deux notions différentes et pourtant liée de l’informatique : l’archivage et la compression.

Archivage : c’est créer un fichier unique à partir d’un ensemble de fichiers et de répertoires.

Compression : c’est utiliser des outils pour réduire – sans perte de données – un fichier ou une archive.

Dans le petit monde des unix, c’est tar pour Tape ARchive qui est le plus connu. Dans le petit monde de Windows, c’est zip, qui combine à la fois archivage et compression.

D’ailleurs, si mes souvenirs sont bons, la première fois qu’un Windows a intégré la gestion en natif des fichiers zip, cela devait être à l’époque de Windows Millenium en 2000.

D’ailleurs d’autres formats ont maintenant pris le relais : rar, ace ou encore 7-zip.

Côté outil de compression dans le monde des unix, on peut citer : gzip (Gnu zip), Bzip2 (l’un des plus employé actuellement), rzip (assez confidentiel). Sinon, historiquement ce fût compress qui a eu ses heures de gloire.

Maintenant que le point – rapide – a été fait sur la différence entre archiveur et compresseur, continuons à parler de xz-utils.

xz-utils, c’est le descendant de lzma, pour « Lempel-Ziv-Markov chain-Algorithm » et il permet d’avoir des taux de compression assez impressionnant.

Continuer la lecture de « XZ : voila un format de compression qu’il est bien. »

Quoi de neuf sur la slackware-current 2 mois et demi après la sortie de la slackware 13.0 ?

Il y a 2 mois et demi la version 13.0 de l’une des plus anciennes – voire même la plus ancienne – des distributions linux encore vivantes sortait, un an après la précédente version, la 12.2.

La grande nouveauté de cette version, en dehors de l’ajout de KDE 4.2.x, c’était l’arrivée d’une version officielle en 64 bits.

Comme les versions majeures de la slackware sortent quand elles sont prêtes (en gros entre 6 et 12 mois en moyenne), j’ai voulu voir ce qu’avait actuellement dans le ventre la version -current.

Continuer la lecture de « Quoi de neuf sur la slackware-current 2 mois et demi après la sortie de la slackware 13.0 ? »

OpenSuSE 11.2 : tout ça pour ça ?

J’ai téléchargé l’image ISO du DVD de l’OpenSuSE 11.2 en version AMD 64. J’ai installé la version Gnome de la distribution. Car bien que j’ai passé quelques semaines avec KDE, je préfère voir ce que donne la version de Gnome personnalisé par Novell.

L’installation s’est faite dans une machine virtuelle qemu, équipée comme d’habitude d’un petit GiO de mémoire vive et de 32 GiO de disque dur.


fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 os11.img 32GFormatting 'os11.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred ~/download $ qemu-system-x86_64 --enable-kvm -m 1024 -k fr -localtime -soundhw all -hda os11.img -cdrom openSUSE-11.2-DVD-x86_64.iso -boot d &

Installation sans problème. Mais c’est par la suite que cela s’est gaté. En effet, la version 64bits est littéralement gavée de paquets en 32bits.

Paquets 32 bits dans OpenSuSE 11.2 64 bits

A vrai dire, je n’avais plus vu cela depuis une époque assez reculée, celle de la Fedora 8 64bits qui était assez métissée.

J’avais encore soulevé le problème début 2009, à l’époque avec l’OpenSuSE 11.1

A croire que seulement Fedora, Debian, Archlinux, Mandriva, Ubuntu (et ses déclinaisons) ou encore Slackware savent faire des distributions rééllement 64 bits…

Sans oublier le « menu intelligent » de la version OpenSuSE de Gnome qui est un clone assez ressemblant du menu démarrer « nouvelle génération » jadis introduit avec MS Windows XP…

Le menu intelligent d'OpenSuSE 11.2 pour Gnome

Bref, rien de bien nouveau pour l’utilisateur. Il est vrai que dans les tripes, les changements ont été nombreux, qu’elle est plus rapide que sa précédente version, mais on trouve souvent des ressucées des autres distributions : l’idée du delta-rpm initié par la Fedora 11, l’arrivée de partitions en ext4fs, un nouveau Gnome, un nouvel OpenOffice, etc…

Bref, comme l’a fait remarquer Cyrille Borne dans un article récent : où sont passés les vraies nouveautés des distributions cycliques ?