En vrac’ plus ou moins libre pour commencer la semaine.

Pour commencer cette semaine, un en vrac’ qui ne sera pas 100% libre.

  • Manjaro Linux, la dérivée d’ArchLinux qui a ce moment le vent en poupe propose la troisième préversion de sa version 0.8.5. Et oui, j’en connais un qui sera content, il y a enfin un installateur graphique 🙂
  • Pour les « barbus », la NuTyX Sekong est enfin sortie en version finale. Tous les détails rébarbatifs dans l’annonce.
  • Encore une distribution avec un nouveau format de paquets : la alphaOS.
  • Fan d’OS improbables ? Jetez donc un oeil sur KolibriOS, entièrement écrit en assembleur, et qui ne demande que 8 Mo de mémoire vive pour fonctionner !

Pour finir, quelques liens sans relation directe avec le logiciel libre, mais très savoureux :

4 réflexions sur « En vrac’ plus ou moins libre pour commencer la semaine. »

  1. J’ai testé rapidement la Manjaro aujourd’hui et je n’ai pas trouvé le navigateur Web, faudra que je fasse un nouvel essai.
    Cordialement

  2. En effet, j’ai testé Manjaro 0.8.5 preview3 et c’est du bon boulot. Réactive, dans l’ensemble plutôt bien finie, et oui un installateur graphique est important, tout comme un installateur en mode expert, au choix, pour répondre à tous les besoins et toutes les situations.

  3. Après une multitudes d’expérimentations (allant de la debian bien sage à la distribution farfelue bâtarde au-delà du raisonnable) pour tenter de donner une seconde vie à l’ancien parc d’ordinateurs de l’école primaire où j’enseigne, j’ai arrêté mon choix sur cette petite Manjaro qui monte qui monte. Très satisfait pour le moment de la bestiole : simple, rapide, efficace. Les ordinateurs qui dépassent la dizaine d’années au compteur tournent au petit poil.

    A confirmer sur la durée mais cette distribution est un cas de plus en plus rare – il me semble – dans la cosmologie Linux : une dérivée qui se base sur autre chose qu’une émanation de l’ego de ses développeurs. Un aspect qui change de la nuée d’Ubuntu consanguines qu’on reçoit désormais par salves.

    1. Manjaro profite de l’expérience et de la fiabilité de la ArchLinux. Distribution mère de Manjaro qui dépasse les 10 ans au compteur.

      Et surtout elle n’essaye pas réinventer la roue, mais d’offrir une version d’ArchLinux moins effrayante que l’original.

      A confirmer sur la durée mais cette distribution est un cas de plus en plus rare – il me semble – dans la cosmologie Linux : une dérivée qui se base sur autre chose qu’une émanation de l’ego de ses développeurs. Un aspect qui change de la nuée d’Ubuntu consanguines qu’on reçoit désormais par salves.

      Pas mal, je n’avais pas pensée à « la nuée d’Ubuntu consanguines qu’on reçoit désormais par salves. »

      J’ai honte de ne pas y avoir pensé !

Les commentaires sont fermés.