C’est curieux chez les libristes ce besoin de forker.

Je tiens à m’excuser d’avoir honteusement plagier une réplique de Francis Blanche dans « Les Tontons Flingueurs ».

J’ai déjà eu l’occasion d’écrire sur les bienfaits et les méfaits du fork dans le logiciel libre, comme quand je m’étais expliqué en terme chatié sur l’idée developpée par SolusOS.

Lisant l’excellent blog « La Vache Libre », je suis tombé sur un billet qui m’a fait pensé à la phrase que j’ai utilisé pour le titre.

L’article en question nous parle d’une projet qui a pour but de forker le code de KDE4. Du nom de KLyDE, l’idée est de travailler le code pour rendre l’environnement plus léger. Si j’ose prendre un terme médical, lui enlever de la mauvaise graisse.

Pour le moment, le code de KDE SC a été copié depuis le dépot principal. Mais les trois objectifs affichés sont ambitieux :

  1. Réduire la consommation en ressource de l’environnement par défaut en découpant les paquets et en rendant certains composants optionnels. Pour l’idée de méta-paquets me vient à l’esprit ici ?
  2. Améliorer le temps de démarrage
  3. Simplifier la configuration en réduisant le nombre de greffons proposés par défaut, et en proposant des interfaces de configurations simplifiées

Etrangement tout cela me fait penser à un projet que je considérais un peu fou au début, le projet Trinity qui a repris le code de KDE 3.5.10 pour le moderniser. Dixit l’intro de la page du projet :

Lightweight desktops are cool, right? KDE 3 was great but those pesky KDE 4 hackers kept adding all these doodahs and whatchamacallums that nobody needs, yeah? But when you use XFCE there’s always some little bit that you missed from your full fat desktop, and isn’t LXDE getting heavier with every release?

Ce qu’on peut traduire par :

Les environnements légers sont cool, non ? KDE 3 était bien, mais ces codeurs de KDE4 ont constamment ajoutés tous ces doodahs (??) et whatchamacallums (??) dont personne n’a besoin, non ? Si vous utilisez XFCE, il y a tojours un petit quelque chose qui vous manque de votre bon gros environnement, et LXDE ne devient-il pas de plus en plus lourd à chaque version ?

Sinon, les idées de base de KLyDE partent d’un bon sentiment, mais le premier point évoqué, ce ne relève-t-il pas de la responsabilité des empaqueteurs de chaque distribution ?

Pour prendre un exemple que je connais bien, la version KDE SC pour ArchLinux propose une installation modulaire via des méta-paquets ou une installation complète. Et ce depuis la version 4.3 de KDE SC.

Et la liste des méta-paquets est parlante.

Je suppose que les principales distributions, comme la Fedora Linux ou  la Debian GNU/Linux,  doivent utiliser un principe similaire. Du genre KDE-games pour les jeux, KDE-graphics pour tout ce qui est outil graphique, etc…

Si l’idée est louable au départ, reste à savoir si le projet n’est pas trop ambitieux et ne connaitra pas le sort d’un GoneMe.

Seul l’avenir nous le dira. Allez pour finir, le morceau en question des Tontons Flingueurs.

9 pensées sur “C’est curieux chez les libristes ce besoin de forker.”

  1. Je pense que le fork est devenu une déviance pour ne pas dire un cancer. Si la communauté Linux est tellement éclatée aujourd’hui, le fork n’y est pas pour rien. Loin de moi l’idée de me poser en donneur de leçon mais je pense que le fork aurait du rester une solution « ultime », servant à reprendre un projet abandonné, ou partant vraiment dans le mauvais sens.

    Bon, dans l’absolu tout n’est pas noir et de joli projets naissent par ce biais.

    Comme tout le reste, une fois que cette mode sera passée on comptera sans doute les cadavres…

  2. Il y a longtemps kde était une usine à gaz trop compliquée. J’ai longtemps répété que kde était trop lourd et que gnome c’était beaucoup mieux. J’ai changé d’avis. Maintenant J’utilise kde4 sur archlinux et c’est bien. Il faut bien choisir les métapaquets, on peut supprimer des services (akonadi), virer tous les effets graphiques, etc. Essayez-le.

  3. (Oups désolé pour le double post du à une fausse manip de ma part)

    Il est bon de constater que l’auteur de ce blog a de saines références 😀

    Quand à la « mode des forks », n’est elle justement pas un signe de la vitalité de la communauté du libre, même si cela amène une certaine confusion des utilisateurs qui peut nuire à terme ?

    1. Quand à la « mode des forks », n’est elle justement pas un signe de la vitalité de la communauté du libre, même si cela amène une certaine confusion des utilisateurs qui peut nuire à terme ?

      Parfois oui. Parfois, c’est juste l’expression d’un égo surdimensionné.

      Et pour le double post, pas de problème !

  4. Je ne vais peut-être pas paraître objectif puisque je suis quand même un peu fan de KDE, mais je voulais tout de même partager mon expérience (le plus objectivement possible) :

    J’ai toujours été désireux de tester tout ce qui ce rapporte au libre et les environnements de bureau n’y échappe pas. Je ne vais évidemment pas parler des anciens, cela n’aurait aucun intérêt.

    Unity : je n’ai jamais vu aucun environnement aussi lourd. Lent à démarrer, des saccades lors des effets graphiques, le ventilo qui s’affolent dés qu’on lance 2-3 applications et même Nautilus qui est lourd et lent (un comble pour un gestionnaire de fichiers qui se veut être par essence une applications de base);

    Gnome 3 : honnêtement, je ne pourrais pas dénigrer cet environnement au niveau performance pour la simple raison que la philosophie m’échappe totalement et que je n’ai jamais réussi à l’utiliser plus d’une journée. Mais du peu que j’ai pu en voir, cela à l’air d’être fluide.

    Cinnamon : projet très intéressant, mais quand l’apparition du menu est saccadée (bon ok, c’est très léger mais c’est selon moi inadmissible sur un pc récent)

    XFCE : très agréable, fluide et léger, mais je n’aime pas.

    Mate : très agréable, fluide et léger. La version LinuxMint est super, le menu est très agréable. Selon moi, un projet intéressant (vers lequel je me tournerais si je devais abandonner KDE)

    LXDE : j’ai beaucoup apprécié l’utilisation de Lubuntu, que j’ai d’ailleurs installé sur le pc de mes parents et ils en sont content. Mais le look fait viello…

    Bon il y en a encore d’autres et j’oublie consciemment les simples gestionnaires de fenêtres. Mais l’idée est simple : KDE est loin d’être l’environnement le plus lourd (du moins chez moi). Tout est fluide, le démarrage rapide, Dolphin s’ouvre en moins d’une seconde au premier lancement (contrairement à Nautilus) et les animations ne montre aucune saccade.
    KDE fut longtemps très lourd, je l’avoue très franchement, mais maintenant c’est pour moi le meilleur environnement actuel. Après, les goûts et les couleurs… De plus, on peut facilement alléger KDE soit-même (désactiver certains ou tous les effets, virer des processus inutiles, etc…). Alors je me demande si le but de KLyDE n’est pas un peu obsolète.

    1. Je ne vais peut-être pas paraître objectif puisque je suis quand même un peu fan de KDE, mais je voulais tout de même partager mon expérience (le plus objectivement possible) :

      Tous les goûts sont dans la nature 😉

      Pour la suite, je vais répondre rapidement.

      Unity ? Entièrement d’accord.
      Gnome 3.x ? La fluidité croit de version en version. Et il est presque rapide maintenant 😉
      Cinnamon ? Entièrement d’accord.
      Xfce ? Pourrait devenir mon environnement fétiche.
      Mate ? Encore un peu immature pour le moment, mais je pense que la migration vers GTK+3 sera intéressante à voir.
      lxde ? C’est vrai qu’il a un look à la Win9x 🙁

      KDE SC à fait d’énorme progrès coté gourmandise. Et comme je l’ai précisé dans l’article, dans nombre de distributions les paquets de KDE sont découpés pour permettre des installations personnalisées.

      Et je te rejoins sur la conclusion.

Les commentaires sont fermés.