e17 avec Archlinux ? Ca donne quoi ?

Après la déception de la BodhiLinux, j’ai voulu voir ce que donnais une version aussi proche de l’originale d’e17, en clair en utilisant Archlinux qui est connue pour ne pas rustiné outre mesure les logiciels.

J’ai donc installé dans une machine virtuelle Virtualbox – la version git de qemu ayant un bug au niveau de la gestion des connexions au réseau en ce moment – une archlinux avec ce qu’il faut pour pouvoir lancer Xorg.

Le rajout d’e17 se fait avec un simple : sudo pacman -S enlightenment17

On peut remplacer le sudo pacman par yaourt, bien entendu.

J’aurais voulu utiliser lxdm pour la gestion de la connexion ou l’outil entrance (encore en plein développement), mais j’ai du utiliser gdm, sinon, e17 ne se chargeait pas 🙁

Idem pour le gestionnaire de connexion, j’aurais pu utiliser l’outil connman, mais je suis resté avec NetworkManager, car je préfère et connais mieux ce dernier.

Coté logiciels, j’ai rajouté LibreOffice, Mozilla Firefox 18 en français. La musique ? QuodLibet. Et la gestion des archives ? FileRoller. Sans oublier VLC. Et terminator pour la ligne de commande.

J’aurais pu utiliser nombre d’outils « officiels » listés sur cette page, mais la plupart doivent être recompilés…

Dès le premier démarrage, les options de configuration sont proposées, que ce soit la langue, le type de disposition, ou encore le niveau de « bling bling ».

Langue et clavier à utiliser.

L’apparence générale et le niveau de zoom.

Les fenêtres, à sélectionner au clic ou au survol ?

Niveau de « bling bling » ?

On active la barre d’outils ?

Les seuls gros réglages que j’ai fait, ont été au niveau des options du navigateur de fichier pour avoir quelque chose de moins « austère » que l’affichage par défaut.

L’ensemble est très rapide, très fluide, même si on pousse un peu le bouchon. Ayant un e17 brut de décoffrage, j’ai apprécié la possibilité de configurer dès le premier démarrage nombre d’options, contrairement à mon expérience médiocre avec Bodhi Linux.

Et malgré que j’avais une tache de fond assez lourde que j’avais oublié de couper, l’ensemble est réactif… Les grands noms des environnements de bureau pourraient en prendre de la graine 😉

Il est certain qu’ils manquent encore certains outils en natif, comme un lecteur multimédia, un visionneur d’images, un logiciel de gravure, mais c’est un excellent gestionnaire de fenêtre qui ravira les machines peu gatées côté ressources en mémoire vive.

4 réflexions sur « e17 avec Archlinux ? Ca donne quoi ? »

      1. Salut

        je suis toujours ravi de passer lire ce charmant blog ^^

        e17 est en environnement graphique … il faut ajouter logiciels que l’on veut …
        kde (que j’utilise au quotidien) est quasiment un environnement de bureau complet et pas un simple environnement graphique

        j’ai également testé et c’est bien plus fluide et stable que du temps d’Elive 2.0 ^^
        KDM ajoute directement enlightenment comme GDM 😉

Les commentaires sont fermés.