Publicitaires contre publiphobes sur internet : une longue guerre.

Je suis internaute depuis 1997. Et depuis 1998-1999, époque où les connexions étaient d’une lenteur de tortue rhumatisante à trois pattes, la publicité s’est insérée dans les pages web.

L’une des premières versions ont été les publicités jaillissantes, alias « pop-up ». Les internautes qui ont connus cette époque doivent se souvenir que les anti-popups étaient devenus un outil indispensable. A l’époque, sans pop-ups, la navigation était infernale. Pour ne pas dire qu’on passait plus de temps à réduire ou fermer les popups qu’à naviguer sur du contenu informatif.

Les navigateurs internet alternatifs, en clair, tous sauf Internet Explorer jusqu’à sa version 7 (fin 2006), proposèrent rapidement des outils intégrés anti-popups. Pour Opera, je pense que Pierre d’Opera-fr pourra me donner la date précise. Mais pour Mozilla, j’ai trouvé la première référence remonte à la version 0.9.7 de la Suite Mozilla, sortie en décembre 2001, qui finalise un réglage introduit pour Mozilla 0.9.4 sortie en septembre 2001.

On peut y lire :

Mozilla has a new advanced preference panel for fine-grained JavaScript control. For instance, you can disallow pop up and pop-under windows without turning off JavaScript altogether. (Bug 75371)

Qu’on peut traduire par :

Mozilla a un nouveau panneau de préférence avancé pour un contrôle affiné de Javascript. Par exemple, vous pouvez désactiver les fenêtres jaillissantes et inférieures sans complètement désactivées JavaScript (Bug 75371)

Depuis ce fût un gigantesque jeu du chat et de la souris, perdu à chaque fois par les publicitaires. Maintenant, pour trouver des sites avec pop-ups, il faut bien chercher.

Pour contourner l’impossibilité de polluer la navigation, les publicitaires sont passés par les pubs incrustées dans les pages, et ici on arrive à l’époque actuelle avec les bloqueurs de publicités, dont l’histoire du « free adgate » a montré que certains blogueurs influents se sont servis de la neutralité du net comme d’un prétexte bien pratique pour défendre leurs steaks publicitaires.

Après notre quart d’heure de gloire via PC-Inpact avec Cyrille Borne, les publicitaires et les sites qui vivent de la publicité n’ont toujours rien compris. Je ne parlerais pas des sites qui ressemblent à des sapins de noël publicitaires sans adblock, mais des sites qui chient à la face des utilisateurs qui ne veulent pas se retrouver avec une migraine monstrueuse après une simple visite.

L’exemple parfait de site qui peut mourir la bouche ouverte car je ne désactiverai pas mon bloqueur de pub, désolé je tiens à ma santé mentale, c’est http://www.notre-planete.info/

Dès qu’on ose aller sur le site avec un bloqueur de pub, le résultat est sans appel : on culpabilise à mort le petit censure d’une quinzaine de jurons bien pensés internaute qui ose bloquer la publicité, avec un discours qui pue le copier / coller. Et qui ferait pleurer une personne atteint du Syndrome de Sjögren, dont un des symptômes est l’absence de production de larmes.

culpabilisation des internautes

Voici qu’on peut y lire.

Malheureusement, la publicité nous est indispensable pour faire vivre ce site et ses auteurs qui sont 100% indépendants autant moralement que financièrement.
Si vous bloquez notre seul moyen de revenu qui reste discret, notre-planete.info est condamné à disparaître au profit de sites soutenus par des grands groupes financiers.

Vous n’aimez pas la publicité ? Nous non plus ! Mais faute de donateurs pour nous permettre de vivre, c’est notre seul moyen d’exister.

Enfin, loin de l’image d’un monde sans publicité et éthique, les développeurs à l’origine des bloqueurs de pub réclament de l’argent (dons, version illimitée payante), un moyen discutable de faire de l’argent sur le travail des webmasters indépendants…

Pourquoi quand je lis ce genre de discours le terme hypocrisie me vient à l’esprit ? Et il ne manque plus que le grand complot judéo-maçonnique, non ? 😀

D’ailleurs, si on va sur le site avec l’antipub désactivé, le terme prend tout son sens, avec une barre inférieure qui apparait, et morceau de choix un encart pour lutter contre la publicité en boite aux lettres.

hypocrisie quand tu nous tiens

Pour info avec Ghostery, le résultat est sans appel : huit trackers dont deux publicitaires. Si j’ai besoin d’information sur l’écologie, j’irai voir ailleurs. Tout site qui me culpabilise à cause de mon choix de ne pas être agressé par la publicité ne mérite qu’une chose : aller voir chez /dev/null s’il y a sa place.

La prochaine étape sera la suppression et / ou blocage des cookies tiers, même si comme l’a expliqué Tristan Nitot, le réglage d’un tel outil est très complexe.

Mais, et à moins que comme pour l’industrie des moines copistes de galettes, le lobby publicitaire n’arrive à faire passer une loi à la Hadopi pour interdire les bloqueurs de pubs, la guerre continuera. Avec comme victimes ? Le web et ses utilisateurs.

8 réflexions sur « Publicitaires contre publiphobes sur internet : une longue guerre. »

  1. C’est vrai que lorsque j’arrive sur un site qui m’invite à désactiver mon bloqueur de pub, je fais demi-tour sans demander mon reste (ce qui est mon droit, il me semble). Maintenant quand je vois que « bezies.free.fr » me piste qu’est ce que je dois faire ? le retirer de ma liste des marques pages et aller voir ailleurs 😀
    A pluche.

      1. twitter badge
        google +1
        wordpress stat
        Voilà ce que me donne DoNotTrackme
        Rassures toi je viendrais encore te lire 😀
        A pluche.

  2. Salut,
    > »Pour Opera, je pense que Pierre d’Opera-fr pourra me donner la date précise. »
    Tout ce que je peux dire, c’est que c’était avant les navigateurs de Microsoft et de Mozilla 😀
    Sinon, d’après les archivistes officiels, c’est apparu sur la version 3.00 du 1er décembre 1997. Ils étaient donc trop en avance comme d’hab’.
    @+

    Pierre

    1. Le projet Mozilla étant né en 1998, donc, déjà, il n’a que 15 ans d’age. Pour Microsoft, je ne ferais pas de commentaires, je n’ai pas envie d’être grossier.

      Mais je peux te dire que j’aurais donné pifométriquement la même période pour le bloqueur de pop-ups en ce qui concerne Opera.

  3. à moins que comme pour l’industrie des moines copistes de galettes, le lobby publicitaire n’arrive à faire passer une loi à la Hadopi pour interdire les bloqueurs de pubs

    C’est marrant, je faisais le même lien entre les anti-adblock et l’Hadopi récemment.

Les commentaires sont fermés.