Les distributions GNU/Linux basées sur les sources : en dehors du duo/duel gentoo-funtoo, point d’espoir ?

Dans le petit monde des distributions GNU/Linux, il existe deux grandes familles : les distributions proposant des paquets prêts à l’emploi (qui doit représenter 99% des distributions existantes ou ayant existées), et les distributions dites « sources » qui partent d’une base minimale, et où l’ensemble des outils tiers est compilé lors de l’installation et des mises à jour.

Pour info, la compilation d’une suite bureautique comme LibreOffice 4.0 demande environ 3 heures et demie sur mon ArchLinux avec comme machine un ordinateur avec un processeur Athlon II X2 215 (vitesse de pointe à 2800 Mhz, produit à partir de septembre 2009), 4 go de mémoire vive. Juste pour donner un ordre d’idée du temps qu’on peut passer à faire recompiler un logiciel.

Le but des distributions sources étant de proposer des logiciels prenant en compte les spécificités matérielles, et dont potentiellement plus réactives que des distributions GNU/linux à paquets prêt à l’emploi.

Les principales sont :

Pour les soeurs Gentoo Linux et Funtoo Linux, elles sont d’une vigueur incroyable, servant de base à des projets comme Sabayon Linux ou encore SystemRescueCD. Même si Funtoo Linux ne propose pas d’ISO d’installation, ses dépots sont mis à jour régulièrement.

Des ISOs d’installation pour la Gentoo Linux sont régulièrement proposées. Il suffit d’aller sur http://distfiles.gentoo.org/releases/amd64/current-iso/ (en remplaçant amd64 par x86 pour du PC 32 bits) pour s’en convaincre.

La Source Mage GNU/Linux n’a plus proposée d’ISO d’installation depuis sa version 0.10.0 qui date de juin 2009. Côté limitation : pas de support du ext4fs, un noyau linux 2.6.27.10. Pas de version « stable » pour l’architecture x86_64 🙁

Seul bon point, la références des logiciels, le « grimoire » continue d’être mis à jour… Dommage qu’une ISO plus récente, ne serait-ce que pour avoir des partitions en ext4fs ne soit pas disponible 🙁

J’ai essayé de voir ce que donnait la SourceMage GNU/Linux, mais la mise à jour se bloque sur l’installation d’Automake 1.12. Sûrement une fausse manipulation de ma part 😉

La Lunar Linux est en pleine préparation d’une nouvelle ISO d’installation. Il faut dire que la dernière ISO stable en date est un peu vieille. Elle est sortie en août 2010 !

D’ailleurs, si on lit le wiki, il y a un avertissement qui indique que vu l’âge de l’ISO, mieux vaut attendre :

If you can’t wait a couple of months for the new ISO, and really do want to install 1.6.5, please make sure that you connect to #Lunar on Freenode.net and ask for the latest guide to installation. This temporary guide from 2012-09-23 may quickly become outdated. Be warned: you may break your box!

Ce qu’on peut traduire par :

Si vous ne pouvez pas attendre quelques mois la nouvelle ISO, et que vous voulez vraiment installer la 1.6.5, merci de vous connecter à #Lunar sur Freenode.net et demander le dernier guide d’instalaltion. Le guide temporaire du 23 septembre 2012 sera rapidement obsolète. Soyez prévenu : vous pouvez casser votre ordinateur !

La version préparatoire 1.7.0-dev2 est sortie le 12 juin dernier. Et elle semble encore être assez brute de décoffrage pour le moment.  Je préfère attendre une ISO officielle stable, ou au minimum une Release Candidate pour y jeter un oeil 😉

La bonne surprise est venue de la Sorcerer GNU/Linux que je croyais être à l’abandon. Elle a sortie en décembre 2012 une ISO d’installation.

Cependant, elle est ultra gourmande en mémoire vive, dixit le fichier readme.txt qu’on peut trouver dans le répertoire de téléchargement qui dit :

Please be aware that deployment of the IA32 CD at least 2G or perhaps 3G installed RAM.
Deployment of the x86_64 CD requires at least 4G of installed RAM.

Ce qu’on peut traduire par :

Soyez conscient que le déploiement du CD IA32 demandera au moins 2 voire 3 Go de mémoire installée.
Le déploiement du CD x86_64 demandera au moins 4 Go de mémoire installée.

Elle propose un noyau linux 3.2.34, et une option automatisée pour avoir Xorg, KDE et Mozilla Firefox. J’ai tenté l’installation experte, donc en mode Sorcerer.

Puis au démarrage suivant, j’ai utilisé l’option « Sentient » (Xorg + KDE + Mozilla Firefox).

Le résultat n’a pas été très probant, un plantage au niveau de cabextract ayant eu lieu.

J’ai préféré par sécurité ne pas pousser plus loin. J’ai voulu éviter d’avoir une distribution inutilisable par la suite.

Le résultat est donc sans appel ou presque : si vous vous intéressez à des distributions GNU/Linux à recompiler, en dehors de la Gentoo Linux et de la Funtoo Linux, c’est pas vraiment des plus encourageants. Peut-être que la Lunar-Linux tirera son épingle du jeu ?

25 réflexions sur « Les distributions GNU/Linux basées sur les sources : en dehors du duo/duel gentoo-funtoo, point d’espoir ? »

  1. Mais… mais pourquoi tant de N ? lol
    Donc si je comprends bien, un LibreOffice compilé via une Gentoo donc optimisée sera 0,00000000001 fois plus rapide que le LibreOffice Ubuntu .deb sur la même machine ?
    L’investissement temps/résultat est ‘achement… non sans déc., il y a une REELLE utilisé à la Gentoo en terme de performance ?
    Je ne parle même pas pour le « grand public » hein…
    M’enfin, quand on a le temps, genre heu voilà quoi 🙂

  2. Bonjour,

    L’intérêt de compiler sa distribution n’est pas de gagner quelques micros secondes en performance, mais de comprendre comment fonctionne une distribution, à quoi servent telles ou telles options, dépendances ….
    Ça sert aussi à comprendre pourquoi certaines librairies ne sont pas toujours mise à jour immédiatement .. mettre à jour icu, libjpg … changer de version de python … par exemple n’est pas anodin ni simple et demande beaucoup de travail.
    Et surtout c’est acquérir la vrai liberté « du libre » : ne dépendre de personne. J’ai besoin d’un paquet, je me le fait selon les règles et je n’attends ni ne quémande quoi que ce soit à personne.
    Après on peut utiliser des distributions mixtes, c’est à dire qui tout en fournissant une base en binaires permet de compiler ses propres paquets tout en les intégrants dans l’installation.
    Nutyx le permet et Archlinux aussi il me semble.
    Je ne parle pas de lancer en root sur son install un ./configure;make;make install parce que là c’est le meilleur moyen de tout casser.

    1. L’intérêt de compiler sa distribution n’est pas de gagner quelques micros secondes en performance, mais de comprendre comment fonctionne une distribution, à quoi servent telles ou telles options, dépendances ….

      De nos jours d’accord, étant donné la lente croissance des capacités de vitesse des processeurs. Il y a encore une dizaine d’années, l’argument de la vitesse aurait tenu la route.

      Ça sert aussi à comprendre pourquoi certaines librairies ne sont pas toujours mise à jour immédiatement .. mettre à jour icu, libjpg … changer de version de python … par exemple n’est pas anodin ni simple et demande beaucoup de travail.

      Et de passer par des dépots intermédiaires qui permettent de recompiler l’ensemble et de faire un passage aussi « transparent » que possible.

      Et surtout c’est acquérir la vrai liberté « du libre » : ne dépendre de personne. J’ai besoin d’un paquet, je me le fait selon les règles et je n’attends ni ne quémande quoi que ce soit à personne.

      Si on en a les capacités, je suis entièrement d’accord 😉

      Nutyx le permet et Archlinux aussi il me semble.

      Les recettes des logiciels sont disponibles sur Archlinux si le besoin de recompiler un paquet se fait sentir, en effet.

      Je ne parle pas de lancer en root sur son install un ./configure;make;make install parce que là c’est le meilleur moyen de tout casser.

      Vive Fakeroot 🙂

      Sinon, la plupart des distributions proposent des recettes qui permettent de créer des paquets en simple utilisateur. Et encore heureux 😉

      1. Sinon, la plupart des distributions proposent des recettes qui permettent de créer des paquets en simple utilisateur. Et encore heureux 😉

        C’est vrai, mais certaines les mettent à disposition facilement et d’autres un peu moins ..
        Si tu pouvais me dire où trouver celles de debian par exemple… Elles sont surrement accessibles, mais je ne les trouve pas 🙁

  3. EDIT: Nutyx est basée sur LFS, et elle met à disposition tous les outils nécessaires pour un install « from scratch » ….

    Un peu de pub sur un blog réputé ne peut pas faire de mal 😀

    1. Compiler les sources sur Debian ?
      Il suffit d’activer les deb-src dans le sources.list

      Ce sont les recettes qui m’interresse, pas de compiler sous debian.
      Chez Arch, Crux,Gentoo, Nutyx … elles sont accessibles sans problème à tout le monde.
      Chez Debian et dérivées on a l’impression que c’est un secret d’état.

      En fait je cherche une url dans l’esprit de :

      https://www.archlinux.org/packages/
      ou
      http://git.nutyx.org/?p=sekong;a=summary
      ou
      http://packages.gentoo.org/
      ou
      … pareil chez Debian

  4. Merci,

    Je connaissais, mais ce sont les recettes que je souhaiterais voir, mais bon, j’ai survécu sans jusqu’à maintenant 😀
    C’est juste étonnant que ce soit aussi compliqué à consulter.

  5. EDIT je voulais dire : Non ! et tes liens ne donnent toujours pas les recettes.

    De plus je ne cherche pas a faire un .deb, mais voir comment sont faites les recettes, les patchs appliqués etc etc …c’est toujours intéressant de voir comment font les autres.

  6. Vous voulez que je sorte les gants de boxes ? 😀
    Non 😀
    Mais dés qu’on touche à debian les insultes fusent. Mais c’est pas d’hier 😀

    Et au lieu de me dire que je dis des conneries j’aurais préférés un lien vers les recettes comme le font les autres.

  7. @pierre^ :
    si tu n’as pas trouvé ton bonheur, pour un début, dans le second lien indiqué c’est sans espoir. Un autre élément de base est de voir rirèctement comment est fait un paquet Debian en récupérant un source. Pour le reste, ensuite, chaque outil utilisé pour la fabrication a sa propre documentation. Mais sans motivation il est certain que rien n’est possible, sauf les critiques.
    Bonne continuation.

  8. Ce blog n’est pas le lieu de querelles stériles.
    je m’incline devant le dieu Cep et ses jugements à l’emporte pièce 🙂
    Je clos de mon côté cette discussion.

Les commentaires sont fermés.