Crux 2.8 : si vous aimez l’austérité, c’est pour vous.

Avec la Crux, depuis deux versions majeures, c’est une grande histoire du type « je t’aime, moi non plus ». C’est une distribution minimaliste, qui installe une base minimale (on peut rajouter Xorg dès l’installation), et qui propose de mettre à jour et de rajouter des logiciels en utilisant les ports à la BSD. Un peu comme Gentoo, en plus rapide à installer.

Assez simple dans sa conception, au point que les idées utilisées par la Crux aurait servi de base à la Archlinux.

J’ai récupéré hier l’image ISO en 64 bits, via son espace de téléchargement officiel, en attendant que la version 3.0 de la Crux soit uniquement en 64 bits, du moins, ce qu’on pourrait déduire de ce courrier

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://www.obra.se/c64/2.8/crux-2.8-x86_64.iso
–2012-11-03 11:09:03– http://www.obra.se/c64/2.8/crux-2.8-x86_64.iso
Résolution de www.obra.se (www.obra.se)… 85.229.214.113
Connexion vers www.obra.se (www.obra.se)|85.229.214.113|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 269484032 (257M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «crux-2.8-x86_64.iso»

100%[======================================>] 269 484 032 284KB/s ds 12m 50s

2012-11-03 11:21:54 (342 KB/s) – «crux-2.8-x86_64.iso» sauvegardé [269484032/269484032]

Et on lance la machine virtuelle.


[fred@fredo-arch ISO à tester]$ qemu-img create -f qed disk.img 128G
Formatting 'disk.img', fmt=qed size=137438953472 cluster_size=65536 table_size=0
[fred@fredo-arch ISO à tester]$ kvm64 -hda disk.img -cdrom crux-2.8-x86_64.iso -no-frame --boot order=cd &

L’installateur est très simple, mis à part le partitionnement. Le guide est très bien conçu et il suffit de le suivre. Par sécurité, pour ce test, j’ai utilisé le partitionnement suivant :

  • sda1, en ext3, 10 Go, pour /
  • sda2, swap de 4 Go
  • sda3, en ext3, le reste pour /home

Pourquoi de l’ext3 ? J’ai voulu rester prudent avec lilo. Pour la partition /home, c’est une fausse manipulation… Des choses qui arrivent 😉

Ensuite, j’ai lancé l’installation complète.

Un excellent point, c’est la présence d’un /etc/fstab préconfiguré qu’il suffit d’adapter à ses besoins. Très agréable.

Le gros hic, c’est la configuration du noyau. Après avoir pris quelques conseils, j’ai utilisé la commande make defconfig

Une fois la compilation terminée et lilo installé, j’ai lancé, en croisant les doigts.

Comme le démarrage s’est bien déroulé, j’ai modifié le fichier /etc/rc.d/net pour avoir une connexion en dhcp.

J’ai rajouté un utilisateur classique.

useradd -m -G wheel,pkgmk -s /bin/bash fred
passwd fred

Après un redémarrage, je suis passé à la partie la plus longue, la mise à jour des paquets. Elle se passe en deux étapes. D’abord, la récupération des ports :

ports -u

Et pour la liste des paquets mis à jour ?

ports -d

Enfin, après avoir fait recompiler l’outil de gestion de paquet prt-get

Mise à jour de prt-get, puis un petit prt-get sysup

Et dans la liste des paquets recompilés ? Bash, coreutils, ou encore un certain Mozilla Firefox 16.0.2 😀

Autant dire ne serait-ce que pour Mozilla Firefox, on peut prendre un petit café, faire une promenade et revenir le temps que le logiciel soit compilé 😀

Mauvais point, l’une des dernières versions officiellement disponibles de Libreoffice, c’est la 3.4.6… J’ai bien tenté de modifier le fichier du port, et de recompiler le paquet, mais ce dernier se révèle inutilisable 🙁

Pour rendre Openbox un peu plus pratique, jai rajouté obconf, et menumaker. Mais ce dernier ne se lance pas, prétextant l’absence d’un fichier MenuMaker.CLI. Sans oublier un plantage alors que j’essayais de configurer Xorg qui m’a remis à zéro la compilation du paquet de Mozilla Firefox, alors qu’il était fini… Argh !

J’ai du aussi adapter légèrement le guide d’installation type, les fichiers de configuration d’OpenBox n’étant pas pas dans /etc/xdg/openbox mais dans /usr/etc/xdg/openbox

Je n’irais pas plus loin dans le test la présentation pour cette fois. La distribution est très intéressante, mais elle m’a laissé sur ma faim. J’ai au moins la satisfaction de pouvoir la faire démarrer. Ce qui est déjà une petite victoire 😉

2 réflexions sur « Crux 2.8 : si vous aimez l’austérité, c’est pour vous. »

  1. J’aime beaucoup tes tests, tu expliques vraiment bien tes articles ce qui me donne envie d’apprendre davantage sur GNU/Linux.
    Je démarre avec une Linuxmint13 pour l’instant, penses-tu qu’une fois que j’aurais maîtrisé les principales commandes je pourrais changer pour une archlinux ou même debian ?

    1. Merci pour les articles. Sinon, prends ton temps avec la Mint 13. Je pense – et c’est toi qui verra – que le mieux serait de rester dans la même famille, donc la Debian GNU/Linux.

      Si tu as envie d’aller sur ArchLinux, il faut savoir qu’il faudra prendre le temps de lire de la documentation et développer l’envie d’en savoir plus sur les tripes d’une distribution.

      Ce n’est pas une distribution idéale pour tout le monde 🙂

Les commentaires sont fermés.