Les distributions « tout-en-un » basées sur ArchLinux sont-elles condamnées à l’échec ou au fork ?

Des distributions tout-en-un basées sur Archlinux, je citerais, et sauf oubli involontaire, les suivantes :

  • La Chakra Linux qui a depuis rompu les ponts avec la distribution mère pour avoir ses propres dépots, pour proposer une expérience KDE aussi « pure » que possible.
  • La Bridge Linux, originellement proposant une base Xfce, mais proposant désormais aussi Gnome et KDE.
  • La ArchBang qui propose une Crunchbang à la sauce Archlinux
  • KahelOS dont la dernière image ISO en 32 bits uniquement date de mars dernier, du moins au moment où je rédige cet article
  • La Manjaro Linux avec une base xfce, qui est moins moribonde que je l’avais pensé à une époque.

Parlons donc des distributions qui sont restées proches des sources, et commençons par la Bridge Linux. Sa version 2012.8 propose un installateur graphique, automatisant au maximum l’installation. Par contre, Grub semble ne pas vouloir s’installer correctement. Problème connu, lié à l’installation de Grub2 apparemment.

Et même en appliquant la méthode proposée sur le fil de discussion, la distribution ne démarre pas… La transition vers Grub2 est toujours un sujet sensible 🙂

Continuons avec la ArchBang. Sa dernière ISO officielle est – au moment où j’écris l’article – la 2012.05. Donc, mai dernier. Après une installation sans trop de problème, j’ai du faire passer deux épreuves à la ArchBang.

La première, la mise à jour de Pacman (avec les clés), la deuxième, le passage à la glibc 2.16. Et bien entendu, le passage à la glibc 2.16 est limite impossible, même en suivant les tutoriaux. Dommage 🙁

Continuons avec la KahelOS. Sa dernière image disponible date de mars dernier. 5 mois, autant dire une éternité pour le projet ArchLinux et sa vitesse de croisière. Comme pour la ArchBang, j’ai du affronter les deux mêmes étapes.

Non seulement, j’ai du virer yaourt et Packagekit, mais la commande magique pour faire les mises à jour en ignorant glibc se viande lamentablement 🙁

Dernière distribution, la Manjaro Linux. Sur son blog, une annonce assez importante :

Manjaro-Linux will be 100% compatible with Arch-Linux but uses well tested snapshots of Arch-Linux instead. We manage our repository with our own developed tool called BoxIt which is designed like git. This means for our users they still have a rolling release but not so fast as Arch-Linux might be. AUR is still usable and you have all features you know from Arch-Linux. This way we provide a stable system which is still up-to-date.

Ce qui donne traduit :

Manjaro-Linux sera 100 % compatibles avec ArchLinux, mais en utilisant des « instantanés » bien testés d’ArchLinux. Nous gérons notre dépôt avec notre propre outil développé appelé BoxIt qui est conçu comme git. Cela signifie pour nos utilisateurs qu’ils auront toujours une publication en continue, mais moins rapide que la ArchLinux. AUR est toujours utilisable et vous avez toutes les fonctions que vous connaissez d’ArchLinux. De cette manière nous fournissons un système stable qui est toujours à jour.

Manjaro Linux semble donc se tourner vers une étape intermédiaire, sans se séparer complètement de la distribution d’origine. Et quand on sait que les développeurs d’ArchLinux veulent proposer des ISO officiellement de manière mensuelle, ça en dit long sur la vitesse de mutation actuelle d’Archlinux.

En effet, sur l’annonce de l’ISO du mois d’août, on peut lire : « The next snapshot is scheduled for September. », ce qu’on peut traduire par « La prochaine version est prévue pour septembre ». Autant dire que les distributions tout-en-un basée sur Archlinux ont des cheveux blancs à se faire 🙁

7 réflexions sur « Les distributions « tout-en-un » basées sur ArchLinux sont-elles condamnées à l’échec ou au fork ? »

  1. Pas de soucis avec Grub 2 sur Bridge de mon côté, tout roule nickel, j’écris depuis cet OS, et au passage mon install XP a été reconnue et intégrée.

  2. J’ai testé KahelOS, l’installeur n’a pas voulu installer sur une partition étendue. Il à gueulé en disant qu’il ne s’installe que sur une partition primaire. J’ai viré cette distrib tout de suite face à cet obstacle plus que terriblement chiant.

    j’ai installé chakra linux. Fonctionne bien hormis quelques problemes mineurs : manque de libs gnome. Ironiquement, les mainteneurs nous font peur en nous disant que notre systeme serait cassé si on utilisait les dépots archlinux. En fait, si on sait ce qu’on bidouille avec… pas de bug à l’horizon avec openbox.

Les commentaires sont fermés.