Des élections législatives à la proportionnelle ? Pourquoi pas…

Mais cela donnerait un résultat ingérable au final, digne de feu la IVème République morte de son instabilité gouvernementale et de son incapacité à comprendre la nécessaire décolonisation.

La proportionnelle est le meilleur moyen de représenter les diverses tendances politiques, mais cela donnerait une assemblée complètement ingouvernable.

Prenons comme hypothèse de départ les résultats du premier tour de la présidentielle de 2012, même si les deux scrutins sont fondamentalement différents ; dans un premier cas, c’est 10 personnes pour un siège, dans l’autre, c’est 577 sièges qu’il faut pourvoir donc autant d’élections…

  • Eva Joly : 2,31 %
  • François Hollande : 28,63 %
  • Marine Le Pen : 17,9 %
  • Nicolas Sarkozy : 27,18 %
  • Jean-Luc Mélenchon : 11,11 %
  • Philippe Poutou : 1,15 %
  • Nathalie Arthaud : 0,56 %
  • Jacques Cheminade : 0,25 %
  • François Bayrou : 9,13 %
  • Nicolas Dupont Aignan : 1,78 %

Et faisons une règle de trois des plus simples : si 100% donne 577 sièges, combien pour chaque candidat, en arrondissant au mieux chaque résultat pour avoir un compte « rond », même si le résultat final n’est pas 577, mais 576…

  • Eva Joly : 13
  • François Hollande : 165
  • Marine Le Pen : 103
  • Nicolas Sarkozy : 157
  • Jean-Luc Mélenchon : 64
  • Philippe Poutou : 7
  • Nathalie Arthaud : 3
  • Jacques Cheminade : 1
  • François Bayrou : 53
  • Nicolas Dupont Aignan : 10

Donc, et en schématisant et en gardant les qualificatifs qui s’appliquent sans vouloir être politiquement correct :

  • Gauche et extrême gauche (E. Joly, F. Hollande, JL. Mélenchon, P.Poutou et N. Arthaud) : 252 sièges
  • Droite et extrême droite (M. Le Pen, N. Sarkozy et N. Dupont Aignan) : 270 sièges
  • Centre et divers (F. Bayrou et J. Cheminade) : 54 sièges

Je sais, il manque un siège, mais c’est du au calcul des proportions.

Sachant que la majorité absolue (50% +1 siège) est de 289 sièges, cela donne une idée de l’instabilité qui en découlerait.

Car il faudrait soit une association allant de Philippe Poutou et Nathalie Arthaud jusqu’à François Bayrou et Jacques Cheminade donc 306 sièges, soit en partant de Jacques Cheminade et François Bayrou jusqu’à Marine Le Pen donc 324 sièges…

Autant dire que les 103 sièges du Front National empècherait toute formation de coalition gouvernementale autre qu’une union UMP + PS, soit 322 sièges… Autant dire une union qui n’aurait aucune chance de fonctionner…

Alors, oui, on peut critiquer le scrutin majoritaire à deux tours qui excluent des forces qui pourrait avoir jusqu’à une centaine de sièges en cas de scrutin à la proportionnelle… Mais au moins, même si le résultat est caricatural (exemple parfait la législature de 2007 à 2012) avec le parti présidentielle qui en n’obtenant au final que 49,66% des voix avait eu 59,8% des sièges de l’assemblée, soit 345 sièges, 66 de plus que la majorité absolue

Représentativité ou stabilité à vous de voir…

2 réflexions sur « Des élections législatives à la proportionnelle ? Pourquoi pas… »

    1. Je suis d’accord, même si j’ai un doute concernant au moins un parti. Et si j’ai pris la proportionnelle intégrale, c’est que j’ai considéré l’élection au niveau national. J’aurais pu appliquer une méthode de « pondération » comme le plus fort reste ou la plus forte moyenne, mais cela n’aurait pas changé grand chose au résultat, surtout avec un paysage politique aussi morcelé que le notre…

Les commentaires sont fermés.