Le marché des distributions GNU/Linux est-il conservateur ?

On dit souvent qu’une des faiblesses de GNU/Linux, c’est qu’il y a des trillions de distributions, et que cela empèche de porter des logiciels, car les distributions les plus utilisées ne sont jamais les mêmes. Même si l’outil de distrowatch est imparfait, cela permet de savoir quelles distributions ont eu le vent dans les voiles depuis l’an 2002.

En 2002 :

  1. Mandrake
  2. Red Hat
  3. Gentoo
  4. Debian
  5. Sorcerer
  6. SuSE
  7. Slackware
  8. Lycoris
  9. Lindows
  10. Xandros

Mandrake, devenu Mandrake Linux, puis Mandriva… Passons sur Red Hat, Gentoo, Debian.

Inutile de préciser quel est son état actuel. Sorcerer ? Elle semble encore exister. SuSE existe encore sous le nom d’OpenSuSE, et SLED pour les entreprises. Quand à notre bonne vieille slacky, elle existe encore de nos jours, et arrivera surement d’ici quelques jours en version 14.0.

Lycoris ? Rachetée par Mandriva en 2005. Paix à ses octets. Lindows ? Les plus anciens doivent se souvenir de la guerre de Microsoft contre Lindows, devenu par la suite Linspire. Racheté par Xandros, morte depuis. Donc, cela règle le cas des deux dernières entrées de 2002.

Avançons d’une année. Voici le top 10 de 2003.

  1. Mandrake
  2. Red Hat
  3. Knoppix
  4. Gentoo
  5. Debian
  6. Yoper
  7. SUSE
  8. Slackware
  9. Lycoris
  10. Xandros

Deux différences : Knoppix et Yoper. Les deux existent toujours, même la Yoper Linux n’a plus rien sortie depuis 2010.

2004 ?

  1. Mandrakelinux
  2. Fedora
  3. KNOPPIX
  4. SUSE
  5. Debian
  6. MEPIS
  7. Gentoo
  8. Slackware
  9. PCLinuxOS
  10. Damn Small

Tout d’abord, bienvenue à la Fedora. Et oui, 8 ans déjà. Sinon, notons l’arrivée de Mepis et de la PCLinuxOS qui existent encore de nos jours.

En 2005 ?

  1. Ubuntu
  2. Mandriva
  3. SUSE
  4. Fedora
  5. MEPIS
  6. Debian
  7. KNOPPIX
  8. Damn Small
  9. Gentoo
  10. Slackware

C’est le début du règne de la distribution de Canonical sur le classement de distrowatch. Et j’ai encore le coffret double CD (live et installation) de la 5.04, qui avait pour nom de code Breezy Badger. Rien à rajouter coté nouveauté dans le classement.

2006 ? En gros, la copie conforme de l’année 2005. Notons juste l’arrivée de l’OpenSuSE. Et la lente descente de Mandriva.

  1. Ubuntu
  2. openSUSE
  3. Fedora
  4. MEPIS
  5. Mandriva
  6. Damn Small
  7. Debian
  8. PCLinuxOS
  9. Slackware
  10. Gentoo

Et pour 2007 ? Arrivée de la Sabayon, chute abrupte de Mandriva…

  1. Ubuntu
  2. PCLinuxOS
  3. openSUSE
  4. Fedora
  5. Sabayon
  6. Mint
  7. Debian
  8. MEPIS
  9. Mandriva
  10. Damn Small

2008 ? Voir 2007, dans les grandes lignes. Notons l’arrivée de Dreamlinux et de Linux Mint qui fait une entrée fracassante. Je ne me souvenais pas que la Linux Mint soit aussi agée ?!

  1. Ubuntu
  2. openSUSE
  3. Mint
  4. Fedora
  5. PCLinuxOS
  6. Debian
  7. Mandriva
  8. Dreamlinux
  9. Sabayon
  10. Damn Small

2009 ? Arrivée d’une distribution pour acharné des logiciels fraichement sortis, ArchLinux. Ainsi que de la distribution pour petite machine (enfin par rapport au moyen de gamme), Puppy Linux.

  1. Ubuntu
  2. Fedora
  3. Mint
  4. openSUSE
  5. Debian
  6. Mandriva
  7. Puppy
  8. PCLinuxOS
  9. Sabayon
  10. Arch

Pour 2010 ? Voir les remarques de l’année 2009 ?

  1. Ubuntu
  2. Fedora
  3. Mint
  4. openSUSE
  5. Debian
  6. PCLinuxOS
  7. Mandriva
  8. Sabayon
  9. Arch
  10. Puppy

Et pour finir 2011 :

  1. Mint
  2. Ubuntu
  3. Fedora
  4. Debian
  5. openSUSE
  6. Arch
  7. PCLinuxOS
  8. CentOS
  9. Puppy
  10. Mandriva

Seuls changements : Linux Mint qui prend la première place après 5 ans de monopole d’Ubuntu, et CentOS qui entre dans le classement. De cet ensemble de chiffres, on s’aperçoit que les principales distributions ne changent que peu, et que sur le classement de 2002, 7 distributions existent encore sous le même nom ou des noms différents.

Autant dire qu’il existe une sorte de conservatisme, et que le « distribution-hopping » concerne souvent le même groupe de distributions.

Une réflexion sur « Le marché des distributions GNU/Linux est-il conservateur ? »

Les commentaires sont fermés.