Comice OS 4 : pitié, dites-moi que c’est vraiment une béta…

Comice OS, c’est le nouveau nom de PearOS, distribution copiant sans vergogne sur l’interface de MacOS-X.

J’avais étrillé la distribution dans sa version 3. Chose que j’ai horreur de faire, car ce n’est pas dans ma nature de casser un projet à un tel point.

Pour sa version 4, la version remixée d’Ubuntu Linux a changé de nom. Et se paye un nouveau site sur un joomla à peine modifié. J’ai donc utilisé VirtualBox pour profiter du gnome-shell personnalisé, dixit la page « features » sur le site officiel de la distribution.

La première ISO proposé serait, dixit le blog de la distribution, une version béta 1.

L’installation est très légère, seulement 8 Go demandés. Tout cela pour la distribution, une suite bureautique, quelques outils classiques, et une belle interface. Pour info, sur mon archlinux qui utilise Gnome Shell, LibreOffice, Gimp, VLC, et je ne sais combien d’autres outils, il n’y a que :


[fred@fredo-arch ~]$ df -h
Sys. fich. Taille Util. Dispo Uti% Monté sur
rootfs 9,6G 4,2G 4,9G 47% /
/dev 1,9G 0 1,9G 0% /dev
/run 2,0G 348K 2,0G 1% /run
/dev/sda4 9,6G 4,2G 4,9G 47% /
shm 2,0G 280K 2,0G 1% /dev/shm
/dev/sda2 119M 19M 94M 17% /boot
/dev/sda5 452G 68G 362G 16% /home

Oui, seulement 4,2 Go… Euh, y a pas comme un os quelque part ?!

Sur l’installation, rien à redire. Mis à part une gueulante de l’installateur qui ne présage rien de bon pour la suite.

Erreur à l'installation de ComiceOS

L'écran de connexion de ComiceOS

Mais c’est par la suite que cela se gâte. Non seulement l’interface n’est pas en français au redémarrage même si on peut toujours essayer – plus ou moins en vain – de passer l’ensemble dans une autre langue.

Et j’espère que c’est vraiment une version bêta. Non seulement, elle a un fichier de sources qui est long que comme le Nil, mais aussi c’est un mélange de dépôt stables (Oneiric, alias Ubuntu 11.10), des dépots qui ne seront activés – si la documentation officielle ne raconte pas de bêtises – à savoir oneiric-backports, et une série de PPA qui est presque plus longue que les dépots officiels.

D’ailleurs, la distribution elle-même ne sait pas si elle est dérivée de la ubuntu 11.10 ou de la future 12.04…

Parmi les bugs : base de données corrompue quand j’ai voulu installer les paquets français, alors que les mises à jour se sont passées correctement auparavant, le pilote virtualbox qui refuse de s’installer… La vidéo, un peu longue, aléas du direct oblige, se passe de commentaires 🙁

Soit la distribution est vraiment en version bêta, soit j’ai du faire une fausse manipulation quelque part… Ce qui serait étonnant, vu que je teste régulièrement des distributions depuis environ 4 ou 5 ans… « La critique est aisée, mais l’art est difficile » (Philippe Néricault Destouches), cependant j’ai eu l’occasion de tester des dérivées d’Ubuntu qui n’accumulait pas autant de problèmes en si peu de temps 🙁

Donc, pitié, confirmez-moi que c’est bien une version bêta et non la version finale !

10 réflexions sur « Comice OS 4 : pitié, dites-moi que c’est vraiment une béta… »

  1. Je pense que c’est en te lisant il y a quelques temps que j’ai découvert cet OS.
    Du coup, je l’avais testé en VM et il n’est pas resté longtemps installé : une caricature lourde et mal finie.
    Rien qui ne puisse tenter un utilisateur de MAC, encore moins un linuxien et vraiment de quoi faire croire à un windowsien que son OS est vraiment le meilleur 😉
    Je n’ai même pas compris en quoi ce système se différenciait d’une personnalisation d’une Debian (ou autre).

  2. De manière générale, les imitations sont vouées à l’échec. Grossomodo ça ressemble sur les screenshots publicitaires, mais quand on commence à cliquer sur les choses on se rend compte que ça n’a plus rien à voir.

    1. « Errare humanum est, perseverare diabolicum » => « Se tromper est humain ; persévérer est diabolique » 🙂

      Citation qui serait faussement attribuée à Sénèque qui peut résumer mon état d’esprit par rapport à ce remix d’Ubuntu.

      1. Essaye Netrunner 4.1, enfin une dérivée d’Ubuntu 11.10 basée sur KDE qui tient la distance. Et pourtant depuis KDE 4.0, j’avais toujours jeté les distributions KDE moins d’une heure après l’installation!

Les commentaires sont fermés.