Unity pour Archlinux : où en est-on ?

Alors que les versions dérivées de la future Ubuntu 13.04 annonce leur alpha2 (par exemple la Kubuntu), j’ai voulu voir où en était le port de l’environnement Unity sur Archlinux.

Mon dernier essai remontait à octobre dernier.
Pour faire un point, j’ai pris comme base une archlinux 64 bits fraichement installée, avec un Gnome 3.6 fonctionnel, doté de LibreOffice 4.0 (que j’ai compilé pour mon usage personnel et que j’ai voulu mettre dans la machine virtuelle), du dernier Mozilla Firefox (le 18.0.2).

Pour Unity, et pour m’éviter 4 bonnes heures de compilation, j’ai utilisé le dépot unity.xe-xe.org/, à jour en date du 12 février au moment où je rédige cet article.

Pour activer le dépot, j’ai modifié le fichier /etc/pacman.conf et j’ai inséré les lignes suivantes au tout début :


[unity]
Server = http://unity.xe-xe.org/$arch

[unity-extra]
Server = http://unity.xe-xe.org/extra/$arch

L’installation se faisant avec yaourt ou sudo pacman :


yaourt -Syu
yaourt -S $(pacman -Slq unity)
yaourt -S unity-extra

La première operation fait récupérer près de 100 Mo de paquets, et oblige au remplacement de certains paquets cruciaux, comme gtk3 ou xorg par des versions adaptées. Toujours le coté intrusif de certains patchs. En toute, une grosse dizaine de paquets sont concernés.

Unity extra rajoute une soixantaine de paquets complémentaires, dont lightdm ou encore Chromium et Mozilla Thunderbird.

La version d’Unity installée est une 6.12, si on en croit le nom du paquet. Il m’a été impossible de rajouter des comptes en ligne, même en installant le paquet accountsservice-ubuntu. Surement un bug de cette version intermédiaire.

Mais le mieux est de montrer l’environnement porté en action.

Que dire pour conclure ce rapide article : que l’environnement est vraiment très avancé dans l’utilisation qu’on peut en faire quotidiennement. Mis à part Mozilla Firefox qui m’a fait un gros caca nerveux, et modulo les lenteurs liés à la carte graphique peu véloce, Unity sur Archlinux est très proche d’être utilisable sans soucis.

10 réflexions sur « Unity pour Archlinux : où en est-on ? »

      1. Ils peuvent aussi par esprit de défi s’amuser à le porter sur d’autre distrib’ sans autre intention que de relever le défi…
        J’aimerais bien connaître le nombre de personne utilisant Arch désireux de mettre Unity 🙂

  1. C’est marrant, j’ai du mal avec ubuntu mais j’ai bien aimé unity.

    Un paquet de monde crache sur cet environnement, personnellement je le trouve pratique et innovant. J’ai essayé gnome 3 et j’ai été déçu. Comme quoi les gouts et les couleurs.

    Je trouve donc ce portage intéressant. A tester

  2. Surtout que Unity est totalement innergonomique. Je m’explique : vous voulez trouver un logiciel dans la liste accessible depuis le «menu démarrer» il y a 7 étapes à faire. C’est devenu un clickodrôme total. GNOME3 aussi c’est la même chose. Si vous aimez ce genre d’interface, pour moi la meilleure serait celle d’elementaryOS qui va à l’essentiel et où il n’y a pas besoin de cliquer autant.
    Il y a une question que je me posais concernant Arch. Disons qu’à terme je compte m’en installer une mais pour l’instant je me disais qu’histoire de me familiariser avec le truc, je l’installerai d’abord sur une Virtualbox. Est-ce que, vue la longueur de l’installation, ça doit se faire d’une traite ou je peux éteindre le PC entre temps ?

    1. Surtout que Unity est totalement innergonomique. Je m’explique : vous voulez trouver un logiciel dans la liste accessible depuis le «menu démarrer» il y a 7 étapes à faire.

      Tu peux les lister ? Car 7, ça me parait un peu excessif.

      GNOME3 aussi c’est la même chose. Si vous aimez ce genre d’interface, pour moi la meilleure serait celle d’elementaryOS qui va à l’essentiel et où il n’y a pas besoin de cliquer autant.

      Hmmm ? Appui sur la touche « super », on clique dans la zone de recherche, on tape le nom, on clique sur l’icone. 4 étapes dans Gnome Shell. Et tu parles d’Elementary ? Sans les technologies à la base de Gnome-Shell, tu n’irais pas loin.

      Il y a une question que je me posais concernant Arch. Disons qu’à terme je compte m’en installer une mais pour l’instant je me disais qu’histoire de me familiariser avec le truc, je l’installerai d’abord sur une Virtualbox. Est-ce que, vue la longueur de l’installation, ça doit se faire d’une traite ou je peux éteindre le PC entre temps ?

      Tant que ton installation de base est terminée, tu es tranquille. Et la longueur ? Vraiment ? Je peux installer un Gnome-Shell / KDE / Xfce en l’espace de 30 minutes. Tout dépend de la vitesse de ta connexion.

      Et une fois que tu as la base installée, tu peux éteindre ta machine. Rajouter X, et éteindre ta machine. Rajouter ton environnement, idem. Celui-ci ne se lancera par lui-même qu’une fois que tu auras autorisé le lancement du gestionnaire de connexion en mode automatique avec un petit sudo systemctl enable nom-du-gestionnaire-de-connexion.service

  3. Non je ne te parle pas de la barre de recherche… quasiment tous les bureaux ont une barre mais des étapes à suivre (clic) pour trouver une appli.
    http://linuxfr.org/users/yekcim/journaux/gnome-shell-toujours-pas-convainquant-apres-1-an-et-demi
    Il y avait aussi une autre image éloquence sur l’inefficacité d’unity mais j’ai plus le lien :/ Bon j’avoue que gnome3 est plus ergonomique qu’unity mais il par défaut il faut déplacer la souris sur une grande distance. Enfin bref merci pour tes conseils sur Arch et continue à poster d’aussi bon articles 😉

Les commentaires sont fermés.