Fedora Linux 18, plus c’est long, plus c’est bon ? ;)

La Fedora Linux 18, la Duke4Ever de la série – uniquement 2 mois de retard sur la feuille de route initialement prévue – sortira le 8 janvier prochain.

Pour avoir une idée de la version finale, sans passer par une version béta que j’aurais mis à jour, je suis allé sur la page des « Nightly live composes » qui permet de récupérer les dernières préversions de la future Fedora Linux 18 en ISO installable.

J’ai récupéré la dernière ISO en date, en version « desktop » et 64 bits, la 20121225.12 au moment où je rédige cet article.

Elle pèse environ 960 Mo, ce qui est une rupture avec la sacro-sainte taille des 700 Mo. L’image est hybride, et peut être copiée sur une clé USB avec un simple dd en ligne de commande. Et pourquoi une telle taille ? L’intégration par défaut d’un certain LibreOffice doit y être pour quelque chose 😉

J’ai ensuite créé une machine virtuelle VirtualBox pour tester l’ensemble.

Le nouvel Anaconda – responsable en grande partie du retard de cette version – est un peu déroutant, mais il permet d’avoir un contrôle poussé de l’installation. J’ai effectué mon propre partitionnement, car une partition / de 50 Go, c’est un peu beaucoup, je l’ai donc réduite à 20, et envoyé la place récupérée dans la partition /home.

L’installation des logiciels est ensuite très rapide, cela demande 3 grosses minutes, puis, on redémarre pour la configuration finale de la distribution, en rajoutant le compte utilisateur. Et attention, le clavier est en anglais à cette étape… Faut faire gaffe pour le mot de passe qu’on utilise…

A noter qu’au premier démarrage, le système est en anglais. Il suffit d’aller sur le nom de l’utilisateur, system settings, Region & Languages pour modifier le problème, et un petit redémarrage. Surement un bug de cette préversion.

A noter que l’outil de gestion des comptes en ligne est plus complet que celle de la version originale de Gnome.

Pour avoir une Fedora Linux au maximum à jour, via l’outil d’ajout suppression de programmes, j’ai activé les dépots « testing ».

Et j’ai effectué une mise à jour en ligne de commande. L’utilisation des paquets dits « delta » et de la récupération de plusieurs paquets en parallèle, cela est très pratique et doit diviser par deux ou trois le temps nécessaire à la mise à jour.

J’ai ensuite rajouté le dépot RPM Fusion, et j’ai rajouté VideoLan et les greffons gstreamer nécessaire à la lecture des médias au format non-libre, du genre… mp3 ! En ligne de commande : sudo yum install gstreamer-plugins-bad-nonfree gstreamer-plugins-bad gstreamer-plugins-ugly

L’installation du greffon flash – car il faut rester pragmatique et réaliste, il pourrira la vie des utilisateurs durant de nombreuses années – j’ai utilisé le wiki du site Fedora-Fr.

Et j’ai fait une petite vidéo pour montrer la Fedora Linux 18 en action.

Pour l’installation des logiciels, la lenteur est due à certains miroirs qui ne sont pas 100% à jour. Et surtout cette enflure de PackageKit qui mange des ressources pour rien. Une telle lenteur que j’ai préféré passer par la ligne de commande. L’outil d’ajout / suppression de programmes est une horreur. Les problèmes de lenteurs seront surement corriger avec la sortie de la version finale dans une grosse dizaine de jours.

Et dire que je déteste PackageKit est un bas mot. Moderniser l’outil d’ajout/suppression de programme ne serait pas un mal, car sans la ligne de commande, la Fedora Linux est moins pratique, sauf à poirauter trois heures pour installer le moindre logiciel.

Malgré les retards à répétition de cette version de la Fedora Linux – la 19 devant sortir en mai prochain – ce sera une bonne version. Plus une version de transition, ne serait-ce qu’au niveau de l’installateur Anaconda qui a été revampé pour être modernisé.

Je me demande si je ne vais pas mettre cette version sur mon PC portable en duo avec la Archlinux sur mon fixe. Si j’en arrive à me poser la question, c’est que la distribution est vraiment très bonne, mis à part cet – mettez votre série de jurons préférés ici – de PackageKit, c’est que du bonheur.

19 réflexions sur « Fedora Linux 18, plus c’est long, plus c’est bon ? ;) »

  1. J’aimerais bien savoir ce que tu reproche à PackageKit, hormis ça consommation mal optimisée de ressources.

    Il n’est pas assez avancé ? Mais c’est justement le but, de ne permettre que le strict minimum car il s’adresse aux débutants. Pour aller plus loins il y a YUM et YUMEX.

    Mais d’ici une ou deux versions l’interface de Packagekit que tu connais vas laisser sa place à son successeur: https://github.com/gnome-design-team/gnome-mockups/tree/master/software (ce ne sont pour le moment que des maquettes d’interface)

    1. « J’aimerais bien savoir ce que tu reproche à PackageKit, hormis ça consommation mal optimisée de ressources. »

      Ben ce point là justement.

      « Il n’est pas assez avancé ? Mais c’est justement le but, de ne permettre que le strict minimum car il s’adresse aux débutants. Pour aller plus loins il y a YUM et YUMEX. »

      Yumex n’est pas installé par défaut. Et Yum, c’est de la ligne de commande, pas vraiment convivial pour l’utilisateur débutant.

      Enfin, pour l’interface, ce sera pas plus mal. La ligne de commande n’importunera pas l’utilisateur avancé, mais l’utilisateur débutant risque d’avoir un réflexe de rétractation.

      1. Mais justement, l’interface de PackageKit n’est pas avancée car elle s’adresse a des utilisateurs qui n’ont pas un usage avancé. C’est fait pour.

        Pour celles et ceux qui ont un usage avancé il y a yum, un outils avancé.

        1. On pourrait remplacer avancé par « facile d’utilisation ». Et ce n’est pas le cas de l’interface actuelle qui est d’une lenteur sans nom aussi.

          Et un utilisateur avancé aimera de temps en temps installer un logiciel sans faire un yum search | more qui sera plus long que l’installation en elle-même.

    2. Ce que je reproche à PackageKit :
      – Sa nuisance (lorsque je veux utiliser yum, il est bloqué une fois sur deux à cause de PackageKit qui s’est lancé tout seul en arrière-plan)
      – Interface minable, une unique barre de progression qui n’indique absolument pas ce qu’il fait (c’est pire que Windows)
      – Le déclenchement intempestif et incontrôlé qui peut être emmerdant (le mot est fable) si tu es sur une connexion lente.
      Et vive yum.

  2. Jamais trouvé packagekit lent (ni rapide!), comme ta dis sûrement un bug…

    Sinon faudrait que j’essaie Anaconda, l’UI a l’air un peu bizarre…

    Au fait pour ton «pragmatiste-réalisme»: ça fait 3 mois que je tourne sans Flash Player. Et je suis encore vivant! Par contre difficile (mais pas impossible!) de se passer des pilotes privateurs, j’attends une version de Nouveau convaincante.

    1. Le bug en question étant les miroirs pas vraiment à jour et yum insistant pour les utiliser 🙁

      Et pour le dernier point, c’est l’inverse. Cela fait au moins 5 mois que j’utilise nouveau, et je n’ai plus aucun problème avec les captures d’écran.

      Pour flash, obligatoire pour des sites comme bandcamp, et comme je suis un passionné de musique…

      1. Perso j’ai eu des gels de X et des performances moyennes avec les effets de bureau ou les jeux (certaines cartes dans Red Eclipse, obligé de me contenter des graphismes au niveau normal ou juste en-dessous pour Xonotic). Mais effectivement, Nouveau pose bien moins de problèmes car il est mieux intégré… Faut vraiment que je le reteste dans une ou deux versions de Linux!

        Pour Flash, tu peux essayer VideoDownloadHelper,c’est un module pour Firefox. Mais oui c’ert toujours moins pratique qeue Flash.

      2. Sous FreeBSD, j’ai décidé de ne pas utilisé Flash, et bien Bandcamp est fonctionnelle avec HTML5 (il faut accepter un cookie) sous Midori.

        À contrario SoundCloud nécessite Flash, le « player » reste bloqué (peut-être un bug de WebKit ?)

  3. Bonjour

    linuxien débutant depuis 3 ans, j’ai testé cette version. Premières impressions :

    Les + :
    – Installation facile, voire didactique (tant mieux), rapide…. Bref : parfait pour un neuneu comme moi
    – Installation facile de cinnamon car j’ai tjs autant de mal avec Gnome 3 (et je ne parle pas de kde…)

    Les – :
    – Mon NAS est invisible alors que je le vois sans aucun soucis sous Opensuse (la distrib’ préférée de Monsieur Bezies…) et LinuxMint. J’ai désactivé le parefeu de fedora; pas mieux ;-(
    A un moment (je ne sais plus quand et pourquoi), le NAS est apparu mais j’ai eu un message disant qu’il n’y avait pas d’application pour « afp »…
    Des forums m’ont donné des pistes pour régler ce problème mais franchement c’est hors de portée de mes connaissances (surtout en cette période très bullesque…).

    – J’ai voulu installer spideroak : installation a échoué.

    – HPLIP, Cairo-dock (deux softs parmi d’autres que j’utilise) ne sont pas dans les dépots sauf erreur de ma part. J’ai ensuite trouvé un moteur de recherches de rpm pour installer HPLIP ; j’ai réussi mais c’est plus long que sous opensuse (installé par défaut…) et sous LM.

    Bref, bilan mitigé voire frustrant car je trouve Fedora plus attractive pour moi qu’Opensuse (trop de softs installés par défaut et qui ne me sont pas utiles comme ceux concernant le réseau). Mais les casse-têtes pour installer certains logiciels me font choisir (par défaut ?) Opensuse (qui est néanmoins une très bonne distrib’ à mes yeux).

    1. Je réponds en vrac :

      Pour Hplip, sauf erreur de ma part, le paquet est disponible, bien que scindé :

      http://fedoraproject.org/wiki/Printing/HPLIP
      https://admin.fedoraproject.org/pkgdb/acls/name/hplip

      Pour spiderOak, j’ai vu que des paquets sont proposés pour Fedora 32 et 64, surement pour la version 17.

      Enfin, ce qui concerne Cairo Dock, une version 2.4.0 est disponible sur RPM-Fusion, sinon, faut y aller à la main, et c’est pas la joie apparemment 🙁

      OpenSuSE ? Au lieu d’un rythme batard de 8 mois qui s’est cassé la figure récemment, il ferait mieux de prendre un rythme semestriel soit annuel.

      1. Merci pour ces précisions que je testerai ce soir.

        Par contre, c’est quand même hallucinant de galérer autant pour mon NAS alors que c’est facile avec les autres distrib’…

        1. Pour le NAS, je t’avoue que je suis paumé. Je vérifierais via une machine virtuelle (un nas étant sur du réseau par définition) pour voir.

          Note : j’ai vérifié, le disque dur de ma freebox (qui est en nas) est détecté dans nautuilus.

  4. Je suis sur la 18 Beta (et sur des Fedora depuis la 8 Werewolf…souvenirs ^^) : So far, so good ! Très rapide, légère et réactive avec XFCE 🙂 Une excellente distro comme d’hab, seul bémol étant l’abscence d’une bonne interface graphique pour les paquets, mais yum est top pour la gestion en ligne de commande.

    Signé un lecteur assidu

  5. Je suis globalement d’accord, c’est dommage qu’elle ait autant de retard mais c’est une bonne version. Je l’utilise depuis qu’elle est en alpha et elle fonctionne comme un charme, en mettant de côté les 2-3 petits bugs que j’ai rencontrés.

  6. Je suis un fanboy Fedora et je tourne sur la 18 depuis deux semaines. Voici quelques impressions en vrac :

    – Yum est plus rapide (disons plutôt « moins lent »).
    – Network-Manager intègre des profils associés au parefeu (public, work, home…), un peu le principe de Windows Seven ce qui n’est pas forcément un mal car on a pas toujours envie d’avoir les mêmes règles de parefeu à la maison et sur un réseau public.
    – Le nouvel installeur qui nous rappelle que RedHat aime Gnome3. Je n’aime pas du tout, surtout pour le partitionnement. Par contre un point positif est que le système se retrouve réellement en français après l’install, ce qui n’était pas le cas sur la 17 (version KDE) il fallait utiliser system-config-language.
    – Le thème KDM et le fond d’écran par défaut sont très jolis (mieux que la 17).
    – Comme toi je me suis fait avoir par le mot de passe en anglais lors de l’installation.
    – KVM et virt-manager toujours bien intégrés et stables, ce qui est un exploit pour le second. Je suis passé à 16GB de ram pour pouvoir empiler les VM Windows (à partir de 4 à la fois c’est désormais le SSD qui fatigue…).
    – Quelques soucis de stabilité, parfois je perd le wifi et mon applet audio.
    – Je n’aime pas PackageKit, cf mon commentaire précédent.
    – SELinux se fait discret (c’était aussi le cas sur la 17) plus besoin de le désactiver
    – Flash s’installe depuis un dépôt fourni sur le site de Adobe. Quasiment aussi simple que pour Windows.
    – Telepathy intégré à KDE marche plutôt bien pour msn+jabber, pas de souci à signaler (là aussi grosse amélioration)

    Cette cuvée 18 s’annonce excellente à mon goût.

Les commentaires sont fermés.