Les distributions GNU/Linux pour puriste : quel bilan actuellement ? Ultime partie.

Après la Blag Linux et la Dragora Linux, la gNewSense et la Parabola GNU/Linux, passons à la fin de la liste. Note : les captures d’écrans et vidéos ont été effectuées les 30 et 31 octobre. Ben ouais, j’aime dormir la nuit 😉

Et on commence avec du lourd. La Trisquel GNU/Linux qui est actuellement en version 5.5. Basée sur Ubuntu, la dernière fois que j’en ai parlé, c’était à l’époque de la sortie de la 5.0, et j’avais été assez agréablement surpris par la qualité de l’ensemble. J’ai récupéré l’image multilingue pour avoir directement l’OS en français dès le premier démarrage.

D’ailleurs, le système semble prendre ses aises, avec 6,6 Go demandés à l’installation. Il faut préciser que toutes les traductions supportées sont installées. Donc que l’on peut gagner pas mal de place en virant les traductions inutilisées.

La 5.5 est affublée de l’acronyme STS, qui signifie : Short Term Support, donc une version support court terme. Elle se base sur la Ubuntu 11.10.

Mis à part le noyau linux-libre qui commence à dater (c’est un noyau linux-libre 3.0), c’est une distribution très puissante, et qui offre énormément de possibilité à l’utilisateur. Même si sa base est un peu lourde.

Autant dire que c’est une distribution qui est à conseiller pour les personnes qui veulent du 100% logiciel libre. Une version 6.0 basée sur Ubuntu 12.04 LTS serait la bienvenue pour donner un coup de fouet à cette distribution assez solide pour être prise au sérieux.

La distribution suivante sur la liste de la Free Software Foundation a été une des premières à être considérée comme suivant les idéaux de l’organisation. Basée sur Gentoo, c’est la Ututo Linux. Et si vous ne parlez pas bien ou pas l’espagnol, passez votre chemin. C’est une distribution originaire d’Argentine. Et cela m’a fait étrange de lire de nouveau la langue de Cervantes et Federico Garcia Llorca 19 ans après avoir passé l’oral d’espagnol 🙂

Basée sur KDE, elle offre aussi des outils liés à Gnome, et propose une interface qui fait penser à celle de MacOS-X en revampé.

Coté installation, il est conseillé de créer deux partitions, dont une de swap. L’installateur me fait penser à celui de la Siduction, car il se base lui aussi sur une interface en html.

Il suffit de suivre les étapes de bases. A noter que la place demandée par l’installateur est quand même importante, 8 Go dans le répertoire /usr, dans les 18 entièrement installée… L’ensemble demande en une grosse trentaine de minutes pour être copiée sur le disque dur.

Et après, plus rien. Etant donné que l’utilisateur par défaut n’a pas de mot passe, on ne peut pas en changer. Root devient inaccessible, donc impossible de mettre à jour le système. La seule chose que j’ai réussi à faire, c’est à passer le système en français.

Néanmoins, voici une petit vidéo pour présenter la distribution. Dommage que l’installateur ne propose pas la saisie de mot de passe 🙁

On sent vraiment que la distribution a été conçu pour être monolinguale dès le départ. Dommage que je n’ai pas réussi à accéder aux mises à jour qui ont du améliorer la distribution, sans aucun doute. A moins que j’ai fait une fausse manipulation quelque part ?!

Dernière distribution généraliste sur la liste de la Free Software Foundation, j’ai nommé la Venenux.

D’origine vénézuélienne, cette distribution a un site officiel assez spécial. D’ailleurs, seule la version 0.9 « béta » est téléchargeable. En réalité, l’image ISO que j’ai pu récupérer est une rc3, dixit son nom : venenux-0.9rc3-cd.iso

Cette distribution est légère, car elle propose un environnement encore peu répandu, Razor-QT. Et en trois versions : allemande, espagnole ou anglaise. Inutile de préciser quelle version j’ai choisi pour le démarrage 😉

L’installateur est celui de la Debian GNU/Linux, qui fait son boulot et bien d’abord 😉

L’ensemble est basé sur la Debian GNU/Linux Squeeze, un noyau linux 3.2 et Razor-QT. Gros manque : aucun outil bureautique n’est installé par défaut. Dommage. Et le dépot ne semble pas être très complet.

Au final, que dire des distributions linux 100% libres ? Que mis à part deux exceptions notables que sont la Parabola GNU/Linux et la Trisquel GNU/Linux, le restant est soit du gadget, soit des versions trop anciennes ou trop incomplètes pour être utilisable au quotidien.

Sauf à être un barbu de chez barbus, il n’y a pas grand chose qui puisse vraiment être considéré comme complètement libre et utilisable. Mais, les vrais barbus n’utilisent pas Linux, c’est bien connu, ils utilisent ou essaye d’utiliser GNU/Hurd 🙂

5 réflexions sur « Les distributions GNU/Linux pour puriste : quel bilan actuellement ? Ultime partie. »

  1. Bonjour,
    la Trisquel est un vrai régal. Elle est d’une telle réactivité sur mon netbook qu’on la prendrais pour une Archlinux.

    L’interface de base n’est par contre pas très paramétrable (une session gnome-classic de gnome3 un peu modifiéee) et le 100% libre ne me donne pas accès à ma carte wifi. Pour ce genre de distribution il faut des machines simples sans trop de matériel et surtout du matériel compatible.

    Pour 20euros j’aurais pu changer la carte wifi mais bon, la flemme et comme la quelques sites que j’adore abusent du flash…

    @+ gempaouindo

  2. Salut,
    Merci Fred pour ces différents articles. Autant ceux sur Linux que ceux concernant la musique. Je lis avec attention tes différents test, même si je reste de mon coté sur la Crunchbang squeeze avec openbox que tu m’as faits découvrir il y a déjà quelque temps.
    C’est quand même bien agréable de pouvoir découvrir plein de distributions différentes sur ton site.
    Cordialement,

    sebu

  3. Ça va faire trois jours que je suis sur Parabola et ça ressemble comme deux gouttes d’eux à Arch Linux, à part les applications renommées. J’avais déjà viré Flash depuis quelque temps et je suis passé à Nouveau il y a aussi un certain temps. La migration se fait très bien depuis Arch Linux bien qu’il faille supprimer/installer deux-trois trucs parce qu’il bloque sur la mise à jour mais sinon ça roule.

    Concernant Icecat je te conseillerais d’utiliser Iceweasel-libre qui est plus à jour, moins de bugs… J’ai pu l’expérimenter et la différence entre les deux est très faible, mise à part une extension du nom de GNU GNUzilla privacy extension qui t’avertit quand un lien a été modifié dans la page par un script (typiquement, il va te le dire dans l’interface de gestion des modules et dans la page d’appel rapide (speed dial)).

    Il est en outre livré avec LibreJs (qui peut s’installer sur Fx et Iceweasel) qui bloque le Javascript non-libre présent sur le site des extensions de Mozilla. Heureusement on peut mettre des sites en liste blanche.

    Bref, dans sa configuration par défaut il est très chiant et une fois ces trucs enlevés c’est du Iceweasel en moins à jour.

Les commentaires sont fermés.