Top 5 des moins bonnes distributions que j’ai pu avoir sous la main.

En faisant des recherches sur mon blog, j’ai retrouvé le premier article ressemblant à un test de distribution. En août 2006 (6 ans bientôt), je faisais le premier brouillon d’articles qui seraient par la suite plus étouffée. Je taillais rapidement une croupière à une distribution qui ne doit plus exister de nos jours : La FreeSpire.

En 6 ans, j’ai testé de nombreuses distributions, parfois parlant de plusieurs versions au fil des mois.

J’ai eu donc envie de faire un top 5 du pire.

Commençons par PearOS. Cette dérivée d’Ubuntu (connue à une époque sous le nom de ComiceOS) est surement ce qu’il ne faut pas faire : une copie d’un environnement bien connu, mais tellement lourd et plantogène qu’on s’étonne quand ça tombe en marche. Pour faire simple : « Vous voulez un Mac mais vous n’avez pas le moyen de vous payer une machine de la marque à la pomme. PearOS 5 (anciennement ComiceOS), une copie qui n’est pas des plus réussies sort. Un conseil, libre à vous de le suivre, économisez, rien ne vaut l’original ! »

Deuxième distribution : OpenMamba. J’avais parlé de cette distribution en novembre 2010. Une version récente disponible (encore en développement ?) est si légère qu’elle ne demande pas moins de… 13 Go d’espace pour s’installer, 20 Go conseillés… Alors que même des distributions aussi complète qu’elle (Linux Mint par exemple) demande largement moins de place pour s’installer. –

Troisième distribution : GoboLinux. Cette distribution qui n’a plus sortie de version stable depuis avril 2008 est assez spéciale. Elle part du principe qu’il faut appliquer une hiérarchie de fichiers à la MS-Windows au lieu d’utiliser le standard FHS. Pourquoi pas ? Mais vu son succès, on peut penser que ce n’était pas la meilleure idée du monde 🙂

Quatrième distribution : OpenSuSE. Et oui, la distribution au caméléon. Pourquoi ? Entre autre le fait que c’est la seule à proposer des logiciels se basant sur Mono (quels sont les logiciels irremplaçables écrits en Mono ?), c’est une des distributions qui reste bien des années après les autres, une des rares à ne pas être proposée en version purement 64 bits.

Sauf erreur de ma part, les autres distributions, dont Fedora Linux ont du proposé des distributions 64 bits « pure » depuis au moins deux ou trois ans. Une des dernières Fedora mixte, c’est pas la 9 ?

Dernière distribution : la KahelOS. Cette distribution dérivée d’Archlinux proposant Gnome est une horreur. Non respect des « normes » archlinuxienne, très chargée. Pour mettre à jour, c’est kafkaïen. Il est limite impossible de mettre à jour la distribution installée, entre les conflits de fichiers, les paquets obsolètes, ceux en conflit. Dans ce cas, il est largement plus simple – et meilleur pour la santé mentale – de faire une installation d’Archlinux en rajoutant Gnome par dessus !

Voila, et pour vous, quel est le top 5 des pires distributions GNU/Linux ?

18 réflexions sur « Top 5 des moins bonnes distributions que j’ai pu avoir sous la main. »

  1. Un peu rapide ce top 5… Tu descends des distributions pour (à mon sens) des conneries…

    Le plus mordant est ton excuse pour descendre openSUSE. Un peu léger comme raison. Alors même si je trouve en effet dommage qu’il faille encore installer des paquetages 32bits dans une distro 64bits, ce n’est pas pour ça que ça en fait une mauvaise distribution, très loin de là. OpenSUSE est excellente, stable, rapide, suffisamment à jour, avec une intégration quasi-parfaite de KDE! Elle offre de très bons outils, une belle communauté et un support pour pas mal de logiciels. La meilleure distro pour une intégration dans un parc Microsoft. Et sa version Tumbleweed donne un plus non négligeable.

    Je pense qu’il faut rester sérieux lorsqu’on écrit un blog autant lu que le tiens, car cela peut donner une mauvaise image à une distribution qui ne le mérite pas.

    A côté de ça, c’est toi qui gère ton blog hein 😉

    1. Le plus mordant est ton excuse pour descendre openSUSE. Un peu léger comme raison. Alors même si je trouve en effet dommage qu’il faille encore installer des paquetages 32bits dans une distro 64bits, ce n’est pas pour ça que ça en fait une mauvaise distribution, très loin de là.

      C’est la quatrième. Et désolé, mais faire cela alors que les autres distributions mainstream ne le font plus depuis des années, c’est quand même dommage. Ne serait-ce que pour la clarté de maintenance, et éviter de se mélanger les pinceaux dans une installation graphique des paquets. Et j’estime que sur une installation de la dernière version stable, tu dois encore avoir 10 à 15 % de paquets 32 bits résiduels. Situation typique en… 2009 !

      OpenSUSE est excellente, stable, rapide, suffisamment à jour, avec une intégration quasi-parfaite de KDE! Elle offre de très bons outils, une belle communauté et un support pour pas mal de logiciels. La meilleure distro pour une intégration dans un parc Microsoft. Et sa version Tumbleweed donne un plus non négligeable.

      Pour KDE, faut aimer. Un support pour pas mal de logiciels ? Les autres distributions seraient à la ramasse ? Quant à Tumbleweed, quel avantage par rapport à des distributions comme Fedora ou Debian ?

      Par contre, rien en ce qui concerne le fabuleux demi-échec qu’est Mono ?

      Je pense qu’il faut rester sérieux lorsqu’on écrit un blog autant lu que le tiens, car cela peut donner une mauvaise image à une distribution qui ne le mérite pas.

      Autant lu ? Seulement 800 visites quotidiennes avec du vent dans le dos. Et je sens que tu es un utilisateur de la distribution au caméléon.

      A côté de ça, c’est toi qui gère ton blog hein

      Qui a dit le contraire ? OpenSuSE file un mauvais coton : mono, tendance à être trop 48 bits, cycle de distribution de la 12.2 très long, alliance avec Microsoft sur cette fumisterie que sont les brevets logiciels.

    2. Je ne classerai pas openSuse parmi les pires effectivement, mais pour moi elle est loin d’être parfaite. Manque de packages, trop de mono, pas de pur 64 bits, une interface Yast qui au final ne sert pas à grand chose (d’ailleurs RedHat et des tas d’autres distributions n’en ont pas), c’est de la Fedora en vert et en moins bien.

  2. Arch Linux (powerpc) a également de gros défaut.

    – L’installateur est incomplet, il manque l’utilitaire pour le partitionnement o_O
    – L’installation d’un noyau 32bits, nécessite le noyau 32bits smp, le 64 bits et le 64bits smp
    – L’installateur plante en cours de route (les paquets ne sont pas téléchargés, car les clés ne sont pas correctes)

    Voilà pour les plus importants.

  3. Opensuse dans les 5 pires ! Certainement pas.
    Je l’ai longtemps utilisé avant la sortie de KDE4, si elle n’y a rien d’extraordinaire, il faut reconnaître que ça marche bien et sans problème même pour un débutant.
    Pour moi c’est la 2ème distro « grand public ». Ce qui, pour moi, veut dire résultat facile sans idéologie ni sophistication de geek.
    Dans tes 5 pires, la seule autre que j’ai essayé, c’est PearOs. Et là je ne peux qu’approuver totalement. C’est d’autant plus injustifié pour Opensuse. J’aurai un tas d’autres distros qui n’apportent absolument rien d’autre que du visuel à proposer.

    1. POur toit la deuxième grand public, dans ce cas, le grand public ne veut plus rien dire du tout. Simple appréciation personelle, mais OpenSuse comme mandriva ne sont plus que l’ombre d’elle même à leur grande époque.

  4. Salut,
    Pour ma part :
    1/ Gentoo : difficile à installer (en 2005)
    2/ Sabayon : lourde, de nombreux logiciels, une multitude de « saveurs » proposées au sein même de la distribution
    3/ CentOS : très en retard sur les autres distributions au niveau des paquets mais très stable
    4/ OpenSuSE : parce qu’elle n’intègre pas forcément autant de paquets qu’Ubuntu mais c’est ma première distribution, et je teste toujours la dernière version pour suivre les évolutions

    1. « CentOS : très en retard sur les autres distributions au niveau des paquets mais très stable. »

      Elle n’est pas vraiment en retard, c’est une Red Hat Enterprise Linux mais gratuite (seule différence). C’est orienté serveurs et entreprises, donc il est tout à fait logique et normal que les paquets intégrés datent un peu au bout d’un certain moment. CentOS (ou RHEL) ne sont pas vraiment faites pour des utilisateurs lambda, donc il ne faut pas les voir comme des distributions lambda.

      C’est la même chose pour Debian Stable.

  5. Je ne connais pas la définition officielle de « grand public » !
    La mienne, c’est un gars sans base Linux qui se débrouille tout juste avec un autre OS. Donc qui a besoin de quelque chose qui marche et se configure sans entrer dans les lignes de code. Pas de considération performance, ou purisme.

  6. Hello 😉
    J’avoue que la critique d’opensuse m’a fait rire. Parler du 64 bits « non pur ».
    La question du choix entre 32 et 64 bits est intéressante. Je constate en permanence des questions venant des mélanges de paquets/libs 32 et 64 bits , avec des inconvénients pour les utilisateurs 64 bits. Ce que je me demande c’est d’abord pourquoi tout ces gens utilisent du 64 bits. De plus j’ai l’impression qu’ils ne savent pas s’en servir. Ca fait bien de dire que l’on utilise du x86_64 ? (excusez du peu).
    Je n’ai pas encore compris l’avantage que peut procurer le fait d’utiliser une distribution 64 bits. Je suis curieux d’en savoir plus. Sur mon core 2 duo j’utilise une opensuse 12.1 x86, volontairement, car je ne voit pas comment une 64 bits pourrait « changer ma vie ». Même en faisant du développement pointu j’imagine que ca doit être peanuts. Et d’autre part je ne veut pas (si j’étais en 66 bits) à avoir constamment à me demander si cela fonctionnera en 64 bits ou pourquoi tel ou tel paquet ne fonctionne pas ou mal, où trouver ce qui manque, les dépendances …

    1. La question du choix entre 32 et 64 bits est intéressante. Je constate en permanence des questions venant des mélanges de paquets/libs 32 et 64 bits , avec des inconvénients pour les utilisateurs 64 bits.

      Pas possible ? 😉

      Ce que je me demande c’est d’abord pourquoi tout ces gens utilisent du 64 bits. De plus j’ai l’impression qu’ils ne savent pas s’en servir. Ca fait bien de dire que l’on utilise du x86_64 ? (excusez du peu).

      Eviter des manipulations du genre Physical Address Extension qui sont des cautères sur une jambe de bois pour gérer plus de 4 Go de mémoire vive ?

      Je n’ai pas encore compris l’avantage que peut procurer le fait d’utiliser une distribution 64 bits. Je suis curieux d’en savoir plus.

      Utiliser réellement le potentiel de son matos ?

      Et d’autre part je ne veut pas (si j’étais en 64 bits) à avoir constamment à me demander si cela fonctionnera en 64 bits ou pourquoi tel ou tel paquet ne fonctionne pas ou mal, où trouver ce qui manque, les dépendances …

      Mis à part des saloperies comme Skype, utiliser des logiciels 64 bits est aussi simple que d’utiliser du 32 bits. Si une distribution est infoutue de proposer des paquets 64 bits, c’est pas les logiciels qu’ils faut blamer, c’est la distribution elle même.

      Même si flash est « mort » sur GNU/Linux, sa version 64 bits a été disponible depuis au moins un an, voire deux.

  7. Dans le genre mauvais se la jouant indépendant, il y a aussi Linux Mint qui copie Ubuntu et Debian sans arriver à la stabilité de ces distributions. Le forum Linux Mint est un des plus drôles, du style « je me prends très au sérieux ».
    Il y a également Voyager dans le genre bling-bling. Voyager essaie de faire passer quelques gadgets sous couvert de la légèreté de Xfce. Essai raté.

    1. Que dire de ce commentaire ? Que la Linux Mint commence à faire peur à Ubuntu en proposant un environnement neutre au niveau de la distribution, c’est à dire installable sans avoir à recompiler environ 70 paquets dont le serveur Xorg ?

      Quant au niveau des forums, j’ai difficilement vu plus bas coté niveau que celui d’Ubuntu-fr, au moins depuis la fin 2008, période d’arrivée des kikolol qui se la joue hacker de la mort car ils ont su mettre à jour leur distribution en utilisant la commande apt-get.

      Le jour où Ubuntu sera stable sera le jour de l’abandon de leur cavalier seul et l’utilisation de l’interface officielle de Gnome, j’ai nommé le Shell.

      Je n’ai pas testé Voyager, donc je ne pourrais pas me prononcer.

  8. Ce message et ses commentaires ressemblent plus à un réglement de comptes qu’autre chose.
    Je ne suis pas un geek, seulement un curieux qui s’intéresse et qui touche un peu à tout. J’ai essayé dans l’ordre : Ubuntu, Kubuntu, Mint en gnome et KDE, Mint Debian Edition et OpenSuse. Toutes ont leurs qualités et leurs défauts et permettent de faire son marché selon ses besoins et ses envies. Cela simplement et « gratuitement », ce que vous me semblez oublier. Combien d’entre-vous s’impliquent dans le développement ou la remontée de bugs pour améliorer ces distribs ?
    Si au lieu de tirer à boulets rouges sur les copains pour se faire valoir les auteurs de ces messages se serraient les coudes pour affronter le W8 qu’ils nous préparent…? Là çà serait constructif.
    M’enfin…
    C’est la 1ère et la dernière fois que je visite ce blog !

    1. Bonjour.

      Je tenais à vous remercier pour votre commentaire.

      Non seulement la partie est déjà perdue en ce qui concerne Windows 8 (ce sera la répétition de ce qui s’est passé avec Windows Vista).

      De plus, j’ai rapporté de nombreux bugs sur les logiciels qui composent les distributions.

      Je n’ai fait qu’exprimer le fond de ma pensée, désolé que cela vous facilite le transit intestinal.

      Mais je comprends votre remarque.

      Cordialement

Les commentaires sont fermés.