Linux Mint Debian Edition 2012.04 : l’avenir à terme de la Linux Mint ?

J’ai lu que la Linux Mint Debian Edition 2012.04 était sortie il y a quelques jours, en proposant un duo intéressant : le côté rolling release d’une Debian GNU/Linux testing et  au choix  soit l’acharnement thérapeutique Mate ou Cinnamon, cet environnement qui avait fait couler pas mal d’encre électronique à sa sortie.

Donc de quoi ravir les utilisateurs qui ne peuvent pas voir en peinture ni Gnome Shell, ni Unity.

J’ai donc récupéré l’image ISO en 64 bits de la LMDE proposant le duo Mate – Cinnamon, et lancé l’ensemble dans une machine virtuelle VirtualBox.

Dès le démarrage, on est accueilli par un environnement Mate 1.2.0 à la sauce Linux Mint, le Mint Menu étant l’interface de lancement des programmes.

J’ai ensuite lancé l’installateur, et j’ai choisi un partionnement personnalisé, à savoir :

  • Une partition de 10 Go pour /
  • Une partition swap de 4 Go
  • Le reste pour la partition /home

L’installateur est celui de la Linux Mint Debian Edition précédente, donc c’est assez simple à l’utilisation. A noter que l’installateur s’occupe de récupérer les traductions dès le départ, ce qui permet d’avoir rapidement un environnement dans une langue familière à l’utilisateur.

Au rédémarrage, le gestionnaire de connexions mdm (en clair le dernier gdm revampé à la sauce Mate) nous accueille. On peut alors choisir l’environnement Mate, Cinnamon ou une connexion sécurisée.

A noter que l’environnement Cinnamon (qui utilise les technologies de Gnome Shell) est un peu long à démarrer.

Certains outils comme l’éditeur de texte sont par défaut celui de l’environnement Mate. Pourquoi ? Bah, on peut toujours installer Gedit à la place 😉

De plus, la version de Gnome employée est la 3.2, ce qui n’est pas si mal que cela, étant donné que Gnome 3.4.x n’est sortie qu’il y a un gros mois environ.

Si vous n’aimez pas Mono, dommage pour vous. Banshee est installé par défaut, ainsi que Tomboy. Mais en utilisant soit Synaptic, soit le gestionnaire de logiciels, on peut modifier cela.

Petit hic, LibreOffice n’est pas traduit par défaut, et il faut passer par le gestionnaire de logiciel ou synaptic pour installer la traduction 🙁

On peut enlever Mate si on le désire (un gain d’environ 227 Mo), mais on perd alors l’éditeur de texte basique? Il suffit de réinstaller gedit.

La Linux Mint Debian Edition 2012.04 est une très bonne version même s’il manque quelques raffinements (par exemple ma lutte contre Compiz qui ne voulait pas s’en aller) et parfois on peut tomber sur un ou deux problèmes mais on voit ce que l’ensemble est bien conçu.

J’ai bien aimé le gestionnaire de logiciels, l’outil pour le pare-feu ou encore l’outil de sauvegarde de fichiers.

D’ailleurs, je me dis que l’avenir de la Linux Mint passera par la version Debian Edition. Pourquoi se baser sur la Ubuntu (une Debian GNU/Linux unstable stabilisée en quelques mois) alors que la Debian GNU/Linux testing utilisée par la Linux Mint Debian Edition est plus aboutie ?

Cette version de la Linux Mint Debian Edition confirme ce que je disais dans ce billet de janvier 2012 :

Je sens que le prochain grand mouvement, pas pour la Linux Mint 13, mais plus tard, sera de prendre comme base la Linux Mint Debian Edition et de coller dessus Cinnamon. Et ce serait un coup de génie : une interface modulable, basée sur Debian, et donc se démarquer de la distribution reine… J’avais dit dans mon billet de prévision sur l’année 2012 que Linux Mint serait une distribution sur laquelle il faudrait compter.

Je ne dirais qu’une chose : je persiste et signe, même si une version ne proposant que Cinnamon aurait été intéressante aussi.

16 réflexions sur « Linux Mint Debian Edition 2012.04 : l’avenir à terme de la Linux Mint ? »

  1. Salut Mister Fred !
    Heureux de voir que tu as repris le boulot sur ton blog ! 😉
    Effectivement, l’UP4 nous a fait le coup de l’arlésienne mais bon.
    J’utilise LMDE depuis sa mise à dispo (septembre 2010) et franchement rien à redire : sur mes postes et ceux que j’ai convertis soit 9 machines (dont 4 ex-windows) au total tout s’est toujours bien passé (même si j’ai j’ai eu des poussées d’angoisse avant le dernier update et ses 1165 MAJ… qui se sont finalement bien passées).
    La RC (la dernière que j’ai eu l’occasion d’installer) proposait gdm et le choix d’ouverture de session « mate, cinnamon, gnome et gnome classique » alors que l’édition 2012.04 offre mdm qui propose par défaut mate ou cinnamon. Sur ce point, je me démarque un peu de la majorité des utilisateurs de la communauté LMDE car j’ai une nette préférence pour gnome shell, même si cinnamon (que j’ai conservé pour en suivre l’évolution) semble prometteur. Mate, j’ai zappé-supprimé en moins de 20 minutes d’essai (n’étant pas super fan de la série « retour vers le futur »).
    Bref : je partage pleinement ton point de vue mais je pense que Clem va poursuivre le développement des 2 versions (debian et ubuntu based).

    1. 1165 mise à jour avec l’UP4 ? Wow ! Des mises à jour en flux, c’est parfois moins impressionnant.

      Sur ce point, je me démarque un peu de la majorité des utilisateurs de la communauté LMDE car j’ai une nette préférence pour gnome shell, même si cinnamon (que j’ai conservé pour en suivre l’évolution) semble prometteur.

      Sans les technologies du gnome-shell, Cinnamon ne fonctionnerait pas… 😀

      Mate, j’ai zappé-supprimé en moins de 20 minutes d’essai (n’étant pas super fan de la série « retour vers le futur »).

      J’ai trouvé le 2 nul à pleurer. Et j’ai jamais regardé le 3 😀

      Sinon, Mate, c’est comme Trinity, un acharnement thérapeutique.

      Bref : je partage pleinement ton point de vue mais je pense que Clem va poursuivre le développement des 2 versions (debian et ubuntu based).

      Dommage, la Mint aurait franchement à gagner à n’utiliser que la Debian Testing comme base, car elle est surement moins lourde que la Ubuntu qui n’est une Debian Unstable stabilisée à la va-vite.

  2. Merci pour l’info
    Comme je jongle entre Mint (version classique dérivée d’Ubuntu) et Debian Wheezy avec XFCE, je me jette de suite sur le dowload de cette LMDE pour voir en machine virtuelle. Ça fait trop longtemps que j’ai une partition à ré-allouer à ma nouvelle future distro préférée ;).

    1. Mais de rien 😉

      C’est le but de ce blog, informer tout en restant acide quand il le faut. Je ne suis pas journaliste d’un webzine, donc j’ai toute indépendance pour casser une distribution quand le besoin s’en fait sentir 😀

  3. cinnamon est effectivement un gnome shell à la sauce mint, mais je préfère l’original (même si le menu mint reste très sympa et apprécié).
    pour les 1165 MAJ, bah presque 6 mois sans mises à jour avec une distrib basée sur debian testing… ouai : ça fini par s’accumuler… 😉 d’où le terme d’arlésienne concernant l’UP4. mais c’était suite à des circonstances particulières et cela ne devrait pas se reproduire.

  4. Bon, cette nouvelle LMDE est installée en VM et je commence à comparer avec Debian (passée en sid entre temps) sous XFCE. En gros les mêmes softs avec les mêmes version en dehors de ce qui est environnement.
    Bien sûr la version XFCE est plus la légère, Mate donne un peu plus d’esthétique sans guère charger plus le PC.
    Par contre Cinnamon fait un saut ! Ce n’est pas le niveau de Gnome 3 en charge mais c’est loin de XFCE. Le démarrage est lent et en VM, on voit bien de petites attentes avec le CPU à 100% pas visibles avec les 2 autres environnements.
    Le confort a un prix, normal. Par contre j’aime moins le joli plantage que je viens d’avoir en utilisant simplement le menu sous Cinnamon…
    Je continue en VM pendant quelques temps pour estimer le volume des mises à jours et surtout la stabilité. J’avais déjà quitté Cinnamon sous Mint suite à des pannes à répétition.

  5. j’avais installé debian lmde, pourqu’elle raison le partitionnement
    n’est t-il pas automatisé comme par ex: ubuntu? et en plus en anglais !
    pour ma part j ‘ai choisi ubuntu xfce rapide et réactif
    @

    1. Chacun voit midi à sa porte. Il est vrai que l’anglais est une langue incompréhensible qui tue des chatons à chaque fois qu’on l’utilise.

      Xubuntu ? Libre à toi, mais vu la base utilisée, je préfère encore une debian + xfce, une frugalware avec xfce ou encore une archlinux avec xfce.

      Ne serait-ce que pour une niveau de rustinage moindre.

      Bonne journée.

  6. Debian n’est pas une bonne base je pense, notamment pour son wiki désertique.

    Autant utiliser Frugalware current pour une rolling release. En plus, Cinnamon est déjà empaqueté

  7. « Xubuntu ? Libre à toi, mais vu la base utilisée, je préfère encore une debian + xfce, »
    Et de loin ! Une installation minimale sur laquelle on ajoute selon ses besoins est bien préférable.
    « Debian n’est pas une bonne base je pense »
    Ben tu penses mal. Et vu que Debian est la base de dizaines de distributions, ils sont un paquet à penser comme moi.
    Ce n’est pas le volume d’un wiki qui fait sa qualité, perso je n’utilise pas de wiki Debian, je préfère ça http://www.debian.org/doc/manuals/debian-reference/index.fr.html.

  8. « Ben tu penses mal. Et vu que Debian est la base de dizaines de distributions, ils sont un paquet à penser comme moi. »

    Merci de ne pas m’insulter, ce n’est parce que je ne penses pas comme la majorité que je penses mal.C’est un avis strictement personel qui n’engage que moi, et je ne pense pas qu’il soit totalement incongrus. D’autrespart, Frugalware est une très bonne distribution, avec une communauté francophone très dynamique et accueillante, proche des utilisateur (comme Linux Mint). Je ne dis pas que Debian est mauvaise, je pense juste que Frugalware est plus adaptée à une utilisation bureautique (logiciels plus récents, pas mal de jeux empaquetés, etc), et je pense que Frederic Bezies sera d’accord avec moi.

    « Ce n’est pas le volume d’un wiki qui fait sa qualité, perso je n’utilise pas de wiki Debian, je préfère ça http://www.debian.org/doc/manuals/debian-reference/index.fr.html. »

    1. Crois-tu vraiment qu’un débutant (à qui la Mint s’adresse) va aller voir la doc ?
    2. Il y a souvent plus d’informations (astuces, comment résoudre les problèmes courants, etc)
    3. Le World Wide Web permet deux choses formidables : les liens (qui permettent de faire différentes pages et du coup affichage plus compact) et la possibilité de travailler facilement ensemble (ce qui a fait le succès de nombreux projets, cf. la doc de Xfce désormais en ligne (jusqu’à que la doc hors-ligne sois complétée et mise à jour)).
    4. La présence d’une documentation ne dispense pas de la présence d’un wiki, ce sont deux systèmes complémentaires.

  9. Les préférences persos… je ne pensais pas insulter qui que ce soit 😉
    Pour Frugalware et pas mal d’autres distros, certainement qu’elles sont bien et adaptées à leurs utilisateurs. La preuve, il en font la pub. La lecture de ce blog m’a poussé à en tester 2 ou 3 que je ne connaissais pas. Je n’ai pas accroché, certainement que je n’ai pas les mêmes besoins ou suis trop contaminé par Debian et ses dérivées.
    Sans lire la doc, on peut aussi s’en sortir. Certaines distros sont faites pour cette clientèle. Attention n’y voyez pas encore d’insultes ! Pour beaucoup, le PC n’est qu’un outil pour faire tout sauf de l’informatique. On peux aimer conduire sans aimer faire une vidange ;).

  10. Moi j’ai jamais accroché ni à Debian ni à Frugalware. Trop contaminé par Arch (KISS, publication par roulement, paquets à jour, etc). La preuve, c’est mon OS de bureau et celui qui équipe le serveur de mon site !

    Frugalware dispose de bon atouts : gestionnaire de paquets et de mises à jour graphiques, applications non-libres dans les dépôts, à l’écoute des utilisateurs, nombreux jeux empaquetés, pacman-g2, très à jour, beau thèmes par défaut (Faenza, elementary GTK) qui change de temps en temps (ce qui donne une identité visuelle à la distribution), etc. Quand à Debian, les thèmes sont ceux par défaut (assez moche sauf chez KDE et le thème de GNOME-Shell), certaines difficultés pour se procurer des applications non-libres, on n’a plus Firefox mais Iceweasel « inconnu », etc. Bref, pour moi Debian est plus une distribution à utiliser après sa première distribution.

    Chakra est un exemple intéressant : ça se base sur Arch mais avec des dépôts différents. Sauf que Frugalware a été pensée plus « user-friendly », un peu comme Debian mais avec des dépôts moins « libre » (Flash, Opera, nvidia etc comme Arch) et plus « divertissement » (alors qu’Ubuntu t’oblige, à part pour Flash/MP3/drivers, à rajouter les dépôts Medibuntu).

    En tout état de cause, le plus gros du travail se fait sur le wiki (tout expliquer de zéro, pour Linux Mint il y a le wiki d’Ubuntu, dont certaines pages sont très bien faites).

    Seul l’avenir nous dira si Frugalware aura des « enfants », en tout cas je pense qu’elle en a le potentiel mais que ce ne sera pas forcément nécessaire pour en faire une distrib pour débutants vu l’installateur assez sympa (faut encore travailler le partitionnement, et pour l’environnement de bureau un petit guide pour choisir se sera pas de refus, comme quoi un bon guide d’installation ça vaut mieux qu’un installateur bien foutu)

  11. Bon, LMDE perd des points pour moi.
    C’est joli et récent dans les versions de soft mais j’ai du mal à supporter les plantages répétitifs même si c’est en machine virtuelle.
    Déjà 3 en moins d’une semaine… La faute à Virtualbox ou LMDE ? Pas envie d’approfondir mais comme 2 fois c’était pendant l’ouverture du menu… Debian sid avec Xfce supporte manips et mises à jour depuis bien un mois avec 1 seul plantage (et encore, je pense que 3 machines virtuelles en même temps c’était un peu osé pour ma config).

Les commentaires sont fermés.