Frugalware 1.7 : la fin du cycle « calvaire ».

Ce 20 août 2012, la version 1.7 de la Frugalware Linux est sortie. Après un cycle assez mouvementé (départ de certains développeurs clés), j’ai voulu tester la version 1.7 finale.

Après avoir récupéré l’image d’installation par le réseau, j’ai pu constater un bug ennuyeux : l’installation avec l’interface graphique n’est plus fonctionnelle.

L’installateur texte a subit quelques modifications depuis la 1.6, notamment l’utilisation de l’outil fdisk pour partitionner le disque dur.

Ensuite, une fois une installation minimale effectuée, j’ai installé toutes les couches nécessaires à l’installation d’une version de KDE. Oui, KDE, car j’avais envie de montrer l’environnement KDE dans une Frugalware Linux.

Une fois l’installation finie, j’ai fait une petite vidéo.

Parmi les points positifs, on peut voir que la Frugalware Linux continue de vivre, et c’est très bien pour la diversité. Même s’il y a parfois de bugs avec VirtualBox et GDM 😉

Gros point négatif : l’absence d’un installateur en interface graphique.

4 réflexions sur « Frugalware 1.7 : la fin du cycle « calvaire ». »

  1. Etant utilisateur d’Arch et de Debian, cette version m’a surpris par sa facilité (même avec l’installeur en mode texte puisqu’en effet l’installeur graphique ne fonctionne pas sous Virtualbox; à tester sur une vraie machine).

    A la question posée sur un autre billet dans les commentaires « J’utilise Arch, qu’est-ce qui pourrait me faire passer à Frugalware? », je répondrais : si tu veux une distro rapide et facile à installer, avec le même package manager mais sans passer 3 jours à configurer ton système 🙂

    Un exemple, il suffit d’installer le système de base avec le CD 1, puis de lancer :

    # pacman -S xfce4

    Après quelques minutes et un reboot, hop, on se loggue sur son système Xfce sans avoir eu besoin d’aucune autre manip 🙂

    1. Ca fait plaisir de voir ce genre de commentaires Fredo. Merci pour ton retour.

      Sache que tu n’as pas besoin de rebooter ta machine, un simple :

      systemctl restart display-manager.service

      en root va te permettre d’avoir l’écran de connexion 😉

      1. oui en effet même pas besoin de rebooter, en fait c’était plus pour apprécier la rapidité du temps de boot 🙂

        un petit détail qui m’a un peu surpris par contre : quand on veut installer certains paquets, il y a parfois des dépendances qui viennent avec qui ne sont pas forcément indispensables

        un exemple : si on installe postfix, cyrus-sasl vient avec

        (certainement un choix des mainteneurs de paquet je me doute)

Les commentaires sont fermés.