Mageia 3 beta 1 : OpenMandriva peut commencer à creuser sa tombe…

Même si la beta 1 de la Mageia 3 était prévue pour le 12 décembre, elle semble connaître quelque contre-temps lié à l’installateur.

Ayant envie de faire « mumuse » avec la descendante communautaire de feu Mandriva (qui est plus ou moins la Rosa Linux, l’histoire d’OpenMandriva étant une bonne source de fou-rire devant les gesticulations pour rattraper le temps perdu), j’ai récupéré la dernière ISO d’installation par le réseau disponible.

Et après avoir créé la machine virtuelle habituelle, j’ai lancé l’ensemble, histoire d’avoir une version aussi proche que possible de ce que sera la Mageia 3 beta 1 installée.

Et surtout pouvoir utiliser dès le démarrage une version assez stable de Gnome Shell, le bug 5756 a été enfin corrigé, ce qui permet de gérer sans problèmes les comptes en ligne dans Gnome.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom boot-nonfree.iso -boot order=cd &

Après avoir activé le réseau et précisé le miroir à utiliser, l’installateur s’est chargé tout seul comme un grand 😉

L’installateur est exactement le même que pour les précédentes Mageia, donc, pas besoin de s’attarder dessus. Le choix de la langue et du partitionnement étant « nasodigital ».

Ce que j’ai apprécié, c’est la possibilité de choisir les dépots complémentaires si on le désire. A noter la présence de dépots en 32 bits sur la version 64… Il faudrait voir la proportion du mélange des paquets à la fin de l’installation.

1624 paquets sont récupérés pour une installation avec Gnome. Surtout, les capacités multimédia sont très développées par défaut. Le greffon Adobe Flash est disponible, ainsi que le support du mp3 par exemple. Car même si cela défrise certains libristes, c’est – malheureusement ? – le format audio le plus répandu de nos jours coté musique. Et il suffit de compléter les derniers manques en rajoutant les greffons gstreamer-bad.

Et comme une vidéo de démonstration vaut 15 millions de mots…

L’ensemble a vraiment gagné en maturité depuis le test que j’avais effectué à l’époque de la pré-alpha3, et j’avoue que c’est plus qu’utilisable. Du moins, je n’ai pas été confronté à d’énormes bugs durant les rapides tests que j’ai effectué. Quelques petits regrets : l’outil de gestion de parefeu est un peu technique (spécialement l’outil avancé), l’outil de contrôle parental n’est pas aussi puissant et pratique que celui la Linux Mint qui est un exemple d’outil simple à l’utilisation.

Petit regret, mais c’est un outil crucial, grub n’est toujours pas remplacé par Grub2 au lancement. Mais c’est un changement assez délicat à effectuer.

Dernier regret, lorsque j’ai viré certains outils, il a fallu que je passe par la ligne de commande pour enlever les paquets devenus orphelins. Sinon, cette première béta est de très bonne qualité. Il faut bien entendu laisser murir les logiciels proposés. Mais, sans vouloir m’avancer outre mesure, la Mageia 3 sera le cercueil de la version de la Mandriva proposée par OpenMandriva.

Car il y a une certaine maturité disponible désormais dans le fork communautaire qui n’était pas des plus bien parti pour sa version 1.0, sorti il y a plus de 18 mois, déjà !

9 réflexions sur « Mageia 3 beta 1 : OpenMandriva peut commencer à creuser sa tombe… »

  1. « Petit regret, mais c’est un outil crucial, grub n’est toujours pas remplacé par Grub2 au lancement. Mais c’est un changement assez délicat à effectuer. »
    L’intégration est en cours (tu peux le voir dans le resumé de la fin de l’install) mais en effet c’est pas parfait et je doute qu’il sera par défaut.

      1. C’est quoi les avantages concrets de Grub2 ? Moi j’aime bien Grub-legacy, c’est ultra simple et j’aime bien tout avoir dans un seul fichier de conf. Mais je n’ai peut être pas assez approfondi…

        1. Dixit la page wikipedia idoine :

          Véritable suite de GRUB, GNU GRUB 2 est appelée à devenir la nouvelle version utilisée. GRUB2 est la version par défaut d’Ubuntu depuis la 9.10. Les développeurs prévoient donc3 :

          • de pouvoir scripter GRUB, avec des structures comme les boucles ou les conditions ;
          • une interface graphique ;
          • un système pour charger les modules à l’exécution, plutôt que d’alourdir la compilation ;
          • une portabilité accrue ;
          • la prise en charge des caractères non-ASCII.
          • la prise en charge du système de fichiers ext4 depuis le 13 juillet 2008.
          • le nouveau système de fichiers btrfs.
          • une meilleure accessibilité (système d’étiquettes vocales…)

          Grub-legacy est ultra simple, mais son code est laissé désormais à l’abandon par les codeurs. Et ne serait-ce que pour le support du système de fichier btrfs, ça vaut le coup. Ben oui, faut bien jeter un coup d’oeil sur ce qui sera d’ici 3 ou 4 ans le système de fichiers par défaut des distributions GNU/Linux.

        2. et aussi, GRUB2 détecte plus facilement les systèmes installés sur d’autres partitions, et rajoute les entrées correspondantes au menu de boot.

          Ca évite de flinguer son bootloader à chaque install/mise à jour de distro 🙂

    1. Bonjour Gilles,

      Etant sur un sujet de Mageia, on ne peut que te conseiller Mageia :p

      Après sache que Mageia comme Ubuntu tu disposes de version « Live » qui te permet d’essayer sans installer et donc de faire facilement ton choix 😉

Les commentaires sont fermés.