OpenSuSE 12.3 : la distribution presque « michu-compliant » ?

En septembre 2012, j’était victime de problèmes assez ennuyeux avec la version 12.2 de la distribution OpenSuSE. Et j’en avais retiré une mauvaise impression de la distribution au reptile.

La sortie d’OpenSuSE 12.3 me donne l’occasion de voir si le caméléon a repris des couleurs.

J’ai récupéré via bittorrent l’image ISO 64 bits. Et j’ai utilisé VirtualBox pour lancer une machine virtuelle.

Un des points forts de la OpenSuSE, c’est son installateur. C’est surement l’un des plus simples, au sens « michu-compliant » du terme, que je connaisse.

Le choix du fuseau horaire.

Le choix de l’environnement de bureau.

Le partitionnement. A noter que l’OpenSuSE propose une partition /home séparée et pour les plus aventureux, on peut utiliser le système de fichiers btrfs.

L’ajout de l’utilisateur.

Le résumé de l’installation.

Il faut compter une dizaine de minutes. Une fois l’installation terminée, Gnome Shell se lance sans problème.

Le gros hic, c’est que par défaut, NetworkManager n’est pas lancé par défaut. Et donc aucune connexion fonctionnelle. C’est quand même bizarre de ne pas proposer l’outil de gestion de réseau de Gnome avec Gnome lui-même.

J’avoue ne pas avoir compris l’intérêt de ne pas activer NetworkManager par défaut. Sûrement qu’il doit y avoir une raison cachée derrière tout cela, et tellement subtile qu’elle échappe à mon entendement limité 😀

Ensuite, j’ai du faire quelques mises à jour, moins d’une dizaine en tout et pour tout.

Un autre gros problème, c’est assez complexe d’installer le support des fichiers multimédias non libres.

A moins de vivre dans un monde idéal, il est encore besoin d’installer certains formats, comme le mp3, DVDCSS, ou Adobe Flash. En fouillant la documentation du site officiel de la distribution, j’ai fini par trouver un lien pour simplifier et automatiser l’installation des formats en question.

Et une petite vidéo de la distribution au caméléon en action.

La OpenSuSE 12.3 est en très gros progrès par rapport à sa version précédente. Gnome fonctionne de nouveau, les logiciels en mono sont réduits au strict minimum, j’ai été surpris de constater l’absence de Banshee.

Seuls points noirs :

  • Pas de NetworkManager activé par défaut, et la méthode ifup plante légèrement, donc le réseau est dans les choux 🙁
  • L’interface de Yast en franglais.
  • La relative complexité pour trouver le moyen d’installer les logiciels non libres encore indispensables à le vie quotidienne de l’utilisateur
  • Yast qui fait tout sauf le café. Car l’interface est tellement complexe qu’elle en devient illisible 🙁
  • Quelques rares paquets en 32 bits, merci les logiciels non libres comme Skype d’obliger à leur installation. Comme si Skype était réellement incontournable… 🙂

OpenSuSE serait une distribution qui serait presque recommandable pour les débutants. Mais les trois premiers points évoqués au-dessus risque de poser des problèmes à des personnes habituées à ne pas avoir à se prendre la tête pour lire leurs fichiers musicaux.

5 réflexions sur « OpenSuSE 12.3 : la distribution presque « michu-compliant » ? »

  1. Je suis assez de ton avis, pour une distro tout en main il y a trop d’incohérence en particulier pour les ajouts de codec video.
    On se retrouve à jongler avec des repos et on maitrise plus rien.
    J’ai fait une revue la : http://systemx.nosuke.org/index.php/post/2012/12/04/Opensuse
    Depuis je suis passé en tumbleweed et je suis de temps en temps les avancées mais opensuse gagnerait à mettre de l’ordre dans les repos/logiciels qu’ils livrent.

  2. Je n’ai pas ton problème avec NetworkManager. Je ne sais pas si la différence vient du fait que j’utilise KDE en lieu et place de Gnome, mais elle ronronne du tonnerre de mon côté.

  3. J’ai voulu ressayer Opensuse après t’avoir lu et je n’avais pas de réseau par défaut. Installation en version KDE dans une machine virtuelle.

Les commentaires sont fermés.