PureOS : 18 mois après sa version 3.0, quoi de neuf ?

Il y a 18 mois, je parlais de la version 3.0 de cette distribution basée sur Debian GNU/Linux testing. La version 6.0, propose toujours une base Debian GNU/Linux testing, qui entre temps a été gelée, avec un thème d’icones qui ressemble à celle de faenza (faut aimer), Chromium 21, et plein de petites bonnes choses, dont un noyau Linux très récent, le 3.5.3.

J’ai donc récupéré uniquement l’image 32 bits – quid des machines qui sont capables d’utiliser complètement le 64 bits sans passer par le cautère sur une jambe de bois qu’est PAE ? – de la distribution, et j’ai lancé le tout dans une machine VirtualBox.

Première chose, l’écran de démarrage n’est plus chronométré, ouf. Mauvais point : Gnome Shell ne sort pas de sa coquille avec VirtualBox.

L’installateur est le même que pour la version d’il y a 18 mois, donc rien à rajouter, mis à part qu’il faut toujours partitionner à la main.

Gros point noir : lors de l’installation, aucun compte utilisateur n’est créé, ce qui signifie que le compte auquel on accède au premier démarrage, c’est le compte invité alias guest, qui s’autoconnecte.

Sans oublier que le mauvais fuseau horaire est choisi par défaut, et qu’il faut trifouiller l’heure 🙁

Après avoir installé les mises à jour liées aux mésaventures de Java et de ses failles 0-day, on peut passer à l’ajout d’un compte utilisateur normal. Et surtout, ne supprimez pas le compte guest, ça fait planter la distribution au moment du chargement du gestionnaire de connexion ! Ce qui m’a couté une deuxième installation…

Ma deuxième tentative fut le bonne pour faire une capture vidéo de la distribution en action. Le site officiel annonce : « PureOS est un liveCD GNU/Linux, il permet la découverte et l’utilisation d’un système d’exploitation GNU/Linux sans modifier le contenu du disque dur. »

Très bien. Mais comment découvrir une distribution GNU/Linux sans certains de ses logiciels phares comme LibreOffice (que j’ai du installé durant la vidéo), ou encore Gimp ? Mozilla Firefox, il sent mauvais des pieds ? Ah, mince c’est vrai, j’oubliais que Debian GNU/Linux propose sa version sous le nom d’IceWeasel.

L’idée est très généreuse, mais comme tout idéal, il est difficile de l’atteindre. Pour faire découvrir un environnement GNU/Linux fonctionnel, désolé, mais une Fedora Linux – même si en version LiveCD on déplore l’absence de LibreOffice – est plus adaptée. Ou même une Ubuntu avec son environnement maison. Et je n’ai aucune action, ni chez Canonical ni chez RedHat pour affirmer cela.

Ensuite, reste la quadrature du cercle : faire entrer le maximum de logiciels en un minimum de place.

4 réflexions sur « PureOS : 18 mois après sa version 3.0, quoi de neuf ? »

  1. Il me semble que c’est une très bonne distrib, pour ce qui est du miroir us dans synaptic il faut tout simplement changer le sources list comme suit:deb

    http://ftp.fr.debian.org/debian/ wheezy main contrib non-free
    deb http://security.debian.org/ wheezy/updates main contrib non-free
    deb ftp://ftp.deb-multimedia.org wheezy main non-free

    deb http://ftp.debian.org/debian/ wheezy-proposed-updates main contrib non-free
    deb-src http://ftp.debian.org/debian/ testing-proposed-updates main contrib non-free

    on obtient facilement un source list sur mesure avec le générateur de source list site web. http://debgen.simplylinux.ch/
    Quand au compte guest on peut facilement le virer en changeant le fichier demon.conf dans etc/gdm3 automaticautologin= »utilisateur »
    et le compte guest disparait.Il apparaît encore dans la boite de dialogue, mais ne se trouve plus dans l’environnement gnome.
    Le driver nvidia est un peu délicat à réussir mais ça fonctionne.
    150 mo de mémoire à vide en fallback, et 205 en gnomeshell , c’est rapide et assez léger. Gimp 2.8 etc.
    à bientôt
    gewi

    1. Il est vrai qu’une personne assez néophyte ira trifouiller le /etc/apt/sources.list 😉

      Et ayant utilisé de la distribution dérivée de debian durant quelque chose comme 18 mois à 2 ans en cumulé, trafiquer un sources.list, je connais 😉

      Une personne débutante jettera un oeil sur l’outil graphique disponible et se verra une fin de non-recevoir.

      Quand au compte guest on peut facilement le virer en changeant le fichier demon.conf dans etc/gdm3 automaticautologin= »utilisateur »
      et le compte guest disparait.Il apparaît encore dans la boite de dialogue, mais ne se trouve plus dans l’environnement gnome.

      Très pratique comme manipulation. Il aurait été plus simple de créer un compte utilisateur à l’installation, non ?

      Le driver nvidia est un peu délicat à réussir mais ça fonctionne.
      150 mo de mémoire à vide en fallback, et 205 en gnomeshell , c’est rapide et assez léger. Gimp 2.8 etc.

      205 seulement ? J’ai un doute. Car j’en suis à plus de 600 Mo, dont 236 mangé par une version de développement de Mozilla Firefox (la 18a1pre pour être précis).

      C’est une distribution excellente pour du live, mais à l’installation, ce n’est pas le cas.

Les commentaires sont fermés.