Bodhi Linux 2.2.0 : pas de quoi rester Zen, malheureusement :(

e17 est sorti le jour du bug du calendrier Maya, et j’ai attendu une des premières distributions à l’intégrer officiellement pour me faire une idée. J’ai eu la flemme de l’installer à la main dans une machine virtuelle. Quoique la flemme est parfois mauvaise conseillère…

La Bodhi Linux est celle qui m’est venu à l’esprit, l’ayant déjà abordé en avril 2012, car elle proposait une préversion d’e17 à l’époque.

C’est donc avec l’annonce de la version 2.2.0 de la distribution qui m’a permis d’éviter une installation à la main.

La Bodhi Linux est basée sur la Ubuntu 12.04.x LTS, et pour la version 64 bits (celle que j’ai testée ici, le noyau linux 3.7 est de la partie). Il y a deux versions en 32 bits, une sans le PAE, bloquée sur le noyau linux 3.2 et une avec le PAE et qui est disponible avec le noyau linux 3.7. Dixit l’annonce officielle, bien entendu.

J’ai récupéré l’image ISO 64 bits, histoire de ne pas me prendre la tête.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://freefr.dl.sourceforge.net/project/bodhilinux/2.2.0/bodhi-2.2.0-64.iso
–2013-01-09 15:03:23– http://freefr.dl.sourceforge.net/project/bodhilinux/2.2.0/bodhi-2.2.0-64.iso
Résolution de freefr.dl.sourceforge.net (freefr.dl.sourceforge.net)… 2001:1b48:10f::7, 158.255.96.7
Connexion vers freefr.dl.sourceforge.net (freefr.dl.sourceforge.net)|2001:1b48:10f::7|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 600834048 (573M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «bodhi-2.2.0-64.iso»

100%[======================================>] 600 834 048 960KB/s ds 8m 22s

2013-01-09 15:11:46 (1,14 MB/s) – «bodhi-2.2.0-64.iso» sauvegardé [600834048/600834048]

Et j’ai lancé l’environnement de test habituel : CPU 64 bits, 2 Go de mémoire, 128 de disque dur virtuel.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -no-frame -cdrom bodhi-2.2.0-64.iso -boot order=cd &

Plusieurs choix sont disponibles. Pour l’installation, je suis resté dans le sobre. L’installateur est celui d’ubuntu 12.04.x LTS, donc très simple. Et j’ai été étonné de la sobriété de la place demandée : uniquement 2,8 Go ! Il faut dire que le strict minimum est installé.

Une fois l’installation terminée, au premier démarrage, on est accueilli par un assistant qui propose de personnaliser l’interface. Je préfère rester sobre encore une fois, quoique le choix est assez important 😉

Point ennuyeux, l’interface est en anglais par défaut. Et pour trouver comment la mettre en français ? J’ai eu la réponse en allant directement sur le site de la distribution, en fouillant sur le forum, la page n’étant pas directement découvrable dans le wiki de la documentation.

Il faut passer soit par Synaptic, soit par le Bodhi AppCenter, section Extra / Language pack… J’ai quand même cherché durant près de 10 minutes pour avoir la réponse qui n’est pas fournie dans le guide rapide de démarrage… Autant dire que nombre de personnes qui n’auraient pas l’idée d’aller sur le site officiel, et dans le forum d’aide pour trouver l’information resteraient le bec dans l’eau ! 🙁

Et après ? Il faut aller dans le menu principal, puis dans Settings, puis dans Modules, puis faire glisser la liste des options, dans Settings (une nouvelle fois), et enfin la gestion des langues apparait. Et il faut activer l’option pour qu’elle apparaisse par la suite. Clair, non ?!

Pour info, c’est la même chose pour le clavier…

Ca coute cher les greffes capillaires ? Car j’avoue que je me suis arraché pas mal de cheveux pour cette étape qui normalement devrait se faire en un ou deux clics de souris, et surtout être une option directement disponible, non ?

Le seul bon point de la distribution, c’est l’AppCenter qui permet d’installer facilement des logiciels, comme montrer dans la vidéo ci-dessous.

Que rajouter de plus ? Que la distribution serait largement plus abordable si la documentation indiquait comment faire des trucs basiques comme avoir la bonne langue et le bon agencement du clavier.

Cela donne la fausse impression qu’e17 est un truc mal fini – ce qui serait étrange vu le temps pris pour créer l’ensemble, que 12 ans  – et c’est dommage.

Si vous voulez tester e17, je ne conseille pas la Bodhi Linux… Et rien ne vaut mieux – pour le moment – qu’une installation à la main sur une distribution déjà installée.

6 réflexions sur « Bodhi Linux 2.2.0 : pas de quoi rester Zen, malheureusement :( »

  1. Bodhi linux est une bonne distribution, mais j’ai du mal avec E17.

    C’est joli, ça prend pas beaucoup de mémoire, mais comme tu les dis je le trouve mal fini.

    Certaines applications s’intègrent mal dans cet environnement, libre-office par exemple. Ensuite à configurer c’est une peu la galère.
    Ce qui est bizarre c’est que j’avais testé E17 il y a quelques années et je me souviens qu’il y avait plus d’effets graphiques comme des fonds d’écran animés ou bien des reflets animés sur certains thèmes bling bling.

    C’est vrai que c’est dommage car ça prouve que l’on peut avoir une bel environnement sur une machine peu puissante.

    1. Surtout que la distribution n’active pas certaines options qu’on peut qualifier d’essentielle, comme l’agencement du clavier, la traduction, etc…

      Je suis resté sobre, mais il y a des thèmes plus « bling bling » proposés par l’assistant au premier démarrage.

      1. Bonjour,
        Pour avoir utilisé plusieurs heures par jour cette distrib ces derniers mois sur un netbook, et en particulier à des fins professionnelles, je trouve au contraire que l’intégration des appli GTK et Qt est plutôt bien réalisée. Pour les applications en Qt, il faut simplement indiquer dans Qt setting qu’elles prennent par défaut l’apparence des appli GTK. Autre point, important pour moi, le rendu des polices est agréable à l’œil.

        Par contre, passé le côté bling bling, beaucoup de thèmes ne sont pas agréables à utiliser ou manque de finition. On peut espérer que la publication de la version « stable » de e17 améliore la situation.

        Je rejoins Frédéric sur le fait qu’il serait préférable que la langue et le clavier soient paramétrés dès la fin de l’installation. Ces procédures sont toutefois expliquées dans le wiki au début de la page Quick FAQ : How do I change the system language? et How do I change keyboard layouts? (avec sur les images l’exemple vers le français).

        Outre le App center, cette distrib a pas mal d’autres atouts : le côté semi-rolling, le suivi et l’intégration de Enlightenment, l’existence d’une version ARM basée sur Debian, le forum et le wiki (pour les anglophiles),…

        C’est pourquoi, j’aurais plutôt tendance à la conseiller pour quelqu’un qui veut tester ou utiliser e17 sont trop « mettre les mains dans le camboui ».

        1. Pour les procédures, il faut pouvoir les trouver, le wiki est très peu clair pour y accéder.

          Le hic est que la distribution semble centrée sur les anglophones, oubliant que la première langue parlée au monde, ce n’est pas l’anglais, mais le mandarin. La deuxième position, c’est l’espagnol, l’anglais n’arrivant qu’en troisième position, sauf erreur de ma part.

          Pour ta conclusion, je serai moins affirmatif.

  2. J’avais posté le 8/01 sur le site de Bodhi.fr http://bodhi-linux-fr.leforum.eu/index.php
    pour avertir les amateurs de ce qui pouvait les attendre.J’ai abandonné Bodhi non pas à cause du qwerty dont je ne suis pas amateur mais à cause des bugs à répétition dont j’étais victime (en 32), je n’avait donc pas poursuivi pour franciser.J’y reviendrais certainement, j’aime assez cette distro bien que je ne m’en sois jamais servi sérieusement par manque de confiance, je suis plutôt Debian (surtout Crunchbang un peu plus légère que Bodhi) et mes compétences assez modestes. En attendant cela va certainement s’améliorer. Il manque un petit
    je ne sais quoi pour que Bodhi devienne une grande distribution, peut être quelques développeurs ce qui n’est hélas pas dans mes capacités.Salut à tous.Et merci à Frederic

  3. Bonjour

    J’ai découvert BodhiLinux à la version 1.4 et c’est vrai que les installations des versions antérieures à la 2 étaient plus francisées. Depuis la version 2 à chaque install j’ai eu un probléme de configuration avec le wifi, le son et à la 2.2 le clavier et le français mais chaque fois j’ai trouvé la soluce sur le wiki et je suis loin d’être un pro.
    Utilisant des machines anciennes je trouve cette distribution très réactive. Je la conseille d’ailleurs à ceux qui me demande par quoi ils peuvent remplacer leur xp vieillissant.
    La 2.2 tourne sans problème sur mon eee-pc 1000HD. A contrario l’installation de e17 sur ubuntu 12.04 (unity) m’a fait abandonner ubuntu.
    Cordialement

Les commentaires sont fermés.