De l’infantilisation des utilisateurs et de l’importance du logiciel libre sur le bureau.

Récemment, l’aperçu d’une fonctionnalité du futur OS d’Apple, 10.8 alias Mountain Lion a fait couler de l’encre numérique.

En effet, une énorme nouveauté est apparue : gatekeeper, qu’on peut traduire par gardien, mais qui serait plus au final un douanier.

En liaison avec le magasin d’applications d’Apple, cela permettra d’être tranquille : on pourra soit utiliser uniquement des applications en provenance du magasin d’applications d’Apple, soit les applications en provenance du magasin d’applications d’Apple et de développeurs autorisés, soit – et c’est le comportement actuel, de partout, et même des sites officiels des logiciels.

Tristan Nitot sur son blog a parlé en terme clair de ce douanier. Je cite la conclusion de l’article :

Au final, Apple joue sur la peur des utilisateurs et l’envie des développeurs d’utiliser des fonctionnalités innovantes pour gagner encore plus de contrôle sur son écosystème, aux dépends des utilisateurs. Je pense que c’est un modèle de société qui est à l’opposé de ce que je souhaite : je préfère la liberté et le désordre occasionnel à l’ordre parfait.

On pourrait se dire : c’est le patron de Mozilla Europe, qui produit un navigateur concurrent à Safari, donc il casse l’idée d’Apple.

Mais ce n’est pas le seul. Cédric Bonnet ne mâche pas ses mots, et sur un article assez bien construit, il parle carrément de minitélisation de l’ordinateur… Je cite :

Mettre iOS dans un Mac pour en vendre, ça marchera peut être mais pas pour moi… La minitelisation de mon ordi (au sens tu n’utilises que les services prévus pour ou validés par nos soins) je suis contre. Twitter intégré à l’OS, ok mais si j’utilise Facebook? ou G+? Je n’aurai pas la même expérience qu’avec twitter et en ça je n’aime pas que l’on choissise pour moi…

Dommage, j’ai switché il y a quelques années et j’ai adoré Mac OS X au point de faire switcher pas mal de monde, là c’est switch back dans les mois qui viennent et même Julien (oui celui de Geek Inc) vient de lâcher son iPhone et son iMac… Signe que Apple ne nous touche plus depuis longtemps…

Mais cette tendance ne touche pas que les ordinateurs fruités. Dans un excellent article, Cyrille Borne nous dit que Canonical veut faire à peu de chose près le même chemin, sauf qu’il emploie du logiciel libre.

Unity dont nous sommes nombreux à nous plaindre est au centre de la stratégie de conquête de Canonical, téléviseurs, tablettes, smartphones, ordinateurs, comment la firme peut-elle envisager de faire autrement que de jeter l’intégralité de ses forces dans cette bataille qu’elle va perdre ? Pour ma part je ne peux que saluer l’action courageuse de Canonical qui vient de passer la vitesse supérieure pour foncer dans le mur, un crash qu’il va falloir surveiller. J’ose le pari risqué, il faut bien en faire quelques uns, Canonical n’a pas d’avenir et ne survivra pas face aux géants déjà dans la place et nous serons bientôt dans une situation à la Mandriva. Vigilants car ce sera le top départ pour changer de distribution bien sûr, en même temps ça nettoiera un peu distrowatch et ses trop nombreux forks de la distribution reine. En ce qui concerne l’interface en elle même, elle est tout simplement mauvaise. J’avais réellement pensé que c’était un problème d’âge, mais pas du tout, j’utilise android de façon quotidienne et sans aucun problème alors que les deux interfaces jouent dans la même catégorie, je suis quasiment persuadé que je n’aurais pas de souci avec iOs, il faut que je teste Gnome 3 pour voir où on en est.

Car le magasin d’applications d’Apple (ou celui du futur échec MS Windows 8 ) reprend des principes assez anciens, et aussi vieux que les distributions linux : un dépot de logiciels, signés (pour éviter les mauvaises surprises, mais avec du temps, de la puissance de calcul et quelques manipulations on peut mettre à mal ce genre de sécurité), payant ou pas.

Et si cela fonctionne très bien pour le logiciel libre, c’est qu’il y a la possibilité d’avoir plusieurs dépots complémentaires, et non un dépot central où tout le monde doit déposer ses applications.

Ce qui est plus pervers, c’est l’infantilisation des utilisateurs, car il est bien connu que les utilisateurs sont la cause première d’ennui, le bon vieux PEBCAK, et qu’il faut donc limiter les nuisances potentielles.

Comme toujours, la route de l’Enfer est pavée de bonnes intentions. Car cela permet de contrôler l’utilisateur, et lui dire qu’il ne peut utiliser que tels ou tels logiciels pour telle action. On finit par se retrouver un peu dans le monde du « droit de lire » qu’avait jadis écrit Richard M. Stallman, et il suffit de remplacer les livres par des logiciels pour comprendre sa douleur.

Oui, les utilisateurs du logiciel libre sur le bureau représente environ 1% des utilisateurs totaux. Et après ? Ce sont la plupart du temps des personnes qui savent se débrouiller avec l’outil informatique. J’utilise pour ma part du logiciel libre la plupart du temps. Et le seul logiciel non libre sur ma machine est actuellement… Flash.

Oui, pour pouvoir utiliser Bandcamp et deux ou trois sites qui ne fonctionne qu’avec Flash. Pour le moment, le pilote propriétaire de ma carte Nvidia me fait crasher à mort le shell de Gnome 3. Bug connu en espérant qu’il sera corrigé rapidement, même si le pilote NouVeau fonctionne très bien de nos jours.

Il est vrai que c’est déroutant au début pour une personne de voir qu’il peut exister plusieurs interfaces graphiques différentes, plus ou moins répandues, plus ou moins dépendantes d’une distribution, plus ou moins clinquantes. Et d’être perdu. Il est vrai qu’on passe d’un monde qui vous prémâche tout à un monde où il faut apprendre à mastiquer, c’est assez dur :)

C’est cela qui fait peur, et certains « utilisateurs avancés » qui ne jurent que par le commercial et les jeux 3D (qui n’apporte rien en terme de jouabilité et de durée de vie) méprisent le monde libre, en disant : « Ouais, mais ça fait pas tourner mon Photoshop cracké acheté, ouais, mais y a pas mon FPS préféré… »

Que les personnes en question se rassurent. Il n’est nul besoin d’avoir le dernier Photoshop pour retoucher des photos, ni le dernier FPS à la mode, qui a une durée de vie de 15 heures avec du vent dans le dos, pour s’amuser.

Et que les personnes qui utilisent depuis des années – en ce qui me concernent à temps plein depuis environ 6 ans – du logiciel libre ne sont pas restreinte en terme d’utilisation. Au contraire, elles n’ont que l’embarras du choix pour utiliser ce qu’elles ont envie d’utiliser.

Que les utilisateurs conscients du logiciel libre soient peu nombreux, soit. Mais sans le logiciel libre, je ne pense pas que l’on connaîtrait l’internet tel qu’il existe actuellement. Vous savez, ce réseau qui existait avant FesseBouc et qui existera après lui.

Vous aimez ceci ? Partagez-le !

24 réflexions sur “ De l’infantilisation des utilisateurs et de l’importance du logiciel libre sur le bureau. ”

  1. Bonjour Fréderic,

    Je trouve votre commentaire sur la liberté
    des utilisateurs très pertinents. C’est dommage
    que nos contemporains ne s’intéressent pas
    trop à tout ce qui touche le libre.
    Peut-être qu’ils prendront réellement conscience
    quand il seront coincés pour de vrai.

    Merci pour cet article ô combien lucide et qui
    me pousse à réfléchir sur l’utilisation que nous
    faisons de mon ordinateur.

    Bonne fin de soirée, Frédéric.

  2. Bonsoir Frédéric, et merci pour cet article intéressant.

    Je suis également un Mac User et plus globalement un Unix User. Je ne reviendrai pas sur mon choix d’avoir un mac en tant qu’utilisateur et un GNU/Linux en tant qu’enseignant-technicien.

    Je trouve effectivement que la proposition d’Apple est très décevante et qu’elle amènera les utilisateurs avancés à se repositionner. Un système sobre, intuitif, efficace et bling-bling basé sur un Unix oui, un OS bridé non merci. Il nous reste quand même la possibilité de basculer sur les anciens MacOS X encore pendant quelques temps si tout cela se confirme.

    Effectivement, je ne veux pas d’un IOS sur mon Mac et je n’hésiterai pas le cas échéant à basculer sur ArchLinux ou FreeBSD. Je partage donc ton point de vue.

    J’ai également beaucoup de défiance envers ce type d’interface, les terminaux et le cloud tellement en vogue à l’heure actuelle. Penser à l’utilisateur lambda bien sûr mais il ne faudrait pas éluder les autres… Ce n’est visiblement pas la direction prise par les constructeur et les opérateurs concernant les smartphones, où l’on doit batailler pour obtenir un accès complet et une ROM propre…

    J’espère vraiment que ces messieurs d’Apple, Microsoft, Canonical entendrons notre voix. Dans le cas contraire, il ne faudra en aucun cas hésiter à ce tourner vers les solutions alternatives offertes par les logiciels libres et défendu par RM Stallman.

  3. Etant sur ubuntu depuis 5 ans, et gérant des serveurs sous debian depuis 6 ans, je dois installer un parc de 20 postes de travail sur un linux.
    Mes besoins sont simples, une distribution récente en .deb que je maîtrise avec gnome 3 en natif. J’ai cherché, j’ai pas trouvé.
    Par conséquent, ces 20 postes seront sur fedora 16 avec qui je suis certain que dans 5 ans, il y aura toujours gnome dessus (peu importe la version) et que pour la maintenance, je n’aurai pas trop de soucis.
    C’est vraiment dommage ce qui se passe avec ubuntu.
    Me concernant, je vais passer de ubuntu 11.04 à fedora 17.
    Pour les serveurs, ils resteront sous debian.

    1. « Mes besoins sont simples, une distribution récente en .deb que je maîtrise avec gnome 3 en natif »
      Réponse : Ubuntu 12.04 comme Ubuntu 11.10 tournent en natif sous Gnome 3. La première citée sera maintenue pendant 5 ans. Et si j’arrive à la maîtriser, alors je ne doute pas qu’il en sera de même d’un administrateur. A moins que tu ne pense comme notre ami Frédécric, que Canonical va dans le mur ?

      Maintenant si tu parles de faire tourner Gnome-shell, t’es bien sûr que ça marche sur tes machines ? car Gnome-shell a des problèmes avec les cartes graphiques ATI et Nvidia.

      1. Pour info, le gnome 3 proposé est un mélange de gnome 3 et 3.2. Si tu veux un vrai gnome 3.2 avec du debian, faudra se tourner vers Wheezy.

        Pour les cartes ATI, je ne saurais pas dire, mais pour le nvidia, que ce soit avec nouveau (sur mon fixe) ou le pilote propriétaire (sur mon portable), aucun problème avec Gnome Shell.

        1. Oui en fait, Gnome 3.x évolue, on en est à la 3.2, bientôt la 3.4 sans aucune visibilité sur les évolutions à venir. On peut juste espérer que les devs vont se calmer et qu’il ne faudra pas attendre plusieurs années, cf. KDE, pour avoir un système abouti.
          Personnellement, sur Ubuntu 11.10, j’ai une carte graphique Nvidia sur mon portable Sony et y a des défauts d’affichage avec GS. Compiz / Unity tourne bien mais je ne jurerais pas qu’il n’y aura jamais aucun PB. Enfin Cinnamon 1.2 fonctionne sans problèmes.

          @ Frédéric : je n’ai pas pu répondre à ton dernier post, ça me dit que j’ai déjà envoyé une réponse !!

  4. Bonsoir Frédéric,
    un très bon article, qui rejoint mes pensées en plus ;)
    J’ai vu quelques amis passer de Windows, ou pire de Linux, au monde Apple.
    En quelques années, il faut reconnaître qu’ils sont formatés.
    C’est sûr que c’est confortable ce monde où tout marche, où il n’y a pas de virus mais je n’en ai pas envie.
    Je veux avoir le droit de faire des bêtises, de ne pas passer par la carte bleue, de tout cassé, de passer à autre chose quand ça me tente. Et pour ça, le mieux c’est encore Linux.

      1. Je teste depuis plusieurs semaines Ubuntu 12.04. Ses fonctionnalités viennent d’être gelées et je considère qu’il s’agit bien là du successeur de la dernière LTS. Reste à se concentrer d’ici fin avril sur les bugs qui restent, mais pour une version alpha, elle est très très stable.
        Sinon, j’ai aussi essayé la version communautaire Kubuntu 12.04, et je dois dire que KDE 4.8 est maintenant réellement aboutie.
        Je comprend qu’on peut se plaindre comme toi de ressemblances avec les distributions commerciales. Mais explique-moi pourquoi les devs ne devraient pas s’inspirer de ce qui plait ? Oui Ubuntu 12.04 ressemble à MacOS X de même que Kubuntu à W7. Mais dans les 2 cas, il peut y avoir une antériorité sur certaines fonctions : (par exemple Ubuntu one vs icloud) et des concepts originaux (par exemple le concept d’activité) qui ne manqueront pas d’être adaptés par les distributions commerciales ou non.

        C’est bien beau de jouer les Cassandre sur l’avenir de Canonical, mais en attendant, l’utilisateur moyen dont je fais partie n’a pas trop le choix. Sur mes portables, impossible avec Fedora 16 d’utiliser mon moniteur externe ou de reconnaître certains périphériques (webcam, imprimante Canon) et l’IHM de Gnome-shell doit encore mûrir, à l’instar de KDE 4 il y a quelques années.
        On peut aussi ajouter que si certains choix faits par Canonical sont discutables et paraissent relever d’une stratégie d’entreprise, d’autres sont d’emblée pertinents et devraient être reconnus comme tels, par exemple soutenir Firefox et Thunderbird au détriment de Chromium et evolution / kmail.

        Pour moi, il n’est pas convenable de renvoyer dos-à-dos Apple, Microsoft et Canonical. « l’écosystème » Canonical n’est pas aujourd’hui privateur de liberté. Bien au contraire, Ubuntu et ses dérivés communautaires(kubuntu, xubuntu, lubuntu, …) et forks(pinguyOs, zorin, Mint, Netrunner, etc…) est aujourd’hui à la croisée des mondes et donne ainsi le plus de liberté à l’utilisateur lambda.

        1. Je suis d’accord sur les premiers paragraphes, je vais donc répondre avec les points de désaccord :

          C’est bien beau de jouer les Cassandre sur l’avenir de Canonical, mais en attendant, l’utilisateur moyen dont je fais partie n’a pas trop le choix. Sur mes portables, impossible avec Fedora 16 d’utiliser mon moniteur externe ou de reconnaître certains périphériques (webcam, imprimante Canon) et l’IHM de Gnome-shell doit encore mûrir, à l’instar de KDE 4 il y a quelques années.

          Cassandre ou être simplement réaliste ? Pas le choix ? Les distributions Linux ne se limitent pas au duopole distribution à base de paquets débians / distributions à base de RPMs, et encore heureux.

          Canon, c’est la mouise intégrale avec les système GNU/Linux. Quant aux webcams, j’ai une webcam Microsoft LifeCam VX2000(ben oui, c’était la moins chère quand j’ai du en acheter une) et elle fonctionne très bien sans avoir eu à faire la moindre manipulation.

          L’interface de Gnome-Shell est peut-être moins mature, mais elle est fonctionnelle, ne mange pas inutilement de la place, et ne nécessite pas l’application d’une série de rustine qui rend le port d’Unity très difficile.

          On peut aussi ajouter que si certains choix faits par Canonical sont discutables et paraissent relever d’une stratégie d’entreprise, d’autres sont d’emblée pertinents et devraient être reconnus comme tels, par exemple soutenir Firefox et Thunderbird au détriment de Chromium et evolution / kmail.

          Surtout qu’Evolution dans ses versions 3.x dépend des tripes de GnomeShell, ce qui n’aide pas à son support sur Unity. Enfin, Chromium – et j’y consacrerais un article – est un navigateur que je ne peux plus voir en peinture.

          Pour moi, il n’est pas convenable de renvoyer dos-à-dos Apple, Microsoft et Canonical. « l’écosystème » Canonical n’est pas aujourd’hui privateur de liberté. Bien au contraire, Ubuntu et ses dérivés communautaires(kubuntu, xubuntu, lubuntu, …) et forks(pinguyOs, zorin, Mint, Netrunner, etc…) est aujourd’hui à la croisée des mondes et donne ainsi le plus de liberté à l’utilisateur lambda.

          C’est un des écosystèmes du libre parmi les plus clos que je connaisse. Seul Mint a compris le piège qu’était de rester basé sur Ubuntu, et sa version Debian sera à mon humble avis l’avenir de la distribution.

          Kubuntu a toujours été une distribution mal fagotée. Xubuntu, à peine mieux, et je préfère me taire pour Zorin et NetRunner qui n’ont aucun intérêt dans l’absolu.

          Plus de liberté, ou un sentiment de liberté ? Je me méfie comme de la peste du cloud qui est la mort du contrôle des utilisateurs sur leurs données.

          Canonical connaîtra un destin à la Mandriva, et ce n’est pas les cache-sexes que sont la plupart des dérivées d’ubuntu, qui propose soit un papier peint différent, soit deux logiciels différents avec du vent dans le dos qui apportera plus de vraie liberté.

          La liberté, c’est de pouvoir choisir son format de paquets, mais aussi sa distribution. Je suis devenu adepte des distributions en publication continue, car je n’ai plus eu de problèmes semestriels pour mettre à jour mon ordinateur.

          Quand je regarde le log d’installation de mon système, voici ce qu’il me dit au départ :

          [fred@fredo-arch ~]$ sudo head /var/log/pacman.log
          [2010-10-20 20:52] installed filesystem (2010.09-1)
          [2010-10-20 20:52] installed util-linux-ng (2.18-3)
          [2010-10-20 20:52] installed gen-init-cpio (2.6.32-1)
          [2010-10-20 20:52] installed findutils (4.4.2-2)
          [2010-10-20 20:52] installed sed (4.2.1-2)
          [2010-10-20 20:52] installed pcre (8.10-1)
          [2010-10-20 20:52] installed grep (2.7-1)
          [2010-10-20 20:52] installed libusb (0.1.12-4)
          [2010-10-20 20:52] installed glib2 (2.26.0-1)
          [2010-10-20 20:52] installed udev (162-1)

          En gros, j’ai le même système installé – en dehors des mises à jour depuis le 20 octobre 2010. En gros, depuis l’époque de la ubuntu 10.10…

          Et avec un noyau 2.6.35 à l’époque…


          [2010-10-20 18:52] >>> Generating initial ramdisk, using mkinitcpio. Please wai
          t...
          [2010-10-20 18:52] ==> Building image "default"
          [2010-10-20 18:52] ==> Running command: /sbin/mkinitcpio -k 2.6.35-ARCH -c /etc/
          mkinitcpio.conf -g /boot/kernel26.img

          Donc, depuis 16 mois, j’ai eu sans le moindre problème, les noyaux 2.6.35.x => 3.2.6, les deux versions majeures de Gnome depuis la 2.32.x, etc…

          Je n’ose pas imaginer cela avec une ubuntu ou une dérivée d’ubuntu :D

          Bonne journée.

          1. @Frédéric : vu la vitesse à laquelle tu as répondu, on voit bien que le sujet est très chaud. Eh bien à mon tour de jouer les Cassandre. Si Canonical échoue dans ses projets de fédérer l’utilisateur de base, Linux sur desktop redeviendra réservé aux geeks. Et dans ce cas, on peut effectivement attendre un retour vers MacOS X, voire vers Windows. Note que ça ne fera passer le nombre d’utilisateurs de Linux que de 1% à 0,3%, pas très différent en somme. Dans cette statistique, j’ai exclu les utilisateurs de tablettes / Android même si je vois bien la transformer d’ASUS comme successeur du netbook.

            Sinon, je te trouve bien dur avec les communautés et les forks qui apportent réellement quelque chose en plus. A mon boulot, Ubuntu est utilisé depuis plusieurs années pour faire de la simulation numérique. Les spécialistes l’exploitent pour leur métier non comme des geeks mais comme des utilisateurs qui ont aussi à leur disposition un poste bureautique Windows. La mise en place de PinguyOS 11.04 succédant à une Ubuntu 9.10 a été perçue comme un plus quand à la facilité d’utilisation.
            On pourrait multiplier les exemples. Pour ce qui concerne Kubuntu 12.04, essaye-le avant de nous dire qu’il est mal foutu!

            Et puis le concept de « rolling release », je ne suis par contre, mais ça n’a jamais empêché les régressions. Entre le noyau 2.6.35 et le 3.2 que tu évoques, il y a eu toute une suite de régressions pour ce qui touche la gestion de l’autonomie du portable. Et les efforts de toute la communauté linux, y compris Canonical, ne sont pas de trop pour en venir à bout. Ainsi, pour un utilisateur lambda ne voulant pas voir son portable passer d’une autonomie de 4 heures(contre 5 à 6 sous W7) à 2 heures, il valait peut-être mieux rester sur Ubuntu 10.04 et attendre la prochaine 12.04, au risque d’être un peu perdu par les changements d’IHM.

          2. Si Canonical échoue dans ses projets de fédérer l’utilisateur de base, Linux sur desktop redeviendra réservé aux geeks. Et dans ce cas, on peut effectivement attendre un retour vers MacOS X, voire vers Windows. Note que ça ne fera passer le nombre d’utilisateurs de Linux que de 1% à 0,3%, pas très différent en somme. Dans cette statistique, j’ai exclu les utilisateurs de tablettes / Android même si je vois bien la transformer d’ASUS comme successeur du netbook.

            Et ensuite, serait-ce un mal ? On peut très bien remplacer Canonical par un autre acteur. Rien ne dit qu’il n’y aura pas un autre acteur qui prendre la suite.

            Les spécialistes l’exploitent pour leur métier non comme des geeks mais comme des utilisateurs qui ont aussi à leur disposition un poste bureautique Windows. La mise en place de PinguyOS 11.04 succédant à une Ubuntu 9.10 a été perçue comme un plus quand à la facilité d’utilisation.

            Tout dépend des utilisateurs. Il n’y a pas un utilisateur lambda type, c’est tout.

            On pourrait multiplier les exemples. Pour ce qui concerne Kubuntu 12.04, essaye-le avant de nous dire qu’il est mal foutu!

            Kubuntu a toujours été la cinquième roue du carrosse. Donc ce n’est pas l’ultime version non-communautaire qui changera quelque chose. Si je veux une distribution avec du KDE, je prendrais soit une Chakra soit une OpenSuSE.

            Et puis le concept de « rolling release », je ne suis par contre, mais ça n’a jamais empêché les régressions.

            Ai-je dit le contraire quelque part ?

            Entre le noyau 2.6.35 et le 3.2 que tu évoques, il y a eu toute une suite de régressions pour ce qui touche la gestion de l’autonomie du portable.

            Ah, j’ai constaté aucune régression réelle sur mon vieux portable qui utilise un cpu AMD. Les problèmes de régression connus ont touchés du matos Intel, le plus souvent, non ?

            Et les efforts de toute la communauté linux, y compris Canonical, ne sont pas de trop pour en venir à bout. Ainsi, pour un utilisateur lambda ne voulant pas voir son portable passer d’une autonomie de 4 heures(contre 5 à 6 sous W7) à 2 heures, il valait peut-être mieux rester sur Ubuntu 10.04 et attendre la prochaine 12.04, au risque d’être un peu perdu par les changements d’IHM.

            Portable utilisant un processeur AMD ou Intel ? Car la regression semble touché les processeurs Intel, non ?

            http://korben.info/bug-linux-batterie.html ; je cite :

            « Youpi !! Le bug du noyau Linux qui provoquait un gros suçage de batterie sur les ordinateurs portables équipés d’Intel vient d’être résolu ! On a pu tous en faire l’amère expérience sur l’Ubuntu 11.10, Fedora 16 ou d’autres.

            C’est Matthew Garrett de chez RedHat qui a trouvé une solution afin que Linux gère correctement la consommation électrique. Pour cela, il a du ruser en imitant le comportement que Microsoft Windows a au niveau de l’ASPM. On pourrait penser que le mec de Red Hat a tout simplement pompé une bonne idée chez Microsoft, mais la vérité, c’est surtout que le matériel informatique est pensé et conçu pour faire tourner Windows, sans forcement respecter les standards à 100%. Pas d’autres choix donc pour que nos laptops reprennent un peu de vigueur, que d’imiter Windows.

            Je crois que c’est en effet plus rapide que d’essayer de convaincre les constructeurs de faire du matos qui fonctionne sous Windows ET Linux…

            Le patch est ici, mais attendez que le noyau soit mis à jour pour votre système. »

            Bref, mis à part que Canonical en retirera les lauriers, quel apport à la communauté ?

  5. à Frédéric : Quelques rectifications à tes propos car j’ai bien l’impression que toi, tu n’utilises pas de portable. 95% des portables emploient un processeur intel, que ce soient dans les anciennes générations : core 2 duo, culv, mais aussi pour les netbooks : atoms de différentes générations ou encore dans les dernières en cours i3, I5 et i7. Ensuite le bug dont nous parlons est toujours d’actualité, ce n’est pas une personne de Red Hat qui l’a résolu par un patch car il a plusieurs facettes, et si tu te renseignes bien tu verras que Canonical l’étudie de près, j’ai fait partie des testeurs, ses contributions se voyant backportées. On peut citer aussi le site Phoronix qui l’a mis en évidence et a proposé en premier un contournement dans le fichier grub.

    1. Pour info, mon portable est un Acer 5520, basé sur un AMD TK55, 2 Go gonflé à 3 Go, acheté il y a environ 3 ans.

      Donc, déjà, une de tes affirmations tombe à l’eau.

      Enfin, si tu sais mieux que moi mon équipement, et mieux que moi ce qu’a fait Red Hat dans ce domaine, je n’ai plus qu’à m’incliner.

      Bonne après-midi.

      1. @Frédéric : Excuse-moi mais il y a des inexactitudes qu’il ne faut pas laisser passer car sinon elles sont ensuite répétées, voire déformées. Tant mieux pour toi si tu n’es pas affecté par les problèmes d’autonomie. Mais si tu me lis bien, je n’ai pas dit qu’il n’y avait pas de portables à base d’AMD, mais seulement qu’ils sont très minoritaires. Si je prend ma petite famille de 4 personnes, nous avons un portable Sony 15″ FZ31M (2008 à base de Core 2 duo), un portable 15″ MSI (2008 à base de Core 2 duo), un netbook MSI U100 (2008 à base d’atom N270), une EeeBox (2009 à base d’atom N270), un Acer Aspire Revo (2009 à base d’atom N330/ion), un netbook Asus EeePC1008-HA (2009 à base d’atom N280), un portable 13″ Dell Latitude E4300 (2009 à base de core 2 duo), un MacbookPro (2010 à base de Core 2 duo), un portable 11″6 Acer 1830T (2011 à base de Core I3 UM), toutes machines qui sont des cibles pouvant faire tourner Linux mais qui sont malheureusement affectées par un manque d’autonomie rédhibitoire. Tu comprend donc bien que ce problème m’interesse directement. Pour le reste, je t’engage à suivre le site Phoronix(ils ne sont pas sectaires même s’ils utilisent Ubuntu comme système de référence), à prendre contact avec l’équipe kernel de Canonical. Tu constateras ainsi qu’il n’y a pas que Red Hat(mais il y a aussi Red Hat) qui planche pour améliorer les distributions Linux.

        Pour finir je signerais ce poste par un trait d’humour: « envoyé depuis un PC pourri (Sony) tournant sous un OS minable(Kubuntu 12.04) ». Je fais référence au fameux : « Envoyé depuis mon Iphone » par ceux qui se la pêtent et aux vidéos Youtube Norman Apple addict qui me font bien rigoler.

        Bonsoir

        1. Il est vrai que les netbooks sont le pré-carré des CPU Intel. Cependant, les portables « classiques », il y a autant d’AMD que d’Intel. Je peux prendre comme exemple l’hypermarché à l’oiseau de ma ville qui propose un petit rayon informatique avec une douzaine de modèles de portables et que la répartition doit être 50% Intel, 50% AMD.

          Pour Phoronix, quand je vois leurs benchs, j’ai parfois envie de rire, même s’ils ont de très bons articles.

          à prendre contact avec l’équipe kernel de Canonical. Tu constateras ainsi qu’il n’y a pas que Red Hat(mais il y a aussi Red Hat) qui planche pour améliorer les distributions Linux.

          Sur ce point précis, je suis d’accord. Mais Canonical ne contribue proportionnellement que peu au développement du noyau. C’est tout ;)

          Et pas mal le trait d’humour, et j’avoue que l’Apple Addict de Norman est tellement vrai…

          1. Je cite un des posts Phoronix de ce jour :

            « Ubuntu 12.04 LTS Will Try For Intel RC6 By Default »
            It seems that the Ubuntu Kernel Team is indeed taking power management serious for Ubuntu 12.04 LTS. The kernel team announced this weekend that they will be attempting to enable Intel RC6 power-savings by default within the Precise Pangolin kernel.

            Après ça, difficile de dire s’il s’agit avant tout de com ou si il y a réellement un effort derrière. D’après ce que j’en sais puisque j’ai été testeur, Canonical a essayé de reproduire par un script les optimisations énergétiques apportées on line par l’utilitaire powertop. Mais ça reste à suivre car, d’après moi, si les réglages de powertop optimisent très bien la consommation lorsqu’il y a peu de charge, il n’est pas certain qu’ils soient adaptés en cas de charge élevée. C’est pour cette raison probablement que Canonical cherchait des Btesteurs pour évaluer des situations variées.

          2. C’est surtout qu’ils veulent éviter un noyau « pourri » au niveau autonomie des batteries, car cela ferait très mal de commencer la vie « grand public » de cette LTS (qui doit tenir jusqu’en avril 2017, non ?) par un noyau qui maltraiterait les batteries.

            Mais ça reste à suivre car, d’après moi, si les réglages de powertop optimisent très bien la consommation lorsqu’il y a peu de charge, il n’est pas certain qu’ils soient adaptés en cas de charge élevée. C’est pour cette raison probablement que Canonical cherchait des Btesteurs pour évaluer des situations variées.

            Surement. Pour limiter la casse. Mais on verra bien, je suis comme un certain apôtre, je ne crois que ce que je vois :)

Les commentaires sont fermés.