Cinnamon, la petite interface qui monte, qui monte :)

Cinnamon, le « fork » de Gnome-Shell qui est né il y a à peine 6 mois – et sur lequel j’ai eu la dent dure au démarrage – continue son bonhomme de chemin.

En dehors de sa présence dans les versions rolling release et classique de Linux Mint, il faut rajouter :

En 6 mois, on peut dire que l’adoption est assez rapide. J’avoue que je suis étonné de la vitesse à laquelle cet environnement monte en puissance. A voir si le mouvement continuera… ou pas 😉

2 pensées sur “Cinnamon, la petite interface qui monte, qui monte :)”

  1. J’ai l’impression de vivre la même chose qu’avec GNOME-Shell, sauf que la un peu plus de choses sont configurables ; en contrepartie c’est pas dans le panneau de configuration classique, ce qui fait strictement la même chose qu’avec GNOME-Tweak-Tool : ça fout un peu le bazar là-dedans… Il n’y aurait pas moyen de mettre ça à un unique endroit plutôt que 3 outils séparé ? De plus pourquoi réinventer la roue : certaines fonctions de GNOME-Tweak-Tool sont aussi dans le panneau de configuration de Cinnamon ? Moins pire que Unity qui se trimballe pas moins de 5 interfaces de configuration. Ouch.
    http://wiki.hack-libre.org/w/Ubuntu#Configuration

    Bref, toujours aussi bordélique, espérons que ça va changer. En plus, dire qu’il faut redémarrer Cinnamon pour changer le panneau de place ou changer la bordure du gestionnaire de fenêtre, c’est clairement le retour à la préhistoire.

    En tout cas j’ai testé et à part les points énoncés ci-dessus c’est pas mal. Mais c’est pas encore ça…

  2. C’est un fork de gnome shell, donc peut-être qu’un alt+f2 et la commande r doit être plus rapide pour le relancer.

    Sinon, il est vrai que configurer Cinnamon est un peu ennuyeux, surtout quand on veut de beaux effets « bling-bling »…

    Ce n’est qu’une interface qui n’a que 6 mois, donc, il faudra attendre qu’elle murisse encore un peu 😉

Les commentaires sont fermés.