Funtoo Linux, suite et fin.

Dans un précédent article, j’avais été bloqué au redémarrage. La faute au xfs. Donc, j’ai retenté ma chance, et je suis reparti sur les routes de la geekitude informatique linuxienne – euh, y a pas un pléonasme ? – avec une Funtoo Linux, cependant, cette fois, j’ai utilisé VirtualBox et des partitions en / et /home en ext4.

Le point qui m’a le plus ennuyé, c’est la reconnaissance du circuit son, qui m’a fait recompiler au moins 3 fois le noyau. Pour l’affichage, un petit emerge xf86-video-virtualbox. Et surtout, ne pas nettoyer le code compilé du noyau, même s’il prend près de 700 Mo. Et comme je suis un grand fou furieux, j’ai utilisé le code source le plus proche de l’original pour le noyau, le paquet vanilla-sources, me permettant d’avoir le 3.6.6. Chez Gentoo Linux, on est limité au noyau linux 3.5.7 avec le même paquet.

J’ai ensuite suivi les informations du wiki de Funtoo-Quebec, spécialement pour installer Xfce et les outils comme mirage (pour afficher les photos), quodlibet (pour le son), parole (pour les vidéos), Midori (pour l’accès au web), Claws mail (pour le courrier), Gimp, les greffons multimedia en utilisant le paquet gst-plugins-meta. Et Zathura pour les fichiers pdfs.

Pour accéder à l’installation du greffon Flash, il faut faire deux manipulations. D’abord, exécuter la commande suivante :


sudo emerge www-plugins/adobe-flash --autounmaskwrite

Et ensuite, pour faire prendre en compte la license d’Adobe, un petit dispatch-conf.

J’avais aussi un léger problème : dans la barre de menu, c’était mon nom d’utilisateur qui était affiché, pas ma vraie identité. Problème résolu en utilisant en root ceci chfn nom de l'utilisateur.

Au final, on obtient un système qui correspond à des besoins précis, mais la moindre mise à jour d’un logiciel un peu lourd à compiler, comme LibreOffice ou encore libwebkit, et c’est parti pour 4 heures de compilations intenses, du moins sur une machine réelle. En virtuel ? Le double au bas mot ? :]

Pour le temps de compilation sur du vrai matériel, je me base sur l’article concernant LibreOffice 3.6 en août dernier.

J’ai aussi constaté que l’installation est assez lourde. En effet, on arrive à environ 5 Go – comme montré dans la vidéo – sur la partition /, et avec une ArchLinux avec un équipement logiciel comparable on arrive aux alentours de la moitié, environ 2,2 Go.

Sans oublier l’indispensable vidéo de la Funtoo Linux en action :

Et à moins de chronométrer chaque lancement de logiciel pour voir le gain parfois minime de vitesse. Sur des machines vieilles d’au moins 5 ans, je pense que le gain doit être vraiment visible. Mais sur des machines plus jeunes, j’ai un léger doute.

Funtoo est une excellente distribution, même si la mise à jour est parfois un peu longue. Et l’utilisation des options dans USE est limite ésotérique.

4 réflexions sur « Funtoo Linux, suite et fin. »

Les commentaires sont fermés.